navigation

Personnalité du 14/02/2011 – Le Général BIGEARD 14 février, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 02/2011,Militaire,Personnalités du jour , trackback

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ————————————

http://www.fncv.com/biblio/grand_combattant/bigeard-marcel/bigeard_06_lg125.jpg http://didiergeslain.fdaf.org/images/bigeard_marcel.jpg

http://sitamnesty.files.wordpress.com/2010/06/deces_general_marcel_bigeard18juin2010.jpg?w=533&h=621

Le Général Marcel Bigeard, le militaire le plus décoré de France entre dans la légende. « Une mission : Combattre, un devoir : Gagner« 

http://unacitaistres.unblog.fr/files/2010/04/1481909795.jpg http://www.decitre.fr/gi/21/9782726894521FS.gif

http://www.lavoixdunord.fr/stories/image250x00/mediastore/VDN/A2010/M06/la-mort-de-marcel-bigeard-grande-gueule-500674.jpg

http://static.lexpress.fr/medias/996/510402_sans-titre.jpg

http://arphotos.dna.fr/2010/N159/20100707_DNA000680.jpg

http://i34.servimg.com/u/f34/11/64/31/88/1_arc_12.jpg

Personnalité du 14/02/2011 - Le Général BIGEARD dans 02/2011 bar

Le général BIGEARD sur le WEB 1 2 3
Actualité en relation avec le Général BIGEARD

———————————————————————————————————–

Marcel BIGEARD 

né le 14 Février 1916 à 01h00 à Toul (54) – FRANCE

marcelbigeard14021916 dans Militaire

Marcel Bigeard, né le 14 février 1916 à Toul et mort le 18 juin 2010 dans la même ville, était un militaire et homme politique français. Il a la singularité d’avoir été appelé sous les drapeaux comme homme de rang, 2e classe, en 1936 et d’avoir terminé sa carrière militaire en 1976 comme officier général à quatre étoiles (général de corps d’armée). Bigeard a longtemps été le militaire français vivant le plus décoré. Ancien résistant, son nom reste associé aux guerres de décolonisation (Indochine, Algérie).
Il s’est éteint le vendredi 18 juin 2010, le jour du 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940.

Origines familiales

Marcel-Maurice Bigeard est le fils de Marie-Sophie Bigeard (née Ponsot) (1880-1964) et de Charles Bigeard (1880-1948), aiguilleur à la Compagnie des chemins de fer de l’Est.

Le 6 janvier 1942, il épouse à Nice son amie d’enfance, Gaby Grandemange. Son unique enfant, Marie-France, naît de cette union le 13 février 1946.

Carrière militaire

Avant-guerre

Après avoir travaillé six ans à la Société générale comme employé de banque, tout en pratiquant la boxe, Marcel Bigeard effectue son service militaire à Haguenau au sein du 23e régiment d’infanterie de forteresse. Incorporé comme soldat de deuxième classe en septembre 1936, il est libéré de ses obligations militaires avec le grade de caporal-chef en septembre 1938.

Seconde Guerre mondiale

Six mois après sa libération, devant l’imminence du conflit, il est rappelé le 22 mars 1939 au sein du 23e régiment d’infanterie de forteresse et est promu au grade de sergent.

En septembre 1939, grâce à l’arrivée de réservistes, les bataillons du 23e RIF servent chacun de noyau à la création de nouveaux régiments d’infanterie de forteresse « de mobilisation », Bigeard est affecté au 79e régiment d’infanterie de forteresse dans le sous-secteur fortifié de Hoffen de la Ligne Maginot. Volontaire pour les corps francs, il prend la tête d’un groupe de combat à Trimbach en Alsace et devient rapidement sergent chef puis adjudant à l’âge de 24 ans.

Le 25 juin 1940, il est fait prisonnier et passe 18 mois de captivité au Stalag 12A à Limbourg en Allemagne. C’est à sa troisième tentative, le 11 novembre 1941, qu’il parviendra à s’évader et à rejoindre la zone libre.

Volontaire pour l’AOF, il est affecté en février 1942 au camp de Bandia près de Thiès au Sénégal, dans un régiment de tirailleurs sénégalais de l’Armée d’armistice. Nommé sous-lieutenant en octobre 1943, il est dirigé avec son régiment sur Meknès au Maroc.

Recruté comme parachutiste de l’armée française de la Libération, il effectue une formation, avec les commandos britanniques, au Club des Pins près d’Alger durant trois mois puis est affecté avec le grade fictif de chef de bataillon à la Direction générale des services spéciaux. Officier Jedburgh, avec le titre de délégué militaire départemental, le commandant Aube est parachuté dans l’Ariège le 8 août 1944 avec trois camarades afin d’encadrer l’action de la Résistance intérieure française. Lors de la libération du département le 22 août 1944, les pertes franco-espagnoles sont de 44 tués et blessés alors que de les pertes allemandes comptent 1 420 prisonniers et 230 tués et blessés.

Au début de l’année 1945, Bigeard crée puis dirige pendant un semestre l’école régionale des cadres du Pyla, près de Bordeaux, destinée à former des officiers issus des Forces françaises de l’intérieur. Décoré de la Légion d’honneur et du Distinguished Service Order britannique pour ses actions en Ariège, Bigeard est nommé capitaine en juin 1945.

Guerre d’Indochine

Au milieu de l’année 1945, le capitaine Bigeard est en charge du commandement de la 6e compagnie du 23e régiment d’infanterie coloniale à Villingen en Allemagne; désigné pour participer au corps expéditionnaire en Indochine, le régiment débarque à Saigon le 25 octobre 1945 et participe jusqu’en mars 1946 aux opérations de pacification en Cochinchine.

C’est à cette époque que l’on commence à lui donner le surnom de « Bruno » qui est son indicatif radio.

Le 8 mars 1946, un détachement de la 2e DB et un de la 9e DIC, dont fait partie le 23e RIC, débarquent à Haiphong au Tonkin.

Le 1er juillet 1946, Bigeard quitte le 23e RIC et forme à Thuan Chau, au sud-est de Dien Bien Phu, une unité constituée de quatre commandos de 25 volontaires chacun au sein du bataillon autonome thaï du lieutenant-colonel Quilichini. Au retour de ses hommes en métropole, mi octobre 1946, il prend le commandement de la 3e compagnie, constituée de 400 hommes environ. Il quittera l’Indochine le 17 septembre 1947 et atterrira trois jours plus tard à Orly.

Volontaire pour un second séjour en Indochine, Bigeard est affecté le 1er février 1948 au 3e bataillon colonial de commandos parachutistes, sous les ordres du commandant Ayrolles, à Saint Brieuc et prend le commandement du groupement de commandos parachutistes n° 2. Quand le 3e para débarque à Saigon en novembre 1948, Bigeard, qui ne s’entend pas avec son supérieur, parvient à faire détacher son groupement au détachement Amarante du commandant Romain-Desfossé à Haiphong.

Le 1er octobre 1949, Bigeard met sur pied à Son La le 3e bataillon thaï, comprenant 2 530 hommes répartis en cinq compagnies régulières et neuf compagnies de gardes civils et de supplétifs militaires. Relevé de son commandement à la suite d’un différend avec l’administrateur de la province, Bigeard est muté à Haïduong et prend le 5 avril 1950 le commandement du bataillon de marche indochinois qui reçoit, en août, le drapeau du 1er régiment de tirailleurs tonkinois décoré de la croix de guerre avec palme. Le 12 novembre 1950, Bigeard embarque à Saigon sur le paquebot La Marseillaise et quitte une nouvelle fois l’Indochine.

Au printemps 1951, Bigeard est affecté à Vannes à la demi brigade coloniale du colonel Gilles et se voit confier le bataillon de passage. En septembre 1951, il obtient le commandement du 6e bataillon de parachutistes coloniaux à Saint Brieuc. Il a le grade de chef de bataillon en janvier 1952.

Le 28 juillet 1952, Bigeard, à la tête du 6e BPC, débarque à Haiphong pour un troisième séjour en Indochine et prend ses quartiers à Hanoï. Le 16 octobre 1952, le bataillon est parachuté sur Tu Lê [14] et affronte durant huit jours les régiments des divisions Viet Minh 308 et 312. L’unité se distingue à nouveau lors de la bataille de Na San (parachutage dans la cuvette de Ban Som le 27 décembre 1952), lors de l’opération Hirondelle sur Lang Son le 17 juillet 1953 et lors de l’opération Castor sur Dien Bien Phu le 20 novembre 1953.

Le 31 décembre 1953, il prend le commandement du GAP n° 4, constitué du II/1er RCP et du 6e BPC, et intervient au moyen Laos entre Thakhek et Savannakhet vers lesquelles deux divisions Viet Minh se dirigent.

Parachuté, le 16 mars 1954, alors que le sort de la bataille de Dien Bien Phu est scellé, le commandant Bigeard est nommé lieutenant-colonel lors des combats et devient l’un des héros de la cuvette en combattant avec son bataillon sur les points d’appuis Éliane 1 et 2, mais surtout en co-dirigeant les troupes d’intervention du camp retranché avec le colonel Langlais.

Le lieutenant-colonel Marcel Bigeard est fait prisonnier le 7 mai 1954 lors de la chute du camp. Libéré quatre mois plus tard il quitte définitivement l’Indochine le 25 septembre 1954.

Guerre d’Algérie

 

120px-Insigne_du_3%C2%B0_RPC dans Personnalités du jour

Insigne du 3° RPC

Le 25 octobre 1955, Bigeard prend le commandement du 3e BPC dans la région de Constantine en Algérie. Le 21 février 1956, le bataillon, devenu entre temps le 3e RPC, réalise la première opération héliportée de l’histoire lors de l’opération 744 en Kabylie. Cette méthode est à nouveau employée en mars 1956 pour la capture des déserteurs de la 3e compagnie du 3e RTA.

Le 16 juin 1956, dans les Nementchas, Bigeard, qui donne l’assaut aux rebelles, est grièvement blessé d’une balle au thorax. Rapatrié en métropole, il est décoré le 14 juillet 1956 par le président Coty et reçoit la plaque de grand officier de la Légion d’honneur. De retour en Algérie, il échappe le 5 septembre à un attentat et est blessé de deux balles dans l’humérus et une dans le foie.

Au début de l’année 1957, le régiment participe au sein de la 10e DP du général Massu à la bataille d’Alger. La mission des parachutistes est de ramener la sécurité dans la ville et de neutraliser les cellules du FLN de Larbi Ben M’hidi, qui ont organisé plusieurs séries d’attentats à la bombe contre des civils dans divers lieux publics d’Alger entre l’automne 1956 et l’été 1957.

En mars 1957, le 3e RPC se rend dans les massifs au sud de Blida et participe aux opérations Atlas et Agounnenda. Durant l’été, le 3e  para arrête 90 % des combattants du FLN, dont Taleb Abderrahmane, le chimiste des attentats du Milk Bar, de la Cafétéria et de l’Otomatic.

Le régiment est rappelé en juillet 1957 à Alger à la reprise des attentats. La capture et le retournement de Hassène Guandriche dit Zerrouk, chef de la région d’Alger aboutissent à la neutralisation des deux responsables de la Zone 2, Mourad et Ramel, mais surtout à celle d’Ali la Pointe et à la capture de Yacef Saadi chef militaire FLN de la zone autonome d’Alger.

Nommé colonel au début de l’année 1958, il quitte l’Algérie le 1er avril et rejoint Paris où Chaban-Delmas, ministre des Armées, lui demande de créer un centre d’instruction des cadres qui voit le jour fin avril près de Philippeville. Bigeard ne participe pas aux événements du 13 mai 1958, mais dans une interview à Paris-Presse il confie ses états d’âme à Jean Lartéguy ce qui lui vaut le courroux du général Salan et son retour en métropole.

Après 4 mois passés à Toul, Bigeard repart pour l’Algérie et prend le commandement du secteur de Saida en Oranie le 25 janvier 1959. Il a sous ses ordres environ 5 000 hommes répartis dans le 8e RIM, le 14e BTA, le 23e RSM, un groupe de DCA, un régiment d’artillerie, deux groupes mobiles de supplétifs, quelques avions de reconnaissance et deux hélicoptères.

Suite à une rencontre avec De Gaulle le 27 août 1959, il se voit confier le 1er décembre le commandement du secteur de Ain-Sefra, soit un effectif de 15 000 hommes.

Passant outre son devoir de réserve, il rédige pendant la semaine des barricades en janvier 1960 une proclamation qui est reprise par la presse et la radio et qui lui coûte son commandement malgré l’intervention du général Gambiez.

Il sera accusé plus tard d’avoir pratiqué la torture pendant la guerre d’Algérie par d’anciens membres du FLN mais aussi par d’anciens combattants qui ont fait la guerre à ses côtés (voir L’ennemi intime, documentaire dans lequel témoigne notamment Paul Aussaresses).

Fin d’engagement en guerre : Après 1960

De juillet 1960 à janvier 1963, Bigeard prend le commandement du 6e RIAOM à Bouar en République centrafricaine.

Après un bref passage à l’école supérieure de guerre de juin 1963 à juin 1964, il prend le commandement de la 25e brigade parachutiste à Pau le 31 août 1964, puis celui de la 20e brigade parachutiste à Toulouse. Il accède au grade de général de brigade en juillet 1966.

Après une entrevue avec le général de Gaulle, il est nommé au poste de commandant supérieur des forces terrestres au Sénégal et rejoint Dakar le 7 février 1968.

En juillet 1970, Bigeard retrouve Paris et est affecté pendant 10 mois à l’état-major du CEMAT.

Le 7 août 1971, il prend le commandement des forces françaises présentes dans l’océan Indien à Tananarive et obtient le 1er décembre 1971 sa troisième étoile. Suite aux manifestations qui secouèrent Madagascar en mai 1972 et qui conduisirent au départ de son président Philibert Tsiranana et à son remplacement par le général Gabriel Ramanantsoa, il quitte Madagascar le 31 juillet 1973 avec l’ensemble des forces françaises du secteur.

À son retour en France, il devient de septembre 1973 à février 1974 le deuxième adjoint du gouverneur militaire de Paris. Promu général de corps d’armée le 1er mars 1974, il prend le commandement de la 4e Région Militaire à Bordeaux, soit 40 000 hommes dont 10 000 parachutistes.

Convoqué par l’Élysée, il rencontre le 30 janvier 1975 le président Valéry Giscard d’Estaing qui lui propose le poste de secrétaire d’État à la Défense rattaché au ministre Yvon Bourges. Il occupe ce poste de février 1975 à août 1976, date à laquelle il remet sa démission.

Vie politique

Après une courte retraite à Toul et à la suite du décès accidentel de la candidate UDF, il se présente aux élections et devient député de Meurthe-et-Moselle de 1978 à 1981. Durant cette première législature il occupera également la fonction de président de la commission de défense. Il est réélu au premier tour en juin 1981 puis en mars 1986. En 1988, à la suite de la dissolution de l’assemblée, il est finalement battu par le candidat socialiste de 411 voix.

Il se retire ensuite dans sa maison de Toul, dans laquelle il écrit des livres sur sa carrière militaire et propose ses réflexions sur l’évolution de la France. Quelque temps avant sa mort, il déclare : « Je suis le dernier des cons glorieux ». Il meurt à son domicile de Toul le 18 juin 2010. Ses funérailles ont lieu en la cathédrale de Toul le 21 juin.

Philosophies

Hommage à l’adversaire

Bigeard a souvent manifesté son admiration et sa sympathie pour l’adversaire qui se bat bien. Depuis toujours, il a su distinguer le bon professionnel et ne lui a jamais ménagé son estime. On l’a vu en Indochine, et notamment à Diên Biên Phu, décerner des brevets de mérite aux Viets, on le verra en Algérie. Il est à noter que dans son livre de souvenir Pour une parcelle de gloire, il cite longuement, nommément, ceux qui ont montré de réelles qualités de soldat, vaillance, courage, rapidité de manœuvre : Laghrour Abbès dans les Nementchas, Mohammed le Balafré à Agounnenda et surtout le commandant Azzedine dont il dira :

« Nous avons rencontré là un adversaire qui, surpris dans une sévère embuscade, réagit vite et courageusement. Il s’est même révélé capable après, quarante-huit heures d’isolement, de faire payer chèrement sa peau. On comprend qu’un tel groupement, commandé par de tels chefs, n’ait jusqu’ici remporté que des victoires. »

Cela explique sans doute la poignée de mains controversée qu’il échangea en direct à la télévision avec le commandant Azzedine. À ceux qui la lui ont reprochée, Bigeard a répondu : « On ne se déshonore pas en rendant hommage à l’adversaire ».

Parmi ces adversaires courageux auxquels il rendra hommage figure, en bonne place, Larbi Ben M’Hidi, l’un des responsables de la Zone autonome d’Alger durant la bataille d’Alger dont il dit :

« Il est l’âme de la résistance, fanatique, illuminé, il ne vit que pour l’indépendance de l’Algérie. »

Cependant, le respect qu’il a toujours porté à ses adversaires avait tout de même ses limites. En effets, alors qu’il était captif avec des milliers d’autres soldats à la suite de la chute de Dien Bien Phu, il ne pardonnera jamais aux viets d’avoir laissé mourir de faim et d’épuisement des milliers de personnes alors qu’ils avaient la possibilité de traitement bien plus corrects envers eux.

« La vraie douleur, la seule chose que je ne pardonne pas aux Viets, ce sont les huit mille morts pendants ces quatre mois de captivités. Cruauté inutile, inhumanité. Giáp était un grand général, mais sa doctrine, le marxisme, était inhumaine. L’ancien capitaine vietminh m’a dit « Nous n’avons tué aucun prisonnier. » C’est vrai, ils les ont laissé crever, alors qu’il aurait été si facile de sauver tout le monde. Je l’ai dit : une banane par jour, et on ramenait les gars vivants. Je ne pourrai jamais l’oublier. »

Hormis le cas cité précédemment, Bigeard n’acceptera encore moins les action « aveugles des terroristes » qui frappaient à Alger : « Si nous avons de l’estime pour les combattants du djebel, surtout lorsqu’il se bat bien, nous méprisons les terroristes »

Analyses personnelles

La défaite de 1940

« Le 10 mai 1940, l’armée de Hitler envahit la France, contournant la ligne Maginot, fonçant à travers les Ardennes. En quelques heures, nos divisions sont écrasées, c’est le désastre le plus total. Aujourd’hui encore, cette défaite éclair semble incroyable. Bien sûr, l’armée avait des faiblesses, l’état-major manquait de discernement, et notre état d’impréparation nous a cruellement affaiblis. Toutes les belles théories de ces états-majors, faisant la guerre depuis leurs bureaux, ont été balayées en quelques heures. La réalité est impitoyable. »

La situation en Indochine

Bigeard aura beaucoup déploré l’incompétence de ses supérieurs dans ce conflit qu’il ne jugera perdu que dans les derniers jours de Dien Bien Phu. En effet, la méconnaissance du terrain, et la situation et la fierté de certains dirigeants du type saintcyriens aura pesé lourdement sur l’efficacité des actions menée contre les viets. Dans Ma vie pour la France, il compara la guerre conventionnelle menée au fait de vouloir tuer une mouche insaisissable avec un pilon. Grâce à une certaine confiance acquise, il put mener des opérations de natures inédites avec de nombreux succès. En s’imprégnant de la mentalité de l’ennemi et en imitant ses méthode, Bigeard a livré une véritable « contre guérilla » par des actions coup de poing à l’aube suivie d’un repli rapide, de sorte qu’une certaine insécurité permanente s’installait chez l’ennemi. Ses opérations étaient toujours précédées au préalable par un renseignement actif fruit de la collaboration et du dialogue avec les populations locales.

C’est pour les mêmes motifs que des régiments, entiers mal dirigés en insuffisamment entraînés, ont subit une surmortalité au cours de la Guerre. Bigeard put former lui même des troupes par de lourds programmes d’entrainement et d’apprentissage, en France. Ceux-ci sont se sont par la suite imposé sur le terrain en tant qu’unités d’élites, aux taux de réussite très élevé, sollicités pour les coups durs. Ce sera avec de nombreux hommes qu’ils commandera des assauts désespérés lors de la bataille de Điện Biên Phủ.

Il conservera une amertume sur une situation devenue catastrophique par la faute d’un étant major incompétent et de décisions de politiques très distantes du terrain. C’est ainsi que, d’après lui-, les douze milles hommes de la cuvette seront abandonnés à leurs sort au vue de la situation dérangeante du fiasco. À cours de vivres et de munition et après de conséquentes pertes, ils seront abandonnés et oubliés.

Décorations

Grand-Croix de la Légion d'honneur Croix de Guerre 1939-1945 Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs
Croix de la Valeur Militaire Medaille de la Resistance Medaille d'Outre-Mer
Medaille commemorative de la Guerre 1939-1945 Medaille commemorative de la Campagne d'Indochine Medaille commemorative des Operations de securite et de Maintien de l'ordre
Médaille des blessés Distinguished service order Commandeur de l'Ordre du Dragon d'Annam
Us legion of merit commander rib.png

Intitulés des décorations françaises

Intitulés des décorations étrangères

Honorariat

 

Publications

 

(*) Wikipedia

http://www.dailymotion.com/video/x4x13i

http://www.dailymotion.com/video/x2059h

http://www.dailymotion.com/video/x5n3q7

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Marcel BIGEARD

marcelbigeardrs14022010

Pour le 14/02/2010 à 20h27 T.U., à Toul.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 2, ET NOEUD SUD EN MAISON 8

Vous disposez d’un soutien planétaire pour réaliser vos désirs et vos souhaits les plus chers. Vous pouvez enfin obtenir les résultats espérés par rapport à ce que vous avez semée. Ni plus ni moins. Mais attention: si tout vous set égal, si vous ne formulez pas vos buts avec une extrême précision ; en d’autres termes, si vous ne demandez rien, le destin ne pourra que vous satisfaire de la même manière, c’est-à-dire avec « rien ».

Vous êtes seul à pouvoir générer une réponse du destin… La condition est de formuler la demande… Avec précision, persistance et détermination. Demandez, redemandez et… Vous recevrez, c’est votre période.

Par ailleurs, vous constaterez que l’état de vos finances personnelles, celles que vous obtenez par vos propres efforts s’améliorera nettement.

Activez vous donc vers l’amélioration de vos ressources ; vous serez largement récompensé de vos efforts.

Cette période favorise les requêtes, les finances et les ressources personnelles, sous tous rapports. Si c’est de l’argent que vous souhaitez, vous trouverez les moyens de l’acquérir. Si c’est une réputation, vous l’obtiendrez. Si c’est la connaissance, vous trouverez le maître. Ayez une confiance absolue dans vos démarches. Accomplissez-les et puis laissez le destin faire le reste. A ce stade, vous êtes convaincu qu’elles porteront des fruits. Par conséquent, elles ne vous concernent plus. Oubliez-les de manière à éviter les attentes anxieuses ou obsessionnelles. Ce sont ces dernières qui « bloquent » le déroulement de votre destin et empêchent celui-ci de réaliser vos désirs. Faites en vous la paix de l’esprit, adoptez une attitude confiante.

Evitez tout emprunts, aides ou supports d’autrui. Rappelez-vous que seuls vos efforts sont productifs en une telle période. Dans le même esprit, ne tentez pas de vous associer avec une ou un partenaire dote. C’est un piège qui aliénera votre liberté.

C’est en vous seul que vous devez trouver la force d’accomplir vos espérances. A cette condition, toutes les forces planétaire concourront a vous satisfaire.

 

 

-=-=- F I N -=-=-

 

____________________________________________________________________________________

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Lili Croix |
jardin13 |
Ecole de danses Flamenco et... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAVOIE PAINT
| Le scrap de Gigi27.
| AICA DE NAILLOUX