navigation

Personnalité du 31/07/2011 – Grand Corps Malade 31 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Chanteur,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 31/07/2011 - Grand Corps Malade dans 07/2011 grandcorpsmalade

grandcorpsmalademicro dans Chanteur

grandcorpsmalade dans Personnalités du jour

grandcorpsmalade

grandcorpsmaladeskyrck

bar

Grand Corps Malade

homepagetemplates on line

newsg Actualités : 1 2 3
articleconnexe Article connexe :
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Grand Corps Malade

né le 31/07/1977 à 14h00 au Blanc-Mesnil (93) – FRANCE

grandcorpsmalade3107197

Fabien Marsaud, (*) connu sous le nom de scène de Grand Corps Malade, est un auteur et slameur français né le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. Il a mis en lumière le style musical du slam et popularisé le genre.

Fabien Marsaud né le 31 juillet 1977, au Blanc-Mesnil, dans le département de la Seine-Saint-Denis2. Sa mère est bibliothécaire3 et son père est Jacques Marsaud, haut fonctionnaire territorial, d’orientation communiste, qui a été, notamment, secrétaire général de la commune de Noisy-le-Sec et de Saint-Denis et directeur général des services du conseil général du Val-de-Marne puis de la Communauté d’agglomération Plaine-Commune4. Il a vécu à Noisy-le-Sec avec ses parents et sa sœur aînée jusqu’en 1981.

Son parcours scolaire est plutôt classique, et très tôt, le sport devient une passion2. Il décide d’en faire son métier, et de devenir professeur5. Il aime particulièrement le basket, discipline dans laquelle il est très doué. Selon Bally Bagayoko, son entraîneur (qui est aujourd’hui adjoint à la meresse de Saint-Denis), le jeune Fabien était « un pilier de l’équipe qui adorait transmettre ses compétences ». Il passe un bac L « parce qu’il est plus fort en français qu’en maths2 », mais le sport reste son domaine de prédilection2. Il reçoit à l’âge de dix sept ans une proposition pour intégrer le centre de formation basket-étude de Toulouse, qu’il refuse, préférant rester à Saint-Denis6. Durant ces années, il a fait partie de l’équipe de basket d’Aubervilliers et a joué à un niveau équivalent à Nationale 3 en qualité d’ailier7, après avoir joué à Nanterre et à Saint Denis.

Après le bac il passe un DEUG (Diplôme d’études universitaires générales) en Staps.

Le 16 juillet 19973, lors d’une colonie de vacances où il est animateur, en chahutant avec des amis, il fait un plongeon dans une piscine dont le niveau de l’eau était trop bas. Il se déplace des vertèbres et est évacué en hélicoptère. Bien qu’on lui ait annoncé qu’il resterait probablement paralysé, il retrouve l’usage de ses jambes en 1999 après une année de rééducation. Les médecins lui révèlent un syndrome de la queue de cheval. C’est en référence à ce handicap – et aussi à sa grande taille (1 m 94)7 – qu’il a pris le nom de scène de Grand Corps Malade en 2003. Après l’accident, il obtient un DESS de management sportif6 et travaille, pendant quatre ans au Stade de France (de 2001 à 2005), au service marketing6.

Parcours et carrière musicale

Le jeune Fabien écrit ses premiers textes vers l’âge de 15 ans3, mais n’envisage pas de faire autre chose que du sport. Son accident le poussera à envisager d’autres orientations et c’est en octobre 2003 qu’il découvre le slam durant une scène ouverte dans un bar de la place de Clichy à Paris, où il dira Cassiopée, son premier texte « de scène8 ». Le slam est une discipline, née à Chicago dans les années 1980, qui se développe en France à partir de 1995 avec le premier album de Gérard Ansaloni, « Le Banquet » (Ed. Saravah), puis en 1998, avec les interventions et performances du poète Pilote Le Hot (entre autres)9.

C’est à ce moment qu’il décide de son futur nom de scène, après avoir hésité avec « Petit Œil Malicieux », un nom qu’il dit « [Avoir] aussi choisi pour son côté sioux3 ». Grand Corps Malade participe ensuite à de nombreuses scènes slam, aux côtés du Collectif 129H, et John Pucc’Chocolat. En 2004, il anime Slam’Alikoum, une prestation slam qui se déroule un soir par mois au Café Culturel de Saint-Denis, le quartier général dionysien du style propre à l’auteur; toujours avec son ami John Pucc’. La même année, il fonde le « Le Cercle des Poètes sans Instru ». Un groupe de 7 slameurs (formé de John Pucc’, Droopy, Techa, les 129H et lui même) qui parcourent les festivals et les manifestations culturelles pour déclamer leur poésie10.

En 2005, il acquiert une certaine notoriété et élargit son horizon de slameur à d’autres scènes. Il propose, entre autres, plusieurs représentations, seul face au public du Réservoir (club qui a servi entre autres aux tournages du Jamel Comedy Club), réalise la première partie du concert de Cheb Mami sur le parvis du stade de France et celle de Mouss et Hakim à la Boule Noire, etc.10. À la fin de cette même année, S Petit Nico, lui offre de tenter un habillage musical pour ses textes. Peu de temps après, Fabien Marsaud signe avec le label AZ, ce qui permettra au genre musical que l’artiste défend de se médiatiser, grâce à la sortie, le 27 mars 2006, du premier album de l’artiste intitulé Midi 20. Le nom de l’album reprend celui d’un morceau où il place sa vie à l’échelle d’une journée. Il fait quelques apparitions télévisuelles à la suite de la sortie de l’album (qui est classé 10e sur 200 parmi les meilleures ventes d’album en 200611) et est invité notamment par Thierry Ardisson. Il joue cette même année dans la pièce de théâtre-music hall d’Edouard Baer, La folle et véritable vie de Luigi Prizzoti8. La tournée réalisée pour le premier album a compté près de 120 dates12. Les 15 et 16 mai 2006, il a joué à guichets fermés à la Cigale à Paris. Le succès de l’album se traduit le 10 mars 2007, date à laquelle il remporte deux Victoires de la musique, sur trois nominations.

Grand Corps Malade fait de nouveau partie de l’actualité du slam en 2008, année où il sort un nouvel album intitulé Enfant de la ville, dans les bacs le 31 mars. Cette même année, il participera au Festival d’été international de Québec, ce qui montre sa reconnaissance à travers le monde francophone.

Il anime également des ateliers d’écriture, chez lui, à Saint-Denis. Avec les participants, il sort un disque de neuf titres Génération Slam en novembre 2008. Le titre de ce disque mettant en avant la diversité des âges des slameurs amateurs3,13.

En 2010, il participe au nouvel album d’I Muvrini en chantant aux côtés du groupe dans la chanson Una terranova. Il participe également au casting vocal du film d’animation Toy Story 3 où il double le personnage de Rictus. A noter également en octobre de cette même année la sortie d’un nouvel album de Grand Corps Malade intitulé 3 ème temps dont une chanson du nom de « Roméo kiffe Juliette » adapte la célèbre pièce de Shakespeare à l’histoire de deux adolescents d’une banlieue de Paris qui s’aiment mais dont les religions différentes (juive pour la famille de Juliette, musulmane pour celle de Roméo) font que leur histoire est empêchée par leurs parents.

Le slam de Grand Corps Malade

L’auteur a contribué à ce que le slam dépasse le cadre intimiste des cafés et des scènes slam.

Les textes de ses albums sont parfois a cappella mais ils sont, globalement, accompagnés d’une mélodie minimaliste en arrière-plan qui souligne le texte ; texte qui est dit et non chanté. Fabien Marsaud écrit toujours sans musique, puis celle-ci est créée après en fonction des textes12. Grand Corps Malade dit, en parlant de ses albums et de ses tournées :

« Je viens du slam. C’est un art a capella, c’est un art live, il faut qu’il y ait un auditoire pour qu’il y ait du slam. Pour moi, ça n’a pas de sens de dire que c’est un disque de slam parce qu’à partir du moment où ce n’est plus de l’a capella, à partir du moment où ce n’est pas du live, à partir du moment où ce n’est pas le partage de la scène avec plein d’autres slameurs, pour moi ce n’est plus vraiment du slam.[...] Pour moi le disque, la tournée, avec les musiciens c’est autre chose. C’est un autre projet. Je suis un slameur qui a un projet musical.[...] »

— Grand Corps Malade, Interview

Discographie et autres travaux

DVD

Albums

Singles

Featurings, reprises et écriture

Divers

60px-Kunsten_en_Letteren_Ridder

La croix de l’Ordre des Arts et des Lettres

Distinctions

Grand Corps Malade est nommé 3 fois, lors des Victoires de la musique 2007 qui se sont déroulées le 10 mars 2007, dans les catégories « artiste révélation du public », « artiste révélation scène » et « album révélation ». Il remporte les Victoires dans ces deux dernières catégories15. Il est également nommé pour l’obtention d’un prix Félix, lors du gala 2007 de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), dans la catégorie « Artiste de la francophonie s’étant le plus illustré au Québec ». Le prix sera finalement remporté par Zachary Richard16. Toutefois, il remporte ce prix lors du gala de 2009.

Il est nommé au grade de chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, lors de la promotion du 14 juillet 200817,18.

Parodies

Grand Corps Malade, ainsi que ses textes, a fait l’objet d’un certain nombre d’hommages, de parodies et de références plus ou moins directes. Ainsi on peut citer le groupe Hocus Pocus, qui le cite dans sa chanson Place 5419 en ces termes : « Grand Corps Malade a déjà écrit Voyage en train, du coup j’ai l’impression de plagier la métaphore mais la béquille en moins ». D’autres , comme Fatal Bazooka, évoquent le chanteur dans leurs textes sous forme d’imitation de style, de citation simple d’un passage d’un slam, ou d’un passage assez explicite dans la chanson « crêpes au froment » dans lequel ils disent « Vas-y dis leur toi aussi Grand Cul Malade ! » ou du nom de scène de Fabien Marsaud. Des humoristes ont parfois utilisé des paronymes, ou des antonymes pour faire référence à l’auteur, comme l’émission Groland qui a fait une parodie intitulée « Petit Corps Normal20 », ou encore Fabrice Eboué dans le Jamel Comedy Club (en parlant d’Amelle Chahbi, une autre artiste du Jamel Comedy Club): « P’tit corps salade »[réf. nécessaire]. Il est également souvent parodié dans les Guignols de l’Info sur Canal+ où une marionnette lui est dédiée. En 2010 lors de son concert à l’Olympia la chanteuse française Dorothée introduit sa chanson Valise 2010 avec un clin d’oeil à Fabien en disant, en faisant allusion à son parolier et producteur « Voici une chanson qui a été écrite par Grand Cerveau Malade ».

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Grand Corps Malade

grandcorpsmaladers31072

Pour le 31/07/2011 à 00h00 T.U., au Blanc Mesnil.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 2, ET NOEUD SUD EN MAISON 8

Vous disposez d’un soutien planétaire pour réaliser vos désirs et vos souhaits les plus chers. Vous pouvez enfin obtenir les résultats espérés par rapport à ce que vous avez semée. Ni plus ni moins. Mais attention: si tout vous est égal, si vous ne formulez pas vos buts avec une extrême précision ; en d’autres termes, si vous ne demandez rien, le destin ne pourra que vous satisfaire de la même manière, c’est-à-dire avec « rien ».

Vous êtes seul à pouvoir générer une réponse du destin… La condition est de formuler la demande… Avec précision, persistance et détermination. Demandez, redemandez et… Vous recevrez, c’est votre période.

Par ailleurs, vous constaterez que l’état de vos finances personnelles, celles que vous obtenez par vos propres efforts s’améliorera nettement.

Activez vous donc vers l’amélioration de vos ressources ; vous serez largement récompensé de vos efforts.

Cette période favorise les requêtes, les finances et les ressources personnelles, sous tous rapports. Si c’est de l’argent que vous souhaitez, vous trouverez les moyens de l’acquérir. Si c’est une réputation, vous l’obtiendrez. Si c’est la connaissance, vous trouverez le maître. Ayez une confiance absolue dans vos démarches. Accomplissez-les et puis laissez le destin faire le reste. A ce stade, vous êtes convaincu qu’elles porteront des fruits. Par conséquent, elles ne vous concernent plus. Oubliez-les de manière à éviter les attentes anxieuses ou obsessionnelles. Ce sont ces dernières qui « bloquent » le déroulement de votre destin et empêchent celui-ci de réaliser vos désirs. Faites en vous la paix de l’esprit, adoptez une attitude confiante.

Evitez tout emprunts, aides ou supports d’autrui. Rappelez-vous que seuls vos efforts sont productifs en une telle période. Dans le même esprit, ne tentez pas de vous associer avec une ou un partenaire doté. C’est un piège qui aliénera votre liberté.

C’est en vous seul que vous devez trouver la force d’accomplir vos espérances. A cette condition, toutes les forces planétaires concourront à vous satisfaire.

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 30/07/2011 – Jean RENO 30 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Cinéma,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 30/07/2011 - Jean RENO dans 07/2011 jeanrenobw

jeanreno20040911 dans Cinéma

jeanrenoetnatalieportma dans Personnalités du jour « LEON » 1994 – Jean RENO et Natalie Portman

jeanrenotom

jeanrenoaumuseegrevin Jean RENO en cire au musée Grévin

jeanreno20060711

jeanreno20090226

jeanrenou Zofia et Jean RENO au stade de Roland Garros

jeanrenoetjuliettebinoc Jean et RENO et Juliette BINOCHE

bar

Jean Reno

homepagetemplates on line 1 2

newsg Actualités : 1
articleconnexe Article connexe :
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Jean Reno

né le 30/07/1948 à 05h00 à Casablanca – MAROC

jeanreno30071948

Jean Reno (*) est un acteur de cinéma français, né le 30 juillet 1948 à Casablanca (Protectorat français du Maroc) .

Jean Reno naît à Casablanca de parents espagnols, originaires d’Andalousie – son père était de Sanlúcar de Barrameda et sa mère était de Jerez de la Frontera – qui ont fui le régime de Franco. La famille s’installe ensuite en France métropolitaine en 1960. Après avoir accompli son service militaire en Allemagne, Jean Reno, de retour en France, se lance dans une carrière de comédien, montant une compagnie théâtrale avec Didier Flamand.

Il fait des apparitions remarquées dans des films tels que Clair de femme de Costa-Gavras (1979) ou Le Dernier Combat de Luc Besson (1983). Sa collaboration avec ce dernier pour Subway, Le Grand Bleu, Nikita ou encore Léon lui confèrera une notoriété nationale puis internationale ; c’est à cette occasion qu’il apprend l’anglais, le film étant tourné dans cette langue. Multipliant les registres, il devient ainsi une des valeurs sûres du cinéma de l’Hexagone, tournant avec les plus grands acteurs et réalisateurs français avant d’être sollicité par Hollywood où il devient un des rares acteurs français à connaître une vraie carrière internationale : Mission impossible avec Tom Cruise, Godzilla avec Matthew Broderick, Ronin avec Robert De Niro, La Panthère rose avec Steve Martin ou encore Da Vinci Code avec Tom Hanks.

Il a été nommé trois fois pour le César du meilleur acteur ; deux fois pour un premier rôle grâce à Léon et Les Visiteurs, ainsi qu’une fois pour un second rôle dans Le Grand Bleu.

Fait rare, Jean Reno est également très connu au Japon, depuis le succès de Le Grand Bleu là-bas, notamment dans des publicités de Honda Orthia (1996)1,2 et dans Wasabi en 2001 avec Ryōko Hirosue.

On notera aussi que l’acteur a refusé le rôle de l’Agent Smith dans le film Matrix (qui sera finalement joué par Hugo Weaving) et choisi de jouer dans Godzilla.

Vie privée

Jean Réno a été marié trois fois et a six enfants :

Jean Reno mesure 1,93 mètre.

Catholique, Jean Reno est membre de la Fondation Abbé-Pierre. Il est également le parrain de l’association « Enfance et partage ». Par ailleurs, il a déjà chanté à deux reprises avec Johnny Hallyday, pour les 85 ans de Charles Aznavour et pour les Enfoirés.

Il est aussi un grand fan de Formule 1, précisément de l’écurie Ferrari. De plus, il est ambassadeur pour la marque de voiture de luxe Audi.

Après avoir été proche de Jacques Chirac, il a soutenu Nicolas Sarkozy lors de sa candidature à la tête de l’UMP en 2004 et lors de sa candidature à l’élection présidentielle en 2007. Il avait même lu le programme du candidat pour les aveugles sur le site de campagne de ce dernier.

Outre les familles Sarkozy et Hallyday, Jean Reno compte comme amis proches Muriel Robin, Ron Howard, Charles Aznavour, Elton John, Patrick Camboulive et Vanessa Paradis.

Revenus

En 2009, selon Le Figaro, Jean Reno a reçu 2,09 millions d’euros3.

Filmographie

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Voxographie

Publicité

Jeux vidéo

Longs-métrages d’animation

Théâtre

Musique

Décoration

Officier de la Légion d’honneur en 20085

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Jean RENO

jeanrenors30072011

Pour le 30/07/2011 à 10h02 T.U., à Casablanca.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 5 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 11:

L’amour :

Cette période favorise tout particulièrement votre vie affective. C’est ainsi que pourra intervenir une réussite en amour, soit qu’un nouvel amour entre dans votre vie, soit qu’un amour existant se sublime ou se voit concrétisé.

Les enfants :

Les rapports avec les enfants seront privilégiés. Vous obtiendrez beaucoup de satisfactions de ceux-ci, surtout d’un premier enfant. Dans le même esprit, si la puériculture est votre occupation, ce sera le moment de consécration de vos efforts. Par ailleurs, cette période est la plus propice pour concevoir un enfant.

Les spéculations :

Vous pouvez également pensez à la réalisation de certain « coups » en rapport avec les potentiels indiqués dans votre thème de naissance. L’or ici est particulièrement favorisé. Dans certains cas, des gains au loto, au tiercé, au casino ou à la loterie se produisent.

Toutefois n’oubliez pas l’adage « Pas de chance au jeu, chance en amour. » Ceci implique que vous ne pourrez pas jouer gagnant sur les deux tableaux à la fois et qu’il s’agit de faire la part des choses. Cela dit, vous pouvez tenter votre chance avec discernement sur certains plans financiers : les actions en bourse, etc. Bien entendu, ceci vous concerne si vous êtes suffisamment compétent dans ces domaines. (Quoique parfois même…)

Peut-être compenserez-vous ainsi une difficulté d’expansion ou de réalisation de grands objectifs par manque d’appuis ou de soutiens extérieurs qui, en même temps, vous seront refusés durant toute  cette période, à cause du passage noeud sud dans votre maison 11.

Les oeuvres :

Faites preuve de créativité, d’ingéniosité, mettez au point de nouvelles idées, de nouveaux produits : finissez ce livre que vous aviez abandonné, achevez cette peinture que vous aviez laissée. Les mots clés de cette période sont « produire, créer, réaliser ». Sortez donc tout ce que vous avez dans le ventre car vos efforts recevront la consécration méritée avant que le cycle ne s’achève.

Le spectacle :

Au-delà des jeux de hasard, les personnes occupées dans les amusements publics seront portés en avant-scène. Les domaines favorisés incluent le théâtre, le cinéma, la télévision… et toutes les occupations dans les loisirs et dans les amusements. Cette période favorise tant les jeux que l’amour, tant les plaisirs que les liaisons, tant le spectacle que les divertissements.

Le prestige :

C’est le moment d’exercer, tous vos talents dans des oeuvres qui vous apporteront la renommée. Eloignez-vous au contraire des appuis et des amitiés qui, de toute façon, seront adverses ou se déroberont. Sans appuis, extérieurs, vous ne pouvez tirer des joies et des ressources que de votre propre créativité, mais aussi d’un amour véritable. A vous de saisir cette chance qui passera avant que cette période ne s’achève. Ne vous égarez pas dans de grands projets utopiques.

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 29/07/2011 – Jean-Hugues ANGLADE 29 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Cinéma,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 29/07/2011 - Jean-Hugues ANGLADE dans 07/2011 jeanhuguesanglade2004 jeanhuguesangladealaune dans Cinéma

jeanhuguesangladenoctur dans Personnalités du jour

jeanhuguesanglade

bar

Jean-Hugues Anglade

homepagetemplates on line 1 2

newsg Actualités
articleconnexe Article connexe :
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Jean-Hugues Anglade

né le 29/07/1955 à 12h15 à Thouars (79) – FRANCE

jeanhuguesanglade290719

Jean-Hugues Anglade, né le 29 juillet 1955 à Thouars dans les Deux-Sèvres, est un acteur, scénariste et réalisateur français.

Il entre au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris où il suit les cours d’Antoine Vitez.

Il est révélé au cinéma par Patrice Chéreau dans L’Homme blessé (1982). Puis il est dirigé successivement par Luc Besson et Jean-Jacques Beineix dans Subway et 37°2 le matin nommé à l’Oscar du Meilleur film étranger. Ces deux films le révèle internationalement. Il retrouve Luc Besson pour Nikita, tourne avec Alain Corneau le film Nocturne indien, puis Nuit d’été en ville sous la direction de Michel Deville.

Il s’essaie à la comédie avec Les Marmottes, tourne aux États-Unis Killing Zoe et fait une prestation remarquée dans La Reine Margot de Patrice Chéreau.

En 1996, Jean-Hugues Anglade passe à la réalisation, sans grand succès, avec Tonka, où il dirige sa compagne Pamela Soo. Après cet échec, il vit une traversée du désert professionelle. Il fait quelques seconds rôles, et retrouve Jean-Jacques Beineix dans un film qui sera un gros échec commercial, Mortel transfert.

Il faut attendre 2009 pour qu’Anglade redevienne un acteur de premier plan. Il cartonne à la télévision dans les séries Sous les vents de Neptune sur France 2 et Braquo sur Canal+. Cette même année marque ses retrouvailles avec Patrice Chéreau pour Persécution.

Filmographie

Réalisateur et scénariste

Acteur au cinéma

 

220px-ANGLADE_jean_Hugues-24x30-2004

Jean-Hugues Anglade en 2004

Acteur à la télévision

Théâtre

Comédien
Metteur en scène

Récompenses et nominations

Vie privée

Il est le père de deux garçons, nés en 2001 et 2002.

 

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Jean-Hugues ANGLADE

jeanhuguesangladers2907

Pour le 29/07/2011 à 00h02 T.U., à Thouars.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 3, ET NOEUD SUD EN MAISON 9

Vous vivez une période propice à tous les types de communication, de mouvement et d’échanges. Orientez-vous donc vers le commerce ou concentrez vos efforts sur l’augmentation d’une clientèle. Actuellement, le destin vous soutiendra dans ce genre d’orientation.

Ceci n’est pas limitatif :

* Etes-vous écrivain … journaliste ?… éditeur ?…. vos écrits recevront un accueil exceptionnel du public, en métropole.

* Etes-vous dans la vente ou la distribution ?…. représentant ?… intermédiaire ?… préparez-vous à assurer la demande croissante de vos produits dans le pays.

* Etes-vous dans les transports ?… routier ?… messager ? …. affréteur ?…. vous serez obligés de refuser des commandes au niveau national.

 

Attention, dans tous les cas, c’est le marché intérieur qui est favorisé au détriment du marché international. Les faveurs du destin viseront aussi les études, les lectures, l’enseignement, les tâches administratives que vous accomplirez. Vos déplacements, vos transactions et vos échanges porteront des faits exceptionnels. Des contrats intéressants en résulteront. De plus, vous obtiendrez aide et coopération de votre proche entourage, y compris frères ou sœurs, si vous les sollicitez. Discutez vos projets avec ces derniers ; ils vous apporteront des aides et des conseils de valeur. Profitez-en pour étendre vos affaires dans votre ville ou dans votre proche environnement ; vous y trouverez à élargir de manière non habituelle votre sphère d’action et vous pourrez découvrir avec étonnement l’emplacement ou le commerce que vous recherchiez depuis longtemps. C’est aussi la période propice pour déménager, pour multiplier vos points de vente, pour diversifier vos activités. Ne négligez aucune affaire ni aucun contact, dont la signification vous échapperait sur le moment ; des résultats ultérieurs vous prouveront le contraire. En revanche, évitez toute expansion vers l’étranger et n’introduisez pas de produits étrangers dans votre gamme, car les gains que vous souhaiteriez en obtenir se feraient attendre. Visez plutôt le long terme pour cela. Votre réussite actuelle se fera dans votre lieu d’origine. Ne vous égarez donc pas hors frontières, vous y rencontreriez des embarras administratifs et juridiques insurmontables. En même temps, ne sollicitez rien d’une autorité, votre père y compris. Limitez-vous à vos proches, frères, sœurs, oncles ou tantes. Suivant l’esprit de cette période, votre attention doit être attirée tout particulièrement sur ce qui suit : D’une part, le commerce, les contrats ou les échanges en général seront favorisés mais vous perdrez toute protection en ce qui concerne la légalité, les autorités ou la loi en général. Ne vous laissez donc pas emballer par ce potentiel commercial inhabituel pour améliorer votre situation sans retenue, par exemple en contournant les législations en vigueur. Vous seriez découvert et subiriez les rigueurs de la loi des pénalités ou des amendes annuleraient les bénéfices que vous auriez réalisés si vous aviez été raisonnable et intègre. Ceci prend d’autant plus d’importance que la période qui suivra immédiatement celle-ci vous défavorisera au niveau des revenus indûment gagnés. Attention aux pénalités et amendes (fiscales comprises).

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 28/07/2011 – Richard WRIGHT (The Pink Floyd) 28 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 28/07/2011 - Richard WRIGHT (The Pink Floyd) dans 07/2011 richardwright2

richardwright1 dans Musique richardwright12985 dans Personnalités du jour

richardwrightll
richardwright3

bar

Richard Wright

homepagetemplates on line 1 2

newsg Actualités
articleconnexe Article connexe : Roger WATERS
flashclips Vidéos
——————————————————————————————————————————-

Richard Wright

né le 28/07/1945 à Londres – ROYAUME-UNI

richardwright28071945

Richard William Wright, souvent appelé Rick Wright, (*) est un musicien britannique, claviériste du groupe de rock progressif Pink Floyd. Il est né le 28 juillet 1943 à Londres et mort le 15 septembre 2008 à Londres2.

Il est entré dans le groupe, appelé à l’époque Sigma 6, en 1965. Même s’il n’était pas un auteur-compositeur aussi prolifique que Roger Waters ou David Gilmour, il a été un compositeur essentiel dans l’écriture de morceaux parmi les plus longs du répertoire du groupe comme A Saucerful of Secrets, Echoes, Time (sur lesquelles il chante en duo avec Gilmour) ou Shine On You Crazy Diamond. Il a aussi beaucoup composé pour l’album Obscured by Clouds, bande originale du film La Vallée de Barbet Schroeder. Ses contributions qui ont connu le plus grand succès commercial sont The Great Gig in the Sky et Us and Them, sur l’album The Dark Side of the Moon. Sa contribution à l’élaboration du « son Pink Floyd » au cours des premières années (en particulier jusqu’à The Dark Side Of The Moon en 1973), aura été fondamentale.

Suivant l’évolution de ses époques, Richard Wright s’est distingué à l’orgue électronique, au piano, au piano électrique puis au synthétiseur avec un style d’autant moins tape-à-l’oeil (ou plutôt à l’oreille) qu’il était très riche et personnel, ne gardant de son amour du jazz et du classique qu’une conception de l’harmonie qui fut une prémisse de la notion « jazzy » dans la nébuleuse pop-rock. Multi-instrumentiste, il avait commencé dans Sigma 6 au poste de guitariste rythmique. On le vit aussi jouer du trombone et du vibraphone au cours des tournées de 1969 et 1970.

En 1978, il publie son premier album solo, Wet Dream.

Pris entre des problèmes personnels et des relations de plus en plus chaotiques avec Roger Waters, il a été évincé du groupe lors du dernier enregistrement de The Wall. Il a seulement été engagé comme musicien intérimaire le temps des concerts de promotion de l’album, en 1980 et 1981. Ironiquement, il a été le seul membre du groupe à qui cette tournée a fait gagner de l’argent : le déficit net a dû être payé de la poche des autres membres du groupe.

Par la suite, il a travaillé sur un projet solo avec Dave Harris, formant l’éphémère groupe Zee qui n’a sorti qu’un album, Identity, en 1984. Après le départ de Roger Waters, il a travaillé sur quelques chansons de l’album A Momentary Lapse of Reason en 1987, sans rejoindre officiellement le groupe. Sa réintégration a été officialisée durant la tournée qui a suivi, illustrée par l’album en public Delicate Sound of Thunder (1988) qui a restitué la tournée qui a découlé de Momentary Lapse. Il a coécrit cinq chansons et en a chanté une (Wearing the Inside Out), sur le dernier album studio du groupe, The Division Bell. Ainsi, Richard Wright apparaît sur chaque album de Pink Floyd, hormis The Final Cut. Ce dernier n’ayant pas donné lieu à une tournée, Richard Wright a partagé avec Nick Mason la qualité d’avoir été partie prenante de tous les concerts du groupe depuis ses débuts.

En 1996, il publie son véritable second album solo, Broken China, bien plus travaillé que Wet Dreams, qui évoque la dépression nerveuse d’une amie proche, et sa guérison.

En 2005, Wright a rejoint David Gilmour, Nick Mason et, pour la première fois en vingt-quatre ans, Roger Waters, le temps de quatre chansons lors du Live 8 à Londres. En novembre, il a été absent pour l’intronisation de Pink Floyd au UK Music Hall of Fame en raison d’une opération de la cataracte.[réf. nécessaire]

Il a participé à l’enregistrement de l’album de David Gilmour On an Island et l’a suivi en tournée en 2006. Il décline l’invitation de Roger Waters3 à jouer lors de la représentation de The Dark Side of the Moon à l’occasion du Grand Prix automobile de France 2006, préférant se consacrer à sa tournée avec David Gilmour et à un projet d’album solo4.

Il est mort le 15 septembre 2008 des suites d’un cancer2.

Discographie

Discographie de Pink Floyd.

 

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 27/07/2011 – Charlotte CORDAY 27 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Faits divers,Histoire de France,Personnalités du jour,Politique , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 27/07/2011 - Charlotte CORDAY dans 07/2011 charlottecorday charlottecorday dans Faits divers

charlottecorday13juille dans Histoire de France

charlottecordayassassin dans Personnalités du jour

charlottecordayarrestat dans Politique

charlottecordayenprison

charlottecordaylaguillo

bar

Charlotte Corday

homepagetemplates on line

flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Charlotte Corday

née le 27/07/1768 à 12h00 à Saint-Saturnin-des-Ligneries (61) – FRANCE

charlottecorday27071768

Marie-Anne-Charlotte de Corday d’Armont, (*) retenue par l’Histoire sous le nom de Charlotte Corday (elle-même toutefois se faisait désigner et signait sa correspondance de son premier prénom Marie), née le 27 juillet 1768 à Saint-Saturnin-des-Ligneries1 près de Vimoutiers dans le pays d’Auge, guillotinée le 17 juillet 1793 à Paris, est par son assassinat de Jean-Paul Marat (Montagnard sous la Révolution), une figure importante de la Révolution française.

Aristocrate et chrétienne

Le Ronceray, la maison où Charlotte Corday a grandi, près de Vimoutiers

Troisième enfant de Jacques-François de Corday d’Armont, gentilhomme normand, ancien lieutenant aux armées du roi, et de Charlotte-Marie-Jacqueline de Gautier des Authieux de Mesnival, Charlotte Corday est l’arrière-arrière-arrière petite fille de Pierre Corneille2 par sa fille. La légende populaire voulait que Charlotte Corday ait pu s’introduire chez Marat grâce à son ascendance, mais ce lien n’y fut pour rien. Sa famille, noble mais déclassée, vit dans une petite maison près de Vimoutiers. Les parents de Charlotte Corday ont eu cinq enfants dont quatre survivent à la petite enfance.

En butte à divers conflits familiaux, Jacques François déménage à Caen, la grande ville la plus proche. Veuf en 1782, il se trouve dans la difficulté: comme beaucoup d’autres membres de la petite noblesse, il cherche à placer ses enfants. Refusée quelques années plus tôt dans la prestigieuse maison de Saint-Cyr, Charlotte Corday, alors âgée de treize ans, est admise avec sa sœur cadette à l’abbaye aux Dames à Caen, qui, en tant qu’abbaye royale, devait accueillir les jeunes filles pauvres issues de la noblesse de la province de Normandie. Elle y reste pensionnaire jusqu’en février 17913. Son éducation est donc soignée et elle bénéficie apparemment d’une instruction supérieure à celle des jeunes filles de son temps.

Ses lectures sont alors sérieuses – notamment les auteurs classiques -, traduisant une vraie curiosité intellectuelle. Son père lui prête quelques volumes de Montesquieu et de Rousseau ce qui permet de supposer qu’elle a acquis une certaine culture philosophique et donc politique, chose fréquente chez les femmes de la noblesse. Elle admire les philosophes, s’ouvre aux idées nouvelles mais reste pétrie par une culture religieuse conservatrice (éduquée par les Bénédictines, Charlotte Corday témoignera du plus grand mépris pour les frères mineurs lors de son procès). Pourtant, elle est aussi marquée par une piété en voie de transformation, à la fois plus intérieure et spectaculaire: elle cultive le goût du sacrifice, de la mort jeune et de la foi intérieure: c’est au nom de cette foi, et non de son prétendu athéisme, qu’elle vivra son exécution comme un don de soi et refusera la confession ultime en prison4. Avec la Révolution, le vote de la loi établissant la Constitution civile du clergé le 12 juillet 1790 entraîne la suppression des ordres religieux et la fermeture des couvents qui sont déclarés biens nationaux.

Une femme politique

Un de ses parents, Frédéric de Corday, racontera plus tard 5 «  Charlotte avait le feu sacré de l’indépendance, ses idées étaient arrêtées et absolues. Elle ne faisait que ce qu’elle voulait. On ne pouvait pas la contrarier, c’était inutile, elle n’avait jamais de doutes, jamais d’incertitudes. Son parti une fois pris, elle n’admettait plus de contradiction. Son oncle, le pauvre abbé de Corday m’en a parlé dans les mêmes termes, comme d’une personne qui avait un caractère d’homme. Elle avait, en outre un esprit assez railleur, assez moqueur… Elle était susceptible de sentiments nobles et élevés, de beaux mouvements. Avec l’énergie dont elle était douée, elle s’imposait et n’en faisait jamais qu’à sa tête. Quoique dans la famille les femmes soient toutes énergiques, il n’y en avait pas qui eussent un caractère aussi décidé, aussi capable. Si elle eût commandé un régiment, elle l’eût bien mené, cela se devine . »

« Rendue au siècle », la jeune femme retourna vivre chez son père, qui avait vendu la ferme « du Ronceray », où elle était née, pour en acheter de nouveaux fermages dits « la ferme des Bois ». Début juin 1791, Mlle de Corday quittait la campagne pour aller vivre à Caen, chez sa tante, Madame de Bretteville-Gouville. Elle avait vingt trois ans, défendait fièrement ses idées constitutionnelles dans un milieu où on comptait beaucoup de royalistes, et elle apprit avec étonnement l’annonce de la fuite et de l’arrestation du roi à Varennes, événement qui créa un grand émoi en France.

Puis vint l’époque où les Girondins, qui avaient une majorité toute relative à l’Assemblée, devaient résister au travail de sape des députés Montagnards. Lors de l’insurrection du 10 août, événement considérable, le roi était suspendu puis incarcéré à la tour du Temple, tandis que ses derniers serviteurs, répartis dans les prisons de Paris et de province, étaient exécutés sommairement entre le 2 et le 7 septembre 1792. C’est alors que Charlotte Corday découvrit avec indignation que le député jacobin Jean-Paul Marat, dans son journal radical l’Ami du peuple6, se félicitait de ces massacres. Cet événement refroidit tous les admirateurs de la Révolution parmi lesquels une femme que Charlotte Corday ne connaissait pas mais qui pensait assurément comme elle. Olympe de Gouges écrivait en effet en septembre: « Le sang, même celui des coupables, versé avec cruauté et profusion, souille éternellement les révolutions ». Puis secondant Louvet et les Girondins, Olympe de Gouges dénonça énergiquement le « boutefeu Marat » à l’opinion publique. Les critiques adressées par les Girondins, relayées par les journaux et les articles de Dulaure, Brissot, Condorcet, Mercier ou Charles de Villette, furent entendues à Caen.

Marat : un bouc émissaire

Emportés par les assauts de la Commune et des députés prônant l’exagération révolutionnaire, les Girondins proscrits et fugitifs trouvèrent refuge pour certains dans la région de Caen, dans le Calvados. Ils y organisèrent des réunions politiques auxquelles Charlotte Corday assista à plusieurs reprises. Elle aperçut pour la première fois ces députés qu’elle admirait jusqu’alors de loin, et parmi eux, Buzot, député de l’Eure, Salles, Pétion, l’ancien maire de Paris, Valazé, Kervélégan, Mollevaut, Barbaroux, Louvet, Giroust, Bergoeing, Lesage, Duchastel, Henry-Larivière. Elle eut l’explication des circonstances qui préludèrent aux journées d’émeute des 31 mai et 2 juin 1793 perpétrés par la Commune contre la Convention qui fut en effet prise en otage par l’armée révolutionnaire. Indignée, elle se persuada que, dès lors, elle pouvait s’affranchir des règles du bon droit, et elle décida, non sans angoisse, de répondre à l’illégalité par l’illégalité. Marat qui, depuis son acquittement au Tribunal révolutionnaire, diffamait les Girondins et réécrivait sans cesse l’histoire, symbolisa à ses yeux l’injustice et le mensonge. Il devint sa cible.

Le 9 juillet 1793, elle quittait Caen pour le quartier du Palais-Royal à Paris où elle descendit à l’hôtel de la Providence rue des Vieux-Augustins n°197, le 11 juillet à midi. Munie d’une lettre d’introduction du député Barbaroux, elle se rendit chez le député Claude Romain Lauze de Perret qui lui fit bon accueil. Dans la conversation, il lui apprit que Marat, souffrant, ne paraissait plus à la Convention8. Dans la matinée du 13 juillet, elle chercha par deux fois sans succès à se faire recevoir par l’Ami du Peuple. C’est alors qu’elle eut l’idée de lui faire parvenir un court billet:

«  Je viens de Caen, votre amour pour la patrie doit vous faire désirer connaître les complots qu’on y médite. J’attends votre réponse. »

En fin de journée, sans réponse, elle décida d’écrire un second billet :

«  Je vous ai écrit ce matin, Marat, avez vous reçu ma lettre, puis-je espérer un moment d’audience ; si vous l’avez reçue j’espère que vous ne me refuserez pas, voyant combien la chose est intéressante. Suffit que je sois bien malheureuse pour avoir droit à votre protection. » 9

Puis Charlotte Corday mit le billet dans sa poche, sortit de sa chambre, fit appeler un fiacre et se rendit rue des Cordeliers, n°20. Elle avait, glissé dans son corsage, un couteau qu’elle avait acheté le matin même dans une boutique, sous les arcades du Palais-Royal, au 177 de l’actuelle galerie de Valois. Il est sept heures du soir quand son fiacre s’immobilise devant chez Marat.

L’attentat contre Marat

280px-Charlotte_Corday

Représentation de l’assassinat de Marat au XIXe siècle par Baudry, 1860

Alphonse de Lamartine, dans son Histoire des Girondins, t. II., Livre 44, Paris, Ratier, pp.100-2, a imaginé la scène :

« Elle descendit de voiture du côté opposé de la rue, en face de la demeure de Marat. Le jour commençait à baisser, surtout dans ce quartier assombri par des maisons hautes et par des rues étroites. La portière refusa d’abord de laisser pénétrer la jeune inconnue dans la cour. Celle-ci insista néanmoins et franchit quelques degrés de l’escalier, rappelée en vain par la voix de la concierge. À ce bruit, la maîtresse de Marat entrouvrit la porte, et refusa l’entrée de l’appartement à l’étrangère. La sourde altercation entre ces femmes, dont l’une suppliait qu’on la laissât parler à l’Ami du peuple, dont l’autre s’obstinait à barrer la porte, arriva jusqu’aux oreilles de Marat. Il comprit, à ces explications entrecoupées, que la visiteuse était l’étrangère dont il avait reçu deux lettres dans la journée. D’une voix impérative et forte, il ordonna qu’on la laissât pénétrer.

Soit jalousie, soit défiance, Albertine Marat obéit avec répugnance. Elle introduisit la jeune fille dans la petite pièce où se tenait Marat, et laissa, en se retirant, la porte du corridor entrouverte, pour entendre le moindre mot ou le moindre mouvement de son frère.

Cette pièce était faiblement éclairée. Marat était dans son bain. Dans ce repos forcé de son corps, il ne laissait pas reposer son âme. Une planche mal rabotée, posée sur la baignoire, était couverte de papiers, de lettres ouvertes et de feuilles commencées.

Charlotte évita d’arrêter son regard sur lui, de peur de trahir l’horreur de son âme à cet aspect. Debout, les yeux baissés, les mains pendantes auprès de la baignoire, elle attend que Marat l’interroge sur la situation de la Normandie. Elle répond brièvement, en donnant à ses réponses le sens et la couleur propres à flatter les dispositions présumées du journaliste. Il lui demande ensuite les noms des députés réfugiés à Caen. Elle les lui dicte. Il les note, puis, quand il a fini d’écrire ces noms : « C’est bien ! dit-il de l’accent d’un homme sûr de sa vengeance, avant huit jours ils iront tous à la guillotine ! »

À ces mots, comme si l’âme de Charlotte eût attendu un dernier forfait pour se résoudre à frapper le coup, elle tire de son sein le couteau et le plonge, avec une force surnaturelle , jusqu’au manche dans le cœur de Marat. Charlotte retire du même mouvement le couteau ensanglanté du corps de la victime et le laisse glisser à ses pieds. – « À moi ! ma chère amie ! à moi ! », s’écrie Marat, et il expire sous le coup. »

Charlotte Corday fut maîtrisée par Simone Évrard, la maîtresse de Marat, et ses gens de maison. Protégée contre la foule, elle fut conduite non loin, à la prison de l’Abbaye où elle subit une fouille en règle. Outre quelques objets personnels on trouva sur elle une feuille de papier pliée en huit, dans laquelle elle expliquait les raisons de son geste :

220px-L%27Assassinat_de_Marat

L’assassinat de Marat, par Jean-Joseph Weerts, vers 1880.

Adresse aux Français amis des lois et de la paix.

« Jusqu’à quand, ô malheureux Français, vous plairez-vous dans le trouble et dans les divisions ? Assez et trop longtemps des factieux, des scélérats, ont mis l’intérêt de leur ambition à la place de l’intérêt général ; pourquoi, victimes de leur fureur, vous anéantir vous-mêmes, pour établir le désir de leur tyrannie sur les ruines de la France ?

« Les factions éclatent de toutes parts, la Montagne triomphe par le crime et l’oppression, quelques monstres abreuvés de notre sang conduisent ces détestables complots […] Nous travaillons à notre propre perte avec plus de zèle et d’énergie que l’on n’en mit jamais à conquérir la liberté ! Ô Français, encore un peu de temps, et il ne restera de vous que le souvenir de votre existence !

« Déjà les départements indignés marchent sur Paris, déjà le feu de la discorde et de la guerre civile embrase la moitié de ce vaste empire ; il est encore un moyen de l’éteindre, mais ce moyen doit être prompt. Déjà le plus vil des scélérats, Marat, dont le nom seul présente l’image de tous les crimes, en tombant sous le fer vengeur, ébranle la Montagne et fait pâlir Danton, Robespierre, ces autres brigands assis sur ce trône sanglant, environnés de la foudre, que les dieux vengeurs de l’humanité ne suspendent sans doute que pour rendre leur chute plus éclatante, et pour effrayer tous ceux qui seraient tentés d’établir leur fortune sur les ruines des peuples abusés !

« Français ! vous connaissez vos ennemis, levez-vous ! Marchez ! que la Montagne anéantie ne laisse plus des frères, des amis ! J’ignore si le ciel nous réserve un gouvernement républicain, mais il ne peut nous donner un Montagnard pour maître que dans l’excès de ses vengeances […] Ô France ! ton repos dépend de l’exécution des lois ; je n’y porte pas atteinte en tuant Marat : condamné par l’univers, il est hors la loi. Quel tribunal me jugera ? Si je suis coupable, Alcide l’était donc lorsqu’il détruisait les monstres ! [...]

« Ô ma patrie ! Tes infortunes déchirent mon cœur ; je ne puis t’offrir que ma vie ! et je rends grâce au ciel de la liberté que j’ai d’en disposer ; personne ne perdra par ma mort ; je n’imiterai point Pâris (le meurtrier de Lepeletier de Saint-Fargeau) en me tuant. Je veux que mon dernier soupir soit utile à mes concitoyens, que ma tête portée dans Paris soit un signe de ralliement pour tous les amis des lois ! que la Montagne chancelante voie sa perte écrite avec mon sang ! que je sois leur dernière victime, et que l’univers vengé déclare que j’ai bien mérité de l’humanité ! Au reste, si l’on voyait ma conduite d’un autre œil, je m’en inquiète peu : Qu’à l’univers surpris cette grande action, Soit un objet d’horreur ou d’admiration Mon esprit, peu jaloux de vivre en la mémoire, Ne considère point le reproche ou la gloire. Toujours indépendante et toujours citoyen, Mon devoir me suffit, tout le reste n’est rien, Allez, ne songez plus qu’à sortir d’esclavage !…

« Mes parents et mes amis ne doivent point être inquiétés, personne ne savait mes projets. Je joins mon extrait de baptême à cette adresse, pour montrer ce que peut être la plus faible main conduite par un entier dévouement. Si je ne réussis pas dans mon entreprise, Français ! Je vous ai montré le chemin, vous connaissez vos ennemis; levez-vous ! Marchez ! Frappez ! »

Le procès

Charlotte Corday devant le tribunal révolutionnaire, par James Gillray

Transférée le 15 juillet à la Conciergerie, elle comparut le lendemain au Tribunal révolutionnaire.

Jacques Bernard Marie Montané présidait, assisté des juges Foucault, Roussillon et Ardouin. Fouquier-Tinville occupait sa place d’accusateur public. Au banc du jury siégeaient Jourdeuil, Fallot, Ganney, Le Roy, Brochet, Chrétien, Godin, Rhoumin, Brichet, Sion, Fualdès et Duplain. L’avocat choisi par l’accusée, le Girondin Doulcet de Pontécoulant, n’ayant pas répondu à l’invitation qu’on lui avait adressée (il semblerait d’ailleurs que Fouquier-Tinville ait tout fait pour que l’invitation arrive trop tard), le président nomma d’office Chauveau-Lagarde, présent à l’audience, défenseur de Charlotte Corday.

Après la lecture de l’acte d’accusation, l’audition des témoins, on donna lecture de la lettre qu’elle avait écrite à son père, le 16 juillet et qui avait été interceptée. Elle revendiquait son acte en ces termes :

« Pardonnez-moi, mon cher papa, d’avoir disposé de mon existence sans votre permission. J’ai vengé bien d’innocentes victimes, j’ai prévenu bien d’autres désastres. Le peuple, un jour désabusé, se réjouira d’être délivré d’un tyran. Si j’ai cherché à vous persuader que je passais en Angleterre, c’est que j’espérais garder l’incognito, mais j’en ai reconnu l’impossibilité. J’espère que vous ne serez point tourmenté. En tout cas, je crois que vous auriez des défenseurs à Caen. J’ai pris pour défenseur Gustave Doulcet : un tel attentat ne permet nulle défense, c’est pour la forme. Adieu, mon cher papa, je vous prie de m’oublier, ou plutôt de vous réjouir de mon sort, la cause en est belle. J’embrasse ma sœur que j’aime de tout mon cœur, ainsi que tous mes parents. N’oubliez pas ce vers de Corneille :

Le Crime fait la honte, et non pas l’échafaud !

C’est demain à huit heures, qu’on me juge. Ce 16 juillet. »

Après l’intervention de Chauveau-Lagarde, son défenseur, le jury reconnut que l’accusée avait commis l’assassinat « avec des intentions criminelles et préméditées ». Le tribunal condamna Charlotte Corday à la peine de mort et ordonna qu’elle soit conduite au lieu de l’exécution revêtue d’une chemise rouge réservée aux assassins et empoisonneurs10.

L’exécution

220px-Charlotte_Corday%2C_pastel_de_J-J_Hauer

Portrait de Charlotte Corday, pastel réalisé dans sa cellule quelques heures avant son exécution par Hauer.

220px-CharlotteCorday

Charlotte Corday, La dernière toilette par Mathieu Ward, 1871.

Le récit de son exécution figure dans les Mémoires de Sanson, qui sont en réalité apocryphes et écrites par le jeune Balzac. Cette publication destinée à bien se vendre ne peut être prise comme un témoignage authentique. Elle révèle bien plutôt la place de Charlotte Corday dans la mémoire de la noblesse catholique et royaliste au XIXe siècle.

« Le mercredi 17, à dix heures du matin, j’allai demander l’ordre au citoyen Fouquier. Le citoyen Fouquier était en séance, il me fit répondre que j’eusse à attendre et à ne pas m’éloigner. Je redescendis et j’allai prendre une bouchée chez le citoyen Fournier. Vers une heure de l’après-midi, un citoyen qui descendait du Tribunal nous dit que la fille était condamnée. Je montai alors et je me trouvais dans la chambre des témoins lorsque le citoyen Fouquier la traversa avec le citoyen Montané. Il ne me vit pas, parce qu’il disputait fort vivement avec ledit Montané, qu’il accusait d’avoir été favorable à l’accusée. Ils restèrent plus d’une heure enfermés dans le cabinet. En sortant, le citoyen Fouquier m’aperçut et me dit avec colère : « Tu es encore là ? » Je lui observai que je n’avais pas eu d’ordre. Le citoyen Fabricius entra avec la minute et la copie du jugement qui fut signée, et nous descendîmes à la Conciergerie. Je parlai au citoyen Richard, et en lui parlant je vis la citoyenne son épouse, qui était toute pâle et comme tremblante. Je lui demandai si elle était malade. Elle me dit : « Attendez au tantôt, et peut-être le cœur vous défaillira-t-il plus qu’à moi. » Le citoyen Richard nous conduisit à la chambre de la condamnée. Les citoyens Firrase et Monet, huissiers du tribunal, entrèrent les premiers, je demeurai sur la porte. Il y avait dans la chambre de la condamnée deux personnes, un gendarme et un citoyen qui prenait son portrait. Elle était assise sur une chaise et écrivait sur le dos d’un livre. Elle ne regarda point les huissiers mais moi, et me fit signe d’attendre. Lorsqu’elle eut fini, les citoyens Firrase et Monet commencèrent la lecture du jugement et, pendant ce temps-là, la citoyenne Corday plia le papier qu’elle avait écrit dans la forme de lettre et la remit au citoyen Monet en le priant de la faire venir au citoyen député Pontécoulant. Alors elle a amené sa chaise au milieu de la chambre : s’étant assise, elle enleva son bonnet, dénoua ses cheveux couleur châtain-clair, qui étaient fort longs et fort beaux, et elle me fit signe de les couper. Depuis M. de La Barre, je n’avais pas rencontré tant de courage pour mourir. Nous étions là six ou sept citoyens dont le métier n’est pas fait pour attendrir beaucoup ; elle paraissait moins émue que nous tous et ses lèvres mêmes n’avaient pas perdu leur couleur. Lorsque ses cheveux furent tombés, elle en donna une partie au citoyen peintre qui l’avait dessinée et remit le reste au citoyen Richard pour son épouse. Je lui donnai la chemise rouge qu’elle passa et arrangea elle-même. Elle me demanda, alors que je me préparais à la lier, si elle devait garder ses gants, parce que ceux qui l’avaient liée lors de son arrestation l’avaient si fort serrée, qu’il lui en restait des cicatrices au poignet. Je lui dis qu’elle pouvait faire ce qu’elle désirait, mais que cette précaution était inutile parce que je saurais la lier sans lui faire aucun mal. Elle dit en souriant : « Au fait, ils n’en ont pas votre habitude », et elle me tendit ses mains nues.

Nous montâmes dans la charrette. Il y avait deux chaises, je l’engageai à s’asseoir, elle refusa. Je lui dis qu’elle avait raison et que, de la sorte, les cahots la fatigueraient moins, elle sourit encore, mais sans me répondre. Elle resta debout, appuyée sur les ridelles. Firmin, qui était assis derrière la voiture, voulut prendre le tabouret, mais je l’en empêchai, et je le mis devant la citoyenne, afin qu’elle pût y accoter un de ses genoux. Il plut et il tonna au moment où nous arrivions sur le quai ; mais le peuple, qui était en grand nombre sur notre passage, ne se dispersa pas comme d’habitude. On avait beaucoup crié au moment où nous étions sortis de l’Arcade, mais plus nous avancions, moins ces cris étaient nombreux. Il n’y avait guère que ceux qui marchaient autour de nous qui injuriaient la condamnée et lui reprochaient la mort de Marat. À une fenêtre de la rue Saint-Honoré, je reconnus les citoyens Robespierre, Camille Desmoulins et Danton. Le citoyen Robespierre paraissait très animé et parlait beaucoup à ses collègues, mais ceux-ci, et particulièrement le citoyen Danton, avaient l’air de ne pas l’écouter, tant ils regardaient fixement la condamnée. Moi-même, à chaque instant, je me détournais pour la regarder, et plus je la regardais, plus j’avais envie de la voir. Ce n’était pourtant pas à cause de sa beauté, si grande qu’elle fût ; mais il me semblait impossible qu’elle restât jusqu’à la fin aussi douce, aussi courageuse que je la voyais, je voulais m’assurer qu’elle aurait sa faiblesse comme les autres, mais je ne sais pas pourquoi, chaque fois que je tournais mes yeux sur elle, je tremblais qu’elle n’eut défailli. Cependant, ce que je regardais comme impossible est arrivé. Pendant les deux heures qu’elle a été près de moi, ses paupières n’ont pas tremblé, je n’ai pas surpris un mouvement de colère ou d’indignation sur son visage. Elle ne parlait pas, elle regardait, non pas ceux qui entouraient la charrette et qui lui débitaient leurs saletés, mais les citoyens rangés le long des maisons. Il y avait tant de monde dans la rue que nous avancions bien lentement. Comme elle avait soupiré, je crus pouvoir lui dire : « Vous trouvez que c’est bien long, n’est-ce pas ? » Elle me répondit : « Bah ! nous sommes toujours sûrs d’arriver », et sa voix était aussi calme, aussi flûtée que dans la prison.

220px-Charlotte_Corday_par_Hauer

Portait de Charlotte Corday, peinture réalisée par Hauer

Au moment où nous débouchâmes sur la place de la Révolution, je me levai et me plaçai devant elle pour l’empêcher de voir la guillotine. Mais elle se pencha en avant pour regarder et elle me dit : « J’ai bien le droit d’être curieuse, je n’en avais jamais vu ! » Je crois, néanmoins, que sa curiosité la fit pâlir, mais cela ne dura qu’un instant et presque aussitôt son teint reprit ses couleurs qui étaient fort vives. Au moment où nous descendions de la charrette je m’aperçus que des inconnus étaient mêlés à mes hommes. Pendant que je m’adressais aux gendarmes pour qu’ils m’aidassent à dégager la place, la condamnée avait rapidement monté l’escalier. Comme elle arrivait sur la plateforme, Firmin lui ayant brusquement enlevé son fichu, elle se précipita d’elle-même sur la bascule où elle fut bouclée. Bien que je ne fusse pas à mon poste, je pensai qu’il serait barbare de prolonger, pendant une seconde de plus, l’agonie de cette femme courageuse, et je fis signe à Firmin qui se trouvait auprès du poteau de droite, de lâcher le déclic. J’étais encore au pied de l’échafaud, lorsqu’un de ceux qui avaient voulu se mêler de ce qui ne les regardait pas, un charpentier nommé Legros, qui, pendant la journée avait travaillé à des réparations à la guillotine, ayant ramassé la tête de la citoyenne Corday, la montra au peuple. Je suis pourtant familiarisé avec ces sortes de spectacles et cependant j’eus peur. Il me semblait que c’était sur moi que ces yeux entrouverts étaient fixés et que j’y retrouvais encore cette douceur pénétrante et irrésistible qui m’avait tant étonné. Aussi, je détournai la tête. Ce ne fut que par des murmures que j’entendis autour de moi que j’appris que le scélérat avait souffleté la tête, ce furent les autres qui m’assurèrent qu’elle avait rougi à cette insulte. »

Quant à Jules Michelet, voici le récit qu’il fit dans son Histoire de la Révolution française :

« Au moment où Charlotte Corday monta sur la charrette, où la foule, animée de deux fanatismes contraires, de fureur ou d’admiration, vit sortir de la basse arcade de la Conciergerie la belle et splendide victime dans son manteau rouge, la nature sembla s’associer à la passion humaine, un violent orage éclata sur Paris. Il dura peu, sembla fuir devant elle, quand elle apparut au Pont-Neuf et qu’elle avançait lentement par la rue Saint-Honoré. Le soleil revint haut et fort ; il n’était pas sept heures du soir (19 juillet). Les reflets de l’étoffe rouge relevaient d’une manière étrange et toute fantastique l’effet de son teint, de ses yeux.

On assure que Robespierre, Danton, Camille Desmoulins, se placèrent sur son passage et la regardèrent. Paisible image, mais d’autant plus terrible, de la Némésis révolutionnaire, elle troublait les cœurs, les laissait pleins d’étonnement.

Les observateurs sérieux qui la suivirent jusqu’aux derniers moments, gens de lettres, médecins, furent frappés d’une chose rare : les condamnés les plus fermes se soutenaient par l’animation, soit par des chants patriotiques, soit par un appel redoutable qu’ils lançaient à leurs ennemis. Elle montra un calme parfait, parmi les cris de la foule, une sérénité grave et simple ; elle arriva à la place dans une majesté singulière, et comme transformée dans l’auréole du couchant.

Un médecin qui ne la perdait pas de vue dit qu’elle lui sembla un moment pâle, quand elle aperçut le couteau. Mais ses couleurs revinrent, elle monta d’un pas ferme. La jeune fille reparut en elle au moment où le bourreau lui arracha son fichu ; sa pudeur en souffrit, elle abrégea, avançant elle-même au-devant de la mort.

Au moment où la tête tomba, un charpentier maratiste, qui servait d’aide au bourreau, l’empoigna brutalement, et, la montrant au peuple, eut la férocité indigne de la souffleter. Un frisson d’horreur, un murmure parcourut la place. On crut voir la tête rougir. Simple effet d’optique peut-être ; la foule, troublée à ce moment, avait dans les yeux les rouges rayons du soleil qui perçait les arbres des Champs-Élysées.

La Commune de Paris et le tribunal donnèrent satisfaction au sentiment public, en mettant l’homme en prison. »

Le poème d’André Chénier

220px-Charlotte_corday

Charlotte Corday par François-Séraphin Delpech

André Chénier est l’auteur de ce poème, en l’honneur de Charlotte Corday :

ODE À MARIE-ANNE-CHARLOTTE CORDAY

Quoi ! tandis que partout, ou sincères ou feintes,
Des lâches, des pervers, les larmes et les plaintes
Consacrent leur Marat parmi les immortels ;
Et que, prêtre orgueilleux de cette idole vile,
Des fanges du Parnasse, un impudent reptile
Vomit un hymne infâme au pied de ses autels;

La Vérité se tait ! Dans sa bouche glacée,
Des liens de la peur sa langue embarrassée
Dérobe un juste hommage aux exploits glorieux !
Vivre est-il donc si doux ? De quel prix est la vie,
Quand sous un joug honteux la pensée asservie,
Tremblante, au fond du cœur se cache à tous les yeux ?

Non, non, je ne veux point t’honorer en silence,
Toi qui crus par ta mort ressusciter la France,
Et dévouas tes jours à punir des forfaits.
Le glaive arma ton bras, fille grande et sublime,
Pour faire honte aux Dieux, pour réparer leur crime,
Quand d’un homme à ce monstre ils donnèrent les traits.

Le noir serpent sorti de sa caverne impure,
A donc vu rompre enfin sous ta main ferme et sûre
Le venimeux tissu de ses jours abhorrés !
Aux entrailles du tigre, à ses dents homicides,
Tu vins redemander et les membres livides,
Et le sang des humains qu’il avait dévorés !

Son œil mourant t’a vue, en ta superbe joie,
Féliciter ton bras, et contempler ta proie.
Ton regard lui disait : « Va, tyran furieux,
Va, cours frayer la route aux tyrans tes complices.
Te baigner dans le sang fut tes seules délices;
Baigne-toi dans le tien et reconnais tes Dieux. »

La Grèce, ô fille illustre, admirant ton courage,
Épuiserait Paros, pour placer ton image
Auprès d’Harmodios, auprès de son ami ;
Et des chœurs sur ta tombe, en une sainte ivresse,
Chanteraient Némésis, la tardive Déesse,
Qui frappe le méchant sur son trône endormi.

Mais la France à la hache abandonne ta tête,
C’est au monstre égorgé qu’on prépare une fête,
Parmi ses compagnons, tous dignes de son sort.
Oh ! quel noble dédain fit sourire ta bouche,
Quand un brigand, vengeur de ce brigand farouche,
Crut te faire pâlir aux menaces de mort !

C’est lui qui dut pâlir ; et tes juges sinistres,
Et notre affreux sénat, et ses affreux ministres,
Quand, à leur tribunal, sans crainte et sans appui,
Ta douceur, ton langage et simple et magnanime,
Leur apprit qu’en effet, tout puissant qu’est le crime,
Qui renonce à la vie est plus puissant que lui.

Longtemps, sous les dehors d’une allégresse aimable,
Dans ses détours profonds ton âme impénétrable
Avait tenu cachés les destins du pervers.
Ainsi, dans le secret amassant la tempête,
Rit un beau ciel d’azur, qui cependant s’apprête
À foudroyer les monts, et soulever les mers.

Belle, jeune, brillante, aux bourreaux amenée,
Tu semblais t’avancer sur le char d’hyménée,
Ton front resta paisible, et ton regard serein.
Calme sur l’échafaud, tu méprisas la rage
D’un peuple abject, servile, et fécond en outrage,
Et qui se croit alors et libre et souverain.

La vertu seule est libre. Honneur de notre histoire,
Notre immortel opprobre y vit avec ta gloire,
Seule tu fus un homme, et vengeas les humains.
Et nous, eunuques vils, troupeau lâche et sans âme,
Nous savons répéter quelques plaintes de femme,
Mais le fer pèserait à nos débiles mains.

Non ; tu ne pensais pas qu’aux mânes de la France
Un seul traître immolé suffit à sa vengeance,
Ou tirât du chaos ses débris dispersés.
Tu voulais, enflammant les courages timides,
Réveiller les poignards sur tous ces parricides,
De rapine, de sang, d’infamie engraissés.

Un scélérat de moins rampe dans cette fange.
La vertu t’applaudit. De sa mâle louange
Entends, belle héroïne, entends l’auguste voix.
Ô vertu, le poignard, seul espoir de la terre,
Est ton arme sacrée, alors que le tonnerre
Laisse régner le crime, et te vend à ses lois !

André Chénier fut lui aussi guillotiné, le 7 thermidor an II (25 juillet 1794).

Notes et références

220px-Charlotte_Corday_by_Arturo_Michelena

Charlotte Corday conduite à la guillotine, tableau d’Arturo Michelena

  1. Aujourd’hui sur le territoire de la commune d’Écorches
  2. Généalogie de Charlotte Corday [archive]
  3. Après la suppression des ordres religieux, (et la nationalisation des biens du clergé) survenue le 9  février  1790, la congrégation de Charlotte Corday, qui ne fut dissoute définitivement qu’en février 1791, obtient une année de sursis. Atlas historique Perrin 1987 et Bernardine Melchior-Bonnet, Charlotte Corday, Perrin, 2000.
  4. Lettre à Barbaroux, 16 juillet 1793.
  5. Lettre citée dans: Les Grandes Heures de la Révolution, tome III G. Lenotre André Castelot. Perrin 1963
  6. Dans l’Ami du peuple, le 19 août, Marat, avait déjà appelé au massacre des prisonniers : «  Quel est le devoir du peuple ? Il n’y a que deux partis à prendre… Le plus sûr, le plus sage est de se porter en armes à l’Abbaye, d’en arracher les traîtres, de les passer au fil de l’épée… » Extrait du texte cité dans : Condorcet, un intellectuel en politique – Élisabeth et Robert Badinter. Fayard 1988, p.470.
  7. Aujourd’hui 14 rue Hérold
  8. Elle avait projeté dans un premier temps de tuer Marat à la Convention nationale. Cette nouvelle l’obligera à changer son plan. Paris révolutionnaire G. Lenotre Perrin 1947.
  9. Ce billet fut retrouvé sur elle après le meurtre. Sur ce même billet le commissaire qui procéda à la fouille nota: « La présente n’a point été remise à son adresse, devenue inutile par l’admission de l’assassin à sa 2eprésentation, vers les 7 heures et demi de relevée; heure à laquelle elle a consommé son forfait. » Fac-similé du billet: Charlotte Corday, Bernardine Melchior Bonnet, Perrin 2000. Il semble donc que Charlotte Corday n’ait pas eu besoin d’utiliser ce second billet. (idem)
  10. article 4, titre Ier, 1re partie, Code pénal de 1791 [archive]

Annexe

Bibliographie

Filmographie

 

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Charlotte CORDAY

charlottecordayrs270717

Pour le 27/07/1792 à 07h21 T.U., à Saint-Saturnin-des-Ligneries.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 11 ET NOEUD SUD EN MAISON 5

L’entrée du noeud nord en maison XI rend possible la réalisation de vos projets, même s’ils sont audacieux. Durant la période précédente, le nœud sud que vous aviez en maison VI a contrecarré les projets que vous souhaitiez accomplir en dressant maints obstacles sur votre route. Pourtant, votre nœud nord qui était en maison XII vous a permis de formuler des projets. Vous avez pu les trouver peu réalistes. Cependant, maintenant que vous avez quitté cette prison qu’était la maison XII et retrouvé votre liberté (maison XI) ces rêves peuvent commencer à se réaliser. Cette réalisation sera, toutefois, conditionnée par votre faculté à cultiver l’art de l’amitié. Ce seront les vraies amitiés et les relations sincères qui paveront l’avenue de vos opportunités durant cette période et la suivante. Ceci est suggéré par la présence du nœud nord en XI lequel vous incitera, par ailleurs, à refuser toutes les contraintes qui limiteraient cette nouvelle liberté. De plus, il vous autorise, dans l’ordre, à élargir le cercle de vos relations, à former de nouvelles amitiés, à obtenir leur soutien, à réaliser vos grands projets et à conquérir votre indépendance. Le nœud nord continuera son parcours en direction de la maison X, laquelle vous fera récolter les fruits des projets que vous aurez matérialisés pendant son passage en maison XI. Commencez donc par étendre le cercle de vo s relations car c’est parmi celles-ci que vous trouverez à réaliser vos projets les plus audacieux. Dans le même esprit, visez la fraternité, l’entraide mutuelle en adhérant à un ordre, un club ou une association. Les résultats pourront vous surprendre. Evitez à tout prix de vous laisser séduire par les tentations du nœud sud en maison V : les plaisirs sans mesure, la recherche de prestige, la satisfaction des sens, les liaisons faciles. En d’autres termes, prenez garde à tout ce qui flatte votre ego ; évitez tous les abandons où seul votre plaisir compte car ceci ressort du domaine négatif de la même période (nœud sud en V). Celle-ci n’est pas propice aux satisfactions affectives ou émotives en tête-à-tête, c’est-à-dire dans lesquelles vous seriez trop « personnel ». C’est ainsi que toute vie en couple ne peut subsister ici que si un vrai don de soi intervient, au-delà de l’utilisation de l’autre pour se satisfaire, et sous condition d’élargir la relation vers de vastes échanges avec le monde extérieur. Vous ne pourrez d’ailleurs pas supporter de restreindre votre vie au seul couple. Vous manqueriez d’air. Il vous faudra aussi vivre une expansion, en plus, pour conserver votre équilibre. Cette période est aussi source de déception issue des rapports avec les enfants. La bonne entente avec ces derniers est souvent compromise. Souvent, les accouchements y sont difficiles. Evitez aussi tout ce qui est d’ordre spéculatif : le loto, la loterie, les casinos. Ne jouez pas en bourse, n’attendez aucun résultat de la chance. En résumé, évitez tout ce qui flatte votre ego à titre personnel pour privilégier la fraternité et l’humanisme de manière large et impersonnelle, sans carcans ni restrictions.

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 26/07/2011 – Sandra BULLOCK 26 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Cinéma,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 26/07/2011 - Sandra BULLOCK dans 07/2011 sandrabullockb sandrabullocku dans Cinéma

sandrabullocksk dans Personnalités du jour

sandrabullocke

sandrabullockwallpaper

sandrabullocknayade

sandrabullock2z

bar

Sandra Bullock

homepagetemplates On line 1 2 3
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Sandra Bullock

née le 26/07/1964 à 03h15 à Arlington (Virginia) – USA

sandrabullock26071964

Sandra Annette Bullock (*) est une actrice américaine, née le 26 juillet 1964 à Arlington, en Virginie (États-Unis). Elle accède à la reconnaissance du grand public dans les années 1990, après avoir joué dans des films à succès tels que Speed ou L’Amour à tout prix et est depuis devenue une des actrices les plus populaires d’Hollywood, avec des films comme Miss Détective et Collision, qui ont reçu des critiques positives. En 2007, elle est classée comme la 14e célébrité féminine la plus riche avec une fortune évaluée de 85 millions de dollars américains. En 2009, âgée de 45 ans, Bullock a joué dans les deux films les plus financièrement réussis de sa carrière : La Proposition et The Blind Side. Sa performance dans ce dernier lui a valu de remporter le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique ainsi que l’Oscar de la meilleure actrice.

D’après le magazine Forbes, elle est l’actrice la mieux payée d’Hollywood en 2010 avec des revenus estimés à 56 millions de dollars américains.

Sandra Bullock, née d’une cantatrice allemande et d’un père américain professeur de chant, passe la grande partie de son enfance en Allemagne et en Europe où elle suit les déplacements professionnels de sa mère. Elle participe à des petits rôles de gitanes, en fond de scène, ou comme choriste avec sa sœur.

Sandra parle couramment allemand mais affirme toutefois clairement préférer s’exprimer en anglais.

Carrière d’actrice

Décidée à devenir actrice une fois rentrée aux États-Unis, elle se spécialise dans le théâtre à l’East Carolina University et se rend à New York pour prendre part à des spectacles off-Broadway comme “No Time Flat”. On la voit également dans de toutes petites productions cinéma, habituellement balayées de manière très pudique de sa filmographie officielle. Son premier titre de gloire est de reprendre le rôle de Melanie Griffith dans la série télé Working Girl, spin-off du film du même titre. Mais Sandra n’y trouve guère son compte et déménage à Los Angeles.

Au début des années 1990, le cinéma lui offre peu d’opportunités et elle ne joue que de petits rôles dans une série de films à petits budgets. En 1993, elle décrochant le rôle du lieutenant Lenina Huxley, personnage principal féminin dans Demolition Man, aux côtés de Sylvester Stallone et Wesley Snipes.

Mais c’est en 1994, à travers le succès du blockbuster de l’été Speed que sa carrière décolle et qu’elle fut révélée au grand public. Elle y incarne, aux côtés de Keanu Reeves, une conductrice de bus improvisée aux prises avec un dangereux terroriste (Dennis Hopper) menaçant de faire exploser le véhicule si celui-ci ralentit.

Bullock est promue vedette du jour au lendemain, et elle se retrouve rapidement dans diverses grosses productions, comme dans la comédie romantique L’Amour à tout prix et le thriller Traque sur Internet avant d’assurer la vedette d’Un vent de folie avec Ben Affleck ou de donner la réplique à Nicole Kidman dans les Ensorceleuses.

Nominée aux Golden Globes pour Miss Détective, elle continue à tourner dans grand nombre de succès dont certains qu’elle produisit. En 2002, sa production L’Amour sans préavis, dont elle partage la vedette avec Hugh Grant, rapporta plus de 200 millions de dollars américains.

Elle prend part en 2004 au casting du drame à succès Collision, récompensé aux Screen Actors Guild Awards avant de retrouver l’année suivante Keanu Reeves pour le roman épistolaire Entre deux rives.

Bullock revient au genre qui l’a fait connaitre avec La Proposition, dont elle est la productrice exécutive : le film a rapporté plus de 160 millions de dollars américains au box-office américain et lui vaut une nomination aux Golden Globes dans la catégorie meilleure actrice dans un film musical ou une comédie.

Elle remporte le 7 mars 2010 l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans le film The Blind Side.

Vie privée

Sandra Bullock s’est mariée le samedi 16 juillet 2005 avec Jesse G. James, patron de West Coast Choppers et star de la télé réalité du Monster Garage, dans un ranch près de Santa Barbara.

En mars 2010, le scandale éclate, son mari l’aurait trompé pendant presque un an avec une star du X, Michelle Mc Gee (connue pour les tatouages qui lui recouvrent le corps). Sandra Bullock aurait quitté le domicile familial et aurait déjà pris contact avec des avocats afin de mettre fin à son mariage.

Le 27 avril, Sandra demande officiellement le divorce et annonce qu’elle adopte un petit garçon de 3 mois et demi, qui s’appelle Louis Bardo Bullock.

En juin 2010, le divorce est prononcé.

Sandra Bullock avait entamé en janvier dernier une procédure d’adoption avec son conjoint, Jesse James. Divorcée, elle a poursuivi les démarches «en solitaire», et finalement obtenu gain de cause.

Sandra Bullock a fui son domicile conjugal californien pour échapper au scandale. Retirée au Texas, elle a tenté de se reconstruire auprès de Louis Bardo, un enfant de 8 mois qu’elle a accueilli en avril.

Après une bataille pour faire reconnaître son foyer de « célibataire » et devenir la représentante légale du garçonnet, le 13 août 2010, le juge du Jefferson Juvenile Justice Center de la Nouvelle-Orléans (l’état où est né le bébé), a signé les papiers officiels de l’adoption devant l’actrice et sa sœur, Gesine. Des documents qui visaient à conférer à Sandra Bullock l’entièreté des droits parentaux. « Elle était très heureuse. Elle aime tellement cet enfant », a révélé un de ses proches.

Malgré ses déboires conjugaux et une vie privée difficile, elle poursuit sa carrière. Grâce au blockbuster La Proposition, et à l’Oscar qu’elle a décroché pour son rôle dans The Blind Side, c’est la vedette la plus fortunée du cinéma selon le magazine Forbes. En entrevue au magazine People, Bullock explique qu’elle « soutient Jesse » dans sa décision de commencer une nouvelle vie à Austin. « Nous sommes tous les deux passés à autre chose et nous voulons seulement le mieux pour chacun. Tout ce qui se dit d’autre sur mon compte est erroné », a-t-elle confié. Car elle souhaite garder contact avec ses enfants, Chandler, 15 ans, Jesse Jr., 12 ans et Sunny, 6 ans.

Filmographie

220px-SandraBullockLakehouse

Sandra Bullock à Londres en septembre 2006 pour la première du film Entre deux rives.

Récompenses et nominations

Récompenses

Hwof_sandra_bullock

L’étoile de Sandra Bullock sur le Walk of Fame

Nominations 

Année Récompense Catégorie Film
1995 Golden Globes Meilleure actrice dans un film musical ou une comédie L’Amour à tout prix
2010 Golden Globes Meilleure actrice dans un film musical ou une comédie La Proposition
Satellite Awards Meilleure actrice dans une comédie La Proposition

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Sandra BULLOCK

sandrabullockrs26072011

Pour le 26/07/2011 à 16h32 T.U., à Arlington.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 6 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 12:

L’entrée du nœud nord dans votre maison VI va rendre plus faciles toutes vos tâches et besognes habituelles : les obstacles se lèveront, les fardeaux s’allégeront, les oppositions tomberont. Remettez donc sur l’enclume ce travail que des difficultés vous avaient empêché d’achever. Vous allez maintenant les résoudre avec une facilité inhabituelle. Surtout, ne vous dérobez pas à vos tâches car c’est leurs accomplissements qui produiront vos succès de la période qui suivra immédiatement celle-ci. Actuellement, une confiance inébranlable en vos réalisations est le gage absolu de votre réussite ultérieure même si des échecs antérieurs ont pu vous convaincre du contraire. Toute dérobade, par facilité, vous porterait à d’amers regrets plus tard. Ne laissez donc pas passer cette chance. Vous constaterez par ailleurs que vos subalternes ou collègues vous assisteront beaucoup plus spontanément si vous faites appel à eux. Vous aurez un sens plus aigu du détail et ceci vous sera profitable car vous gagnerez à être méthodique dans toutes vos activités et à les achever scrupuleusement. Vos facultés de discernement se trouveront magnifiées. Vous ne rencontrerez plus ces obstacles insurmontables antérieurs. Au contraire, vous constaterez avec étonnement qu’une tonne ne pèse plus que le poids d’une plume. En médecine, c’est maintenant que vous ferez les meilleurs diagnostics et que vous obtiendrez les résultats les plus étonnants vis-à-vis de vos patients. Les guérisons se multiplieront étrangement. Ces réussites valent pour tous ceux dont l’occupation est le médical, le paramédical ou l’assistance sociale, mais plus en cabinet qu’en hôpital. A titre plus personnel, si vous êtes malade, votre santé se rétablira beaucoup plus facilement si vous acceptez ces soins qui purent être inefficaces en d’autres périodes. C’est maintenant que vous trouverez le médecin, la médecine ou la cure que vous cherchiez en vain jusqu’à présent. Choisissez donc cette période pour partir en cure thermale, par exemple. Par ailleurs, si vous le souhaitez, vous trouverez maintenant les personnes pour vous aider que vous aviez recherchées en vain jusqu’à présent. N’hésitez pas à les recruter car ces aides vous seront profitables. Si vous gérez une affaire, c’est le moment de revoir la gestion de votre personnel et de lui accorder les avantages et la considération qu’il mérite. N’hésitez pas à faire preuve de magnanimité et de largesse à son égard ; vous serez largement compensé à terme.

En gestion d’entreprise, c’est, en effet, la qualité de votre personnel et la considération que vous lui apportez qui sera l’atout majeur de votre réussite. Concentrez donc vos efforts vers la direction du personnel et veillez au moindre détail, car, à présent, votre entreprise ne fructifiera qu’au travers des hommes et des femmes qui la  composent. Accordez donc à ceux-ci les motivations auxquelles ils aspirent. En résumé, dépassez les tendances à vous lamenter ou à abandonner, agissez à partir d’une confiance absolue en vos possibilités, faites appel à toutes les aides possibles pour vous seconder. Toutes les assistances vous seront accordées avec facilité, aussi bien de la part de vos collègues que de celle de vos inférieurs ou des sous-traitants. De plus, chacun d’eux vous apportera la compétence qui garantira votre succès ultérieur.

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 25/07/2011 – Gavrilo PRINCIP 25 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Faits divers,Personnalités du jour,Politique , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 25/07/2011 - Gavrilo PRINCIP dans 07/2011 gavrilloprincip2

gavriloprincip dans Faits divers gavriloprinciplivre dans Personnalités du jour

gavriloprincip dans Politique

gavriloprincip

gavriloprincipbundesarc

bar

Gavrilo Princip

homepagetemplates on line

newsg Actualités historiques

articleconnexe Article connexe :
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Gavrilo Princip

né le 25/07/1894 à 16h40 à Obljaj (Bosnie-Herzégovine) – BOSNIE

gavriloprincip25071894

Gavrilo Princip (*) était un étudiant serbe de Bosnie-Herzégovine, se disant nationaliste yougoslave1, né le 25 juillet 1894 et mort le 28 avril 1918.

Dès 1911, il adhère à un club de jeunesse d’union des peuples, une organisation anationale et anticléricale1. Puis il rejoint la société Jeune Bosnie (Mlada Bosna). Il fit donc partie des conjurés qui préparèrent un attentat contre l’Archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois, lors de sa visite officielle à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, le 28 juin 1914.

Éducation, enfance

Gavrilo est le 7e et dernier fils de sa famille. Des sept enfants, seul lui et son frère (Miroslav) survécurent à l’enfance : tous les autres périrent le plus souvent de la tuberculose. Lui-même était atteint par cette maladie lors de l’attentat. Son enfance fut donc marquée par les drames familiaux et la pauvreté dans laquelle vivaient le plus souvent les Serbes de Bosnie, suite à la disparition des lois les favorisant pendant les guerres contre les Ottomans (voir Migrations serbes).

L’attentat

Contexte international

L’Empire austro-hongrois qui dirigeait depuis le traité de Berlin de 1878 l’administration de la Bosnie-Herzégovine, possession turque, avait annexé le pays en 1908, mécontentant la Russie, qui se considérait comme la protectrice des Slaves d’Europe, mais cette crise n’eut pas de suites, la Russie n’ayant pas les moyens d’une intervention armée après sa défaite face au Japon et ses alliés, la République française et le Royaume-Uni, ne la soutenant pas.

Contexte politique

gavriloprincipsarajevo2

Attentat de Sarajevo.

gavriloprinciprl1807191

Le 28 juin 1914, le jeune homme tua l’archiduc et sa femme la duchesse de Hohenberg à coups de revolver.

Il est probable que le jeune nationaliste ait été téléguidé par La Main noire, organisation secrète ayant des ramifications dans l’armée et les ministères serbes.

En effet, l’archiduc avait épousé, à l’encontre des règles successorales au trône de la Maison de Habsbourg-Lorraine, la femme de son choix, une dame tchèque (et non un membre de famille souveraine), et ne cachait pas ses sympathies slavophiles. L’empereur François-Joseph ayant 84 ans, François-Ferdinand pouvait monter sur le trône d’un jour à l’autre. À son avènement, il aurait donné aux populations slaves de son Empire – majoritairement plus nombreuse que les Allemands et les Hongrois – les mêmes droits que ceux des populations allemandes et magyares et certainement une grande autonomie allant peut être jusqu’au trialisme.

Cela contrariait, non seulement les ministères hongrois de Budapest, mais aussi et surtout certains milieux politiques et militaires de Belgrade qui voulaient réunir sous l’égide de la seule Serbie les Slaves du Sud (« Yougo-Slaves ») de l’Europe au détriment de l’Empire austro-hongrois comme l’avait fait soixante ans plus tôt le royaume de Sardaigne pour les populations Italiennes.

Le « suicide de l’Europe »

Cet événement, dans le contexte de relations internationales tendues de cette période, eut des répercussions inattendues qui amenèrent le gouvernement austro-hongrois à déclencher le 28 juillet 1914 – par une ironie de l’histoire le jour des 20 ans de Princip – une « guerre préventive » qui se mua bientôt en guerre européenne puis mondiale, qui se verra dénommée la « Grande Guerre », en raison des systèmes d’alliance liant les puissances de l’époque : la Serbie s’appuyant sur la Russie, laquelle était alliée à la France et au Royaume-Uni. L’Autriche-Hongrie étant pour sa part alliée à l’Allemagne, première puissance européenne (laquelle était alliée à l’Empire ottoman) et à l’Italie.

Le destin d’un héros ou d’un terroriste

La cellule de Gavrilo Princip, de nos jours

En raison de son jeune âge, Gavrilo Princip ne pouvait être condamné à mort en Autriche-Hongrie. L’année exacte de sa naissance n’est donc pas un point secondaire.

Il mourut de tuberculose pendant son incarcération dans la forteresse de Theresienstadt, (aujourd’hui Terezín en République tchèque) le 28 avril 1918.

Les mauvaises conditions de détention – pendant une période de blocus économique où, déjà, beaucoup de gens souffraient de la faim, Gavrilo était incarcéré dans une cellule sans toit, à la merci de la neige et de la pluie – eurent raison de sa santé. Il fut également victime de la vindicte de ses gardiens.

Il était considéré comme un héros de la Yougoslavie de Tito, comme le montrait l’ancienne plaque commémorative de son acte à Sarajevo, sur les lieux de l’attentat, qui le décrivait comme « un combattant de la liberté ». Cette plaque a été détruite par l’Armée de la République de Bosnie et d’Herzégovine pendant la guerre en ex-Yougoslavie. Aujourd’hui une plaque porte le message « Que la paix règne sur terre », en anglais, serbe, et bosnien2.

Princip avait affirmé : « Je suis un nationaliste yougoslave, aspirant à l’unification de tous les Slaves du sud (Yougoslaves), et je ne me soucie pas de quelle forme notre État sera, je sais juste qu’il devra être libéré (indépendant) de l’Autriche ».

Anecdotes

 

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

RS

Révolution Solaire de Gavrilo PRINCIP

gavriloprinciprs2607191

Pour le 25/07/1917 à 00h00 T.U., à Obljaj.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 1, ET NOEUD SUD EN MAISON 7

Vous rencontrez des difficultés dans votre vie relationnelle. Il s’agira donc d’avoir des égards particuliers pour votre partenaire et même dans vos associations. Par compensation, vous disposez d’un soutien planétaire pour votre accomplissement personnel, mais ne recherchez pas l’aide d’autrui, celle-ci vous est refusée pour l’instant.

Votre réussite viendra de votre propre détermination à la saisir. C’est le moment de devenir un self-made man : imposez votre personnalité, projetez-vous sur le devant de la scène, prenez tout sur vos épaules. Mais ne comptez que sur vos propres initiatives car, durant cette période, vous ne disposez d’aucune aide.

Il est certain que ce sera difficile de préserver l’harmonie de votre relation de couple ou de traverser cette période sans heurts. Bien entendu, ne choisissez pas cette période pour vous associer ou quelque chose de ce genre.

Par ailleurs, tentez de reporter toute procédure légale (divorce, séparation ou autre) à une date ultérieure car vous y perdriez sans doute la meilleure cause. Cette période prédispose plus à la séparation qu’à l’alliance. Tentez donc de ne compter que sur vous-même car vous n’obtiendrez pas aisément le concours d’autrui. Celui-ci sera plus un fardeau qu’un soutien et il se révélera négatif à terme.

Imposez votre personnalité, votre identité et soyez autonome. N’épargnez pas vos efforts, évitez de garder les deux mains liées. Rien ne se produira spontanément. Toutes vos configurations planétaires vous aident toutefois dans la construction ou l’expérimentation d’une plus grande confiance en vous et en vos potentialités ; vous devez en être convaincu.

Ne vous plaignez pas de ce manque apparent de soutient. Les autres ne vous lâchent pas. Le destin vous refuse l’aide d’autrui pour l’instant et veut que vous appreniez à suffire à vous-même. Cette période qui s’étendra sur dix huit mois, donc au-delà de votre année individuelle, a pour but d’affirmer votre personnalité sans assistances extérieures. Soignez donc particulièrement votre corps, votre beauté, votre prestance, votre mise, votre apparence physique et votre santé.

Ce sont là vos meilleurs et seuls atouts actuellement. Bon courage…

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 24/07/2011 – Eric TABARLY 24 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Célébrités,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 24/07/2011 - Eric TABARLY dans 07/2011 erictabarly578 erictabarlytimbreposte2 dans Célébrités

erictabarlypenduick2 dans Personnalités du jour

erictabarlyenmer

erictabarlyaffiche250 erictabarly31

erictabarlyencapitained

bar

Éric Tabarly

homepagetemplates on line 1 2 3

newsg Actualités : 1 2 3
articleconnexe Article connexe : Olivier de Kersauson
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Éric Tabarly

né le 24/07/1931 à 10h00 à Nantes (44) – FRANCE

erictabarly24071931

Éric Tabarly est un navigateur français, né le 24 juillet 1931 à Nantes – mort en mer le 13 juin 1998 à la suite d’un accident. Officier marinier pilote de l’Aéronautique navale, puis officier de marine jusqu’au grade de capitaine de corvette (équivalent de commandant). Il se passionne très tôt pour la course au large et remporte plusieurs courses océaniques notamment l’Ostar en 1964 et 1976, mettant fin à la domination anglaise dans cette spécialité. Il forme toute une génération de coureurs océaniques et contribue par ses victoires au développement des activités nautiques en France. Bien qu’amateur de vieilles coques en bois, il joue également un rôle de pionnier dans le développement du multicoques en concevant son trimaran Pen Duick IV (1968), premier multicoque océanique de course, ouvrant la voie à la suprématie de ce type de bateau sur les monocoques.

Biographie

Pen Duick II, avec lequel Éric Tabarly a remporté sa première Transat anglaise, en 1964.

Éric Tabarly découvre la voile à l’âge de 3 ans à bord d’Annie, le bateau familial. En 1938, son père Guy Tabarly, achète le célèbre Pen Duick signifiant littéralement petite tête noire (pen = tête ; du = noir ; ick = diminutif, petit), c’est-à-dire mésange noire en breton, dessiné par William Fife (sous le nom de Yum en 1898). Éric Tabarly parle des bateaux dessinés par Fife durant les premières décennies du XXe siècle : « les grands architectes de cette époque étaient Herreshoff, Watson, Nicholson et William Fife. Parmi eux, Fife a acquis une réputation particulière grâce à l’esthétique et à l’équilibre de ses bateaux. De plus, ceux qui ont pris forme dans son chantier avaient une construction inégalée ». Abandonné dans la vase, le bateau sera sauvé plus tard par Éric qui moulera la coque de bois pour en reconstituer une copie en résine, la coque en l’état ne pouvant être restaurée.

Livre de bord de Pen Duick V Transpacifique de 1969

En 1952, il s’engage dans la Marine nationale. Il est pilote dans l’Aéronautique navale et vole sur Stampe SV4 pour ses débuts puis sur des Beech 18 et Avro Lancaster en Patrouille Maritime. Il sert à Saint-Mandrier, à Agadir (Maroc) et à la flottille 28F sur la BAN Tan-Son-Nhut (Indochine). Il effectue environ 1 000 heures de vol, en particulier au cours de la guerre d’Indochine. Il est admis en 1958 à l’École des Officiers de Marine (École navale) où il se distingue entre autres par ses capacités sportives. Après sa sortie de l’École d’Application des enseignes de vaisseau à bord du croiseur école Jeanne d’Arc, il est affecté en juin 1961 à Cherbourg sur le dragueur de mines Le Castor puis à Lorient et commande en 1963 un chaland de débarquement, l’EDIC 9092.

Souhaitant participer à la course transatlantique en solitaire (Ostar) de 1964, il est mis, sur sa deamande, en détachement spécial par la Marine Nationale, ce qui lui permet de naviguer librement tout en restant officier d’active. Il conçoit spécialement son bateau avec l’aide des architectes Gilles et Marc Costantini; ce sera le Pen Duick II ketch, de 13,60 mètres et construit en contreplaqué marine pour un déplacement de 5,4 tonnes. Il remporte la course en franchissant le premier la ligne d’arrivée à Newport le 18 juin 1964 à 10h45. À la suite de cet exploit qui fait redécouvrir la mer à la France, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur par le général de Gaulle.

Il remporte une deuxième fois cette course mythique en 1976, à bord de Pen Duick VI, un voilier pourtant conçu pour être manœuvré par une quinzaine d’équipiers, et malgré la rupture en début de course de son pilote automatique ainsi que des conditions météo très difficiles. À la suite de ce doublé, et après avoir gagné devant Alain Colas et son Club Méditerranée, il descend triomphalement les Champs-Élysées. Cette même année, une émission des Dossiers de l’écran lui a été consacrée, au lendemain de sa seconde Ostar. Toujours en 1976, un sondage réalisé par le quotidien sportif L’Équipe auprès de ses lecteurs le classe en tête des sportifs les plus populaires devant Eddy Merckx, Niki Lauda, Johan Cruijff.

Il meurt en mer d’Irlande, au large du Pays de Galles, dans la nuit du 12 au 13 juin 1998, alors qu’il convoyait en équipage Pen Duick pour un rassemblement de voiliers construits sur plans Fife en Écosse. Il aurait été projeté en mer par le pic1 de la voile aurique du bateau au cours d’une manœuvre de réduction de voilure. Le 20 juillet 1998 son corps fut retrouvé aux environs de Waterford (Irlande) par des pêcheurs2.

L’influence de la vie de Tabarly et la liste de ses bateaux

Eric Tabarly était passionné d’objets maritimes et en réalisait lui-même, comme cette maquette de 8 m jauge internationale.

Éric Tabarly marqua plusieurs générations de navigateurs et de coureurs hauturiers. En effet, il a véritablement créé une « école française » de la course au large, en prenant à son bord et formant de nombreux équipiers qui s’illustreront par la suite, tels que Alain Colas, Olivier de Kersauson, Gérard Petitpas, Éric Loizeau, Marc Pajot, Daniel Gilard, Titouan Lamazou, Philippe Poupon, Michel Desjoyeaux, Jean Le Cam.

Il marque également l’histoire de l’architecture maritime avec la construction et la mise au point de voiliers de compétitions novateurs, exploitant les dernières évolutions techniques, et conçus avec une interprétation très fine de la jauge et des conditions de mer qui seront au programme de ses voiliers :

Pen Duick II (1964) : ketch à déplacement léger (5,4 tonnes pour 13,60 mètres) manœuvrable par un homme seul ; construction en contreplaqué marine, coque à bouchains vifs par les chantiers Costantini à la Trinité sur Mer.

Pen Duick III (1966) : coque aluminium, étrave à guibre pour 17,45 mètres et un gréement de goélette ; ce bateau a fait l’objet, au fil des années, de plusieurs modifications dans son gréement (goélette puis ketch). C’est l’unité la plus titrée de la dynastie des Pen-Duick. Pen Duick III était un bateau très astucieux car, sous son gréement de goélette (deux mats de taille égale), il profitait d’un trou dans les règlements des courses-croisières dans lesquels la surface de voilure entre les deux mâts n’était pas totalement comptabilisée dans le calcul du handicap de chaque bateau. Cet avantage était particulièrement sensible lorsque le bateau naviguait aux allures portantes. Cela lui a valu une grande part de son palmarès. Ce gréement avait été expérimenté sur Pen Duick II avant de décider de le retenir pour le III. Pen Duick III participa en 1977/1978 à la Whitbread (course autour du monde en équipage) sous le nom de Gauloise avec Éric Loizeau comme skipper. Il était, alors, gréé en ketch (le mât arrière plus court) car les règlements de handicap tenaient désormais compte de la totalité de la surface des voiles3.

Pen Duick IV (1968) : premier multicoque en aluminium de 20 mètres, gréé en ketch, équipé de deux mâts aile, et caractérisé par ses deux rails d’écoute en arc de cercle et ses flotteurs submersibles. Ce bâtiment fut vendu à Alain Colas, qui le modernisa et le rebaptisa Manureva ;

Pen Duick VI à Cherbourg

Pen Duick V (1969) : sloop de 10,50 mètres caractérisé par sa ligne de carène et ses deux ballasts liquides lui permettant une pointe de vitesse et un équilibrage fin pour les allures portantes majoritaires dans la Transpacifique, course pour laquelle il a été spécifiquement conçu. Pen Duick V a été dessiné par Michel Bigoin et Daniel Duvergie. Sa carène comportait deux redans sur le bouchain arrière (liaison entre les œuvres mortes et les œuvres vives immergées); un redan est une marche en rupture avec la continuité de la forme des couples (sections verticales de la carène). C’est un artifice architectural destiné à stabiliser le bateau lorsqu’il part en sur-vitesse (au planing), ils sont surtout utilisés sur les carènes de bateaux à moteur rapides sous forme de nervures en relief par rapport à la surface de la carène. Pen Duick V est le premier bateau à voile hauturier comportant des redans. Michel Bigoin réalisa en 1975 les plans de Club Méditerranée pour Alain Colas sans en reprendre l’idée, mais on en retrouve l’esprit, 40 ans plus tard, dans la forme arrière des monocoques de course type IMOCA ou Class 40 qui comportent un bouchain très marqué en angle vif[réf. nécessaire].

Pen Duick VI (1973) : ketch de 22,25 mètres en aluminium, conçu par l’architecte André Mauric, déplaçant 32 tonnes et équipé d’un lest de quille en uranium appauvri, remplacé par la suite par un lest en plomb et caractérisé par une queue de malet sur le tableau arrière (petit bout dehors) pour amurer (accrocher) le pataras (hauban retenant le mat vers l’arrière). Surface de voilure au portant : 600 m2. Pen Duick VI démâta plusieurs fois en course, mais gagna plusieurs records de traversée lors de ses différentes courses, démontrant de très bonnes qualités marines et de vitesse.

Pen Duick VII : trimaran foiler conçu par Éric Tabarly en 1975, accompagné par une équipe d’architectes maritimes et une équipe de la société Dassault. Éric Tabarly va rechercher un budget pendant quatre ans. Plusieurs solutions : le baron Bich ; n’aura pas plus d’un million de francs à investir dans ce projet, il en faut le double ; puis la brasserie Kronenbourg qui abandonne le projet ; ensuite une entreprise financière arabe ; mais c’est en 1979 que M. Baudinet, beau-fils de Paul Ricard, va faire se rencontrer Éric Tabarly et Paul Ricard ; les plans de Pen Duick VII vont lui être montrés ; Paul Ricard décide de devenir le sponsor du trimaran Paul Ricard.

Paul Ricard (1979) : trimaran de 16,50 mètres en aluminium déplaçant 7 tonnes. Il est caractérisé par son bras de liaison unique et profilé qui s’appuie sur deux petits flotteurs, eux-mêmes étant équipés de plans porteurs. Ce navire préfigure la mise en application sur les voiliers du principe du plan porteur qui vise à faire déjauger le voilier puis à le sortir de l’eau pour ne plus le laisser en appui que sur ses plans porteurs. Ce principe est aujourd’hui mis en œuvre sur L’Hydroptère d’Alain Thébault qui détient aujourd’hui le record du monde de vitesse à la voile. Éric Tabarly fut le premier marin à battre en 1980 le record de traversée de l’Atlantique Nord détenu depuis 1905 par la goélette Atlantic de Charlie Barr, ouvrant ainsi la course aux records de traversées effectuées par les multicoques.

Le navigateur portait différents sobriquets qui lui avaient été attribués par ses équipiers ou, la gloire venue, par la presse, dont Pépé, Le Sphynx de Bénodet, Le Sage de l’Océan.

Le mutin

En 1996, Tabarly s’oppose au projet de transfert du Musée national de la Marine du Palais de Chaillot à la porte Dorée4.

En lieu et place du musée de la Marine devait être créé un musée des arts premiers voulu par le président de la République Jacques Chirac.

Finalement, le musée national de la Marine demeurera au palais de Chaillot, au Trocadéro, le président Chirac ayant décidé, à l’occasion du conseil des ministres du 28 janvier 1998, que le musée des arts premiers, rebaptisé Musée des arts et civilisations, serait construit quai Branly5.

Jacqueline Tabarly

220px-Pen_duick_1_c

Jacqueline Tabarly à bord de Pen Duick dans le vieux port de Cannes lors des régates royales de septembre 2009

En 1984, Éric Tabarly a épousé Jacqueline Chatrol ; ils ont eu une fille, Marie Tabarly, née le 22 août 1984.

Palmarès

((PD): Pen Duick; (PR): Paul Ricard; (CO): Côte d’Or; (AI): Aquitaine Innovation)

(remarque : Pen Duick IV remporte la Transat en solitaire de 1972, aux mains d’Alain Colas)

Distinctions

Postérité

220px-Port_de_Vannes_quai_Eric_Tabarly

Le quai Éric Tabarly du port de Vannes

Œuvres

En plus d’être un marin hors pair, Éric Tabarly a été un écrivain très prolifique, ses œuvres se vendant en grand nombre, certaines nécessitant des ré-éditions après sa disparition tragique.

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Eric TABARLY

erictabarlyrs24071997

Pour le 24/07/1997 à 07h54 T.U., à Nantes.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 1, ET NOEUD SUD EN MAISON 7

Vous rencontrez des difficultés dans votre vie relationnelle. Il s’agira donc d’avoir des égards particuliers pour votre partenaire et même dans vos associations. Par compensation, vous disposez d’un soutien planétaire pour votre accomplissement personnel, mais ne recherchez pas l’aide d’autrui, celle-ci vous est refusée pour l’instant.

Votre réussite viendra de votre propre détermination à la saisir. C’est le moment de devenir un self-made man : imposez votre personnalité, projetez-vous sur le devant de la scène, prenez tout sur vos épaules. Mais ne comptez que sur vos propres initiatives car, durant cette période, vous ne disposez d’aucune aide.

Il est certain que ce sera difficile de préserver l’harmonie de votre relation de couple ou de traverser cette période sans heurts. Bien entendu, ne choisissez pas cette période pour vous associer ou quelque chose de ce genre.

Par ailleurs, tentez de reporter toute procédure légale (divorce, séparation ou autre) à une date ultérieure car vous y perdriez sans doute la meilleure cause. Cette période prédispose plus à la séparation qu’à l’alliance. Tentez donc de ne compter que sur vous-même car vous n’obtiendrez pas aisément le concours d’autrui. Celui-ci sera plus un fardeau qu’un soutien et il se révélera négatif à terme.

Imposez votre personnalité, votre identité et soyez autonome. N’épargnez pas vos efforts, évitez de garder les deux mains liées. Rien ne se produira spontanément. Toutes vos configurations planétaires vous aident toutefois dans la construction ou l’expérimentation d’une plus grande confiance en vous et en vos potentialités ; vous devez en être convaincu.

Ne vous plaignez pas de ce manque apparent de soutient. Les autres ne vous lâchent pas. Le destin vous refuse l’aide d’autrui pour l’instant et veut que vous appreniez à suffire à vous-même. Cette période qui s’étendra sur dix huit mois, donc au-delà de votre année individuelle, a pour but d’affirmer votre personnalité sans assistances extérieures. Soignez donc particulièrement votre corps, votre beauté, votre prestance, votre mise, votre apparence physique et votre santé.

Ce sont là vos meilleurs et seuls atouts actuellement. Bon courage…

 

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 23/07/2011 – Daniel RADCLIFFE 23 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Cinéma,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 23/07/2011 - Daniel RADCLIFFE dans 07/2011 danielradcliffejeune

danielradcliffeq dans Cinéma

danielradcliffe dans Personnalités du jour

danielradcliffedetails2danielradcliffeado
danielradcliffeemmawats

bar

Daniel Radcliffe

homepagetemplates on line 1 2 3 4

newsg Actualités : 1 2 3 4
articleconnexe Article connexe : Robert PATTINSON
flashclips Vidéos
——————————————————————————————————————————-

Daniel Radcliffe

né le 23/07/1989 à Londres  – ROYAUME-UNI

danielradcliffe23071989

Daniel Radcliffe, né Daniel Jacob Radcliffe le 23 juillet 1989 dans le quartier de Fulham à Londres, est un acteur britannique, principalement connu pour avoir incarné le personnage d’Harry Potter dans la série de films adaptée des romans de J. K. Rowling.

Il aurait gagné 64 millions de dollars sur la période 2009-20101.

Son père, Alan George Radcliffe, est chrétien protestant et sa mère, Marcia Jeannine Gresham, est de confession juive. Daniel, couramment appelé Dan, est fils unique. Radcliffe a fait ses études dans des écoles indépendantes pour garçons2, y compris Sussex House School, une école de nos jours appelée Cadogan Square, dans Chelsea, à Londres3. Se considérant mauvais élève, Daniel décide d’arrêter les études pour pouvoir poursuivre sa carrière d’acteur tranquillement4, et pour également éviter les nombreux paparazzis qui le poursuivent.

Carrière

Débuts

Avant d’interpréter le sorcier le plus connu du monde de la littérature jeunesse, il fait ses débuts en 1999 dans David Copperfield en interprétant le rôle de David enfant (il y fera la rencontre de Maggie Smith qui incarnera plus tard Minerva McGonagall à ses côtés), téléfilm de la BBC.

En 2001, il est apparu dans Le Tailleur de Panama de John Boorman où il incarne le fils de Geoffrey Rush, aux côtés de Jamie Lee Curtis et Pierce Brosnan.

Saga Harry Potter

150px-Yates_radcliffe

Avec le réalisateur David Yates, en plein tournage de Harry Potter et les Reliques de la Mort dans la région de Scotland, en avril 2009.

Daniel Radcliffe incarne pour la première fois Harry Potter à onze ans dans l’adaptation au cinéma du premier roman de J. K. Rowling : Harry Potter à l’École des Sorciers réalisé par Chris Columbus en 2001 où il fera la connaissance des interprètes des personnages de Ron Weasley et d’Hermione Granger, Rupert Grint et Emma Watson, avec qui il tournera toutes les suites : Harry Potter et la Chambre des secrets toujours de Chris Columbus en 2002 à treize ans, Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban d’Alfonso Cuarón en 2004 à quatorze ans (incarnant Harry à treize ans), Harry Potter et la Coupe de feu de Mike Newell en 2005 à quinze ans (Harry, quatorze), et Harry Potter et l’Ordre du phénix de David Yates en 2007 à dix-sept ans (et Harry, quinze), et Harry Potter et le Prince de sang-mêlé de nouveau sous la direction de David Yates en 2009 à dix-neuf ans (Harry, seize). L’ultime volet Harry Potter et les Reliques de la Mort, une troisième fois aux commandes de David Yates est divisée en deux parties : la première est sortie en novembre 2010 et la seconde en juillet 2011. Dans ce dernier volet, Daniel, alors âgé de vingt-et-un ans, incarne Harry Potter à l’âge de dix-sept ans, pour la dernière fois. Daniel Radcliffe pense qu’avoir d’autres films en projet pourra alors l’éloigner du petit sorcier.

Autre personnage emblématique

En 2006, il fait une apparition restée célèbre dans un épisode de la série télévisée britannique Extras de Ricky Gervais et Stephen Merchant, auteurs de la version originale de The Office. Dans cet épisode, Daniel interprète une version parodique de lui-même, ou plutôt de la vision qu’on pourrait avoir de lui : un adolescent star totalement puéril, gâté, obsédé par le sexe, et essayant constamment de séduire tout ce qui bouge, en particulier les femmes plus âgées, car il est persuadé d’avoir un charme exceptionnel. Extras est nommée aux Emmy Awards 2007, dans la catégorie meilleure comédie, et a été écrite, entre autres, pour des apparitions de Ian McKellen, David Bowie, Orlando Bloom, Ben Stiller ou Chris Martin.

150px-DANIEL_RADCLIFFE_07

À l’avant-première de December Boys, à Londres, en octobre 2007.

En 2007, il est également à l’affiche de December Boys de Rod Hardy où il incarne à nouveau un orphelin, et de My Boy Jack, téléfilm de Brian Kirk, dans lequel il joue le rôle du fils de Rudyard Kipling, John (diminutif Jack), qui après avoir été réformé à trois reprises pour myopie, réussit néanmoins grâce aux connaissances de son père à entrer dans l’armée à l’âge de dix-huit ans ; il disparaît au cours de la bataille de Loos. Rudyard Kipling doit alors faire face à sa responsabilité dans la mort, non seulement de son fils, mais de tous les jeunes hommes que ses articles ont convaincus de s’engager dans la Première Guerre mondiale. Le téléfilm a été diffusé le 11 novembre 2007, jour de commémoration de l’Armistice, sur la BBC One.

Théâtre

De février à juin 2007, il est à l’affiche d’Equus de Peter Shaffer – dramatuge contemporain et notamment auteur d’ Amadeuspièce de théâtre où il retrouve l’acteur Richard Griffiths qui interprète le rôle de l’oncle de Harry, Vernon Dursley. Il reçoit d’excellentes critiques de la part des journaux les plus sévères pour son interprétation du jeune adolescent Alan Strang, personnage qui voue une passion érotique et morbide aux chevaux, vénère son dieu Equus, et se retrouve aliéné par cet étrange culte. Après une tentative avortée de faire l’amour à une jeune fille dans l’écurie où il s’est trouvé un travail, le personnage, accablé par le regard omniscient du dieu Equus, aveugle six chevaux avec un crochet. La pièce retrace le travail du psychiatre Dysart auquel a été confié le cas du jeune Strang. Cette pièce comporte plusieurs scènes d’une intensité théâtrale exceptionnelle, parmi lesquelles l’ultime scène, acmé durant laquelle Alan Strang revit le drame, et est mis à nu, à la fois physiquement et psychologiquement.

Vie privée

Sa collaboration pour les œuvres caritatives

Radcliffe2.jpg

Grâce à sa sélection pour le rôle principal dans l’adaptation cinématographique de la saga Harry Potter, Daniel Radcliffe a notamment touché plus de 15 millions d’euros pour son rôle dans Harry Potter et l’Ordre du Phénix.

Il participe ainsi à de nombreuses œuvres caritatives, dont Demelza House Children’s Hospice. Cet hôpital se situe à Sittingbourne dans le Kent et traite les enfants en phase terminale de maladies. Cet hôpital a pour but de donner « de la vie aux journées, quand les journées ne peuvent ajouter de la vie ».

Il a également fait une donation au Trevor Project, une organisation américaine qui œuvre contre le suicide des jeunes homosexuels aux États-Unis, en fournissant notamment une assistance téléphonique 24/24h. « C’est très triste de savoir qu’en 2009 le suicide est une des trois causes principales de décès chez les jeunes, et c’est dramatique d’apprendre que les jeunes homos sont jusqu’à quatre fois plus susceptibles de tenter de se suicider que les jeunes hétérosexuels », a-t-il dit. Le montant du don a été qualifié d’ «important ». Daniel Radcliffe semble sensible à la cause homosexuelle et a déclaré « J’ai grandi autour de gays toute ma vie, au fond, ça explique peut-être pourquoi je suis de parti pris et que certaines personnes pensent que je suis homo lorsque je les rencontre… ce que je trouve génial6 ».

Il a aussi donné une mèche de ses cheveux et un autographe pour le British Charity7, ce qui a permis de récolter la somme de 750 livres (soit environ 960 euros) en 2003.

Filmographie

210px-HPatDH_-_Panache_-_b%26w_Harry_and_camera

Daniel Radcliffe durant le tournage d’Harry Potter et les Reliques de la Mort, (2010).

Cinéma

Télévision

Théâtre

Doublage

C’est le comédien Émile Mailhiot qui le double en québécois et Kelyan Blanc pour la version française.

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 22/07/2011 – Mireille MATHIEU 22 juillet, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 07/2011,Chanteur,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 22/07/2011 - Mireille MATHIEU dans 07/2011 mireillemathieuq mireillemathieu dans Chanteur

mireillemathieusucces dans Personnalités du jour mireillemathieu552

mireillemathieubustedem

mireillemathieu

mireillemathieu

bar

Mireille Mathieu

homepagetemplates on line

newsg Actualités
articleconnexe Article connexe :
flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Mireille Mathieu

née le 22/07/1946 à 22h00 à Avignon (84) – FRANCE

mireillemathieu22071946

Mireille Mathieu (*) est une chanteuse de variétés française née le 22 juillet 1946 à Avignon (Vaucluse). Révélée en 1965 au cours d’un télé-crochet, elle connaît ses plus grands succès discographiques entre 1966 et la fin des années 80. De Mon credo composé par Paul Mauriat et écrit par André Pascal en 1966, à Une femme amoureuse en 1980 et « L’enfant » en 1989. Il est souvent fait état de ventes avoisinant les 125 millions d’albums et de plus de 50 millions de simples dans le monde1. Elle a enregistré et chanté plus de 1 200 chansons. Elle a chanté dans 11 langues (français, allemand, anglais, espagnol, italien, russe, finnois, japonais, chinois, catalan et occitan). Elle reçoit, le 24 novembre 2005, des mains du directeur de l’Olympia et au nom de la Sacem et de la profession un disque de rubis pour la vente certifiée de 122 millions d’albums dans le monde

Débuts dans la chanson

Fille d’un tailleur de pierre (son père Roger), elle commence à travailler dans une usine d’enveloppes à l’âge de quatorze ans pour aider sa famille (elle est l’ainée de quatorze enfants).

Elle s’éveille cependant à la chanson dès son enfance avec son père, un baryton, fan d’opéra et de grandes voix. C’est la découverte d’Édith Piaf qui lui montre la voie : elle sera chanteuse. Avec obstination, elle se présente en 1962 au concours « on chante dans mon quartier » organisé par la mairie d’Avignon, terminera deuxième juste derrière Michelle Torr et finira par remporter avec succès ce concours en 1964 avec « La Vie en rose » qui est encore aujourd’hui, la chanson fétiche qu’elle chante dans tous ses concerts. L’adjoint au maire d’Avignon, Raoul Colombe, décide de soutenir sa vocation. Il la fait participer à de nombreux galas locaux et l’inscrit au fameux « Jeu de la Chance », le télé-crochet de la mythique émission « Télé Dimanche » de Raymond Marcillac.
Lors d’un gala d’Enrico Macias, elle est remarquée par Johnny Stark, son futur manager (il fut celui de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan et bien d’autres).
Puis le 21 novembre 1965, date de sa première apparition à la télévision, lors du télé crochet « Le Jeu de La Chance » à Télé Dimanche, la France découvre Mireille Mathieu, Johnny Stark la retrouve à nouveau et flairant tout le potentiel de cette jeune fille d’Avignon, à la voix puissante et pure, lui propose un contrat. Il lui imposera un rythme de travail très dur, mais le succès est là, d’abord en France, puis, très vite, dans le monde entier.

Après un premier Olympia en décembre 1965 en lever de rideau de Dionne Warwick et Sacha Distel, elle s’y produit en vedette dès 1966, accompagnée par Paul Mauriat, auréolée de ses premiers succès : Mon credo (plus d’un million d’exemplaires écoulés), « Qu’elle est belle », « Viens dans ma rue » (André Pascal/Paul Mauriat). Ses ventes de disques sont phénoménales pour l’époque3. Autre originalité, le retentissement du succès de Mireille en France dépasse rapidement les frontières et dès 1966, elle participe au célèbre « Ed Sullivan Show » aux États-Unis.

Elle est parrainée par Maurice Chevalier auquel elle consacrera une chanson hommage en 1980 Le canotier de Maurice Chevalier et le cinéaste/documentariste François Reichenbach tourne Le Conte de fée de Mireille Mathieu qui est diffusé fin 1966 à la télévision française. Ce film montre en particulier sa rencontre avec Maurice Chevalier et son premier voyage aux États-Unis. Toutefois, sa méconnaissance de l’anglais et ses difficultés dans cette langue ne permettront pas à Stark de miser sur une carrière américaine, malgré des projets de films et de comédies musicales.

Mais son image de chanteuse « officielle », « voix de la France » se construit dès cette époque avec l’interprétation de « Paris en Colère ». Écrite par Maurice Vidalin sur la musique composée par Maurice Jarre pour le film de René Clément « Paris brûle-t-il ? », la chanson est, dès sa sortie, un immense succès et reste associée symboliquement à la libération de Paris; en 2004, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, lui demande de la chanter devant l’hôtel de ville en présence du président Jacques Chirac pour les célébrations du soixantième anniversaire de la libération de Paris.

Carrière internationale

En 1966, c’est l’adaptation en français du succès d’Engelbert Humperdinck « The Last Waltz » sous le titre « la Dernière Valse » qui lui ouvre les portes des charts du Royaume-Uni et l’honneur de participer pour la première fois à la « Royal Performance » devant la reine Elizabeth II. (Elle s’y produira deux autres fois au cours de sa carrière.)

Elle participe, à la fin des années soixante, à de très nombreux spectacles au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis qui lui permettent de se confronter à Tom Jones (chanteur), Dusty Springfield, Burt Bacharach, Cliff Richard, Danny Kaye, Des O’Connor, John Davidson, etc. Le compositeur de « La Dernière Valse », Les Reed, lui concocte de nombreuses chansons, qu’elle interprète en français et/ou en anglais dont les célèbres « Bicyclettes de Belsize » lui permettant d’élargir son répertoire musical.

Après de nombreux succès en français (« J’ai gardé l’accent », sur un texte de Gaston Bonheur en 1968 ; « La première étoile » écrite par André Pascal sur une musique de Paul Mauriat en 1969, qui sera reprise en suédois par Agnetha Fältskog avant qu’elle ne rejoigne le groupe ABBA), Mireille se fait connaître du public allemand, en 1969, avec « Hinter den Kulissen von Paris ». Durant toutes les années 1970, ses succès dans la langue de Goethe composés et arrangés pour la plupart par Christian Bruhn vont se succéder et faire d’elle le symbole de l’amitié franco-allemande initiée par Konrad Adenauer et le Général de Gaulle3.

Quelques-uns de ses succès allemands sont également des succès en France et dans d’autres pays : « Acropolis Adieu » (1971), « Santa Maria de la Mer » (1978), « Mille Colombes » (1977) [ces deux dernières avec le concours des Petits Chanteurs à la Croix de Bois dans les chœurs] et « La Paloma Adieu » ( « La Paloma Ade » restera pendant 27 semaines classée dans les charts allemands et atteindra même la première place (source ARIOLA-BMG).

Collaborations artistiques

C’est à Mireille Mathieu que Francis Lemarque et Georges Coulonges font appel pour interpréter la chanson titre de leur fresque musicale sur Paris, « Paris Populi ». En 1973 deux réalisateurs français la sollicitent pour apparaître dans leurs films: Jacques Demy la filme à Bobino chantant « Mon Paris », sur une musique de Michel Legrand, devant Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni dans « L’Événement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune ». Elle interprète également la chanson du générique du film. Claude Lelouch lui offre une apparition dans son film « La Bonne Année » ainsi que la chanson titre du film écrite par Francis Lai. Par ailleurs, Michel Legrand signe la chanson d’ouverture du film « Pour le meilleur ou pour le pire ».

La collaboration entre Francis Lai et Mireille Mathieu date de 1966 alors qu’il était son accordéoniste avant le succès mondial de « Un homme et une femme », chanson que Mireille a également contribué à populariser. Francis Lai a écrit plus d’une trentaine de chansons pour Mireille dont « C’est ton nom » (1966), un album complet « Mireille Mathieu chante Francis Lai » en 1972, « Je t’aime avec ma peau » (1978), « T’aimer » (1986), « La vie n’est plus la vie sans nous » (2002), « Un peu d’espérance » (2005). Mais c’est « Une histoire d’amour » (1971), sa création en français de la chanson du Film « Love Story » qui est leur plus grand succès en commun. Cette chanson a en effet été classée parmi les 100 plus grands succès français des cinquante dernières années3.

La collaboration de Mireille avec des musiciens de films se poursuit en 1974 avec l’album en français et italien « Mireille Mathieu chante Ennio Morricone ». Mireille est la seule, avec la grande chanteuse italienne Milva, à avoir eu les honneurs d’un tel album avec Ennio Morricone qui lui a écrit deux chansons originales.

Répertoire

Alors qu’elle connaît de nombreux succès populaires fédérateurs comme « Tous les enfants chantent avec moi » écrit par Eddy Marnay sur une musique de Bobby Goldsboro, Mireille élargit son répertoire à différents styles de chansons. La collaboration avec Alice Dona pour la musique et avec Serge Lama ou Claude Lemesle pour les textes lui permet de défendre des chansons comme « Le Silence » ou « Le Strapontin » en 1977. Elle reprend du même Lama, la chanson « L’esclave » (1976) ou, juste après la loi Veil, aborde la question de l’avortement en 1976 dans « L’anniversaire ». Mireille adapte également quelques succès anglo-saxons comme « A Blue Bayou » (1978) de Roy Orbison et « Une femme amoureuse » (1980).
Mireille chante également un titre signé Yves Duteil Je suis née pour chanter en 1989.

Au début des années 1980, Mireille Mathieu est devenue une vocaliste à l’américaine. Elle a enregistré en 1979 deux albums complets avec Paul Anka (en français et en anglais) et un autre avec le chef d’orchestre américain Don Costa, connu pour ses arrangements des titres « All or Nothing at All » et « Come Rain or Come Shine » pour Frank Sinatra. Elle est devenue sur scène ou dans les shows de Maritie et Gilbert Carpentier, une meneuse de revue reprenant les succès de la comédie musicale américaine comme « Over the Rainbow », « La chanson du Trolley », « People » ou « Sweet Charity ». Un projet d’adaptation de « The Wiz », la version modernisée du Magicien d’Oz créée à Broadway et tournée au cinéma par Diana Ross et Michael Jackson, à Paris ne voit pas le jour mais Mireille chantera deux chansons adaptées de la comédie musicale.

Alors qu’elle continue à chanter à l’étranger (tournées en Allemagne, au Japon, au Canada, au Mexique, passage au Carnegie Hall de New York), Mireille est sollicitée à diverses occasions. Après « Bravo tu as gagné », son adaptation de « The Winner Takes It All » avec le groupe Abba dans le chœurs (1981) et un duo à succès avec Patrick Duffy, « Together we’re strong » (1983), elle collabore avec Plácido Domingo au cours d’un Grand Échiquier de Jacques Chancel sur l’aria « Tous mes rêves » composée par Michel Legrand, sur des paroles de Jean Dréjac. Elle débute une longue collaboration avec Janine Reiss, répétitrice de chant d’Opéra qui lui permet de renforcer sa maîtrise vocale3 ; cela se ressent dans des chansons de variétés comme Chanter (1984), mais aussi dans des duos avec des chanteurs d’opéra, Peter Hofmann (Scarborough Fair) ou Placido Domingo (Tous mes rêve)3.

Après 13 ans d’absence, elle effectue un retour sur scène à Paris sur la scène du Palais des congrès en 1986, pour ses vingt ans de carrière, durant un mois devant 110 000 personnes3.

La fin des années 1980 est marquée par une tournée en Chine en 1986 et une autre en URSS en 1987 au cours de laquelle elle est accompagnée par les Chœurs de l’Armée Rouge. En 1986 également, elle chante la chanson officielle de la France pour le centenaire de la Statue de la Liberté en duo avec Andy Williams à New York devant les présidents Reagan et Mitterrand. En 1987 elle reçoit l’ordre national du mérite, Jacques Chancel lui consacre un Grand Échiquier spécial où elle interprète plusieurs mélodies classiques. Sa première autobiographie « Oui, je crois », est rédigée par Jacqueline Cartier.

En 1988, la sortie du single « L’Enfant que je n’ai jamais eu » (inclus également dans une compilation de ses grands succès qui sera certifiée double disque d’or) marque son entrée dans une nouvelle maison de disques, Carrère (après Barclay de 1966 à 1972, Philips de 1973 à 1982 et Ariola de 1983 à 1987) et le début d’une collaboration avec Didier Barbelivien et Pascal Auriat.

- 1991 : Mireille Mathieu (avec un dessin original de Jean Marais) chez Carrère.

- 1993 : Mireille Mathieu chante Piaf qui atteint 100 000 exemplaires.

- 1995 : Vous lui direz… chez East West, avec de nouveaux auteurs et compositeurs.

- 1996 : C’est sur la scène de l’Universal Amphitheatre à Los Angeles que le 14 novembre 1996 elle offre au public américain un concert unique, salué par la critique américaine qui la compare à Édith Piaf et Judy Garland. Dans son article du Los Angeles Times (16 novembre 1996) intitulé Mireille Mathieu Rend l’Amphithéâtre Intime, le critique Don Heckman écrit : « L’esprit musical d’Édith Piaf et Judy Garland est bel et bien vivant à travers le chant de la chanteuse française Mireille Mathieu. […] Lorsqu’elle est arrivée sur scène, il semblait impossible que cette petite silhouette, avec son ensemble de sept instrumentistes et trois choristes, parvienne à maîtriser l’amplitude sonore de l’amphithéâtre. Mais elle l’a fait, et avec rien de plus que la puissance de sa voix au timbre particulièrement riche et une présentation convaincante ».

- 1998 (décembre), elle accepte de se produire quatre soirs à l’Olympia et signe chez une nouvelle maison de disques, EMI, une compilation Son Grand Numéro. Mireille Mathieu a droit, chaque soir, à des standing ovations de plusieurs minutes, après chaque chanson.

- 1999, Mireille sera nommée Chevalier de la Légion d’honneur (1er ordre), le 9 décembre 1999, par Jacques Chirac, président de la République française.

En 2002, Mireille publie l’album « De tes Mains » produit par Mick Lanaro et arrangé par Jean Musy. D’une tonalité mélancolique et introspective, cet album comporte entre autres « La Solitude » écrite par Gérard Presgurvic, « La vie n’est plus la vie sans nous » (Patrice Guirao/Francis Lai) ou « Personne » (Caroline Cabat/Jean Musy). Plusieurs chansons évoquent son existence personnelle : « Aujourd’hui je reviens » ou « De tes mains ». Cet album accompagne une semaine de spectacle en novembre à l’Olympia suivie de sa première tournée depuis vingt ans en France, Suisse et Belgique. Elle reçoit Tom Jones lors d’un spécial « Vivement Dimanche » de Michel Drucker.

Année 2004

Année 2005

Année 2006

220px-MireilleMathieu22.03.2006

Mireille Mathieu le 22 mars 2006.

Année 2007

Année 2008

Année 2009

Année 2010

Année 2011

Elle avait été promue chevalier de la légion d’honneur par Jacques Chirac, en 1999.

Répertoire

Sélection d’une centaine de chansons de Mireille Mathieu.

  • Mon credo (1966)
  • Pourquoi mon amour (1966)
  • Viens dans ma rue (1966 prix Vincent Scotto)
  • Qu’elle est belle (1966)
  • Paris en colère (1966)
  • Adieu à la nuit (1966)
  • Un homme et une femme (1966)
  • Géant (1967)
  • Seuls au monde (1967)
  • La dernière valse (1967)
  • Quand tu t’en iras (1967)
  • Ce soir ils vont s’aimer (1967)
  • Quand on revient (1967)
  • Les yeux de l’amour (1967)
  • Ma Pomme (1967)
  • J’ai gardé l’accent (1968)
  • Una Canzone (1968)
  • Les bicyclettes de Belsize (1968)
  • Sometimes/Ensemble (1969)
  • Sweet souvenirs of Stefan (1969)
  • La première étoile (1969)
  • Une simple lettre (1969)
  • Mon bel amour d’été (1969)
  • Vivre pour toi (1969)
  • L’aveugle (1969)
  • Hinter den Kulissen von Paris (1969)
  • Martin (1969)
  • Tarata-Ting, Tarata-Tong (1969)
  • Donne ton cœur, donne ta vie (1970)
  • Pardonne-moi ce caprice d’enfant (1970)
  • An einem Sonntag in Avignon (1970)
  • Meine Welt ist die Musik (1970)
  • Es geht mir gut, merci cherie (1970)
  • Pourquoi le monde est sans amour (1970)
  • Une histoire d’amour (Love story)(1971)
  • Acropolis Adieu/Akropolis Adieu (1971)
  • Corsica (1972)
  • En frappant dans nos mains (1972)
  • J’étais si jeune (1972)
  • Hans im Glück (1972)
  • C’est l’amour et la vie que je te dois (1973)
  • La terre promise (1973)
  • Emmène-moi demain avec toi (1973)
  • Il me faut vivre (1973)
  • Tu ne m’aimes pas (1973)
  • Roma, Roma, Roma (1973)
  • Moi, c’est la chanson (1973)
  • La paloma adieu/La Paloma Ade (1973)
  • Folle, folle, follement heureuse (1974)
  • L’amour oublie le temps (1974)
  • Un jour, tu reviendras (1974)
  • Mon homme (1974)
  • Un million d’enfants (1974)
  • On ne vit pas sans se dire adieu (1975)
  • Tous les enfants chantent avec moi (1975)
  • Les Matins bleus (1975)
  • Apprends-moi « Tornero » (1975)
  • Der Zar und das Mädchen (1975)
  • Aloa he (1975)
  • La vie en rose (1976) (reprise d’Édith Piaf)
  • Qu’attends-tu de moi ? (1976)
  • Ciao Bambino Sorry (1976)
  • Ma mélodie d’amour (1976)
  • L’Anniversaire (1976)
  • People (1976)
  • Amour défendu (1977)
  • Mille colombes (1977)
  • Le Strapontin (1977)
  • Le Silence (1977)
  • A Blue Bayou (1978)
  • Santa Maria de la Mer (1978)
  • Un dernier mot d’amour (1978)
  • Je t’aime avec ma peau (1978)
  • Over the rainbow (1978)
  • Un enfant viendra (1979)
  • Il n’est resté que l’amour (1979)
  • A man and a woman (1979)
  • Comme avant (1979)
  • You and I/Toi et moi (1979)
  • Une femme amoureuse (1980) (reprise de A Woman in Love de Barbra Streisand)
  • Chicano/On l’appelait Chicano (1980)
  • Le Canotier de Maurice Chevalier (1980)
  • Bravo tu as gagné (1981)
  • Il a neigé sur Mykonos (1981)
  • Solamente una vez (1981)
  • Trois Milliards de gens sur terre (1982)
  • Hijo de la Luna (1982)
  • Nos souvenirs (1982)
  • New York New York (1982)
  • Tu n’as pas quitté mon cœur (1982)
  • Ma vie m’appartient (1982)
  • Together we’re strong (1983)
  • Tu m’apportais des fleurs (1983)
  • Je veux l’aimer (1983)
  • On est bien (1984)
  • Chanter (1984)
  • Un prince en Avignon (1984)
  • L’Hymne à l’amour (1985) (reprise d’Édith Piaf)
  • Non, je ne regrette rien (1985) (reprise d’Édith Piaf)
  • Ne me quitte pas (1985) (reprise de Jacques Brel)
  • La Demoiselle d’Orléans (1985)
  • Made in France (1985)
  • La Liberté sur l’Atlantique/Liberty Land (1985)
  • Après toi (1986)
  • T’aimer (1986)
  • Donna senza étà/Rencontres De Femmes (1987)
  • I love you like a fool (1987)
  • Ma délivrance (1987)
  • Rêve ton rêve (1987)
  • L’Enfant que je n’ai jamais eu (1988)
  • L’américain (1989)
  • De Gaulle (1989)
  • Embrujo (1989)
  • Caruso (1989)
  • Je me parle de toi (1989)
  • Ce soir je t’ai perdu (1990)
  • Mon Dieu (1990) (reprise d’Édith Piaf)
  • Una Mujer (1991)
  • Vous lui direz (1995)
  • À la moitié de la distance (1995)
  • Reste avec moi (1998)
  • La Quête (2000) (reprise de Jacques Brel)
  • Aujourd’hui je reviens (2002)
  • La Solitude (2002)
  • La vie n’est plus la vie sans nous (2002)
  • Le chant des partisans (2005)
  • Une place dans mon cœur (2005)
  • Rien de l’amour (2005)
  • Toute une vie (2005)
  • Un peu d’espérance (2005)
  • In meinem Herzen (Version allemande de « Une place dans mon cœur »)(2007)}
  • Gott im Himmel (2007)
  • Liebe lebt (2009)
  • Nah bei Dir (2009)

Duos

Quelques-uns des principaux duos de Mireille Mathieu

Discographie

En 2005, pour ses quarante ans de carrière, Mireille Mathieu a sorti son 80e album (studio et live). Bien qu’il s’agisse de son 38e album studio en France, il en convient en effet d’ajouter : les albums studios originaux sortis à l’étranger (Allemagne, Espagne, Mexique, États-Unis), les albums sortis au Japon qui comprennent essentiellement des chansons en français inédites en France, ainsi que les albums « Live » sortis en France, au Canada, au Japon, au Liban et en Russie.

Les disques de Mireille Mathieu ont été distribués depuis 1966 par :

Pour l’Allemagne, Ariola distribue ses disques depuis 1969. Ce label fait désormais partie du groupe SONY-BMG.

Les derniers disques sortis en France et distribués par EMI-CAPITOL :

Deux éditions : « normale » et « de luxe ». Cette double compilation sortie à l’automne 2006 permet de retrouver sur le premier CD les chansons de films interprétées par Mireille Mathieu, des plus connues comme « Paris en colère » pour Paris brûle-t-il ? et « Une histoire d’amour » pour Love Story, aux moins connues comme « Une fille cousue de fil blanc » et « Chanel Solitaire », aux titres éponymes (cette dernière chanson ne figure que sur l’édition de luxe). Sur le deuxième CD, beaucoup d’inédits extraits des shows de Maritie et Gilbert Carpentier, en particulier des reprises de grandes chansons de Judy Garland comme « Trolley Song » (« La chanson du trolley »). « Over the Rainbow’ ‘» figure cependant sur le 1er CD.

38e album studio français, sans titre, mais avec « Une place dans mon cœur » comme chanson phare. Sorti le 26 septembre 2005, cet album a été classé en 16e place des meilleurs ventes la première semaine de sortie (source SNEP).

Coffret de 3 CD sorti en avril 2005 et rassemblant 60 chansons. Un panorama chronologique des plus grands succès et des chansons marquantes de Mireille de 1966 à 2002. Nous y trouvons 7 inédits en CD parmi lesquels « L’Esclave » de Serge Lama et « Qu’attends-tu de moi ? » d’Alice Dona ; 5 inédits-rareté, notamment « La Couleur de l’or » que Mireille a chanté lors des Jeux Olympiques de Séoul en 1988 et 2 inédits en France : « Ma mélodie d’amour » et « On est bien ».

Ce coffret a été classé durant les quatre premières semaines de sa sortie parmi les meilleures ventes de compilations en France.

Réédition 2004 de l’album de 1968 augmentée de 4 bonus.

Réédition 2003 de l’album de 1993.

Compilation de 12 titres. Sortie en 2003 et 2004 avec deux pochettes différentes.

Compilation de 60 titres dont de nombreux titres inédits en CD jusque-là sortie en 2003.

37e album studio français sorti en 2002 produit par Mick Lanaro.

Long Box 3 CD de 60 titres comprenant 2 inédits (« La Quête » et « Quand tu t’en iras » [version 2000], ainsi qu’une réédition de l’album de 1985 : « Les grandes chansons françaises »).

Compilation 2 CD de 40 titres sortie en 1998. Existe également en version simple 20 titres.

Il est possible de trouver sur Internet, la nombreuse discographie distribuée par Ariola-BMG Allemagne. Il s’agit surtout de compilations de ses succès allemands ainsi que ses derniers albums studios sortis en Allemagne. On peut cependant se procurer en CD « Mireille Mathieu chante Ennio Morricone » ou encore « Tour de L’Europe » (1987) qui comprend des chansons en quatre langues (français, allemand, italien et anglais), notamment une chanson écrite pour Mireille par Dave Stewart et Annie Lennox du groupe Eurythmics, « I love you like a fool ».

 

(*) Wikipedia

 

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube  http://nicole20.centerblog.net/

Image de prévisualisation YouTube

 

Revenir en haut de la page.

 

RS

Révolution Solaire de Mireille MATHIEU

mireillemathieurs220720

Pour le 22/07/2011 à 13h35 T.U., à Avignon.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 10 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 4:

Le passage du nœud nord en maison X vous promet une réussite professionnelle ou sociale inhabituelle. Les efforts que vous ferez maintenant pour étayer votre situation seront couronnés de succès. La promotion attendue vous sera acquise. Le contrat espéré sera signé. La distinction honorifique vous sera accordée. Vos affaires prospéreront.

* Faites-vous de la politique ?.. vous serez élu.

* Etes-vous fonctionnaire ? vous serez nommé.

* Etes-vous en fin d’année scolaire ? vous serez reçu.

Tous les espoirs de reconnaissance ou de faveur d’un public, d’une clientèle ou d’une audience seront comblés. C’est maintenant aussi que vous étendrez votre influence. Ne restez donc pas les bras croisés. Bien entendu, cette même période sera beaucoup moins propice à la vie de famille car les exigences de votre nouveau statut social pourront avoir une incidence moins favorable sur votre foyer. C’est pourquoi, il vous faudra faire la part des choses en soustrayant quelques heures chaque jour à vos affaires. Ménagez-vous des moments suffisants de repos en vous accordant des loisirs familiaux proportionnels à vos efforts professionnels. Veillez à ne pas vous laisser emporter par votre réussite. Tout ce qui nous est accordé par le destin doit être redistribué. Réservez donc une large part de vos moyens au bien-être d’autrui, en commençant par ceux qui vous sont proches et dont le soutien a contribué à votre essor. Evitez à tout prix de sacrifier votre famille à votre situation. Cette période en effet défavorise la vie de famille ; elle déséquilibre souvent le foyer et suscite fréquemment un ou plusieurs changements de domicile. De plus, le nœud sud en maison IV provoque souvent une séparation. Les jeux planétaires du moment préciseront s’il s’agit de votre mère ou d’un éloignement temporaire de votre famille. Dans le même esprit, tout ce qui touche vos assises (ceci inclut l’immobilier), sera compromis et devra requérir votre attention toute particulière pour minimiser les dégâts. En conséquence, n’achetez – et ne vendez – ni immeubles ni terres. entez de reporter toutes les transactions immobilières à la période suivante. Ne prenez pas le risque d’hypothéquer vos actifs ni de gager votre crédit ou votre réputation pour encore accroître votre essor professionnel. Dans le cas contraire, vos appétits deviendraient cause de dépossession de vos biens familiaux, ou personnels. En résumé, ne sacrifiez ni votre famille ni les biens de celle-ci sur l’autel de votre réussite. La durée de celle-ci sera fonction de la sagesse dont vous userez.

Revenir en haut de la page.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

123

Lili Croix |
jardin13 |
Ecole de danses Flamenco et... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAVOIE PAINT
| Le scrap de Gigi27.
| AICA DE NAILLOUX