navigation

Peronnalité du 31/12/2010 – Donna SUMMER 31 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Chanteur,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————– PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

http://www.talkandroid.com/wallpapers/images/4996/1_DonnaSummer.jpg

http://idiotflashback.files.wordpress.com/2010/02/donna_summer_hi-res.jpg

http://myrebirth.fr/files/donna-summer-1.jpg

http://images.starpulse.com/Photos/pv/Donna%20Summer-13.JPG

http://www.donnasummer.com/news.html

Hommages à Donna Summer : 1 2

———————————————————————————————————–

Donna SUMMER

née le 31 Décembre 1948 à 21h00 à Boston  – USA

donnasummer31121948.jpg

Donna Summer, (*) de son vrai nom LaDonna Andrea Gaines (née le 31 décembre 1948 à Dorchester, un quartier de Boston et décédée des suites d’un cancer le 17 mai 2012 à Key West en Floride) est une chanteuse de pop américaine. Elle est un mythe de la musique disco des années 1970 et 1980.

Ses plus grands tubes sont : Love to Love You Baby, I Feel Love (reprise par Beyoncé, Jimmy Somerville, John Frusciante des Red Hot Chili Peppers, Kylie Minogue, Madonna durant son Confessions Tour et David Vendetta en 2007), Last Dance (Grammy Award en 1978 dans la catégorie Best R&B vocal performance female, Hot Stuff (Grammy Award en 1979 dans la catégorie Best rock vocal performance female et célébré en 1997 dans le film The Full Monty), Could It Be Magic (reprise en français avec Le temps qui court par Alain Chamfort puis par les Enfoirés en 2006; inspiré du prélude no 20 de Chopin), On The Radio et She Works Hard For The Money. Elle a vendu plus de 130 millions de disques.

Les débuts

Née dans une famille de sept enfants, elle chante dès l’âge de dix ans en tant que soliste dans le chœur de son église. En 1967, elle abandonne l’école pour devenir chanteuse professionnelle et fait ses débuts avec Crow, un groupe de rock blanc qui joue dans les clubs de Boston et parfois de New York. C’est dans cette dernière ville qu’elle restera, dans l’espoir de remplacer Melba Moore qui avait abandonné son rôle dans Hair. Ce qu’on lui proposera sera un rôle dans la version allemande : à 19 ans, elle part donc pour l’Europe où elle jouera de nombreuses comédies musicales. En 1968, elle a chanté en allemand dans Haare, version allemande de Hair, puis en 1970 dans Ich bin Ich et en 1971 dans Godspell. Elle a aussi participé à cette époque à Showboat et à Porgy & Bess. Elle joue sous le nom de Donna Gaines et même de Gayn Pierre pour Ich bin Ich et Godspell.

Parallèlement elle enregistre des chansons avec un groupe intitulé The Veith Marvos Red Point Orchestra, dont fait aussi partie Liz Mitchell, future chanteuse de Boney M. Ils ont enregistré un disque composé de neuf chansons où Summer n’est parfois que l’élément d’un chœur (1973). Ce disque sera amplement réédité par la suite sous de nombreux titres, sans l’autorisation de la chanteuse (sous 32 versions différentes, avant des remixes en 1992 puis en 1999).

Les premiers disques

Son premier simple date de 1971 et est sorti chez MCA/Decca. Il s’agit de Sally Go ’round the Roses avec en face 2 So Said the Man, deux titres co-écrits et réalisés par Vincent Malouney. Suit en 1973 If You Walkin’ Alone et sa face B Can’t Understand, deux chansons blues-rock. Elle y apparaît sous le nom de Donna Gains. Le disque est sorti chez Philips. Puis elle participe aux chœurs de l’album Hard Labor de Three Dog Night (mais son nom n’apparaît pas sur le disque sorti chez Dunhill en 1974).

Depuis Mannheim, où elle se marie au peintre autrichien Dieter Sommers, elle répond en 1974 à une annonce demandant une choriste. Ceci conduit à sa rencontre avec Pete Bellotte et Giorgio Moroder. Son premier 45 tours, sorti aux Pays-Bas chez Lark, est Denver dream, écrit par Bellotte, avec en face 2 Something’s in the wind écrit par Moroder et Bellotte (1974). Les chansons sont dans la lignée des « story songs » à la Cher, genre de petits mélodrames de 3 minutes. Ce genre est idéal pour Summer qui, venue de la comédie musicale, se définit comme une actrice qui chante.

Avec Pete Bellotte et Giorgio Moroder, elle enregistre un album, Lady of the Night (contenant Lady of the Night, Born to Die, Friends, Full of Emptiness, Domino, The Hostage, Wounded, Little Miss Fit, Let’s Work Together Now et Sing Along (sad song)). Ce album est aussi sorti aux Pays-Bas, chez Groovy en 1974. Le simple The Hostage a un certain succès en France (no 2), en Belgique et aux Pays-Bas (no 1), malgré son sujet sinistre ; en effet ce disque parle d’une femme dont le mari a été enlevé et la chanson se termine par un abrupt « The funeral is tomorrow ». Lancé ensuite en Allemagne, il est interdit de passages radio mais il devient ensuite no 1 au milieu d’un fait divers (un enlèvement politique). L’album est lui un échec. Écrit par Moroder/Bellotte et réalisé par Pete Bellotte, il est tout aussi noir que le simple, particulièrement la chanson-titre. Summer y chante avec sa voix naturelle des chansons de variétés aux influences flamenco (Lady of the night), folk (Born to die), pop (Friends), country (Domino)… Par la suite, l’album a été réédité à titre de curiosité en 1976 au Pays-Bas chez Prominent tandis qu’en 1977 Lady of the night et The hostage apparaissent sur la compilation Star gold allemande de Summer. Une chanson a été récupérée pour l’album suivant, Full of emptiness, la seule où Summer chante avec la voix de tête qu’on lui connaîtra par la suite ; c’est incidemment la meilleure chanson de l’album. L’album est suivi du simple Virgin Mary avec Pandora’s Box en face 2, paru chez Groovy en 1975 aux Pays-Bas.

Love to Love You Baby

Un titre supplémentaire connaît par la suite une bonne fortune, Love to Love You. C’est à l’origine un simple uniquement sorti en Europe (chez Groovy aux Pays-Bas avec Need-a-Man Blues en face 2). Ce titre court devient Love to Love You Baby et dépasse le quart d’heure après que lors d’une fête privée le patron de Casablanca, Neil Bogart, avait été obligé de le passer et de le repasser à la demande de ses invités. Les réalisateurs artistiques de Summer lui concoctent alors une nouvelle formule qui aboutit à l’album Love to love baby (1975) où la chanson-titre est remixée. Le succès, testé d’abord dans les discothèques françaises, est immense et cette chanson fait date de par l’audace du concept : pendant plus de 16 minutes, Summer soupire des paroles clairement érotiques alternant avec de longs moments dévolus aux choristes et aux musiciens (basse, synthétiseur, violons) sur fond de grosse caisse envahissante, lente et sourde. C’est le triomphe d’une petite production incluant à peine une quinzaine de personnes, qui a enregistré le disque en deux mois (mai-juin 1975). Mais c’est surtout le triomphe d’un concept né sous la houlette de deux réalisateurs artistiques – Pete Bellotte et Giorgio Moroder – et l’apparition d’un son immédiatement identifiable par son utilisation du synthétiseur -le son de Munich (Parallèlement Levay et Kunze lançaient les Silver Convention qui avec leur no 1 Fly Robin Fly procèdent de la même école qui a inventé l’Eurodisco). Love to love you baby devient un énorme hit dans les boîtes gays et marque l’avènement du disco tandis que de nombreuses radios refusent de la passer vu son caractère trop sexuel. Néanmoins c’est le début du raz-de-marée Donna Summer. Love to love you baby rentre dans les listes américaines en décembre 1975 et devient la meilleure vente pendant quatre mois. Classée no 2 en février 1976, elle dépasse rapidement le million de ventes. Au Royaume-Uni, elle est classée le 17 janvier 1976 et monte jusqu’à la cinquième place. Le 19 février le simple est disque d’or aux États-Unis tout comme le lp du même nom (no 6 R&B et no 11 pop). Love to love you baby est aussi le cinquième simple le plus vendu de Summer tout au long de sa carrière. Il existe trois versions sensiblement différentes du LP : la version parue chez Oasis et distribuée par Atlantic, une autre édition, chez Casablanca (qui remplace la reprise de Full of emptiness et The hostage par Virgin Mary) et enfin une troisième avec The hostage et Lady of the night. Full of emptiness est un titre repris de Lady of the night. Le 45 tours est lui sorti avec Need-a-man blues en face 2 ou avec une deuxième partie de 3:27 du hit –la première faisant 4:57.

L’installation dans le succès

Les albums suivants, A Love Trilogy et Four Seasons Of Love, parus tous deux en 1976, montrent une grande fidélité à l’égard de Love to Love You Baby. Ces deux LP sont aussi disques d’or. Le premier single tiré de A Love Trilogy est une reprise de Barry Manilow, Could It Be Magic, qui sur l’album est précédée d’une sulfureuse intro, Prelude to Love. Cette version très réussie est cependant beaucoup plus commerciale que la version originale. Suit Try Me, I Know We Can Make It, morceau de près de 18 minutes, condensé en un peu plus de 4 minutes pour le single. (On la retrouvera par la suite, avec Could It Be Magic sur la bande originale du film Looking for Mr Goodbar). La réalisation artistique était jusqu’alors surtout le fait de Pete Bellotte, mais à partir de maintenant, Giorgio Moroder prend plus d’importance déclarée. Le single suivant, Spring Affair, est tiré de l’album Four Seasons Of Love : il reprend la pochette de l’album où on la voit alanguie sur un croissant de lune. Il existe plusieurs pressages différents du simple : avec Come with me ou Winter melody en face 2, ou alors la chanson avec une partie sur chaque face au Mexique. Four seasons of love est un album bien ficelé et plaisant mais on ne peut s’empêcher de trouver ces chansons préfabriquées, comme Winter Melody, le simple suivant. La chanson la plus réussie de l’album est le succès de discothèque Summer fever (face 2 du 45 tours Winter melody au Mexique). Un argument de vente supplémentaire : un calendrier de 1977 avec des photos de la belle est inclus dans le LP.

Elle est surnommée par ses détracteurs « le sexe chantant » tandis que pour d’autres, c’est « la plus belle voix noire depuis Aretha Franklin » et, pour la promotion de ses disques, « The First Lady of Love », ironiquement transformé par certains en « The First Lady of Lust ». À la fin de l’année, elle sort un album (appelé lui aussi Love To Love You Baby) avec en face 1 Love To Love You Baby et en face 2 Try Me I Know We Can Make It, toutes deux en versions intégrales. Dorénavant, elle prend une part de plus en plus active à l’écriture des chansons : Love To Love You Baby’, Try Me I Know We Can Make It, Prelude To Love et tout l’album Four Seasons of Love sont co-écrits par elle et ses réalisateurs artistiques. Four Seasons of Love est d’ailleurs le plus solide de tous les « concept albums » de Summer, une formule à laquelle elle tient au moment de faire un lp mais qui s’avère souvent bancale pour une chanteuse devant son succès aux discothèques et aux radios. Celle-ci est d’autant plus bancale que les concepts ne sont guère qu’un vague fil directeur. Et encore ; Four Seasons of Love n’a que peu à voir avec les Quatre Saisons de Vivaldi ou l’oratorio Les Saisons de Haydn. Néanmoins, lors de l’élaboration de l’album les références sont là, non pas dans la musique, mais dans l’image qui va avec. Sur le calendrier, on a quatre photos de Summer (dont deux sont déjà connues puisqu’il s’agit de la pochette de l’album). Pour représenter l’hiver, on la voit encapuchonnée de fourrure avec de la fausse neige dans le style des films hollywoodiens de Noël. Deux larmes coulant sur ses joues complètent le tableau ; il va sans dire que Summer est très maquillée et que le maquilleur n’a lésiné ni l’ombre à paupières dorée ni sur le rouge à lèvres brillant. Pour le printemps, elle porte une robe qui se veut XVIIIe siècle et elle fait de la balançoire, en référence à la fois à Vivaldi et à Fragonard. Les photos de l’été et de l’automne sont moins liées à la saison en soi puisque l’on a la couverture du disque pour l’été (Summer sur son croissant de lune, dans la grande tradition des Pierrots kitschs) et l’arrière de la pochette pour l’automne (Summer avec la robe blanche de Monroe dans Sept ans de réflexion).Ceux qui ont eu l’idée du calendrier n’ont pas tellement joué sur l’image sexuelle de Summer, sur son corps ou sur des poses provocantes ; de ce point de vue, on peut comparer les photos de Summer avec celles de Four new seasons une obscure adaptation disco de Vivaldi faite en France en 1978 par The Philarmonics : sur la pochette de l’album, quatre photos montrent un mannequin en maillot de bain –même en hiver !- ouvrant la bouche et dansant devant des tableaux de facture classique mais inconnus des musées.

Au début de 1977, Summer enregistre trois simples sans Moroder-Bellotte : une apparition dans Shut Out, un 45 tours en duo avec Paul Jabara, un ancien de Hair (sur Shut Out de Jabara), une autre dans Old Fashioned Girl, titre des Brooklyn Dreams (sur leur album Brooklyn Dreams), et Down, Deep Inside, qu’elle co-écrit avec John Barry pour le film The Deep, la première incursion de Casablanca dans le cinéma. Shout Out est suivi sur l’album de Paul Jabara du même titre de Heaven Is a Disco où elle chante aussi. Old Fashioned Girl est anecdotique. Down, Deep Inside enfin, s’est classé no 3 disco et no 5 en Angleterre malgré sa relative insignifiance. Donna Summer ne s’est pas vraiment intéressée à ce titre surtout que le compositeur John Barry n’y connaissait rien au disco et que Casablanca voulait un autre Love To Love You Baby, attitude dont Summer commençait à se lasser. Cette chanson existe en version LP, en une version ralentie assez peu heureuse (A Love Song) et en version rallongée. Le 45 tours allemand existe en vinyl bleu. Le film, une sorte de « sous-Dents de la mer », n’est pas resté dans les mémoires.

Le tournant d’I Feel Love

Elle co-écrit toutes les chansons de l’album suivant (sauf une reprise) qui est I Remember Yesterday, album où son style évolue. Ici chaque chanson représente une époque de la musique populaire américaine, des années 1920 au « futur ». De cet album disque d’or, elle tire trois singles, I Remember Yesterday, Love’s Unkind et I Feel Love (la chanson symbolisant avec adéquation le son du futur). À l’origine face 2 du single Can’t We Just Sit Down (And talk it over), no 20 soul, I Feel Love mènera une carrière indépendante à partir d’un no 1 disco (trois semaines en juillet) et d’un no 1 en Angleterre. En novembre il est no 6 pop et no 9 r’n'b. Il se vend aux États-Unis à plus d’un million d’exemplaires. Comme d’habitude, un titre, ici le remarquable I Feel Love, occulte quelque peu le reste de l’album. I Feel Love existe aussi en une version rallongée de deux minutes supplémentaires, sans grand intérêt vu qu’elle en répète simplement la dernière partie (système inauguré avec Down, Deep Inside, chanson avec laquelle elle partage d’ailleurs le 12″ single). I Feel Love sera néanmoins un classique du disco et Patrick Cowley la remixe pour Disconet (le maxi sortira même officiellement en 1982) tandis que Jimmy Somerville et Marc Almond la reprennent en 1984, en attendant de nombreuses reprises et des remixes en 1995.

La méthode choisie par Moroder et Bellotte laisse perplexe et l’idée de concept, qui a apparemment présidé à l’élaboration du disque, est bien mince. Le premier titre est I Remember Yesterday, rappelant les années 1940 des « big bands » et Glenn Miller. Suit Love’s Unkind, assez difficile à placer chronologiquement mais qui représenterait plutôt les années 1950. Back In Love Again rend hommage aux Supremes et à la Motown des années 1960. La face se termine par I Remember Yesterday (reprise), procédé de répétition irritant qui n’apporte rien. La face 2 contient Black Lady (les [[années 1920]), Take Me (le disco des années 1970), Can’t We Just Sit Down (And talk it over) (la ballade apparemment intemporelle) et I Feel Love (le futur). Comme on le voit, le fil chronologique n’est pas des plus convaincants surtout que l’uniformité de l’orchestration n’aide pas à bien faire les différences entre les styles. Les deux seules chansons à échapper au moule sont les deux dernières, qui ont d’ailleurs partagé le même 45 tours. Can’t We Just Sit Down (And talk it over) est une carte de visite honorable pour prouver que Donna sait chanter au-delà des soupirs et de la petite voix de ses trois premiers albums. De plus, cette chanson, qui est une reprise de David Soul (le blond de la série télévisée Starsky & Hutch l’avait sortie peu avant sur son album de 1977) est assez jolie. L’autre chanson qui marque est bien sûr I Feel Love. Mais n’est-il pas ironique de voir que cette chanson qui a eu en effet un rôle fondamental dans les styles à venir de la musique pour danser se trouve sur un album dévolu à des genres musicaux passés ? D’ailleurs on peut se demander si Donna Summer se souvient bien d’hier, de son propre passé, puisque ce disque s’inscrit sous une double rupture : elle montre qu’elle sait chanter (ce qui n’allait pas de soi auparavant) et elle inaugure le disco sans instruments autres que des synthétiseurs.

En Angleterre un 12″ est édité avec Back In Love Again, Try Me, I Know We Can Make It et Wasted. Un 45 tours de cette chanson sort en Allemagne chez Atlantic avec l’inédit A Man Like You en face 2. Le 45 tours allemand connaît un nouveau pressage en 1978 avec I Remember Yesterday en face 2.

Can’t We Just Sit Down (And talk it over) est aussi sorti en 45 tours promotionnel chez Casablanca aux États-Unis avec deux versions sensiblement différentes sur chaque face : une version de 3:42 et une autre de 3:56. Parallèlement Casablanca sort au Mexique un 45 tours avec quatre titres, système qui sera repris par la suite. On y trouve Love To Love You Baby, I Feel Love, Try Me, I Know We Can Make It et Take Me.

La fin de l’année 1977 et Thank God It’s Friday

En juillet 1977, au moment où I Feel Love sort en simple, Donna Summer enregistre Last Dance. Cette chanson est prévue pour être incluse dans la BO du film Thank God it’s Friday. Casablanca prépare en effet ce film en partenariat avec les films Columbia. Le thème, une nuit dans une boîte, permettra à Donna Summer d’apparaître dans le film pour chanter Last Dance. Cette chanson est écrite par Paul Jabara et les arrangements musicaux sont de Bob Esty. Ce dernier en est le réalisateur artistique de fait car Moroder était très réticent. Esty a en effet le projet de faire chanter Summer avec sa vraie voix et son registre naturel, aux antipodes de la voix aiguë et haletante qu’on lui connaissait jusqu’alors. il s’oppose ainsi à Moroder qui, ne voulant pas tuer la poule aux œufs d’or, avait l’impression qu’il était encore trop tôt pour montrer que Summer pouvait chanter autre chose que des clones de Love to Love You Baby. Esty s’occupera alors de la réalisation artistique mais il n’est pas convié le jour où Summer enregistre sous la houlette de Moroder. Finalement quand le disque sortira un an après, avec le film, on lira sur la pochette que la réalisation artistique est de Moroder et d’Esty ; mais le nom de ce dernier sera remplacé par celui de Bellotte sur les compilations ultérieures.

Donna Summer continue sur sa lancée avec le sans âme Once upon a time, album claustrophobique vite réalisé qui se veut être un conte de fées moderne. Après la parution de ce lp en 1977, devenu disque d’or, elle classe un simple en janvier 1978, I Love You (no 37). Auparavant, Rumour Has It, le seul titre à surnager de l’ensemble, avait été no 1 disco (pendant cinq semaines à partir du 17 décembre) mais seulement no 21 r’n'b et no 53 pop. Une chanson est assez réussie, Now I Need You, avec des choristes en contrepoint. Par ce disque double, le premier d’une longue liste, elle avait voulu prouver qu’elle pouvait écrire autre chose que des albums contenant une poignée de chansons rallongées. Elle était aussi plus ou moins contrainte de faire des disques doubles par son contrat signé en septembre 1977. En effet elle avait signé un contrat stipulant qu’elle devait sortir neuf albums sur une période deux ans, tous devant être réalisés par Moroder et Bellotte. Ce chiffre délirant pouvait être réduit à quatre albums doubles et un simple, ce qu’elle fit en gros.

Summer continue son incursion dans les BO de films avec trois titres de Thank God it’s Friday (1978, no 6 R&B, no 10 pop et un million de ventes), film où elle joue le personnage de la chanteuse Nicole Sims : Last Dance (no 3 pop, no 1 disco le 3 juin pendant 7 semaines et no 5 R’n'B, vendu à plus d’un million d’exemplaires), With Your Love (face 2 du précédent) et le quart d’heure de reprise mollement convaincante de Je t’aime (moi non plus). Ce dernier titre a été enregistré en 1977 et il est même sorti en maxi promotionnel pour les discothèques. Ces dernières étant peu enthousiastes, la chanson finira comme titre supplémentaire sur l’album du film (au double album on rajoute simplement le maxi à une face de Je t’aime (moi non plus) dans la pochette). Le film Thank God it’s friday (mai 1978) est un projet commun aux labels Motown et Casablanca, sur la lancée de Saturday night fever. Ce film disco qui devait être à l’origine un moyen de promouvoir les Commodores qui y jouent, en devient finalement un pour Donna Summer, dont c’est le premier rôle, et lui permet surtout de généraliser son succès hors des discothèques gays. Avec Last Dance elle obtient un hit et un oscar et aide l’album à se classer no 10 ; resté 27 semaines dans les charts, il est aussi devenu disque de platine. Ce morceau est écrit par P. Jabara. Il existe de plus un remix long de With Your Love, mais destiné uniquement aux discothèques. Le 45 tours de Last Dance est édité par Casablanca en trois versions différentes : en version promotionnelle sans face 2, avec With Your Love ou I Love You en face 2. Au Mexique Last Dance est couplée à d’autres chansons du film sur un 45 tours : After Dark (Pattie Brooks), Thank God It’s Friday (Love & Kisses) et Disco Queen (Paul Jabara). Toujours au Mexique Je t’aime (moi non plus) est édité en 45 tours avec une partie de la première moitié de la chanson sur chaque face. Grâce à Last Dance Summer obtient deux Grammies en 1978, celui de la meilleure chanteuse R&B et celui de la meilleure chanson R&B.

1978

Cette même année 1978, elle lance son double Live & more où elle reprend ses principaux succès et des classiques de la comédie musicale en plus de Mimi’s song, une chanson sur sa fille. Cette dernière se trouve sur le lp de l’Unicef pour commémorer l’année de l’enfant. En plus des morceaux en public, il y a sur l’album un titre en studio : MacArthur Park Suite qui contient la reprise de MacArthur Park que Richard Harris avait chanté une dizaine d’années plus tôt, et Heaven Knows en duo avec Brooklyn Dreams, le groupe de son époux Bruce Sudano. Ces deux bons titres se vendent à plus d’un million chacun (disques d’or). Le premier sera classé no 1 pop pendant trois semaines en septembre, no 1 disco le 21 octobre pendant cinq semaines et no 8 R’n'B. Le second sera no 4 pop et no 10 R’n'B début 1979. L’album lui-même sera aussi no 1 et restera classé pendant 65 semaines ! Il sera disque de platine. MacArthur Park est le troisième simple le plus vendu de sa carrière et Heaven Knows le septième. Heaven Knows connaîtra une version différente sur l’album des Brooklyn Dreams Sleepless nights sorti début 1979 : Donna Summer n’y est que voix secondaire alors que c’étaient eux sur sa version à elle. Il manque à Heaven Knows» une version longue ; bien que plusieurs versions soient sorties, elles sont toutes inférieures à 4 minutes. Il existe bien un remix de Hot tracks de 6:40 mélangeant la version de Summer avec celle des Brooklyn Dreams et de multiples versions non-officielles qui sont en fait de simples collages répétitifs (dont une version mexicaine sortie en 1979).

Il existe plusieurs pressages du 45 tours de MacArthur Park dont un promotionnel avec une version de 6:24 (États-Unis), un autre avec Last Dance en face 2 (Brésil) et un mexicain avec Full of Emptiness, Once Upon a Time et Fairy Tale High.

En 1978, après Live and More, elle réalise Watchin’ Daddy Dance avec Bruce Sudano et d’autres chansons avec Jürgen Köppers pour l’album Watchin’ Daddy Dance de Sunshine, album finalement non commercialisé. On y trouve aussi sa composition It’s Over qu’elle réenregistrera en 1984 sous le nom Maybe It’s Over.

Donna Summer est à son apogée et de mai 1978 à janvier 1980 : elle aura huit Top ten et une avalanche de prix. L’année 1979 est l’année des grandes récompenses : artiste disco de l’année pour le Billboard et artiste disco féminin de l’année pour Dick Clark (avec Last Dance meilleur simple disco de l’année et Live and More meilleur album disco de l’année). Last Dance recevra aussi le Golden Globe Award de la meilleure chanson de film en plus des « Grammies » en tant que meilleure performance vocale féminine R’n'B et meilleure chanson R’n'B. La National Association of Recording Merchandisers lui donne les récompenses du meilleur album chanté par une femme (Live and More, qu’elle partage avec le Greatest Hits de Barbra Streisand) et du meilleur album chanté par une artiste noire. Last Dance recevra aussi un Oscar en tant que meilleure chanson de film. Au sixième Disco Forum du Billboard, elle est la meilleure interprète disco, la meilleure chanteuse disco et elle partage le prix du meilleur album disco (Live and More) avec Chic (C’est Chic). Ces recompenses s’étalent du 23 décembre 1978 au 15 juillet 1979 et elle en aura autant avec son album suivant.

Après une apparition sur un album de Gene Simmons en 1978 (Burning Up With Fever disponible sur l’album Gene Simmons) et une participation au disque de l’UNICEF A gift of Song, où elle chante Mimi’s Song (janvier 1979), l’année 1979 marque cependant la fin de la première période de celle qui est appelée « la reine du disco ». On note un certain manque de renouvellement lors de cette période d’un peu plus de trois ans, occultée par deux hits majeurs, Love to Love You Baby et le synthétique I Feel Love.

Bad Girls

Consciente de son aspect très marqueté, elle tentera de le faire voler en éclats en 1979 avec le double album Bad Girls qui élimine enfin le « syndrome Love to Love You ». Cet album marque un intéressant renouveau musical tout en gardant la même réalisation artistique. Bad Girls est surtout le premier album de Summer réalisé avec soin ; ses prédécesseurs avaient en effet été réalisés plus hâtivement. Elle classe deux très bons simples no 1 coup sur coup, Hot Stuff et Bad Girls, qui se vendront chacun à plus de deux millions d’exemplaires aux États-Unis. Hot Stuff, sera no 1 pop pendant trois semaines et no 3 R’n'B tandis que Bad Girls, lancée avant que Hot Stuff n’atteigne le no 1 pop, sera no 1 pop pendant cinq semaines et no 1 R’n'B une semaine. Les deux chansons, mixées en continu pour les discothèques, seront ensemble no 1 disco pendant sept semaines le 26 mai. Hot Stuff est d’ailleurs le simple le plus vendu de Summer, suivi de près par Bad Girls. Neil Bogart, patron de Casablanca, lui avait cependant déconseillé de lancer Hot Stuff, trop rock, et avait proposé à Summer de le laisser à Cher, chanteuse du même label, qui sortait d’un no 2 disco (no 8 pop), Take Me Home (Donna Summer garda Hot Stuff mais Cher en enregistra un clone réalisé par Moroder pour le film Foxes : Bad Love). Puis suivra l’excellent Dim All the Lights, no 2 vendu à un million d’exemplaires. L’album Bad Girls est de tous le moins monolithique et comme le reconnaît Giorgio Moroder, son travail de réalisateur artistique le plus intéressant. On est toujours dans le « concept album » mais il faut avouer que l’idée directrice, les prostituées, n’est guère suivie de manière constante tout au long de l’album. Ce sera un album de platine. À côté des gros tubes disco superbement efficaces (avec une pointe de rock pour Hot Stuff), on trouve des slows joliment agencés (ceux de la troisième face dont There Will Always Be a You qui servira à de nombreuses faces 2 de simples), et des titres synthétiques au rythme hypnotique, héritiers d’I Feel Love sans en être des clones (ceux de la quatrième face dont Sunset People, simple suivant et sa face B Our Love). L’album contient aussi My Baby Understands où Donna Summer fait ses premières armes en production sur un de ses albums avec J. Köppers, sous la houlette de Moroder/Bellotte.

Une curiosité : le slow All Through the Night, co-écrit par Summer et Bruce Roberts, se retrouvera sur deux des trois albums du chanteur (Cool Fool en 1980 et Intimacy en 1995).

Il existe aussi un simple édité au Mexique avec la version longue de Dim All the Lights (A media luz) en face 1 et celle de Heaven Knows (El cielo sabe) en face 2. Leurs durées sont repectivement de 7:10 et 8:20. Au Brésil le 45 tours de Hot Stuff a Heaven Knows en face 2. Au Japon la face 2 est Bad Girls. Aux Pays-Bas McArthur Park est réédité en 45 tours avec Hot Stuff en face 2. Bad Girls est éditée avec On My Honor en face 2 mais en Angleterre les deux faces sont inversées –un autre simple anglais, promotionnel celui-ci est On My Honor avec en face 2 With Your Love». Au Canada la face 2 de Bad Girls est Hot Stuff. En Espagne Our Love est édité en 45 tours avec Sunset People en face 2. En 2003 l’album est réédité en double cd avec la maquette de Bad Girls et neuf versions longues de I Feel Love à On the Radio.

La fin de l’année 1979

Summer enregistre ensuite Too Much For the Lady avec Brooklyn Dreams (sur l’album Joy Ride) puis le simple Never Lose Your Sense Of Humor avec Paul Jabara (moteur promotionnel du lp Third album de Jabara, paru chez Casablanca).

Suit No More Tears (Enough Is Enough), duo avec Barbra Streisand co-écrit par Paul Jabara. Il sera classé no 1 aux États-Unis avec plus d’un million de ventes et no 3 en Angleterre. La face 2 du 45 tours anglais de No More Tears est sur certains pressages My Baby Understands. L’enregistrement de No More Tears a été assez houleux, non pas à cause de Summer toujours très détachée quand il s’agit d’enregistrer un disque, mais plus à cause de Streisand qui se sentait menacée par celle qu’elle considérait comme une nouvelle venue sans grand talent mais qui était sur son propre terrain, le disco. Par la suite, Streisand n’inclura pas No More Tears, ni dans ses concerts, ni dans son concert d’adieu alors que No More Tears a été son duo le mieux vendu (et accessoirement la seule chanson que le fils de Streisand avoue aimer dans le vaste catalogue de son auguste mère). No More Tears deviendra alors une chanson de plus pour Donna Summer, qu’ele chantera par la suite avec de multiples partenaires.

Après ces escapades, elle fait le point sur sa carrière disco en publiant une compilation, On the radio (fin 1979), dont la chanson titre, tirée du film Foxes, est classée no 5 avec encore une fois plus d’un million de ventes et un troisième album de platine consécutif. Quelques surprises sur cet album : des enchaînements originaux entre les chansons et un solo de saxophone pour Heaven Knows (le simple et pas la version de la suite disponible sur Live and More), en plus de On the radio en versions 4:00 et 5:50 (la version 7:30 est réservée à la BO du film), et de No More Tears en version intégrale, deux chansons jusque là uniquement éditées en simple. Chaque disque est disponible séparément (volume I et volume II) ou en double album. Il est aussi édité avec une affiche.

Une nouvelle maison de disques et un nouvel album

En 1980 Summer quitte Casablanca à qui elle fait un procès et signe chez Geffen records dont elle est la première artiste. Ce nouveau label distribué par la Warner est celui de David Geffen. Son premier album chez Geffen, The Wanderer, est l’adieu au disco –il louche vers le rock- mais c’est aussi la dernière réalisation de Moroder/Bellotte pour Summer. La chanson-titre, dansante et bien ficelée, sera classée no 3 aux États-Unis, avec plus d’un million de ventes, mais pas en Angleterre. Parallèlement Casablanca sort une autre compilation disco, couvrant la période 1977-1979, Walk Away (no 54 R&B et no 50 pop). La chanson-titre, extraite de Bad Girls, n’est classée que no 36 malgré son excellence et le renfort d’un remix promo pour les discothèques –cette chanson avait déjà profité du no 1 disco commun à tous les titres de l’album en 1979. Une version longue de 8:30 refera surface en 1992, un peu plus longue que celle du maxi commercialisé qui fait 7:15. Les deux ont en commun des paroles supplémentaires que l’on ne trouve pas sur la version d’origine de l’album. Le 45 tours quant à lui propose en face 2 Could It Be Magic de 1976. Au Mexique Walk Away est couplé avec Spring Affair, The Way We Were (du disque en public de 1978) et Rumour Has It.

Déjà en 1980 Donna Summer est assimilée à son âge d’or, même si elle a mutiplié les déclarations et les actes pour le rejeter. C’est la fin d’une époque et les autres simples de The wanderer seront assez mal classés en 1981 : Cold Love sera no 33 et Who Do You Think You’re Fooling no 40. Il faut dire que The Wanderer est fait de mélodies louchant vers le rock et réinterprétant Hot Stuff, si l’on excepte le synthétique Grand Illusion. Elle change d’ailleurs fondamentalement (comme le montre le gospel I Believe In Jesus) et commence à mettre en avant ses récentes convictions religieuses de « born-again Christian », ce qui est mal accepté de son public traditionnel. The Wanderer se vend cependant bien (onzième simple le plus vendu de sa carrière) et Cold Love se maintient honorablement (à la dix-septième place, juste avant Walk Away, dix-huitième). L’album est disque d’or.

En 1980 elle enregistre deux titres avec Brooklyn Dreams : A Lover In The Night et I Won’t Go (sur l’album du même nom du groupe). En 1981 elle participe aux chœurs de l’album Fugitive kind, de Bruce Sudano, son mari, auquel elle vient de donner une fille, le 5 janvier 1981, Brooklyn Sudano actuellement actrice, vue notamment dans la série Ma famille d’abord dans le rôle de Vanessa Scott.

L’album refusé par Geffen : I’m a Rainbow (1982)

À la fin de l’année, aurait dû sortir sa véritable dernière production Moroder/Bellotte, le double album I’m a Rainbow, finalement publié en 1996. Elle confirme son virage vers le rock-FM (Leave Me Alone et Highway Runner), la variété impersonnelle (End of the Week et Walk On (Keep On Movin)), et le mid-tempo synthétique (You to Me, Sweet Emotion, I Need Time et Brooklyn). Sur cet album on trouve même l’expérimental To Turn the Stone (avec des cornemuses synthétiques !) et I Believe In You, dernier duo avec Joe Esposito des Brooklyn Dreams. Quelques titres auraient mérité d’être sauvés : une reprise de Don’t Cry For Me Argentina, deux titres rythmés (True Love Survives et Back Where You Belong) et quatre bons titres de hi-nrg à la Moroder (Melanie, A Runner With the Pack, People Talk et Romeo). La chanson-titre est l’adieu à Moroder-Bellotte avec des réminiscences synthétiques de Once Upon a Time et Bad Girls. Certaines chansons ont été chantées par d’autres (une par Frida en 1982 et aussi par Joe Esposito en 1983 – To Turn the Stone – et deux par Amii Stewart en 1983 – You to Me et Sweet Emotion) et d’autres éditées par Summer sur des BO de films (Highway Runner pour Fast times at Ridgemont High en 1982 et Romeo pour Flashdance en 1983). Highway Runner a cependant connu un remix Disconet distribué dans les boîtes en 1982 (remix de Frank Schmidt). I’m a Rainbow et Don’t Cry For Me Argentina ont été remixées en 1993 par Giorgio Moroder pour la compilation The Anthology de Summer.

Les années 1980

Au début des années 1980, elle conserve cependant encore quelques années son rang de star. À la place de l’album I’m a rainbow, Geffen lui fait enregistrer un album avec Quincy Jones, qui la (sur)produit. L’album sorti en 1982 est l’ambitieux Donna Summer, un autre disque d’or. C’est la première fois que Donna Summer enregistre un album avec un réalisateur artistique confirmé. En effet jusqu’à maintenant elle avait fait partie d’une équipe qui avait graduellement monté les échelons du succès et de la renommée avec elle. Et si en 1982 Moroder ou Bogart, le patron de Casablanca, comptent, c’est grâce à Summer qu’ils le doivent. Quincy Jones, lui, a par contre un quart de siècle de production musicale derrière lui et il considère Summer comme une goutte d’eau dans l’océan. D’ailleurs Summer ne co-écrit que deux chansons sur les neuf de l’album, proportion bien faible pour une chanteuse qui a jusqu’alors écrit une importante proportion de ses chansons (elle a aussi co-écrit une troisième chanson mais elle n’est que sur la face 2 d’un 45 tours). Summer n’a pas bénéficié de la marge de manœuvre qu’a eue par contraste Michael Jackson sur les productions de Jones. On peut même penser que Donna Summer est une sorte de brouillon de Thriller. Cette vision quelque peu misogyne de la chanteuse contraste avec les années Casablanca où Summer était la reine dans son palais.

Le premier simple, Love Is In Control est no 10 aux États-Unis et est disponible dans un remix long. La face 2 du 45 tours est l’inédit Sometimes Like Butterflies, une composition de Summer et de Bruce Roberts qui, bizarrement, sera reprise par Dusty Springfield en 1985 (no 82 anglais). Le simple suivant, la reprise de Jon et Vangelis State of Independence, passe relativement inaperçu, malgré le concours de nombreuses personnalités aux chœurs, le « All Star Choir », avec entre autres Dionne Warwick, Lionel Richie, Stevie Wonder ou Michael Jackson (le début d’un concept qui aboutira trois ans après à la chorale de USA for Africa). Il sera suivi de The Woman In Me, no 33 en 1983. Cet album enterre définitivement le disco mais ne le remplace que par variété truffée de tics propres à la production de Q. Jones et de son équipe. Seul surnage le bon Love Is In Control légèrement allongé sur l’album par rapport au 7″ tandis que le reste déçoit les fans. On y trouve Mystery of Love, duo avec James Ingram et Protection écrit par Bruce Springsteen, le quatrième simple. Parallèlement cette année-là est commercialisé le remix d’I Feel Love de Patrick Cowley pour Disconet, pratique encore rare à l’époque mais promise à un bel avenir. Ce simple 12″ contient une version dépassant le quart d’heure sur la face 1 et une version raccourcie sur la face 2.

Love Is In Control est rallongé pour le 12″ avec en face 2 un instrumental tandis que l’album est aussi édité en série limitée « picture disc » en Angleterre.

Les deux albums suivants seront un pas de plus vers le gouffre, bien que cela ne soit pas encore trop visible commercialement (celui de 1983 sera son dernier disque d’or avant longtemps). She Works Hard For the Money (1983) donne trois simples : la chanson titre (no 3 aux États-Unis et no 20 en Angleterre), Unconditional Love et Stop, Look and Listen. Les deux premières chansons connaissent des versions longues. She Works Hard For the Money est comme Bad Girls no 1 R’n'B et est tout comme Bad Girls une chanson féministe qui lui a été inspirée par un événement réel. She Works Hard For the Money est un album qui est sorti chez Mercury, maison de disques dépendant de Polygram, le label ayant racheté Casablanca et à qui Summer devait encore un album (le divorce Casablanca/Summer s’était fait selon un procès). David Geffen, propriétaire de Geffen records dira ne pas regretter que She Works Hard For the Money ne se fasse pas chez lui car il avait peur que l’association des deux « born-again Christians » Summer et son réalisateur artistique Omartian ne donne un album de gospel. Puis, elle rend la politesse à Musical youth qui avait chanté sur Unconditional Love en participant à leur album Different Style (sur Incomunicando). Un 12″ anglais est édité avec Love Has a Mind of Its Own, She Works Hard For the Money en version longue et People People. People People est édité en 45 tours en Hollande et He’s a Rebel en Espagne.

Toujours en 1983 sort Romeo, un extrait de Flashdance disponible en 45 tours promotionnel à une face en Argentine. Parallèlement Love to Love You Baby est réédité en Angleterre.

Cats Without Claws (1984) aura lui un succès bien moindre que son prédécesseur : la reprise de There Goes My Baby se classera no 21 et Supernatural Love et Eyes ne devront leur salut qu’à des remixes longs (signés respectivement Jürgen Koppers et Jellybean). Supernatural Love est accompagné en face 2 d’une version longue de I’m Free et d’un inédit, Face The Music (face 2 de There Goes My Baby en Europe). Ces deux LP réalisés par Michael Omartian (qui avait partiellement arrangé l’album Donna Summer) ne sont pas foncièrement mauvais, mais manquent de relief et de personnalité. « De bien petites griffes » titre un journaliste en parlant de Cats Without Claws.

Après cette date, la religion prend le pas sur la musique et avec elle le début d’une rumeur qui plombera la suite de sa carrière. Elle aurait fait des remarques désagréables sur le sida et les gays en 1983, à une époque où les gays des États-Unis étaient en pleine négation de l’épidémie ; Summer n’arrêtera pas par la suite de répéter qu’il s’agissait d’une calomnie et elle fera un grand nombre de concerts gratuits en faveur des gays. Mais le mal est fait et ses conséquences seront profondes et durables.

Elle sort en 1985 chez PolyGram une compilation sans grand intérêt, The Summer collection, contenant des titres de 1977 (I Feel Love), 1978 (Heaven Knows), 1979 (Bad Girls, No More Tears) et 1983 (She Works Hard For the Money).

Retirée dans son ranch californien, elle peint et va à l’église. Après des chœurs sur The Girl’s Back In Town, chanson extraite de l’album De la noche : The True Story de Paul Jabara (1986), il faut attendre fin 1987 pour son retour avec All Systems Go dont le premier simple est Dinner With Gershwin (pourtant la dernière chanson à avoir été ajoutée à l’album), suivi de All Systems Go. L’album est peu marquant si l’on excepte Fascination. Dans Thinking ’bout My Baby, co-réalisé par elle-même, elle va jusqu’à chanter comme Rickie Lee Jones. Un autre 45 tours est Only The Fool Survives. Un titre n’est pas inclus sur l’album : Tearin’ Down The Walls, co-écrit par Siedah Garrett et réalisé par Michael Omartian (face 2 du 12″ britannique de Dinner With Gershwin). Pour la venue du Pape aux États-Unis, elle chante aussi dans The Planet Is Alive.

Avec All Systems Go, se termine la période Geffen de Summer (quatre albums en plus de celui de 1981).

1989 Une certaine renaissance

Cet album est suivi en 1989 de Another place and time, réalisé par Stock, Aitken et Waterman alors au faîte de leur succès. C’est une opération commerciale couronnée de succès mais qui transforme Summer en un simple produit de l’usine à hits des trois Anglais. Les simples qui en sont tirés sont nombreux : Love’s About to Change My Heart (remixes de Phil Harding pour le marché Anglais et de Robert Clivillés & david Cole pour le marché Americain) When Love Takes Over You (remixes de Dave Ford), Breakaway (UK remixes de Harding-Curnow sur un simple avec Love Is In Control en face 2, et de Tony Humphries et pete Hammond sur un autre avec I Don’t Wanna Get Hurt remixé par Phil Harding en face 2 USA) et This Time I Know It’s For Real (remixes de Pete Hammond). This Time I Know It’s For Real est classé no 7 aux États-Unis et est même son quatorzième simple le plus vendu au mois de juin. I Don’t Wanna Get Hurt sort en même temps que l’album. Parallèlement les d.j. de Hot Tracks remixent If It Makes You Feel Good pour la troisième série du volume 8 de la compilation. L’album est paru chez Atlantic aux États-Unis et Summer n’a pas eu un grand rôle visible dans son élaboration -elle n’a co-écrit que trois chansons sur les dix de l’album. Mais contrairement à ce qui s’est passé avec Quincy Jones (le seul autre réalisateur artistique avec un pedigree avec qui elle ait fait un album dans toute sa carrière), elle n’est pas qu’un simple instrument aux mains des trois Anglais. Loin de là ; ces derniers ont en effet une véritable vénération pour l’ex-reine du disco et rien ne s’est fait sans son accord. De plus elle est la seule chanteuse confirmée pour qui ils ont fait un disque, ce qui est important pour leur image à eux. Elle est aussi une des rares à avoir une carrière après eux (ce qui n’est ni le cas d’autres productions SAW comme Rick Astley ou Mel & Kim par exemple).

BONUS

Les années 1990

En septembre 1989 Alan Coulthard sort aussi un pot-pourri de remixes de la période disco (I Feel Love, Love to Love You Baby, Bad Girls et Down Deep Inside) sous le titre Summer Heat.

La descente aux enfers continue en 1991 avec Mistaken identity réalisé par Keith Diamond. S’essayant à des formes plus modernes de variété, elle lance en simple When Love Cries qui étonnamment est loin d’être le meilleur titre de l’album. Il est suivi de Work That Magic. Ce faux pas en rappelle un autre : Workin’ Overtime de Diana Ross.

En 1992, elle retrouve Moroder avec Carry On (sur l’album Forever dancing), simple agréable rappelant ses productions de 1989.

En 1993, elle chante La vie en rose dans une version plutôt convaincante et dansante sur l’album Tribute to Edith Piaf, où elle est entourée de chanteurs de rock FM. Cette chanson existe en plusieurs 12″ singles : le premier propose la version lp sur les deux faces et le second quatre remixes. La même année elle participe aux chœurs de trois chansons sur l’album Celebrate de Three Dog Night.

En 1994 elle sort une compilation de 45 tours, Endless Summer avec deux inédits : Melody of Love (Wanna Be Loved) -co-écrit par Cole & Clivillés, réalisé par Summer & Welcome Productions, soutenu par une dizaine de remixes- et Anyway At All – réalisé par Michael Omartian. Melody of Love aura du succès en discothèque, grâce aux remixes entre autres de Dave Morales et sera même chanson de discothèque de l’année aux États-Unis.

Polygram sort un 12″ promotionnel de Melody of Love accompagné d’autres 12″ promotionnels, des rééditions de succès de la période disco. Tous ont des fac-similés des pochettes aveugles que Casablanca utilisait pour ses maxis dans les années 1970. Melody of Love est disponible dans deux versions : AJ & Humpty’s anthem mix (8:46) et David Morales stomp mix (7:03). MacArthur Park Suite (17:33) est couplée avec Last Dance (8:11), Hot Stuff (6:46) avec Bad Girls (4:56) et Dim All The Lights (7:10), No More Tears (11:43) avec On the Radio (7:33). En 1994 sa version de She Works Hard For the Money est éditée sur la compilation Grammy’s greatest moments volume 1 et elle fait partie du chœur qui chante Spirit of the Forest sur l’album Earthrise : The Rainforest Album.

Suivra Christmas Spirit, un album de chants de Noël réalisés par Omartian.

En 1995 elle sort des remixes de I Feel Love suivis, en 1996, de remixes de State of Independence. I Feel Love est remixé par Rollo & Sister Bliss puis par Masters at Work. Le meilleur est le Rollo & Sister Bliss monster mix (en version courte sur le simple, version disponible sur la réédition française de la compilation Endless Summer). Le 12″ disponible dans le commerce propose le Rollo &Sister Bliss monster mix en version 6:30, le remix de Masters at Work en version 6:00, la version originale 5:50 dite « Summer ’77 re-eq ’95 » (!?) et un remix de Melody of Love signé Junior Vasquez (ce dernier n’étant pas disponible sur le maxi-CD où il est remplacé par le mix de Rollo & Sister Bliss en version 3:50). Le 12″ vinyl promotionnel contient six remixes dont celui de Rollo & Sister Bliss en version 9:50, son instrumental, trois remixes de Masters at Work et la version originale 5:50. I Feel Love est classée dans le Top 10 dance aux États-Unis. En Angleterre, elle est no 1 dance pendant cinq semaines durant l’été et est déclarée à la fin de l’année « chanson de discothèque de l’année », quand peu après les remixes de State Of Independence se classent dans les charts. Summer retrouve enfin son public avec ces remixes de qualité.

En 1996 elle participe à l’album Gently de Liza Minnelli avec Does He Love You. Suit From a Distance avec Nanci Griffith et Raul Malo sur One Voice, album réalisé par Michael Omartian. Toujours en 1996 elle chante Ordinary Miracle pour le générique de fin du film Let It Be Me (réalisation de Narada Michael Walden).

À l’automne elle chante Someday pour Disney sur l’album Mouse house et à la fin de l’année 1996 elle sort un petit slow inoffensif, Whenever There Is Love. C’est un duo avec Bruce Roberts, disponible sur la BO du film Daylight. Le simple américain contient la version vocale et la version instrumentale, auxquelles s’ajoute en Allemagne un remix long de Junior Vasquez. Le 11 décembre elle chante à Broadway avec Chaka Khan et Gloria Estefan, lors d’un spectacle intitulé 3 Divas On Broadway.

En 1997 elle sort des remixes hi-nrg de Carry on sous le label Almighty Records et gagne un Grammy Award pour Best Dance Track.

Le 4 février 1999 elle fait un retour réussi avec un concert au Manhattan Center de New York. Elle y reprend ses principaux hits et des chansons de sa future comédie musicale Ordinary girl qui est une sorte de version broadwayienne de Once Upon a Time. Cet événement filmé pour VH-1 sort en cassette vidéo et en cd sous le titre peu original de Live and more, encore !, seule matérialisation d’un contrat chez Epic. Sur la cassette vidéo il y a cinq titres supplémentaires en public et sur le cd deux titres en studio. L’interprétation des chansons est dynamique face à un public très réceptif et le disque est une réussite alors qu’en fait elle est assez statique sur scène. Les chansons en studio ont un grand succès en discothèque. La première est une reprise dance de Con te partirò (I Will Go With You) d’Andrea Boccelli. La seconde, Love Is The Healer mélange des chants pseudo-religieux sur fonds de fracas de boîtes à rythme. Cela ne les empêche pas de se classer no 1 dance. Con te partirò (I Will Go With You) est disponible en de nombreux remixes (d’Hex Hector, Peter Rauhofer et Ralphi Rosario entre autres) et propose un inédit Love On and On remixé par Hex Hector. Cette chanson avait d’abord été prévue pour le film disco Studio 54. une version différente figure sur la compil Studio 54 sortit en 1998.

En 1999 elle a co-écrit deux chansons pour Sing Me to Sleep, mommy, My Prayer For You et Star Against the Night. Le réalisateur artistique en est Nathan DiGesare, que l’on retrouve aussi sur Live and More, Encore !

Les années 2000

En 2000, elle participe à la BO de Naturally Native avec Dreamcatcher puis à un disque de gospel de Darwin Hobbs, Vertical, avec le titre When I Look Up. Ensuite, elle continue avec la chanson The Power of One, extraite du film Pokemon 2, et amplement remixée. Grâce aux remixes, en particulier ceux de Jonathan Peters, ce titre se classe no 2 dance. D’autres titres en 2000 : Elizabeth Recitative, When The Dream Never Dies (avec Crystal Lewis), Mary And Elizabeth Recitative, I Cannot Be Silent (extraits de la BO de The Child of the Promise réalisée par Michael Omartian), Rosie Christmas (co-écrit par Summer et réalisé par Ric Wake pour Another Rosie Christmas) et Take Heart (pour The Mercy Project). Cette même année elle participe au concert Divas 2000 en l’honneur de Diana Ross. Elle y reprend un standard de Miss Ross Reflections, ainsi que Bad Girls et pour la première fois en live Love Is The Healer, sortie l’année précédente sur l’album Live & More Encore !

Toujours dans les chansons isolées qu’elle a chantées ici et là, elle sort en 2001 Someone to Watch Over Me de Gershwin sur l’album Keeping the Dream Alive.

En 2003 sort une autre compilation : The Journey avec deux inédits réalisés par Giorgio Moroder, le partenaire de la grande époque : That’s The Way et Dream’s a Lot Theme (I Will Live For Love). Sur certaines éditions, un CD supplémentaire (non-crédité sur la pochette) propose un autre inédit, la chanson You’re So Beautiful.

En 2005 sort le maxi I Got Your Love qui se classe bien dans les charts de musique pour danser : n°4 des « Club play » et no 2 en ventes de maxis. Toujours en 2005 sort le single Power of Love remixé par Hani Num et plus tard par Offer Nissim. Encore en 2005 Almighty remixe l’éternel I Feel Love sous le label Almighty.

Son album de 2008, Crayons, au son pop et dansant est un gros succès ((no  R&B et (no  17 pop) avec trois (no  1 « US Club play », I’m a Fire (février 2008), Stamp Your Feet (avril 2008), Fame (The game) (novembre 2008) et Sand On My Feet est lui (no 30 AC (juillet 2008). Il existe trois versions de l’album : celle avec douze titres distribuée aux États-Unis, celle avec un titre supplémentaire (le bon It’s Only Love) pour l’Europe et enfin une version dite « Circuit City exclusive » pour les États-Unis qui rajoute un remix de I’m a Fire aux treize précédents. Il s’est vendu autour de 100 000 exemplaires de l’album.

En août 2010, elle lance le simple To Paris With Love.

Discographie Albums

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube Love to Love you, Baby

22 orgasmes simulés en 17 minutes de chanson

C’est grâce à sa participation dans les choeurs du trio Three Dog Night qu’elle fait la rencontre des producteurs locaux, Pete Bellotte et surtout Giorgio Moroder, l’homme qui mettra au point le disco. Elle apporte sa contribution, décisive, en imposant ses paroles Love to Love you, Baby, sur un instrumental destiné à une autre interprète. Elle convainc le jeune mentor du disco de l’enregistrer en 1975, donne de la chair – et quelle chair! – à ce morceau qui, avec ses gémissements et ses grognements, dépasse, en terme d’érotisme explicite, Jane Birkin et Je t’aime, moi non plus, scandale censuré six ans plus tôt. Le producteur et sa muse réussissent l’exploit de faire triompher un morceau de 17 minutes contenant la simulation de 22 orgasmes. Un record, malgré le boycott des pudibondes radios américaines et même européeenes. Le succès de ce morceau révolutionnaire s’est fait dans les discothèques, notamment dans les boîtes gay, avant d’atteindre un public planétaire. Elle écoulera un million d’exemplaires de son premier album. Moroder et sa lionne exploitent le filon avec plusieurs autres titres de même nature, dont I feel love et Hot Stuff restent les meilleurs souvenirs. Ce dernier lui vaudra un de ses nombreux Grammy Awards.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x7jin

http://www.dailymotion.com/video/xb2d8

 

 

Révolution Solaire de Donna SUMMER

donnasummerrs31122010.jpg

Pour le 31/12/2010 à 03h13 T.U. à Boston.

 

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 4 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 10:

Actuellement grâce au transit des noeuds dans l’axe Fond de Ciel / Milieu du Ciel de votre thème natal, vous bénéficiez d’un solide appui planétaire vis-à-vis de toutes les affaires immobilières.  L’achat ou la réalisation de biens immobiliers, maisons, terres ou terrains se réalisera au mieux de vos intérêts. Vos climats actuels vous feront découvrir et obtenir la maison ou l’appartement souhaites depuis si longtemps. Par ailleurs si vous souhaitez une légation ou un héritage, surtout issu d’un lien parental et mieux encore, de votre mère, cela interviendra dans le courant de la période actuelle. Faites donc converger vos efforts vers les domaines concernes, même si vous vous êtes heurté jusqu’à présent à des obstacles insurmontables ; ceux-ci s’écarteront car le temps est venu et les fruits sont mûrs, cueillez-les.

Votre période actuelle a pour but majeur de vous ressourcer, d’établir de nouveaux fondements dans votre vie, vers une restructuration. Recherchez donc une nouvelle implantation avec discernement et circonspection car celle-ci deviendra le lieu de production de vos réalisations des prochaines neuf années correspondant à un demi parcours des nœuds. Le soin apporté à son choix a autant d’importance que celui que votre mère apporta à la préparation de votre naissance (neuf mois). Comme elle, vous êtes maintenant en gestation. Ne tentez donc pas de forcer ni de précipiter une élévation sociale ou professionnelle. Le cycle actuel ne vous le permet pas. Inutile donc de chercher à accélérer votre croissance  ou l’éclat dans une vie extérieure ou professionnelle. Vous gaspilleriez vos efforts inutilement en ouvrant dans cette dernière direction. Tentez au mieux de maintenir le cap de vos affaires en minimisant les dégâts car vous n’éviterez pas une certaine stagnation, voire un extrême ralentissement. Tout effort d’élévation, toute tentative d’accentuation de réussite ou de renommée – sociale ou professionnelle – vous coûteront plus cher qu’ils ne pourront vous rapporter, tant physiquement que financièrement. Dépensez-vous plutôt dans l’embellissement ou dans la rénovation de votre commerce, de votre entreprise ou de votre maison. Restructurez en prévision de la période suivante qui favorisera le commerce local. Cette période a pour but essentiel de vous pousser à revoir vos bases qu’une élévation ou un essor inconsidéré compromettraient jusqu’à faire s’effondrer l’édifice. Analysez donc les fondements et les structures de vos assises, y compris celles de votre vie familiale. Votre destin place actuellement la priorité sur cette dernière. Accordez plus de temps aux vôtres, en leur réservant une meilleure partie de vous-même et de votre temps. Achetez ou transformez vos installations ou équipements existants, embellissez.

Un changement de résidence pourrait se révéler très bénéfique et renouveler positivement votre vie. Vous constaterez qu’en fin de compte, durant cette période, vous tirerez bien plus de satisfactions de votre vie familiale que de votre vie professionnelle ou sociale plutôt décevante. Vous êtes en gestation. Contentez-vous donc de bien construire votre nid telle une hirondelle à son retour au niveau cycle de printemps. Votre été, c’est pour la période suivante. C’est à dire du 31/12/2012 au 31/12/2014.

 

 

-=-=- F I N -=-=-

 

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 30/12/2010 – Tiger WOODS 30 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Personnalités du jour,Sportifs , ajouter un commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://www.idf1.fr/blogjjda/wp-content/uploads/2010/01/tiger-woods.jpg
http://www.tajeunesse.com/images/2010/11/Tiger-Woods.jpg

http://www.minutepeople.fr/wp-content/uploads/2010/11/20080628151908Tiger_Woods_2007.jpg
http://lagene.files.wordpress.com/2010/02/tigerwoods.jpg
http://static.poponthepop.com/images/gallery/tiger-woods-picture.jpg

http://gossip.whyfame.com/files/2009/12/tiger_woods6.jpg

http://www.fanatique.ca/images/_profils/bg/11_tigerwoods.jpg

http://www.bittenandbound.com/wp-content/uploads/2009/12/Tiger-Woods-Overdose.jpg

http://stupidcelebrities.net/wp-content/tiger-woods-and-elin-nordegren.jpg
http://web.tigerwoods.com/index

Tiger’s news
——————————————————————————————————–

Tiger WOODS 

né le 30 Décembre 1975 à 22h50 à Long Beach (Californie) – USA

tigerwoods30121975.jpg

Tiger Woods (de son vrai nom Eldrick Woods)[1], (*) né le 30 décembre 1975 en Californie, est un golfeur américain. Il est considéré comme l’un des meilleurs golfeurs de tous les temps. Avec son style flamboyant et athlétique, ses origines afro-américaines, asiatiques, amérindiennes et européennes, on le crédite d’avoir popularisé le golf aux États-Unis et dans le monde, surtout auprès des minorités et des jeunes qui ne s’intéressaient pas à ce sport.

Tiger Woods est né le 30 décembre 1975 à Cypress (Californie) d’un père afro-américain, Earl Woods (1932–2006), et d’une mère thaïlandaise, Kultida Woods (née en 1944). Il est le seul enfant de leur mariage, mais cependant, il a deux demi-frères, Earl Jr. (né en 1955) et Kevin (né en 1957) ainsi qu’une demi-sœur, Royce (née en 1958) suite d’un premier mariage avec Barbara Woods Gray. Woods est bouddhiste. Il a affirmé que sa foi lui vient de sa mère et qu’elle l’aide à contrôler son impatience et son entêtement[2].

Le surnom tigre vient d’un ami de son père, un soldat vietnamien qui a combattu avec lui durant la guerre du Viêt Nam. Woods devient plus généralement connu par ce nom en junior et amateur. A 21 ans, il change officiellement son prénom de Eldrick à Tiger[3].

Il est marié avec l’ex-mannequin suédoise Elin Nordegren, qu’il rencontra lors de l’Open britannique 2001. En novembre 2003, alors que Tiger participe à la Presidents Cup en Afrique du Sud, ils se fiancent officiellement dans la réserve naturelle de Shamwari, près de Port Elizabeth. Le 5 octobre 2004[4], ils se marient près du 19e trou du terrain de golf privé de Sandy Lane à la Barbade. Le 18 juin 2007, au lendemain de la deuxième place de Tiger Woods à l’US Open 2007, Tiger Woods et Elin Nordegren annoncent la naissance dans la matinée de leur fille, prénommée Sam Alexis[5].

Le 12 décembre 2009, il annonce se « retirer du circuit de golf professionnel pour une période indéterminée » [6].

Le 6 avril 2010, il revient à la compétition lors du Tournoi master Augusta National.

Le 23 août 2010, son divorce avec Elin Nordegren est prononcé par un tribunal de Floride.

Carrière

En amateur

Personnalité du 30/12/2010 - Tiger WOODS dans 12/2010 200px-Tiger-1
Woods sur le green.

Woods était un enfant prodige qui commença à jouer au golf à l’âge de 2 ans. En 1978, il « puttait » contre le comédien Bob Hope en faisant une apparition à la télévision à l’émission The Mike Douglas Show. En 1984, à 8 ans, il remporte le Junior World Golf Championships dans la catégorie des garçons de 9-10 ans[7]. Au final, il remporta le Junior World Golf Championships à six reprises dont quatre fois consécutivement de 1988 à 1991[8],[9],[10],[11],[12].

En professionnel

1996-1998 : débuts en tant que professionnel

Avec l’annonce, Hello World, Tiger Woods devient golfeur professionnel en août 1996 et signe un contrat s’élevant à 40 millions de dollars avec Nike et 20 millions de dollars avec Titleist[13]. Il dispute son premier tournoi comme professionnel lors du Greater Milwaukee Open où il se classe 60e ex-aequo. Durant les 3 mois suivants, il remporte ses deux premières victoires sur le PGA Tour (Las Vegas Invitational, Disney World Classic). Ses bons résultats lui permettent de se qualifier pour le Tour Championship. À la fin de l’année, il est élu sportif de l’année par le magazine Sports Illustrated et recrue de l’année sur le PGA Tour. Dès ses débuts, il porte une chemise rouge lors du dernier tour des tournois, tradition qui remonte à ses années à Stanford.

En avril 1997, Tiger Woods remporte son premier tournoi majeur, le Masters en établissant 20 records et en égalant 6 autres (dont victoire la plus large avec 12 coups d’avance sur le deuxième et meilleur score avec -18). Il gagne 3 autres tournois cette année et devient, le 15 juin 1997, numéro 1 mondial. Son accession à la première place mondiale après seulement 42 semaines comme professionnel est un record de rapidité. Il est également le plus jeune n°1 mondial de l’histoire du golf. Il est élu joueur de l’année sur le PGA Tour devenant le seul golfeur à gagner ce trophée l’année suivant sa saison recrue.

Alors que les attentes concernant Woods sont très élevées, ses résultats déclinent à partir du milieu de l’année 1997. Il ne gagne qu’une seule fois en 1998. Tiger Woods répond aux critiques en expliquant qu’il procède à une modification de son swing avec son coach, Butch Harmon, et espère faire mieux dans le futur.

En juin 1999, Tiger Woods remporte le Memorial Tournament, une victoire qui marque le début de la plus grande période de domination dans l’histoire du golf. Il conclut l’année 1999 en remportant 4 tournois de suite, dont le PGA Championship, portant ainsi à 8 son nombre de victoires sur la saison. Une performance qui n’avait pas été réalisée depuis plus de 25 ans. Il est élu joueur de l’année sur le PGA Tour pour la deuxième fois en trois ans.

En 2000, Tiger Woods remporte son premier tournoi, son cinquième de suite, et débute ainsi une saison de tous les records lors de laquelle il remportera 3 tournois majeurs de suite, neuf victoires et établira (ou égalera) 27 records sur le PGA Tour. Il remporte son sixième tournoi consécutif lors de l’AT&T Pebble Beach National Pro-Am avec une mémorable remontée lors du dernier tour. En retard de 7 coups avec 7 trous à jouer, il termine par eagle-birdie-par-birdie et un score de 64 pour remporter le tournoi avec 2 coups d’avance. Ses six victoires consécutives constituent une performance inégalée depuis Ben Hogan en 1948 et seulement à 5 longueurs du record de Byron Nelson (11). Lors de l’US Open 2000, il bat ou égale 9 records de l’épreuve avec un score total de -12 et 15 coups d’avance sur le deuxième. À cette occasion, il bat le record détenu par Old Tom Morris pour la plus large victoire en majeurs de tous les temps. Record qui datait de 1862. Le magazine Sports Illustrated définira cette victoire comme la plus grande performance dans l’histoire du golf. Au British Open 2000, à St Andrews, qu’il remporte avec 8 coups d’avance, il établit le record du score le plus bas par rapport au par jamais réalisé dans un tournoi du Grand Chelem (-19). Il détient également le record du score le plus bas par rapport au par dans chacun des tournois du Grand Chelem. À 24 ans, il devient le plus jeune joueur de l’histoire à avoir remporté les 4 tournois majeurs. La série de victoires de Tiger Woods en Grand Chelem est sérieusement mise à mal lors du PGA Championship 2000 disputé sur le parcours du Valhalla Golf Club. En effet, lors du dernier tour disputé aux côtés de Bob May, Tiger Woods joue les 12 derniers trous en 7 coups sous le par pour partir en playoff sur 3 trous. Un birdie et deux pars lui donnent la victoire. Il rejoint Ben Hogan (1958) comme seul joueur à avoir remporté 3 tournois majeurs la même saison. Trois semaines plus tard, il remporte le Canadian Open, devenant le deuxième joueur (Lee Trevino 1971) à gagner US Open, le British Open et le Canadian Open la même saison. Sur 20 tournois disputés en 2000, Tiger Woods termine 14 fois dans le Top 3. Sa moyenne de score ajustée (67,79) et sa moyenne de score (68,17) sont les plus basses dans l’histoire du PGA Tour, battant son propre record (68,43 en 1999) et celui de Byron Nelson (68,33 en 1945). Le magazine Sports Illustrated le désigne Sportif de l’année 2000, devenant le premier, et le seul, sportif à être honoré deux fois. Le magazine Golf Digest le classe au douzième rang des meilleurs golfeurs de tous les temps alors qu’il termine seulement sa quatrième saison professionnelle.

La saison suivante, en 2001, Tiger Woods continue sa domination. Sa victoire au Masters lui donne sa quatrième victoire de suite en majeur. Elle marque la seule fois dans l’histoire du golf où un joueur détient les 4 titres du Grand Chelem en même temps. Cette performance est désignée sous le nom de Tiger Slam (le terme de Grand Chelem désignant 4 victoires la même année). Bien que n’ayant pas brillé dans les 3 tournois majeurs suivants, Tiger Woods termine l’année avec 5 victoires, le plus grand nombre sur le PGA Tour.

Tiger Woods démarre fort la saison 2002 en remportant à nouveau le Masters, rejoignant ainsi Nick Faldo (1989-1990) et Jack Nicklaus (1965-1966) comme seuls joueurs à avoir gagné le tournoi deux années de suite. Deux mois plus tard, Tiger Woods est le seul joueur sous le par lors de l’US Open. Il remporte son deuxième US Open après celui de 2000. Tous les regards se tournent alors vers le British Open et tout le monde se met à parler de Grand Chelem. Malheureusement, un score de 81 lors du 3e tour mettra un terme aux espoirs de Grand Chelem. Lors du PGA Championship, il est en passe de rééditer la performance de gagner 3 tournois majeurs en une saison, mais des bogeys sur les trous 13 et 14 lui coûtent la victoire pour 1 coup. Néanmoins, il remporte le classement des gains, le Vardon Trophy et le titre de joueur de l’année pour la quatrième année de suite.

2003-2004 : Ajustements du swing

Durant cette période, même s’il reste parmi les meilleurs joueurs du monde, Tiger Woods perd sa domination sur le PGA Tour. En 2003 et 2004, il ne gagne aucun majeur et termine respectivement à la deuxième et à la quatrième place au classement des gains. En septembre 2004, sa série record de 264 semaines consécutives comme numéro 1 mondial s’arrête au Deutsche Bank Championship quand Vijay Singh gagne et le dépasse à l’Official World Golf Rankings. Beaucoup s’interrogent alors sur le déclin de Tiger Woods, avançant des explications allant de la séparation avec son coach Butch Harmon jusqu’à son prochain mariage. À ce moment, Tiger Woods annonce qu’il travaille de nouveau sur une évolution de son swing dans le but de réduire les contraintes sur son genou gauche, déjà opéré quelques années auparavant. Une nouvelle fois, il annonce, qu’une fois les modifications terminées, il redeviendra aussi dominateur qu’avant.

2005-2007 : La résurrection

Lors de la saison 2005, Tiger Woods renoue rapidement avec la victoire. En janvier, il remporte le Buick Invitational pour la troisième fois de sa carrière. En mars, il domine Phil Mickelson et remporte le Ford Championship sur le parcours de Doral, regagnant temporairement la place de numéro 1 mondial. En avril, il met fin à sa série sans victoire en majeur en remportant le Masters, battant Chris Di Marco en playoff. Cette victoire lui permet de reprendre la place de numéro 1 mondial. Tiger Woods et Vijay Singh se partageront cette place durant les mois suivants. En remportant le British Open pour la seconde fois de sa carrière en juillet, Tiger Woods reprend pour de bon sa place en tête de la hiérarchie mondiale. Il remporte à cette occasion son dixième majeur. Il gagne deux tournois du World Golf Championships et six tournois au total. Il remporte le classement des gains du PGA Tour pour la sixième fois de sa carrière.

L’année 2006 commence bien pour Tiger Woods qui remporte les deux premiers tournois auxquels il participe. Durant le Masters, il est en course pour remporter une cinquième veste verte, mais doit s’incliner devant Phil Mickelson. Le 3 mai, son père, Earl Woods décède après une longue bataille contre un cancer de la prostate. Tiger Woods met alors sa carrière entre parenthèses durant 9 semaines pour rester avec sa famille.
Lors de son retour au US Open à Winged Foot, le manque d’entraînement et de compétition est flagrant. Il manque le cut après deux rondes de 76. C’est la première fois qu’il manque un cut lors d’un tournoi majeur ; sa série de 39 cuts consécutifs en majeurs égale le record. Début juillet, une deuxième place au Western Open montre qu’il est prêt pour défendre son titre au British Open.
Lors du British Open 2006, Tiger Woods fait une démonstration de force dans la gestion du parcours, le putting et la précision de son jeu de fers. N’utilisant principalement que des longs fers sur le tee (il tape une seule fois le driver de toute la semaine – 16e trou, 1er tour), il manque seulement 4 fairways sur la semaine (92% de précision). Son score total de -18 (3 eagles, 19 birdies, 43 pars et 7 bogeys) n’est qu’à un coup du record en majeur (-19) qu’il a établi à St Andrews lors du British Open 2000. Tiger Woods ne peut retenir ses larmes sur le dernier green. C’est sa première victoire depuis la mort de son père.
Quatre semaines plus tard, lors de l’USPGA 2006, Tiger Woods l’emporte en dominant son sujet : il ne concède que 3 bogeys, record égalé. Il termine le tournoi avec un score total de -18, égalant ainsi son record (partagé avec Bob May) établi en 2000. En août 2006, il remporte son 50e tournoi sur le PGA Tour lors du Buick Open à l’âge de 30 ans et 7 mois. Il est le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre cette marque. Il termine l’année en remportant 6 tournois de suite et en remportant les 3 trophées les plus prestigieux (Jack Nicklaus, Arnold Palmer, and Byron Nelson Awards). C’est la septième fois qu’il remporte ces 3 trophées la même saison. Nouveau record.

Au terme de sa onzième saison professionnelle, ses 54 victoires sur le PGA Tour et ses 12 tournois du grand chelem battent les records de Byron Nelson (51 victoires en 11 ans) et de Jack Nicklaus (11 majeurs en 11 ans). Il est élu « Associated Press Male Athlete of the Year » pour la quatrième fois (record égalé).

Tiger Woods débute 2007 par une nouvelle victoire au Buick Invitational. Cette victoire est la septième de suite sur le PGA Tour et la troisième de suite dans le tournoi. C’est également la cinquième fois qu’il remporte son premier tournoi de la saison. Il devient le 3e homme (avec Jack Nicklaus et Sam Snead) à remporter au moins 5 fois 3 tournois différents (les 2 autres sont : WGC-Bridgestone Invitational et WGC-CA Championship). Il remporte son deuxième tournoi lors du WGC-CA Championship. Cette victoire est la troisième de suite dans l’épreuve et la sixième au total. Grâce à cette victoire, il devient le premier joueur à avoir remporté 5 tournois différents au moins 3 fois de suite.
Lors du Masters 2007, Tiger Woods joue dans la dernière partie le dimanche pour la treizième fois de sa carrière. Mais, contrairement aux 12 fois précédentes, il ne s’impose pas. Il termine 2e ex-aequo à 2 coups du vainqueur, Zach Johnson. Tiger Woods remporte son troisième tournoi de la saison au Wachovia Championship, portant à 24 le nombre de tournois différents gagnés sur le PGA Tour. Pour la neuvième fois en 12 ans, il remporte au moins 3 tournois la même saison.
À l’US Open 2007, il est encore en dernier partie le dimanche (quatrième fois de suite en majeur). Il débute la journée avec 2 coups de retard sur le leader, mais ne parvient pas à gagner. Il termine 2e. Il n’a encore jamais remporté un tournoi majeur sans être en tête au début du dernier tour.
Au British Open, il a une chance d’égaler le record de 3 victoires consécutives. Malheureusement, un second tour en 75 le rejette assez loin au classement. Il terminera l’épreuve à la 12e place. Début août, Tiger Woods remporte son quatorzième tournoi du World Golf Championships lors du WGC-Bridgestone Invitational avec 8 coups d’avance. C’est sa troisième victoire de suite dans l’épreuve et la sixième au total. Avec cette victoire, il devient le premier golfeur à remporter le même tournoi 3 fois de suite en 2 occasions (1999-2001 et 2005-2007).
La semaine suivante, il remporte son second USPGA de suite en battant Woody Austin par 2 coups. Lors du 2e tour, il égale le record du score le plus bas jamais réalisé en grand chelem (63). Il devient le premier joueur à remporter l’USPGA 2 fois de suite en 2 occasions (1999-2000 et 2006-2007). Il est le deuxième golfeur, après Sam Snead, à avoir remporté au moins 5 tournois sur le PGA Tour en 8 saisons différentes.
Tiger Woods remporte la soixantième victoire de sa carrière au BMW Championship en scorant 63 (record du parcours) lors du dernier tour. C’est lui qui a réussi le plus de birdies durant le tournoi et il est dans le top 5 dans les catégories suivantes : précision au drive, distance au drive, nombre de putts par tour et nombre de greens en régulation. Tiger Woods termine la saison en remportant le The Tour Championship. C’est sa quatrième victoire lors de ses 5 derniers tournois. Il devient le premier joueur à remporter 2 fois ce tournoi et devient le premier vainqueur de la FedEx Cup. Sur les 16 tournois qu’il a disputé en 2007, sa moyenne de score ajustée est de 67,79 égalant son propre record établi en 2000.

2008 : la blessure

Tiger Woods débute la saison 2008 par une victoire au Buick Invitational avec 8 coups d’avance sur le deuxième. Cette victoire est la soixante-deuxième de sa carrière, rejoignant ainsi Arnold Palmer à la 4e place du classement au nombre de victoires sur le PGA Tour. C’est la sixième fois qu’il remporte ce tournoi, la sixième qu’il débute la saison par une victoire et sa troisième victoire consécutive sur le PGA Tour. La semaine suivante, au Dubai Desert Classic, il comble un retard de 4 coups le dimanche grâce à 6 birdies sur les 9 derniers trous, pour remporter le tournoi avec 1 coup d’avance. Tiger Woods remporte son quinzième trophée dans une épreuve du World Golf Championships lors de l’Accenture Match Play Championship. En finale, il bat Stewart Cink sur le score de 8 & 7, record de l’épreuve.
Lors du tournoi suivant, le Arnold Palmer Invitational, Tiger Woods débute doucement, terminant le 1er tour dans le par, à la 34e place. En tête du tournoi au début du dernier tour à égalité avec 4 autres joueurs, il parvient à remporter son cinquième tournoi de suite grâce à un putt de plus de 7 mètres sur le dernier trou. C’est la cinquième fois qu’il remporte ce tournoi.
Geoff Ogilvy met fin à la belle série de Tiger Woods lors du WGC-CA Championship, épreuve que Woods avait pourtant remportée les 3 dernières années. Il est néanmoins le seul golfeur à avoir remporté 5 tournois de suite en 2 occasions.
Lors du Masters 2008, Tiger Woods n’a jamais été vraiment en lice pour la victoire finale, rencontrant des problèmes récurrents au putting. Il termine tout de même deuxième à 3 coups du vainqueur, Trevor Immelman.
Le 15 avril 2008, il subit une intervention chirurgicale (la troisième de sa carrière, les 2 premières interventions ayant eu lieu en 1994 et en 2002) au genou gauche à Parck City dans l’Utah. Il reste éloigné des fairways pendant 2 mois.
Tiger Woods est de retour à l’US Open 2008 et dispute les deux premiers tours en compagnie de Phil Mickelson et Adam Scott alors numéros 2 et 3 mondiaux. Le premier tour est assez difficile pour Tiger Woods : il débute par un double bogey sur le trou 1 et termine le tour avec un score de 72 (+1). Il score 68 (-3) lors du second tour en réalisant 1 eagle, 4 birdies et 5 bogeys. Au 3e tour, il débute de nouveau par un double bogey sur le trou 1 et se retrouve avec 5 coups de retard et 6 trous à jouer. Il termine le tour par 2 eagles et un chip pour birdie pour se retrouver en tête avec 1 coup d’avance. Pour le dernier tour, il sera dans la dernière partie, comme lors de 6 des 8 derniers tournois majeurs. Le dimanche 15 juin, lors du dernier tour, Tiger Woods débute de nouveau par un double bogey sur le 1 et accuse un coup de retard sur Rocco Mediate à l’attaque du dernier trou. Grâce à un putt de 4 m sur le 18, il force un playoff sur 18 trous le lundi. Le lundi, alors qu’à un moment il a eu 3 coups d’avance, Tiger Woods se retrouve de nouveau dans l’obligation de faire birdie sur le 18 pour égaliser et il le fait. Un par sur le 1er trou en mort subite permet à Woods de remporter son troisième US Open et son quatorzième tournoi du grand chelem.
Deux jours plus tard, Tiger Woods annonce qu’il doit subir une nouvelle intervention au genou gauche pour reconstruire le ligament croisé antérieur. Cela signifie la fin de sa saison 2008. Tiger Woods révèle également qu’il joue depuis 10 mois malgré une rupture du ligament croisé antérieur et qu’il a disputé l’US Open avec une double fracture de fatigue au tibia gauche. L’absence de Tiger Woods provoque une forte baisse des audiences TV. La seconde moitié de l’année 2008 accuse une baisse de 46,8% par rapport à la seconde moitié de l’année 2007.

2009 : Retour sur le PGA Tour

Appellé comme « l’un des retours les plus inespérés dans le monde du sport » par l’une des agences de presse américaine les plus importante au monde, l’Associated Press [14]. Tiger Woods revient lors du 1er PGA Tour 2009 après une absence de huit mois sur les fairs-ways survenu après le Championnat du monde de match-play. Il s’incline dès le second tour face au sud-africain Tim Clark. Sa première compétition en stroke play fût le WGC-CA Championship à Doral où il termina neuvième place avec un score de −11. Woods gagna son premier titre de l’année au Arnold Palmer Invitational, alors qu’il entamé le dernier jour avec cinq coups de retard sur son compatriote Sean O’Hair. Woods termina sur un score de 67 soit une longueur d’avance sur O’Hair, notamment grâce à un put pour birdie lors du dernier trou.[15] Par la suite, il continua systématiquement à être performant. Au Master, il finit 6e, 4 coups derrière le vainqueur argentin Ángel Cabrera. Puis, malgré le fait qu’il fût leader au 18e trou durant le Quail Hollow Championship, il termina deux coups derrière Sean O’Hair. Au Players Championship, il joua dans le trio de tête lors de la dernière journée mais finit 8e.

Woods gagna son second tournoi de l’année lors du Memorial Tournament. Traînant à 4 coups du leader lors du 3e tour, il finit le dernier jour avec un score de 65, avec 2 birdies consécutifs pour remporter le tournoi [16]. Woods gagna son 3e tournoi le 5 juillet lors du AT&T National, un évènement accueilli par Woods en personne.[17] Cependant, lors de sa 3e participation à un majeur en 2009, Woods ne réussit pas à capitaliser sur ses précédentes victoires et lors de l’Open britannique 2009, il rata le cut pour la seconde fois de sa carrière professionnelle.[18]

Le 2 août, Woods conquit le Buick Open pour sa quatrième victoire de la saison, avec trois coups d’avance sur trois autres joueurs. Après avoir réalisé un score de 71 en ouverture du tournoi qui le plaça à la 95ème place et en dehors du cut, Woods répondit avec un second tour à 63, soit un score de neuf coups sous le par, qui le propulsa au plus haut de la compétition. Un troisième tour à 65 le mis au sommet du classement et il côtoya la victoire avec un dernier tour de 69 pour un total de 268, soit 20 coups sous le par.[19] Cette victoire est à ce jour, l’un des plus grand revirement professionnel.[20]

Woods remporta le 70e tournoi de sa carrière la semaine suivante au WGC-Bridgestone Invitational. Il prit la tête de la compétition avec Padraig Harrington lors du dernier tour le dimanche jusqu’au 16e trou, où Harrington réalisa un triple bogey et Woods réalisa un birdie. Tiger remporta l’événement avec 4 coups d’avance sur Harrington et Robert Allenby. [21]

Lors du Championnat de la PGA 2009, Woods joua -5 sur un par de 67 pour prendre la tête après le premier tour. Il resta leader et co-leader durant le deuxième et troisième tour. Rentrant dans le tour final, Woods avait une avance de 2 coups pour mener la course en tête à -8. Toutefois, au niveau du 68e trou, Woods a été dépassé pour la première fois au leaderboard par Yang Yong-eun. Yang a finalement remporté le tournoi par trois coups sur Woods qui termina deuxième[22]. Cet évènement a marqué pour la première fois la défaite de Woods à remporter un tournoi majeur malgré son leadership après 54 trous et la première fois qu’il perd un tournoi sur le sol américain après avoir mené par plus d’un coup. [23] Cela signifiait aussi que Woods finirait l’année sans majeurs pour la première fois depuis 2004.

Lors de la Presidents Cup, Woods a connu une performance impressionnante et tout aussi spectaculaire dans laquelle il a remporté ses cinq matches lors de l’événement. Il a rejoint son ami Mark O’Meara, qui a remporté ses cinq matches de la Presidents Cup de 1996, et Shigeki Maruyama, qui a accompli cet exploit lors de la Presidents Cup de 1998.[24],[25] Dans ces trois cas là, leurs équipes respectives ont remporté le concours. Woods faisait équipe avec Steve Stricker durant les quatre tours de la compétition en foursomes. Lors du premier jour en foursomes, ils ont gagné respectivement 6 et 4 sur l’équipe de Ryo Ishikawa et Geoff Ogilvy.[26] Lors du match de vendredi en quatre balles, ils ont gagné face au duo d’Angel Cabrera et Geoff Ogilvy, 5 et 3.[27] Le samedi, ils ont battu l’équipe de Tim Clark et Mike Weir après avoir longtemps laissé filer la partie, en remportant le 17e et 18e trou pour gagner d’un coup en foursomes le matin,[28] et l’après-midi à quatre balles ils ont défait l’équipe de Ryo Ishikawa et Y. E. Yang par le score de 4 et 2.[29],[30]. Le match en simple, Woods a été jumelée avec son ennemi lors du Championnat de la PGA 2009, Yang. Celui-ci a pris les devants rapidement sur le premier trou, mais sur le troisième trou il perdit la tête, laissant à coup sûr Woods gagner le match.[31] En outre, Woods a été celui qui a décroché la Coupe pour les États-Unis, ce qui fû une première dans sa carrière où il a eu l’honneur et l’occasion de le faire dans une compétition par équipe.[32],[33]br /> En novembre 2009, Woods a été payé 3,3 millions de dollars pour jouer le Masters d’Australie, tenu à Kingston Heath Golf Club à Melbourne. Il a remporté l’épreuve sur un score de 14 sous le par avec deux coups d’avance sur l’Australien Greg Chalmers, glanant sa 38e victoire sur le Tour Européen et gagnant sa première victoire sur le PGA Tour of Australasia.[34]

2010

Après que son passé d’infidélités conjugales soit révélé, Woods annonce à la fin de 2009 une pause indéterminée dans les compétitions sportives. En mars 2010, il annonce son intention de jouer l’édition 2010 du Masters[35]. Fin mars, il commence à travailler sur une nouvelle pub avec Nike son sponsor de longue date[citation nécessaire].

Ratant le début de la saison 2010 du circuit PGA, Woods retourne à la compétition pour le Masters d’Augusta, en Géorgie, à partir du 8 avril 2010[36], après une pause qui a finalement duré 20 semaines. Il termine le tournoi quatrième ex-aequo[37]. Woods dispute ensuite sa prochaine compétition lors du Quail Hollow Championship à la fin du mois d’avril, mais rate le cut pour seulement la sixième fois de sa carrière. Il réalise son second plus mauvais tour en tant que professionnel le 30 avril, avec 7 coups au-dessus du par avec un score de 79 réalisé lors du second tour ce qui le et de rater le cut de huit coups. [38] Woods se retire du Players Championship au cours du quatrième tour, le 9 mai, invoquant plus tard une blessure au cou. Après des scores de 70, 71, 71 au cours des trois premiers tours, il présente un score de deux au dessus du par au au septième trou du dernier tour lors de son abandon. Woods revient à la compétition quatre semaines plus tard pour défendre son titre au Memorial Tournament. Il passe le cut et termine 19e, son plus mauvais résultat dans ce tournoi depuis 2002. Il dispute son tournoi suivant le 17 juin 2010 lors de l’US Open qui se tient à Pebble Beach, parcours où il a remporté la victoire en 2000 avec 15 coups d’écart avec le second. Après une performance relativement peu spectaculaire durant les deux premiers tours, Woods montre des signes encourageant en rendant une carte de 66, soit cinq sous le par le samedi, score qui le remet en position de briguer le titre lors du dernier tour. Toutefois le dimanche, il est incapable de prendre les choses en main, malgré l’effondrement au 54e trou du leader Dustin Johnson, finissant même le tournoi à trois au dessus du par et à égalité pour la quatrième place[39].

Woods joue ensuite l’AT&T National à la fin du mois de juin, tournoi dont il a l’habitude d’être l’hôte de cette compétition. Bien qu’il soit présenté comme l’un des favoris au départ du tournoi, il ne parvient pas terminer un tour sous le par, obtenant au final une 46e place[40].

Woods s’envole ensuite pour l’Irlande pour jouer pendant deux jours un événement de charité lors du Pro-Am JP McManus. Il rejoint ensuite sa maison en Floride pour voir ses enfants avant de se préparer pour l’Open britannique qui se déroule un peu plus d’une semaine plus tard. Pour ce tournoi disputé à St Andrews, Il change de putter, justifiant son choix en disant qu’il a toujours lutté sur les greens lents et qu’il a besoin de ce nouveau putter Nike 001 pour « obtenir un roulement de balle plus rapide et meilleur ». C’est la première fois depuis 1999 que Woods a recours à un autre putter que son Titleist Scotty Cameron. Woods putte ainsi correctement le premier jour du tournoi, finissant à cinq coups au dessous du par. Mais des rafales de vent de plus de 65 kilomètres suspendent le jeu pendant 66 minutes le lendemain à St Andrews, et Woods n’est jamais en mesure d’obtenir quelque chose. C’est la même histoire le samedi, en ratant des putts courts tout au long de la journée. Il change son nouveau putter contre son vieux Scotty Cameron pour la phase finale, mais n’améliore pas son jeu sur le green. Avec un score de moins trois, à 13 coups derrière le vainqueur Louis Oosthuizen, Woods termine ex aequo à la 23e position[41]. Woods fini avec un score de +18, à la 78e place (soit à l’avant dernière place) lors du Bridgestone Invitational qui se termine le 8 août 2010. Il enregistre ainsi son plus mauvais résultat comme golfeur professionnel[42].

La semaine suivante, il inscrit des scores de 71, 70 et 72 sur les trois premiers tours du championnat de la PGA avant de terminer par un 73 ce qui permet de partager le 28erang du tournoi, à neuf coups du vainqueur Martin Kaymer. Bien qe cela ne lui permettet pas d’intégrer directement l’équipe américaine pour la Ryder Cup 2010, il est choisi par le capitaine Corey Pavin[43]. Lors de cette compétition, il est associé à Steve Stricker, paire couronnée de succès lors de la précédente Presidents Cup avec quatre victoires sur quatre rencontres de double. Cette paire bat la paire formée par Ian Poulter et Ross Fisher lors de la première session, puis Miguel Ángel Jiménez-Peter Hanson sur le score de quatre et trois lors de la seconde session. Mais, lors de la troisième session, la paire américaine subit une sévère défaite six et cinq face à Lee Westwood-Luke Donald, score qui donne le ton d’une session où les européens remportent cinq point et demi sur six possibles. Woods remporte ensuite son simple quatre et trois face à l’Italien Francesco Molinari. L’Europe remporte finalement la compétition sur le score de 14 1/2 à 13 1/2 et retrouve le trophée perdu deux ans plus tôt.

Quelques semaines plus tard, l’Anglais Lee Westwood met fin à la série de 281 semaines de Woods en tête au premier rang du classement mondial[44]. Lors du dernier tournoi de l’année, Woods est en passe de remporter enfin un tournoi lors de cette année 2010 mais le Nord-Irlandais Graeme McDowell le prive de la victoire lors d’un playoff[45]. C’est la première fois depuis 1996 et ses débuts en tant que professionnel[46].

Vie personnelle

Il était marié avec un mannequin suédois, Elin Nordegren, dont il a eu une fille (Sam Alexis) et un garçon (Charlie Axcel). Un scandale a éclaté au grand jour sur ses infidélités avec ses dix-neuf différentes maîtresses recensées fin 2009, dont l’une d’elles est l’actrice pornographique Joslyn James[61]. Le 19 février 2010, il fait ses excuses publiques et annonce qu’il reviendra « un jour » sur le circuit[62]. Suite à cette histoire, ils ont divorcé en août 2010[63]. Comme il l’avait annoncé le 16 mars suivant, il fait son retour sur le circuit professionnel au cours de l’édition 2010 du Masters d’Augusta[64].

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x94iq

 

 

Révolution Solaire de Tiger WOODS

tigerwoodsrs30122010.jpg

Pour le 30/12/2010 à 00h31 à Long Beach – USA

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 4 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 10:

Actuellement grâce au transit des noeuds dans l’axe Fond de Ciel / Milieu du Ciel de votre thème natal, vous bénéficiez d’un solide appui planétaire vis-à-vis de toutes les affaires immobilières.  L’achat ou la réalisation de biens immobiliers, maisons, terres ou terrains se réalisera au mieux de vos intérêts. Vos climats actuels vous feront découvrir et obtenir la maison ou l’appartement souhaites depuis si longtemps. Par ailleurs si vous souhaitez une légation ou un héritage, surtout issu d’un lien parental et mieux encore, de votre mère, cela interviendra dans le courant de la période actuelle. Faites donc converger vos efforts vers les domaines concernes, même si vous vous êtes heurté jusqu’à présent à des obstacles insurmontables ; ceux-ci s’écarteront car le temps est venu et les fruits sont mûrs, cueillez-les.

Votre période actuelle a pour but majeur de vous ressourcer, d’établir de nouveaux fondements dans votre vie, vers une restructuration. Recherchez donc une nouvelle implantation avec discernement et circonspection car celle-ci deviendra le lieu de production de vos réalisations des prochaines neuf années correspondant à un demi parcours des nœuds. Le soin apporté à son choix a autant d’importance que celui que votre mère apporta à la préparation de votre naissance (neuf mois). Comme elle, vous êtes maintenant en gestation. Ne tentez donc pas de forcer ni de précipiter une élévation sociale ou professionnelle. Le cycle actuel ne vous le permet pas. Inutile donc de chercher à accélérer votre croissance  ou l’éclat dans une vie extérieure ou professionnelle. Vous gaspilleriez vos efforts inutilement en ouvrant dans cette dernière direction. Tentez au mieux de maintenir le cap de vos affaires en minimisant les dégâts car vous n’éviterez pas une certaine stagnation, voire un extrême ralentissement. Tout effort d’élévation, toute tentative d’accentuation de réussite ou de renommée – sociale ou professionnelle – vous coûteront plus cher qu’ils ne pourront vous rapporter, tant physiquement que financièrement. Dépensez-vous plutôt dans l’embellissement ou dans la rénovation de votre commerce, de votre entreprise ou de votre maison. Restructurez en prévision de la période suivante qui favorisera le commerce local. Cette période a pour but essentiel de vous pousser à revoir vos bases qu’une élévation ou un essor inconsidéré compromettraient jusqu’à faire s’effondrer l’édifice. Analysez donc les fondements et les structures de vos assises, y compris celles de votre vie familiale. Votre destin place actuellement la priorité sur cette dernière. Accordez plus de temps aux vôtres, en leur réservant une meilleure partie de vous-même et de votre temps. Achetez ou transformez vos installations ou équipements existants, embellissez.

Un changement de résidence pourrait se révéler très bénéfique et renouveler positivement votre vie. Vous constaterez qu’en fin de compte, durant cette période, vous tirerez bien plus de satisfactions de votre vie familiale que de votre vie professionnelle ou sociale plutôt décevante. Vous êtes en gestation. Contentez-vous donc de bien construire votre nid telle une hirondelle à son retour au niveau cycle de printemps.

 

 

-=-=- F I N -=-=-

___________________________________________________________________________________

Personnalité du 29/12/2010 – Jude LAW 29 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Cinéma,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————– PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

http://www.so-ladies.com/wp-content/gallery/jude-law/jude_law21.jpg

http://hollywoodsnark.com/wp-content/uploads/2007/09/jude-law11.jpg

http://s.plurielles.fr/mmdia/i/74/7/jude-law-craquant-2493747_1341.jpg?v=6

http://www.trip-avenue.com/images/upload/2010-06-18,694jude-law.jpg

http://law-less.org/

Jude LAW’s News

———————————————————————————————————–

Jude LAW

né le 29 Décembre 1972 à 06h00 à Londres  – ROYAUME-UNI

judelaw29121972.jpg

David Jude Law, dit Jude Law, né le 29 décembre 1972 à Lewisham dans le grand Londres, est un acteur de théâtre et de cinéma britannique, producteur et réalisateur.

Carrière

Jude Law ressent très tôt l’envie de monter sur scène, encouragé par ses parents – tous deux enseignants – qui l’emmènent régulièrement voir des pièces de théâtre. C’est ainsi qu’à l’âge de 12 ans, il s’inscrit au National Youth Music Theatre, une compagnie spécialisée dans les comédies musicales interprétées par des adolescents, ce qui lui permettra de jouer dans de nombreux spectacles. Il abandonne l’école à 17 ans pour jouer dans le soap opera télévisé Families, mais il revient assez vite au théâtre.

Alors qu’il joue en 1994[1] dans une version des Parents Terribles de Cocteau, il finit par être nommé dans la catégorie meilleur espoir aux Laurence Olivier Awards (récompenses de théâtre britanniques, un peu comme les Molières français). La pièce va jusqu’à Broadway, où Law sera là-aussi nommé dans la même catégorie aux Tony Awards (récompenses de théâtre américaines).

Du côté du cinéma, il obtient en 1994 un rôle principal dans un premier film anglais, Shopping, l’histoire de voyous qui font des rodéos avec des voitures volées avant de les fracasser dans des vitrines de magasins. Le film n’est pas un succès mais lui permet néanmoins de rencontrer l’actrice qui deviendra sa première femme et la mère de trois de ses enfants, Sadie Frost.

En 1997 sa carrière prend son essor avec la sortie de films anglais et surtout américains dans lesquels il peut montrer son talent.

Dans le film de science-fiction Bienvenue à Gattaca avec Ethan Hawke, il joue un ex-champion de natation arrogant qui malgré son matériel génétique parfait n’a obtenu que des médailles d’argent avant de devenir handicapé et amer.

Dans le film Wilde, biographie anglaise de l’écrivain avec Stephen Fry dans le rôle-titre, il joue Bosie Douglas, l’amant insupportable d’Oscar Wilde qui lui rend la vie difficile. Moins notoire, Law joue un bref rôle de gigolo perturbé et enragé dans Minuit dans le jardin du bien et du mal, réalisé par Clint Eastwood. Il joue un rôle principal de vampire dans le peu connu La Sagesse des crocodiles.

En 1999, on le retrouve encore dans un film fantastique, eXistenZ réalisé par Cronenberg avec Jennifer Jason Leigh, une histoire où les personnages sont perdus dans la réalité virtuelle d’un jeu vidéo. La même année, il est nommé à l’Oscar du second rôle masculin pour Le Talentueux Mr Ripley, dans lequel il joue un jeune homme riche qui mène la belle vie avec l’argent de ses parents, face à Matt Damon qui joue Ripley le désargenté.

En 2001, Jean-Jacques Annaud lui offre le premier rôle dans Stalingrad , l’histoire d’un sniper russe dont la propagande fera un héros, avec Ed Harris en nazi et Rachel Weisz. Puis Steven Spielberg le choisit pour jouer un robot-gigolo dans A.I. Intelligence artificielle, avec Haley Joel Osment, film qui lui vaudra une nouvelle nomination aux Golden Globes.

En 2002, il joue un second rôle de tueur à gage glacial et psychopathe dans Les Sentiers de la perdition avec Tom Hanks et Paul Newman. Ce rôle complète la série de rôles pas évidents qu’il semble privilégier afin de ne pas être cantonné à des emplois de jeune premier[2].,[3]

Puis il tourne un autre film d’Anthony Minghella, Retour à Cold Mountain. Dans ce film typiquement hollywoodien, il joue un soldat confédéré qui déserte pendant la guerre de sécession et entreprend le difficile voyage de retour vers son village où l’attend une femme (Nicole Kidman) avec qui il n’a échangé qu’un seul baiser. Tom Cruise avait un temps envisagé de jouer le rôle. Law touche 10 millions de dollars pour ce film.

En 2004 il est de tous les plans dans Irrésistible Alfie, un dragueur invétéré qui raconte sa vie au spectateur en dirigeant son regard vers la caméra ; le film ne sera pas vraiment un succès. Il joue aussi le rôle-titre dans le film rétro-futuriste Capitaine Sky et le Monde de demain. Il tourne dans Closer, entre adultes consentants aux côtés de Julia Roberts, Clive Owen et Natalie Portman, film sur la complication des rapports homme-femme. Cette même année, du fait de son exposition médiatique, le magazine américain People lui décerne sa distinction annuelle de « Sexiest Man Alive » (homme vivant le plus sexy).

En 2006, il joue dans The Holiday, une comédie romantique avec Cameron Diaz, Kate Winslet et Jack Black. Dans My Blueberry Nights de Wong Kar-wai, il joue le propriétaire d’un café à New-york qui console une cliente en plein chagrin d’amour (Norah Jones), avant d’en tomber amoureux et d’espérer son retour, celle-ci partant au loin à l’aventure pour oublier sa précédente rupture. Puis il tourne dans Le Limier, un affrontement psychologique joué seulement par deux acteurs, Michael Caine et lui, à huis-clos.

Jude Law revient parfois au théâtre, comme en 2009 où il a joué Hamlet à Londres puis à Broadway.

En 2010 il joue Watson dans Sherlock Holmes, avec Robert Downey Jr. dans le rôle-titre. Le film remporte suffisamment de succès pour qu’une suite soit mise en route.

Vie privée

Jude Law est devenu dans les années 2000 l’une des stars anglaises les plus harcelées par les paparazzis[4] et la presse people[5]. Cet intérêt a culminé lorsqu’en 2005, récemment fiancé avec l’actrice Sienna Miller, Jude Law avoue publiquement l’avoir trompée avec la nounou de ses enfants. Après s’être un temps séparés, Jude Law et Sienna Miller sont de nouveau ensemble depuis la fin 2009. En avril 2010, ils se sont mariés religieusement selon le rite Baci au Laos[6].

Jude Law a quatre enfants :

Jude Law a une sœur plus âgée, Natasha.

Il est très proche de la France puisque ses parents sont domiciliés à Vaudelnay dans le Maine et Loire et qu’il vient les voir de temps en temps.

Divers

Il fut aussi le partenaire de Jonny Lee Miller et Ewan McGregor dans la société de production cinématographique et théâtrale Natural Nylon[7].

Depuis 2008, il représente les parfums Dior Homme dans des campagnes publicitaires à la télévision et dans la presse.

 

(*) Wikipedia

 

http://www.dailymotion.com/video/x248hs

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Jude LAW

judelawrs29122010.jpg

Pour le 29/12/2010 à 11h28 T.U. à Londres.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 1, ET NOEUD SUD EN MAISON 7

Vous rencontrez des difficultés dans votre vie relationnelle. Il s’agira donc d’avoir des égards particuliers pour votre partenaire et même dans vos associations. Par compensation, vous disposez d’un soutien planétaire pour votre accomplissement personnel, mais ne recherchez pas l’aide d’autrui, celle-ci vous est refusée pour l’instant.

Votre réussite viendra de votre propre détermination à la saisir. C’est le moment de devenir un self-made man : imposez votre personnalité, projetez-vous sur le devant de la scène, prenez tout sur vos épaules. Mais ne comptez que sur vos propres initiatives car, durant cette période, vous ne disposez d’aucune aide.

Il est certain ce sera difficile de préserver l’harmonie de votre relation de couple ou de traverser cette période sans heurts. Bien entendu, ne choisissez pas cette période pour vous associer ou quelque chose de ce genre.

Par ailleurs, tentez de reporter toute procédure légale (divorce, séparation ou autre) à une date ultérieure car vous y perdriez sans doute la meilleure cause. Cette période prédispose plus à la séparation qu’à l’alliance. Tentez donc de ne compter que sur vous-même car vous n’obtiendrez pas aisément le concours d’autrui. Celui-ci sera plus un fardeau qu’un soutien et il se révélera négatif à terme.

Imposez votre personnalité, votre identité et soyez autonome. N’épargnez pas vos efforts, évitez de garder les deux mains liées. Rien ne se produira spontanément. Toutes vos configurations planétaires vous aident toutefois dans la construction ou l’expérimentation d’une plus grande confiance en vous et en vos potentialités ; vous devez en être convaincu.

Ne vous plaignez pas de ce manque apparent de soutient. Les autres ne vous lâchent pas. Le destin vous refuse l’aide d’autrui pour l’instant et veut que vous appreniez à suffire à vous-même. Cette période qui s’étendra sur dix huit mois, donc au-delà de votre année individuelle, a pour but d’affirmer votre personnalité sans assistances extérieures. Soignez donc particulièrement votre corps, votre beauté, votre prestance, votre mise, votre apparence physique et votre santé.

Ce sont là vos meilleurs et seuls atouts actuellement. Bon courage…

 

 

-=-=- F I N -=-=-

 

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 28/1/2010 – Jacques MESRINE 28 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Faits divers,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://4c.img.v4.skyrock.net/4cf/johngotti93/pics/1125386306_small.jpg

http://paturage.files.wordpress.com/2010/07/jacques-mesrine_0-preview.jpg

http://scenedecrime.blogs.com/photos/uncategorized/2008/08/07/deguisements_jacques_mesrine.jpg

http://gonzai.com/wp-content/uploads/1315941766_small.jpg
http://deco-00.slide.com/r/1/4/dl/Rn33stf16j_qTibuE6V1bdxk0GfkIizN/watermark
http://scenedecrime.blogs.com/photos/uncategorized/2008/08/07/jacques_mesrine_porte_de_clignancou.jpg

——————————————————————————————————–

Jacques MESRINE 

né le 28 Décembre 1936 à 16h35 à Clichy (92) – FRANCE

jacquesmesrine28121936.jpg

Jacques René Mesrine [meʀin, mɛsʀin][1] (*) (né le 28 décembre 1936 à Clichy-La-Garenne – mort le 2 novembre 1979 (à 42 ans) porte de Clignancourt, à Paris) est un criminel français ayant opéré principalement en France mais aussi au Québec, en Espagne et une fois en Suisse. Il est surnommé « l’homme aux mille visages » ou, à tort de son propre aveu, « le Robin des Bois français ». Déclaré « ennemi public n°1 » au début des années 1970, il est notamment connu, en France, pour des braquages médiatisés et pour ses évasions.

Jeunesse et guerre d’Algérie

Fils de commerçants aisés du textile, c’est à Clichy-La-Garenne (au 5 de l’avenue Anatole-France) qu’il grandit et qu’il se met à fréquenter le quartier populaire de Pigalle à Paris. Ses parents ont pourtant des projets pour lui : ils souhaiteraient plus tard le voir intégrer l’école des hautes études commerciales (HEC). Mais il n’aime pas l’école. Il effectue une partie de sa scolarité au collège-lycée de Juilly, tenu par les oratoriens. Il en est renvoyé à cause de violences exercées envers le proviseur. Il devient alors représentant en tissus. À noter qu’il avait comme camarade d’école Jean-Jacques Debout[2].

Brièvement marié de juillet 1955 à 1956 avec Lydia de Souza, alors qu’il n’a que dix-neuf ans, Jacques Mesrine s’engage dans la guerre d’Algérie comme parachutiste-commando. C’est durant celle-ci qu’il prend un pistolet .45 ACP et le rapporte en France. Il l’aura constamment sur lui. Jacques René Mesrine sera décoré par le général de Gaulle de la croix de la Valeur militaire. Il revient en France en mars 1959, après avoir reçu un certificat de bonne conduite de la part de la 626e compagnie. D’après ses proches, l’expérience de l’Algérie l’a profondément marqué ; il aura été plusieurs fois de « corvée de bois » (exécution sommaire de prisonniers en dehors des enceintes militaires).

Premiers crimes en France

Il participe à de nombreux cambriolages dès l’âge de vingt-trois ans, avec son ami de toujours Tony Ferreira. Le 4 novembre 1961, il a un enfant (une fille qui s’appellera Sabrina) avec Maria de la Soledad qu’il a rencontrée lors de vacances en Espagne. Il ne se mariera qu’une seule fois. C’est à cette époque qu’il est arrêté et condamné pour la première fois à payer une amende pour port d’armes prohibé.

Le 17 janvier 1962, il est arrêté au Neubourg, à côté de Louviers, où ses parents avaient une maison de campagne, alors qu’il tentait, avec trois complices, de braquer le Crédit agricole. Il est condamné, pour la première fois, à dix-huit mois de prison en mars 1962. Il passera son temps d’incarcération dans les prisons d’Évreux, puis d’Orléans. Il est relâché en 1963. Il souhaite alors quitter la vie criminelle et trouve un emploi dans une entreprise d’architecture d’intérieur. Mais il perd son travail suite au chômage technique de celle-ci et redevient criminel.

Les îles Canaries, le Québec et le Venezuela

Le 2 décembre 1965, il est arrêté à Palma de Majorque en train de voler des documents politiques dans le bureau du gouverneur militaire. La police locale le soupçonne de travailler pour les services secrets français. Il est condamné à six mois de prison.

En octobre 1966, il ouvre un restaurant à Santa Cruz de Tenerife dans les îles Canaries. Parallèlement Jacques Mesrine continue son activité criminelle. En décembre 1966, il attaque une bijouterie à Genève, en Suisse. En mai 1967, il ouvre une auberge à Compiègne, en France. Le 15 novembre 1967, il cambriole un hôtel à Chamonix où il est reconnu. Le 8 décembre, il braque une maison de haute couture parisienne où il est, là aussi, reconnu. Maria de la Soledad le quitte et leurs trois enfants, Sabrina Mesrine (1961), Bruno Mesrine (1964) et Boris Mesrine (1966), sont confiés aux parents de Mesrine.

Le 6 février 1968, il échappe aux policiers et fuit au Québec avec Jeanne Schneider, maîtresse rencontrée après son divorce. Cette dernière était une call-girl, dont les souteneurs ont été abattus par Mesrine, selon ses dires. À cette époque, il n’est recherché que pour escroqueries. En juillet 1968, les deux arrivent à Montréal. Le couple entre au service d’un milliardaire handicapé, Georges Deslauriers, qu’ils enlèvent le 12 janvier 1969, après avoir été renvoyés et demandent une rançon de 200 000 USD à son frère, Marcel. Mais Georges Deslauriers réussit à s’échapper. Dès lors, Mesrine se lance dans la grande criminalité. Le 26 juin 1969, le couple Mesrine-Schneider quitte le motel des trois sœurs à Percé où il s’était réfugié et franchit illégalement la frontière des États-Unis. Le 30 juin, le corps étranglé d’Évelyne Le Bouthilier, patronne du motel, est découvert dans sa résidence à Percé. En fuite aux États-Unis, Mesrine est arrêté à Texarkana, dans l’Arkansas, et extradé vers le Québec. À sa sortie d’avion, il fanfaronne devant les journalistes et déclare, reprenant une phrase du général de Gaulle : « Vive le Québec libre ! » Accusé de meurtre et de kidnapping, Mesrine se retrouve à la une des journaux québécois. Il est déclaré ennemi public numéro un.

Le 17 août 1969, Mesrine et Schneider s’évadent de la prison de Percé, mais ils sont repris le lendemain. Toujours en août 1969, ils sont condamnés respectivement à dix et à cinq ans de prison pour l’enlèvement et la séquestration de Georges Deslauriers. En janvier 1971, Mesrine et Schneider sont acquittés pour le meurtre de Le Bouthilier. Mais cette accusation d’un meurtre qu’il déclara ne pas avoir commis, malgré un important faisceau de présomptions[3], fut pour Mesrine un des thèmes principaux de son deuxième livre, Coupable d’être innocent, écrit en 1979.

Le 21 août 1972, il s’évade de la prison de Saint-Vincent-de-Paul avec cinq autres détenus dont notamment Jean-Paul Mercier. Leurs cavales sont émaillées de nombreux méfaits. Le 26 août, ensemble, ils braquent la caisse populaire de Saint-Bernard à Dorchester, puis, dix minutes plus tard, ils font de même avec celle de Saint-Narcisse de Lotbinière, soit deux le même jour. Leur butin s’élève à 26 000 USD. Le 28 août, ils braquent la Toronto Dominion Bank à Montréal. Ils la braquent à nouveau trois jours plus tard.

Le 3 septembre, ils échouent dans leur tentative de libérer trois prisonniers de la prison de Saint-Vincent-de-Paul, celle où ils se trouvaient prisonniers et ils blessent grièvement deux policiers. Une semaine plus tard, pendant qu’ils s’exercent au tir, Mesrine tue deux garde-chasses en compagnie de Jean-Paul Mercier, près de Saint-Louis-de-Blandford au Québec.

En octobre, après d’autres braquages à Montréal, ils effectuent un court passage à New York, au palace du Waldorf-Astoria. Puis, d’octobre à novembre 1972, Mesrine fuit au Venezuela avec Jean-Paul Mercier et leurs deux maîtresses. Plus tard, Mercier les quittera pour revenir au Québec. Il sera tué d’une balle dans la tête lors d’une de ses tentatives de casse deux ans plus tard. Quant à Jeanne Schneider, elle finira sa peine en France à la prison de Fleury-Mérogis. À sa sortie, elle restera en France.

Retour en France : l’ennemi public numéro un

Il retourne en France en décembre, où il commet le braquage de la paie d’une usine de Mantes-la-Jolie pour un montant de 320 000 francs et d’une caissière retirant 280 000 francs d’une banque. Le 5 mars 1973, lors d’une altercation avec une caissière d’un café-bar, Mesrine brandit un revolver. Un policier tente d’intervenir et est grièvement blessé. Trois jours plus tard, Mesrine est arrêté à Boulogne-Billancourt. En mai, il est condamné en France à 20 ans de prison.

Le 6 juin, il doit comparaître pour une petite affaire de chèques sans provisions mais il s’évade du tribunal de Compiègne en prenant en otage le président du tribunal, grâce à une arme dissimulée dans les toilettes par un complice, Michel Ardouin dit « le Porte-Avions ». Le 21 juin, il attaque à main armée l’imprimerie Lang pour s’emparer de la paie des employés, rue Curial dans le 19e arrondissement de Paris, soit environ 1,5 million de francs.

Petit intermède dans sa folle activité, il s’offre quelques vacances de juillet à août dans une station balnéaire de la côte normande, Trouville. Mais début août, il reprend ses activités en s’attaquant au Crédit lyonnais de l’avenue Bosquet dans le 7e arrondissement de Paris. Après ce coup retentissant, il se tient tranquille deux mois. Mais le 27 septembre, il braque deux banques coup sur coup.

Il est arrêté par le commissaire Robert Broussard une première fois le 28 septembre 1973, à son appartement rue Vergniaud dans le 13e arrondissement de Paris. Cette arrestation reste célèbre puisque le truand, cigare aux lèvres, ouvrit la porte aux policiers après vingt minutes de négociations à travers la porte et offrit le champagne au commissaire. Mesrine plaisante avec Broussard : « Tu ne trouves pas que c’est une arrestation qui a de la gueule ? »

C’est durant ce séjour en prison qu’il écrit son autobiographie L’Instinct de mort, qui paraît en février 1977. Dans ce livre, il déclare avoir tué trente-neuf personnes. À ce sujet, un criminologue, René Reouven, commente: « Il y a chez Mesrine un petit tueur qui se voudrait grand et si l’on peut comptabiliser les crimes qu’il a commis, on ne saurait en faire autant pour ceux qu’il revendique ». Le 19 mai 1977, Mesrine est condamné à 20 ans de prison pour attaques à main armée, recel et port d’armes par la Cour d’Assises de Paris présidée par le juge Petit. Durant ce procès, il se produit une anecdote célèbre : il lance les clefs de ses menottes à la figure des juges pour prouver la corruption de la police et de la justice. Il est transféré au quartier de haute sécurité de la prison de la Santé. Cette incarcération est à l’origine d’un combat médiatique qu’il entend mener afin de les faire supprimer, décrivant les conditions de détention qu’il juge dégradantes[4]. Il y rencontre Charlie Bauer, un révolutionnaire d’ultra gauche, qui devient son bras droit. Il parvient à s’évader le 8 mai 1978, accompagné de François Besse et de Carman Rives. Grâce à des complicités au sein de la prison (qui introduiront des armes à leur attention), Mesrine et Besse parviennent à neutraliser leurs gardiens, escaladent le mur d’enceinte et s’évadent de cette prison réputée inviolable, laissant derrière eux Carman Rives abattu par la police.

Mesrine et Besse dévalisent une armurerie pour s’emparer d’armes. Le 26 mai 1978, il braque le casino de Deauville avec son compagnon de cavale, François Besse. Ils volent 70 000 francs. Le braquage tourne mal, faisant deux blessés, mais les deux évadés parviennent à fuir en prenant en otage une famille de fermiers. Deux jours plus tard, une vaste opération est déclenchée pour tenter de retrouver Besse et Mesrine. Plus de 300 gendarmes, ainsi qu’une section du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale assistée de policiers de la brigade antigang, sont déployés pour les rechercher ; en vain. Ils s’enfuient avec la famille de fermiers dans une DS en allant à Paris. Les deux gangsters sont dans le coffre et la famille, dans la voiture. C’est à cette période qu’il se met à écrire son deuxième livre, « Coupable d’être innocent », plus politique que le premier, qui paraîtra après sa mort en 1979. Il continue les braquages, comme celui de la Société générale du Raincy le 30 juin 1978, tandis que la police poursuit ses efforts pour le localiser. La police craint le pire.

Mesrine nargue les autorités en donnant des entretiens à des journalistes. Ainsi à Paris Match, le 4 août 1978, Isabelle Peltier reçoit ses déclarations. Il se montre menaçant envers quiconque voudrait tenter de l’arrêter. Il veut abolir les quartiers de haute sécurité (QHS) et va jusqu’à menacer Alain Peyrefitte, ministre de la Justice de l’époque. Sa notoriété entraîne une guerre des polices entre Lucien Aimé-Blanc, chef de l’Office central pour la répression du banditisme, et Robert Broussard, chef de l’antigang, pour l’arrêter. En juillet 1978, il rencontre Sylvia Jeanjacquot dans un bar à hôtesses. Il part en Algérie avec elle, puis retourne en France. Il est caché dans le 18e arrondissement de Paris.

Le 10 novembre 1978, il essaie d’enlever le juge Petit, président de la cour d’assises de Paris à l’époque, qui l’avait condamné à vingt ans de prison en 1977, avec la complicité de Jean-Luc Coupé dit «Nounours». Il voulait enlever le juge pour se venger de sa condamnation. Le juge n’étant pas chez lui, il prend sa famille en otage, et attend son retour. Mais la famille réussit à prévenir la police, par l’intermédiaire d’une des filles et d’un des fils du juge. Mesrine s’échappa sous le nez de la police mais son complice est arrêté. En janvier 1979, il accorde un entretien à Libération, déclaré personnage médiatique de l’année pour le journal de gauche. Le 21 juin 1979, il enlève le milliardaire Henri Lelièvre avec la complicité du braqueur Michel Schayewski dit « Le Viking ». Après vingt-huit jours d’enlèvement, il demande une rançon de six millions de francs et demande à Henri Lelièvre de choisir une personne de confiance pour l’apporter. Dès lors, il devient l’ennemi public numéro un en France. En août, une unité anti-Mesrine est créée. Il dépense l’argent de la rançon en grand magasins et montres et achète une BMW, la même que celle de la BRI.

Le 10 septembre 1979, Mesrine tend un guet-apens dans la forêt d’Halatte (Oise) près de Senlis. au journaliste de Minute Jacques Tillier. Après l’avoir emmené dans les profondeurs d’une grotte, il le torture, le met nu, le tabasse et le blesse grièvement par trois balles en lui tirant dans la joue (« pour l’empêcher de dire des conneries »), le bras (« pour l’empêcher d’écrire des conneries ») et la jambe (« par simple plaisir », affirmera-t-il plus tard). Il le laisse pour mort. Mesrine reprochait à ce journaliste de l’avoir diffamé en écrivant qu’il n’était pas une personne « réglo » avec ses associés et que c’était un bandit sans honneur, en août 1979. Mesrine a pris en photos l’événement. Tillier arrive à s’en tirer. Il écrit des lettres aux journalistes disant qu’il ne voulait pas le tuer.

La mort de Mesrine et la polémique

Fin octobre 1979, Emmanuel Farrugia (commandant de police) et Paul Rément (capitaine de police), hommes du commissaire divisionnaire Lucien Aimé-Blanc, chef de l’Office central pour la répression du banditisme (OCRB), repèrent l’appartement de Mesrine rue Belliard, dans le 18e arrondissement de Paris. Ceci est rendu possible par le biais d’un indicateur, donné par Tillier qui voulait se venger, qui dénonce Charlie Bauer comme complice actif de Mesrine et grâce aux écoutes des coups de téléphone que Charlie Bauer passait à Jacques Mesrine. Maurice Bouvier, alors directeur central de la police judiciaire, saisit la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) du commissaire principal Robert Broussard, territorialement compétente pour procéder à l’arrestation de Jacques Mesrine. Le vendredi 2 novembre 1979 à 15h15, Mesrine, au volant de sa voiture avec sa compagne Sylvia Jeanjacquot, est encerclé par les hommes de la BRI, porte de Clignancourt à Paris. Un camion bâché, qui s’est inséré devant son véhicule, dissimule des tireurs qui ouvrent le feu sur lui et sa compagne. Vingt et une balles sont tirées. On retrouvera dix-huit impacts de balles à haute vélocité sur son corps. Il est tué en possession de grenades et d’armes de poing dissimulées à ses pieds. Sa compagne, grièvement blessée, perd un œil dans la fusillade.

La mort de Mesrine est un premier cas de remise en cause de la légitime défense invoquée par la police, car celle-ci aurait ouvert le feu sans sommation. Deux nouveaux témoins ont apporté des éclaircissements en octobre 2008 sur France Inter[5], Guy Peynet, qui était en 1979 le patron du bar Le Terminus, porte de Clignancourt, n’a jamais été entendu sur procès-verbal dans la procédure judiciaire ; il a envoyé une lettre, jointe au dossier. Il affirme que les policiers n’ont pas effectué de sommations avant de tirer sur Mesrine. Tout ce qu’il a entendu, c’est une rafale de coups de feu suivie du cri : « Bouge pas ! T’es fait ! »[5]. Geneviève Adrey ne s’est jamais exprimée publiquement depuis le 2 novembre 1979. Ce jour-là, alors étudiante en musicologie, elle se trouve dans une cabine téléphonique, avec une amie, porte de Clignancourt, à quelques mètres de la voiture de Jacques Mesrine. Elle raconte avoir entendu des rafales de mitraillette ou, en tout cas, des coups de feu très rapprochés, mais en aucun cas des sommations[5].

Les sommations restent toutefois un acte militaire auquel étaient soumis les gendarmes et non les policiers. La légitime défense n’est en aucun cas soumise à l’obligation d’effectuer des sommations.

On rappelle toutefois à cette occasion un avertissement que Mesrine avait dit à Broussard : « Quand nous nous rencontrerons à nouveau, ce sera à celui qui tirera le premier »[4]. En outre, les policiers ont témoigné qu’au lieu de se rendre et de lever les mains, il eut un mouvement latéral comme s’il allait se saisir de quelque chose. Après coup, on constatera la présence de deux grenades et de pistolets automatiques dans un sac à ses pieds. Il dit sur une cassette retrouvée par les enquêteurs à destination de sa dernière compagne, Sylvia Jeanjacquot : « Si tu écoutes cette cassette, c’est que je suis dans une cellule dont on ne s’évade pas ».

L’instruction est rouverte en mars 2000. Elle débouche sur un non-lieu, le 14 octobre 2004. Le 6 octobre 2006, la Cour de cassation française a déclaré irrecevable le pourvoi en cassation de la famille Mesrine suite au non-lieu prononcé le 1er décembre 2005 par la chambre d’instruction de la Cour d’Appel de Paris.

Jacques Mesrine est enterré au cimetière Nord de Clichy-La-Garenne, la ville qui le vit naître.

Sa BMW 528i marron métallisé est restée avec les scellés de justice vingt-huit ans dans une fourrière à Bonneuil-sur-Marne avant d’être broyée dans une casse d’Athis-Mons le 14 mai 2007.

Cinéma et télévision

Musique

De nombreux artistes marqués par le jusqu’au-boutisme de Jacques Mesrine et par sa haine du système et de la société, lui dédient plusieurs de leurs chansons ou y incluent des allusions à sa vie. Mesrine a également été sacralisé par des membres des mouvements punk et hip-hop français, qui ont vu en lui l’anarchiste exemplaire, l’homme sans concessions.

Bibliographie

Jacques Mesrine

 

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x3zqaj

http://www.dailymotion.com/video/x767yq

http://www.dailymotion.com/video/x28p4

http://www.dailymotion.com/video/x28v7

 

Révolution Solaire de Jacques MESRINE

jacquesmesriners28121978.jpg

Pour le 28/12/2010 à 21h26 à Clichy – FRANCE

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 4 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 10:

Actuellement grâce au transit des noeuds dans l’axe Fond de Ciel / Milieu du Ciel de votre thème natal, vous bénéficiez d’un solide appui planétaire vis-à-vis de toutes les affaires immobilières.  L’achat ou la réalisation de biens immobiliers, maisons, terres ou terrains se réalisera au mieux de vos intérêts. Vos climats actuels vous feront découvrir et obtenir la maison ou l’appartement souhaites depuis si longtemps. Par ailleurs si vous souhaitez une légation ou un héritage, surtout issu d’un lien parental et mieux encore, de votre mère, cela interviendra dans le courant de la période actuelle. Faites donc converger vos efforts vers les domaines concernes, même si vous vous êtes heurté jusqu’à présent à des obstacles insurmontables ; ceux-ci s’écarteront car le temps est venu et les fruits sont mûrs, cueillez-les.

Votre période actuelle a pour but majeur de vous ressourcer, d’établir de nouveaux fondements dans votre vie, vers une restructuration. Recherchez donc une nouvelle implantation avec discernement et circonspection car celle-ci deviendra le lieu de production de vos réalisations des prochaines neuf années correspondant à un demi parcours des nœuds. Le soin apporté à son choix a autant d’importance que celui que votre mère apporta à la préparation de votre naissance (neuf mois). Comme elle, vous êtes maintenant en gestation. Ne tentez donc pas de forcer ni de précipiter une élévation sociale ou professionnelle. Le cycle actuel ne vous le permet pas. Inutile donc de chercher à accélérer votre croissance  ou l’éclat dans une vie extérieure ou professionnelle. Vous gaspilleriez vos efforts inutilement en ouvrant dans cette dernière direction. Tentez au mieux de maintenir le cap de vos affaires en minimisant les dégâts car vous n’éviterez pas une certaine stagnation, voire un extrême ralentissement. Tout effort d’élévation, toute tentative d’accentuation de réussite ou de renommée – sociale ou professionnelle – vous coûteront plus cher qu’ils ne pourront vous rapporter, tant physiquement que financièrement. Dépensez-vous plutôt dans l’embellissement ou dans la rénovation de votre commerce, de votre entreprise ou de votre maison. Restructurez en prévision de la période suivante qui favorisera le commerce local. Cette période a pour but essentiel de vous pousser à revoir vos bases qu’une élévation ou un essor inconsidéré compromettraient jusqu’à faire s’effondrer l’édifice. Analysez donc les fondements et les structures de vos assises, y compris celles de votre vie familiale. Votre destin place actuellement la priorité sur cette dernière. Accordez plus de temps aux vôtres, en leur réservant une meilleure partie de vous-même et de votre temps. Achetez ou transformez vos installations ou équipements existants, embellissez.

Un changement de résidence pourrait se révéler très bénéfique et renouveler positivement votre vie. Vous constaterez qu’en fin de compte, durant cette période, vous tirerez bien plus de satisfactions de votre vie familiale que de votre vie professionnelle ou sociale plutôt décevante. Vous êtes en gestation. Contentez-vous donc de bien construire votre nid telle une hirondelle à son retour au niveau cycle de printemps.

 

 

-=-=- F I N -=-=-

___________________________________________________________________________________

Personnalité du 27/12/2010 – Gérard DEPARDIEU 27 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Cinéma,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————– PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Les Valseuses - Gérard Depardieu - Patrick Dewaere - Miou-Miou Image 278 sur 668

Les valseuses (03/1974) – Gérard DEPARDIEU, MIOU-MIOU et Patrick DEWAERE

 

http://image.toutlecine.com/photos/b/a/r/barocco-1976-01-g.jpg

Barocco (12/1976) – Géarrd DEPARDIEU et Isabelle ADJANI

 

http://10.img.v4.skyrock.net/106/so-french-kiss-x/pics/2903709453_2.gif

Rêve de singe (05/1978)

 

Buffet froid - Bernard Blier - Gérard Depardieu Image 640 sur 668

Buffet froid (12/1979) – Gérard DEPARDIEU et Bernard BLIER

 

Le Dernier Métro - Catherine Deneuve - Gérard Depardieu Image 614 sur 668

Le dernier métro (09/1980) – Gérard DEPARDIEU et Catherine DENEUVE

 

http://www.cinemovies.fr/images/data/photos/G165022091129286.jpg

Le tartuffe (09/1984)

 

Elisa - Gérard Depardieu - Vanessa Paradis Image 619 sur 668

Elisa (02/1995) – Gérard DEPARDIEU et Vanessa PARADIS

 

Potiche - Gérard Depardieu - Fabrice Luchini Image 1 sur 668

Potiche (11/2010) – Gérard DEPARDIEU et Fabrice LUCHINI

Catherine Deneuve et Gérard Depardieu dans Potiche

Potiche (11/2010) – Gérard DEPARDIEU et Catherine DENEUVE

 

http://www.gala.fr/var/gal/storage/images/media/images/actu/photos_on_ne_parle_que_de_ca/hobbies/gerard_depardieu/464981-1-fre-FR/gerard_depardieu_reference.jpg

DEPARDIEU, viticulteur et homme d’affaire

http://a.giscos.free.fr/cinema/Acteur/G/GerardDepardieu/GerardDepardieu.jpg

Actualités de Gérard DEPARDIEU

———————————————————————————————————–

Gérard DEPARDIEU

née le 27 Décembre 1948 à 08h00 à Chateauroux  – Indre – FRANCE

grarddepardieu27121948.jpg

Gérard Depardieu, (*) né le 27 décembre 1948 à Châteauroux (Indre), est un acteur, réalisateur, producteur de cinéma et homme d’affaires français.

Carrière d’acteur

Gérard Depardieu naît le 27 décembre 1948 à Châteauroux dans l’Indre. Fils de René Depardieu qu’il surnomme « Le Dédé », un tôlier-formeur, compagnon du devoir, et sapeur-pompier bénévole, et de Alice Marillier dite « La Lilette », mère au foyer, il grandit dans une famille prolétaire ouvrière au milieu de cinq frères et sœurs. Il passe plus de temps dans la rue qu’à l’école, qu’il quitte à l’âge de 13 ans. Au cours de son adolescence matériellement difficile, il se « débrouille » et commet quelques vols et trafics en tous genres, entre autres avec les G.I. de la base militaire américaine de sa ville natale. On le surnomme alors « Pétarou ».

Son certificat d’études primaires en poche, il entre comme apprenti dans l’imprimerie du groupe de presse Centre France[1]. Pour la saison 1965-1966, il signe une licence junior dans le club de football de la Berrichonne de Châteauroux, ce qui est contradictoire avec un départ de cette ville en 1964 [2], après divers petits métiers, dont celui de plagiste à La Garoupe sur le Cap d’Antibes[1] alors qu’il n’a que 16 ans. Sur les conseils du fils d’un médecin berrichon, Michel Pilorgé[1], il monte avec lui à Paris où ils suivent ensemble les cours de comédie de Jean-Laurent Cochet – en même temps que Claude Jade et Alain Doutey – qui le prend sous son aile et où il rencontre Élisabeth Guignot, qu’il épouse le 11 avril 1970 à Bourg-La Reine. C’est Elisabeth qui va lui présenter Agnès Varda et son mari Jacques Demy[3]. Son manque de culture lui fait dévorer avec passion et avidité tous les grands textes classiques tout en suivant la thérapie du docteur Tomatis pour corriger son élocution difficile et sa mémoire déficiente [4].

En 1970, Michel Audiard lui procure un petit rôle dans Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques. C’est en 1974 qu’il est pleinement révélé : son rôle de « gentil » voyou en cavale dans Les Valseuses de Bertrand Blier, aux côtés de Patrick Dewaere et de Miou-Miou, est un succès doublé d’un scandale de mœurs en raison des dialogues crus et de la sexualité débridée des personnages. En 1975, il se libère du rôle étriqué de petit loubard grâce au succès de Sept Morts sur ordonnance de Jacques Rouffio. Vient ensuite sa période des grands réalisateurs italiens : Bernardo Bertolucci (1900) ou encore Marco Ferreri. Depardieu impressionne par son aisance à changer d’univers, à l’image des si différents Le Camion (1977) de Marguerite Duras et Inspecteur la Bavure (1980) de Claude Zidi.

Personnalité du 27/12/2010 - Gérard DEPARDIEU dans 12/2010 180px-G%C3%A9rard_Depardieu_Cannes_eighties
Gérard Depardieu au festival de Cannes 1994.

Tout en restant fidèle à Bertrand Blier (Tenue de soirée, Trop belle pour toi), Depardieu élargit son répertoire auprès d’autres grands noms du cinéma d’auteur français, en refusant de s’enfermer dans un genre :

En 1981, il s’est également essayé à la synchronisation, avec le doublage de John Travolta dans Blow out, réalisé par Brian DePalma.

On le retrouve également dans des films en costumes, où il incarne plusieurs personnages historiques ou issus de la littérature française :

Dans les années 1990, après notamment le succès de Cyrano de Bergerac, sa notoriété s’étend et le cinéma américain lui propose des premiers rôles comme dans Green Card de Peter Weir avec Andie MacDowell (1990). Pourtant sa carrière américaine sera pratiquement stoppée net avec la parution d’une interview dans le magazine américain Time en février 1991 où il aurait raconté avoir assisté à Châteauroux à un viol alors qu’il était âgé de neuf ans: une tempête médiatique inouie s’est alors déchaînée contre Depardieu aux États-Unis car le journaliste du Time avait traduit « assisté » par « participé » (ce qui a neuf ans était tout a fait ridicule)[5]. Ce scandale lui ôte toutes les chances d’obtenir en 1992 l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Cyrano, distinction pour laquelle il était présenti.

En 1993, il tourne sous la direction de Jean-Luc Godard dans Hélas pour moi. Il multiplie également les succès publics dans des comédies avec des rôles inattendus : Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi, Le Placard de Francis Veber, Tais-toi !. N’ayant plus rien à prouver, il participe à de grands téléfilms (citons pour mémoire son excellente interprétation dans Le comte de Monte cristo ou son rôle de Jean Valjean dans les Misérables. En 2004, son rôle de flic fatigué est très remarqué par la critique dans 36 Quai des Orfèvres. Pilier du cinéma français, on fait appel à lui pour des rôles auprès d’Isabelle Adjani (Bon voyage en 2003) et de Catherine Deneuve (Les Temps qui changent en 2004).

Il est le sujet d’une controverse quand on annonce qu’il joue au théâtre avec une oreillette, ce qui serait dû à ses accidents de moto.

Lors de la cérémonie des NRJ Ciné Awards 2005, il crée une certaine polémique en déclarant : « Ça fait du bien, parce que c’est vous qui décidez, vous le public. Ça change des Césars et des autres merdes ! »[6]

Avec plus de 150 films tournés, il est sans doute l’un des plus importants acteurs français, tant pour les thèmes traités que pour l’éventail de ses rôles.

Autres activités

220px-G%C3%A9rard_Depardieu_2008 dans Cinéma
Gérard Depardieu en 2008.

Une partie des revenus de l’acteur proviennent de la publicité. Dans les années 1990, il toucha 5 millions de francs pour la pub Barilla. Il fit une autre publicité pour Senoble.

Depardieu éprouve une admiration pour Saint Augustin, dont il récite les textes dans des églises. Il a rencontré Jean-Paul II lors du jubilé des artistes en 2000, moment où l’évêque de Hippone fut évoqué. Le cardinal Poupard lui a suggéré de faire un film sur cet homme. Le 23 novembre 2005, il donne une lecture publique des Confessions de Saint Augustin à la Basilique Notre-Dame de Montréal ainsi qu’une lecture publique à la Cathédrale Notre-Dame de Paris le 11 février 2003.

Son grand appétit concerne également sa passion des affaires, il possède des vignobles en Anjou, en Italie, au Maroc et 150 hectares à Tlemcen en Algérie avec le milliardaire algérien Rafik Khalifa, son ami. Il a également investi en achetant de grands restaurants (Paris, Canada et Roumanie). Il est aussi producteur via la société de production DD Film.

En 1998, il a un accident de moto sur la route le menant au tournage de Asterix de Claude Zidi.

En 2003, ce boulimique de travail et de vie paie sa suractivité. Sans doute en raison de ses excès alimentaires, tabagiques et alcooliques, il subit un quintuple pontage coronarien, qui est un succès. Cependant, il reprend très vite la direction des studios et des plaisirs de la vie. Après son pontage et un grave accident de moto dont il ressort miraculeusement indemne avec quelques fractures toutefois, il publie deux biographies, Vivant en 2004 pour dire tout son appétit de vivre son sursis et L’Insoumis en 2006.

Calmann-Lévy devait publier une biographie non autorisée de l’acteur (Itinéraire d’un ogre). L’apprenant, Depardieu fait pression sur l’éditeur, via son ami Arnaud Lagardère qui possède le groupe Hachette, pour que le livre ne sorte pas. Finalement le livre Gérard Depardieu, itinéraire d’un ogre de Patrick Rigoulet sera publié aux éditions Le Rocher en août 2007.

Selon le classement annuel établi par Le Figaro en 2003, la rémunération de Gérard Depardieu pour 2002 est de 2,04 millions d’euros (hors TV et théâtre). Depardieu est l’acteur français le mieux payé en 2005 avec 3,2 millions d’euros de gains estimés, soit environ 800 000 euros pour chacun de ses films sortis en 2005. En 2004, dans ce même classement, il était troisième avec des gains quasiment équivalents (3,35 millions). En 2008, il est encore l’acteur le mieux payé du cinéma français avec 3,54 millions d’euros.

En 2010, Gerard Depardieu (avec Carole Bouquet) est le parrain du Festival de Nîmes, « Un réalisateur dans la ville »[7].

Opinions politiques

Gérard Depardieu s’est également engagé en politique. D’abord proche de la gauche, il écrit dans Le Matin de Paris, une tribune intitulée « Mitterrand ou jamais », pour inciter un François Mitterrand malade et hésitant, à se représenter à la présidentielle de 1988. Le chanteur Renaud fera de même avec une tribune intitulée « Tonton laisse pas béton ».

En 2002, après l’échec de Robert Hue à la présidentielle, Depardieu donne une grosse somme d’argent au Parti communiste français, alors en faillite, et dit soutenir ce parti. Cinq ans plus tard, il apporte publiquement son soutien à Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle, déclarant dans un entretien accordé à Paris Match qu’il « est le seul homme politique capable, qui fait le boulot et travaille vraiment »[8], ajoutant que tous les autres sont « ridicules ». « Aujourd’hui, ce que veulent les jeunes, c’est bosser » estime-t-il.

Vie privée

180px-G%C3%A9rard_Depardieu_Carole_Bouquet_2001 dans Personnalités du jour
Gérard Depardieu avec Carole Bouquet au festival de Cannes 2001.

Le 11 avril 1970, Gérard Depardieu épouse Élisabeth Guignot, avec qui il aura deux enfants : Guillaume en 1971 et Julie en 1973. Séparés en 1992, ils divorcent officiellement, après quatorze années de procédure, le 10 octobre 2006.

Le 28 janvier 1992, il a une fille, Roxane Depardieu, avec la mannequin Karine Silla. De 1996 à 2005, il entretient une relation intime avec Carole Bouquet. Dans cette même période, il rencontre en février 2001 Hélène Bizot, comédienne franco-cambodgienne avec qui il entretient une relation longue de cinq ans. De cette union naît, le 14 juillet 2006, Jean (prénommé ainsi en hommage à son ami Jean Carmet), enfant désiré et pourtant arrivé par surprise. Gérard Depardieu reconnaît cet enfant au début de l’année 2008. Depuis 2005, il vit avec Clémentine Igou, ancienne étudiante en littérature d’Harvard, romancière franco-américaine de 28 ans et responsable marketing d’un domaine viticole en Toscane. Le lundi 13 octobre 2008, il perd son fils aîné, Guillaume, âgé de 37 ans.

Récompenses

Filmographie

180px-G%C3%A9rard_Depardieu_2010

Gérard Depardieu en 2010, à l’avant-première de Mammuth.

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Gérard DEPARDIEU

grarddepardieurs27122010.jpg

Pour le 27/12/2010 à 08h10 T.U. à Chateauroux.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 1, ET NOEUD SUD EN MAISON 7

Vous rencontrez des difficultés dans votre vie relationnelle. Il s’agira donc d’avoir des égards particuliers pour votre partenaire et même dans vos associations. Par compensation, vous disposez d’un soutien planétaire pour votre accomplissement personnel, mais ne recherchez pas l’aide d’autrui, celle-ci vous est refusée pour l’instant.

Votre réussite viendra de votre propre détermination à la saisir. C’est le moment de devenir un self-made man : imposez votre personnalité, projetez-vous sur le devant de la scène, prenez tout sur vos épaules. Mais ne comptez que sur vos propres initiatives car, durant cette période, vous ne disposez d’aucune aide.

Il est certain ce sera difficile de préserver l’harmonie de votre relation de couple ou de traverser cette période sans heurts. Bien entendu, ne choisissez pas cette période pour vous associer ou quelque chose de ce genre.

Par ailleurs, tentez de reporter toute procédure légale (divorce, séparation ou autre) à une date ultérieure car vous y perdriez sans doute la meilleure cause. Cette période prédispose plus à la séparation qu’à l’alliance. Tentez donc de ne compter que sur vous-même car vous n’obtiendrez pas aisément le concours d’autrui. Celui-ci sera plus un fardeau qu’un soutien et il se révélera négatif à terme.

Imposez votre personnalité, votre identité et soyez autonome. N’épargnez pas vos efforts, évitez de garder les deux mains liées. Rien ne se produira spontanément. Toutes vos configurations planétaires vous aident toutefois dans la construction ou l’expérimentation d’une plus grande confiance en vous et en vos potentialités ; vous devez en être convaincu.

Ne vous plaignez pas de ce manque apparent de soutient. Les autres ne vous lâchent pas. Le destin vous refuse l’aide d’autrui pour l’instant et veut que vous appreniez à suffire à vous-même. Cette période qui s’étendra sur dix huit mois, donc au-delà de votre année individuelle, a pour but d’affirmer votre personnalité sans assistances extérieures. Soignez donc particulièrement votre corps, votre beauté, votre prestance, votre mise, votre apparence physique et votre santé.

Ce sont là vos meilleurs et seuls atouts actuellement. Bon courage…

 

 

-=-=- F I N -=-=-

 

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 26/12/2010 – Jean FERRAT 26 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Chanteur,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://morisset.files.wordpress.com/2010/03/01132092-photo-pochette-jean-ferrat.jpg

http://i22.tinypic.com/21drbet.jpg

http://a34.idata.over-blog.com/599x398/2/00/54/05/Belcaire-la-star/belcaire-jean-ferrat.jpg

http://www.espaceblog.fr/img_blogs/3425_EMTAWTCNNECY.jpg
http://static1.purepeople.com/articles/3/41/13/@/13090-jean-ferrat-637x0-1.jpg
http://www.jean-ferrat.com/

——————————————————————————————————–

Jean FERRAT 

né le 26 Décembre 1930 à 11h30 à Vaucresson (92) – FRANCE

jeanferrat26121930.jpg

Jean Ferrat, né Jean Tenenbaum (*) le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas[1] en Ardèche, est un parolier, musicien, compositeur et chanteur français.

À la fois chanteur engagé et poète, auteur de chansons à textes, il est aussi compositeur, et met notamment en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon. Jean Ferrat est voisin des idées communistes et reste, à ce titre, proche du Parti communiste français toute sa vie durant. Cependant, ce fut un compagnon de route critique, particulièrement vis-à-vis des positions du parti sur l’URSS. Bien que peu présent dans les médias et malgré un retrait de la scène à quarante-deux ans, il connaît un grand succès aussi bien critique que commercial, fondé tant sur la qualité de ses compositions (textes et mélodies) et de sa signature vocale[2], que sur ses prises de position politiques.

Sa jeunesse

Le père de Jean Ferrat, Mnacha (dit Michel) Tenenbaum[3], est un artisan joaillier qui composait pièces et parures pour des commanditaires parisiens. Né en 1886 à Ekaterinodar (aujourd’hui Krasnodar)[4], il émigre de Russie en France en 1905, y obtenant sa naturalisation en 1928. Entre-temps, il épouse Antoinette Malon, originaire du Puy-de-Dôme[5], ouvrière dans une entreprise de fleurs artificielles. Après son mariage, celle-ci quitte son emploi pour élever les quatre enfants qu’aura le couple : Raymonde, Pierre, André et Jean, le cadet, d’une vingtaine d’années plus jeune que Raymonde, l’aînée[6]. En 1935, la famille s’installe à Versailles.

Le chanteur est fortement marqué par l’occupation allemande. Il a onze ans lorsque son père, Juif non pratiquant, est enlevé aux siens, séquestré au camp de Drancy, puis déporté (le 30 septembre 1942) à Auschwitz[7], dans le cadre de la Solution finale[8] — Ferrat évoque cet enlèvement dans la chanson Nul ne guérit de son enfance. L’enfant est caché un moment par des militants communistes, puis la famille (Jean, sa mère, sa sœur et ses frères) se réfugie en zone libre, à Font-Romeu[9]. Il y reste deux ans, et y suit sa sixième et sa cinquième. Jean retourne ensuite vivre à Versailles avec sa tante. Il y poursuit ses études au collège Jules-Ferry (aujourd’hui lycée Jules-Ferry). En juin 1944, la famille décide de les faire retourner en Cerdagne afin d’éviter les affrontements qui s’annoncent, liés à la Libération. Mais, arrivés à Perpignan, ils reçoivent l’instruction de ne pas terminer le trajet : sa sœur est retenue par la Gestapo à la citadelle de Perpignan, tandis que l’un de ses frères se cache dans la montagne et que sa mère est interrogée par la Gestapo. Jean et sa tante logent alors à l’hôtel pendant un peu plus d’un mois, jusqu’à ce que sa sœur soit libérée[5]. La famille gagne alors Toulouse, où elle est logée un temps par les parents de la belle-sœur de Jean, puis chez une famille de paysans dans l’Ariège, grâce aux réseaux de résistants dont fait partie le beau-père de Pierre Tenenbaum, Marcel Bureau[10],[5].

À seize ans, il doit quitter le collège pour aider financièrement sa famille. Sans diplômes ni expérience, il est embauché comme aide-chimiste[11]. De manière à progresser, il prend des cours du soir puis poursuit pendant plusieurs années un cursus au Conservatoire national des arts et métiers en vue de devenir ingénieur chimiste. Il quitte définitivement ce milieu en 1954 pour celui de la vie de bohème et, principalement, des cabarets de la Rive droite.

Ses débuts dans le monde du spectacle

Attiré par la musique et le théâtre, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des apparitions au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique.

En 1956, il met en musique Les yeux d’Elsa, poème de Louis Aragon dont il sera toute sa vie l’admirateur[12]. C’est André Claveau, alors fort en vogue, qui interprète la chanson et apporte un début de notoriété à Jean, qui se produit au cabaret parisien La Colombe de Michel Valette, en première partie de Guy Béart.

Personnalité du 26/12/2010 - Jean FERRAT dans 12/2010 200px-Guy_Thomas_et_Jean_Ferrat
Jean Ferrat (à droite) et son ami Guy Thomas.

En 1958, il sort chez Vogue son premier 45 tours EP, qui ne rencontre guère de succès. Une jeune chanteuse, Christine Sèvres, qu’il rencontre en 1956, reprend quelques-unes de ses chansons. Il l’épouse fin 1960, après 3 ans de cohabitation.

C’est la rencontre en 1959 de Gérard Meys, qui devient son éditeur et son ami, qui lance sa carrière. Il signe chez Decca et, l’année suivante, sort son second 45 tours EP avec la chanson Ma Môme, son premier succès, et passe sur toutes les ondes. Pratiquement en même temps, RCA publie un 45 tours EP des 4 chansons qu’il a enregistrées sous le pseudo de Noël Frank, qui n’aura aucun succès[13]. C’est après avoir vu sur une carte de France la ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat, qu’il décide de s’appeler Jean Ferrat[14], plutôt qu’encore Jean Laroche (un nom alors utilisé par un autre artiste sur scène).

Une autre rencontre décisive aura lieu avec Alain Goraguer, qui signe ses premiers arrangements sous le pseudonyme de Milton Lewis et qui deviendra l’arrangeur des chansons de tous ses albums.

Le photographe Alain Marouani, rencontré chez Eddie Barclay, suivra Ferrat durant toute sa carrière en signant la très grande majorité de ses photos.

Son premier 33 tours sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM.

Commence alors sa longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure exercée par les dirigeants de la radio et de la télévision[15]. En effet, Jean Ferrat a toujours été un chanteur engagé à l’esprit libre. Il écrit ses propres textes et met en musique ceux de ses paroliers ou amis poètes, dont notamment Henri Gougaud, Georges Coulonges ou Guy Thomas (voir la section discographie pour la suite).

En 1962, il fait la connaissance d’Isabelle Aubret : un véritable coup de foudre amical a lieu entre les deux artistes. Ferrat écrit pour elle Deux enfants au soleil, qui devient un des titres majeurs de la chanteuse, et lui propose la première partie de la tournée qu’il commence. En 1970, il compose une chanson sur des paroles écrites par Philippe Pauletto et intitulée Tout ce que j’aime. Quelques mois plus tard, cette chanson sera interprétée aussi par Isabelle Aubret.

Au début des années 1960, il compose, sur des paroles de Michelle Senlis pour Jacques Boyer et Jean-Louis Stain, une chanson qui, réécrite partiellement dans les années 1970, devient Mon vieux, interprétée par Daniel Guichard. Le succès de cette chanson n’a jamais cessé.

En 1963, il rejoint le label créé par Eddie Barclay. Ce dernier dira de lui en 1988 : « C’est un artiste, un grand, capable de tout chanter, la politique, l’amour, les femmes, la vie. Il n’y a guère que cela pour m’intéresser : les capacités de l’Artiste. » (« Que la fête continue« , Eddie Barclay, Robert Laffont, 1988).

La même année, il produit Nuit et brouillard, une chanson en mémoire des victimes des camps de concentration nazis de la Seconde Guerre mondiale, et en particulier en mémoire de son père, Juif émigré de Russie mort à Auschwitz[16], qui lui vaut le grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros.

L’artiste engagé

Compagnon de route du PCF sans jamais en avoir été membre[17], il garde ses distances avec Moscou et, en 1968 avec la chanson Camarade il dénonce l’invasion de Prague en 1968[18] par les troupes du Pacte de Varsovie. Avec son ami Georges Coulonges, il y préfère la révolte des humbles, des simples gens. Opposé à l’orientation pro-soviétique prise à l’issue du vingt-troisième congrès du Parti communiste en 1979, il fustige dans la chanson Le bilan, la déclaration de Georges Marchais, secrétaire général du PCF, qui évoque alors – en 1979 – un bilan globalement positif[19] des régimes dits socialistes. Il apporte néanmoins son soutien à Georges Marchais lors des élections présidentielles de 1981, expliquant quelques années plus tard, dans la chanson Les cerisiers (1985), les raisons pour lesquelles il est demeuré fidèle à la mouvance communiste[20].

Il accuse le système commercial qui fait passer les considérations financières avant l’art des artistes créatifs. Publiant des lettres ouvertes aux différents acteurs de la vie culturelle, présidents de chaînes, ministres, il dénonce une programmation qui selon lui privilégie les chansons « commerciales » plutôt que les créations musicales et poétiques[21].

Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie internationale de la promotion d’une culture de non-violence et de paix[22] ainsi que du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples[23].

Jean Ferrat, dès ses débuts, oriente son inspiration dans deux directions : l’engagement social (il est proche du PSU puis du Parti communiste français) et la poésie. « Je ne chante pas pour passer le temps ». Ferrat a mis en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon, et a tout au long de sa carrière cherché à donner à ses chansons une signification militante derrière le texte populaire.

La SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) a dans son hommage tenté de rendre compte du foisonnement de son inspiration et de la diversité des personnages croisés dans son répertoire : « … C’était le temps où les chansons parlaient de bourgeois, de croquants, d’anars et de blousons noirs, et Jean y fit entrer des ouvriers, des paysans, des déportés, des mutinés, des guérilleros, des communards, des étudiants, des profs, des peintres, des maçons, des nomades, des demoiselles de magasin et autres minorités émouvantes – on ne parlait pas encore de « foules sentimentales » … ».

Censures à la télévision et à la radio

Il évoque la déportation par les Nazis, à une époque où la diplomatie préfère occulter ce passé récent (la France et l’Allemagne étaient en pleine phase, stratégique, de réconciliation). Le passage de sa chanson Nuit et brouillard est « déconseillé » par le directeur de l’ORTF[15], mais le public suit, et l’album Nuit et brouillard obtient le prix de l’Académie Charles-Cros.

Il chante dans La montagne l’Ardèche, région chère à son cœur, et fait de cet hommage à la France paysanne un de ses plus grands succès. En 1973, il s’installe définitivement à Antraigues-sur-Volane, où il possède une maison depuis 1964, et qu’il ne quittera plus, y devenant même, en 1977, conseiller municipal et adjoint au maire durant deux mandats.

À la sortie de l’album Potemkine, les problèmes de censure recommencent, Georges Coulonges, le parolier de la chanson-titre a pourtant pris des gants, il écrit « M’en voudrez vous beaucoup… ». Dans son autobiographie[24], il indique « Pourquoi demander au public s’il m’en voudrait d’écrire ma chanson? On l’a compris : ce n’était pas à lui que la question était posée. C’était aux antennes vigilantes de la radio, de la télévision gaullienne. J’avais des raisons de me méfier d’elles ».

En 1966, il est interdit de petit écran en raison de sa candidature sur la liste PCF aux élections municipales d’Antraigues (Ardèche)[25].

Après un voyage à Cuba qui le marque profondément et d’où il rapporte ses célèbres moustaches[26], c’est Mai 68 et ses « événements » qu’il vit intensément. Jean Ferrat retourne à sa passion pour la poésie ; il met en musique Louis Aragon d’une façon magistrale.

Le 16 mars 1969, Jean Ferrat est invité à l’émission de Jean-Pierre Chabrol, L’invité du dimanche, ainsi que Georges Brassens et Jacques Brel. En plein débat d’idées, le chef de plateau arrive avec une ardoise où il est écrit à la craie : « Ordre de la direction, que Jean Ferrat chante, mais qu’il ne parle plus ». Un tollé général s’ensuit et toute l’équipe est renvoyée. Jean Ferrat ne fera plus de télévision pendant près de 3 ans à la suite de cet événement[27].

En 1972, il fait, au Palais des Sports de Paris, ses adieux à la scène, qu’il juge « trop dure physiquement »[25].

Les années ardéchoises

 dans Chanteur
Antraigues-sur-Volane

Jean Ferrat est venu habiter dans la commune d’Antraigues-sur-Volane (près de Vals-les-Bains) en Ardèche, où il connaissait le maire communiste et peintre Jean Saussac, dont il devint l’adjoint au maire à la culture. Ce lieu lui a inspiré la chanson La montagne, enregistrée le 12 novembre 1964 à 9 heures du matin.

Son épouse, Christine Sèvres, née Jacqueline Christine Boissonnet, meurt en 1981, à l’âge de 50 ans.

Elle avait eu, née en 1953 de son premier mariage, une fille, Véronique Estel[28], qu’il a connue à l’âge de 3 ans et qu’il considère comme sa fille[29].

Christine et lui avaient chanté ensemble le seul duo de la carrière de Ferrat : La Matinée.

Il se remariera vers 1990, avec Colette, qui l’accompagnera jusqu’à la fin.

Dans les années 1970, Jean Ferrat se fait plus rare. Chaque nouvel album est un véritable événement et ses chansons sont commentées comme de véritables prises de position intellectuelle. Il affectionne les chansons qui font passer des messages forts tout en reposant sur un texte subtil et imagé au point d’en devenir parfois allégorique, comme la chanson Et pour l’exemple, signée par Philippe Pauletto.

Durant ces années-là, Ferrat fustige les guerres coloniales, dans Un air de liberté (1975)[30], attaquant nommément Jean d’Ormesson, éditorialiste au Figaro, et suscite encore la polémique.

Dans la chanson Un jeune, un an après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la Présidence de la République, Ferrat se moque des jeunes militants du parti politique présidentiel, les Républicains indépendants.

Il est encore une fois en phase avec son temps, rappelant, dans La femme est l’avenir de l’homme, la proximité entre deux importants combats révolutionnaires : la lutte sociale et la lutte féministe en plein essor[31].

Polygram rachète son catalogue à la fin des années 1970. Désireux de ne pas dépendre de la major, il entreprend de réenregistrer tous ses titres et sort une compilation de 11 volumes en 1980. Son album « Ferrat 80 » fait alors sensation et reflète le recul de plus en plus grand qu’il prend vis-à-vis de l’URSS, ainsi que sa dénonciation du stalinisme, dans la chanson Le bilan (1980).

Il est candidat sur la liste PCF de Robert Hue aux élections européennes de 1999, inscrit Jean Tenenbaum dit Jean Ferrat. En 2007, il soutient José Bové pour l’élection présidentielle. En 2010, il apporte son soutien à la liste présentée par le Front de gauche en Ardèche aux élections régionales[18].

 dans Personnalités du jour
Isabelle Aubret, Pierre Tenenbaum (frère de Jean Ferrat) et Michel Pesenti (maire d’Antraigues), lors de l’adieu public au chanteur, le 16 mars 2010.

Ses apparitions télévisées sont très rares. En 1991 sort un nouvel album, qui lance la chanson « À la une », fustigeant la télévision. Cet album lui vaut un spécial Stars 90, en novembre 1991, sur TF1, présenté par Michel Drucker. Ses dernières apparitions télé sont à l’émission Vivement Dimanche, début janvier 2003, sur France 2, présentée par Michel Drucker et fin 2003, sur TV5 Monde, à l’émission L’invité, présenté par Patrick Simonin : un entretien de 45 minutes qui restera sa dernière interview télévisée. En octobre 2003, il répond à Hélène Hazera sur France culture au cours d’un entretien de plus de 2 heures, qui sera diffusé en février 2004 et rediffusé du 15 au 19 mars 2010, sous le titre de « Jean Ferrat, le léger et le grave »[5].

Jean Ferrat meurt le 13 mars 2010 à l’hôpital d’Aubenas, des suites d’un cancer[32]. De nombreuses personnalités rendent hommage à celui qui « a su lier la poésie, le peuple et ses idéaux »[33]. Il est inhumé le 16 mars au cimetière communal d’Antraigues-sur-Volane près de son frère André, après une cérémonie d’hommage sur la place centrale du village, au cours de laquelle notamment Isabelle Aubret et Francesca Solleville interprétèrent des chansons de Ferrat et où se sont réunies plus de 5 000 personnes[34]. La veille, plus de quatre millions de téléspectateurs avaient suivi en France l’hommage télédiffusé en son honneur[35].

Discographie

Liste des chansons de Jean Ferrat.

Jean Ferrat a composé et interprété près de 200 chansons : des mises en musique de poèmes de Louis Aragon[12] (environ 30 chansons sur les 200 de son répertoire) et de Guillaume Apollinaire, ainsi que des textes militants (dont plusieurs de son cru), des chansons d’amour, des chansons universelles dans lesquelles on peut retrouver sa région d’adoption, l’Ardèche[18].

Albums

Principaux 45 tours

Principales compilations

Morceaux isolés

Voir aussi

 

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Jean FERRAT

jeanferratrs25122009.jpg

Pour le 26/12/2010 à 15h39 à Vaucresson – FRANCE

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 11 ET NOEUD SUD EN MAISON 5

L’entrée du noeud nord en maison XI rend possible la réalisation de vos projets, même s’ils sont audacieux. Durant la période précédente, le nœud sud que vous aviez en maison VI a contrecarré les projets que vous souhaitiez accomplir en dressant maints obstacles sur votre route. Pourtant, votre nœud nord qui était en maison XII vous a permis de formuler des projets. Vous avez pu les trouver peu réalistes. Cependant, maintenant que vous avez quitté cette prison qu’était la maison XII et retrouvé votre liberté (maison XI) ces rêves peuvent commencer à se réaliser. Cette réalisation sera, toutefois, conditionnée par votre faculté à cultiver l’art de l’amitié. Ce seront les vraies amitiés et les relations sincères qui paveront l’avenue de vos opportunités durant cette période et la suivante. Ceci est suggéré par la présence du nœud nord en XI lequel vous incitera, par ailleurs, à refuser toutes les contraintes qui limiteraient cette nouvelle liberté. De plus, il vous autorise, dans l’ordre, à élargir le cercle de vos relations, à former de nouvelles amitiés, à obtenir leur soutien, à réaliser vos grands projets et à conquérir votre indépendance. Le nœud nord continuera son parcours en direction de la maison X, laquelle vous fera récolter les fruits des projets que vous aurez matérialisés pendant son passage en maison XI. Commencez donc par étendre le cercle de vo s relations car c’est parmi celles-ci que vous trouverez à réaliser vos projets les plus audacieux. Dans le même esprit, visez la fraternité, l’entraide mutuelle en adhérant à un ordre, un club ou une association. Les résultats pourront vous surprendre. Evitez à tout prix de vous laisser séduire par les tentations du nœud sud en maison V : les plaisirs sans mesure, la recherche de prestige, la satisfaction des sens, les liaisons faciles. En d’autres termes, prenez garde à tout ce qui flatte votre ego ; évitez tous les abandons où seul votre plaisir compte car ceci ressort du domaine négatif de la même période (nœud sud en V). Celle-ci n’est pas propice aux satisfactions affectives ou émotives en tête-à-tête, c’est-à-dire dans lesquelles vous seriez trop « personnel ». C’est ainsi que toute vie en couple ne peut subsister ici que si un vrai don de soi intervient, au-delà de l’utilisation de l’autre pour se satisfaire, et sous condition d’élargir la relation vers de vastes échanges avec le monde extérieur. Vous ne pourrez d’ailleurs pas supporter de restreindre votre vie au seul couple. Vous manqueriez d’air. Il vous faudra aussi vivre une expansion, en plus, pour conserver votre équilibre. Cette période est aussi source de déception issue des rapports avec les enfants. La bonne entente avec ces derniers est souvent compromise. Souvent, les accouchements y sont difficiles. Evitez aussi tout ce qui est d’ordre spéculatif : le loto, la loterie, les casinos. Ne jouez pas en bourse, n’attendez aucun résultat de la chance. En résumé, évitez tout ce qui flatte votre ego à titre personnel pour privilégier la fraternité et l’humanisme de manière large et impersonnelle, sans carcans ni restrictions.

-=-=- F I N -=-=-

___________________________________________________________________________________

Personnalité du 25/12/2010 – Ingrid BETANCOURT 25 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Personnalités du jour,Politique , ajouter un commentaire

————————————– PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

http://images.fan-de-cinema.com/blog/coleoptere,ingrid-betancourt-inspire-le-cinema---.jpg

http://files.vivre-a-chalon.com/files/attachedfiles/Ingrid23102007_6310x1.jpg

http://www.leplacide.com/document/08-07-07-ingrid-betancourt-sarkozy.jpg

http://static.lexpress.fr/medias/42/ingrid-betancourt_319.jpg

http://blog.jacquesdomergue2008.fr/public/images/070221_ingrid-contexte.jpg

http://3.bp.blogspot.com/_FiS-mZM7XZk/SGvfgVu89mI/AAAAAAAAA2w/sHAGlV35vWU/s400/ingrid+betancourt.jpg

http://static.lexpress.fr/medias/46/nicolas-sarkozy-carla-bruni-ingrid-betancourt_152.jpg

http://www.betancourt.info/indexFr.htm

Ingrid’s News

———————————————————————————————————–

Ingrid BETANCOURT

née le 25 Décembre 1961 à 14h15 à Bogota  – COLOMBIE

ingridbetancourt25121961.jpg

Íngrid Betancur Pulecio (francisé en Betancourt[2]), (*) née à Bogotá le 25 décembre 1961, est une femme politique colombo-française, ancienne sénatrice.

Elle est enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002 alors qu’elle fait campagne, malgré les avertissements de la police et de l’armée, dans une zone où la guérilla est fortement présente. Sa détention est fortement médiatisée, en particulier « sur le registre de l’émotion » en France[3], ce qui en fait un otage d’une valeur inestimable pour la guérilla. Le gouvernement français essaye de la faire libérer en négociant avec les FARC et avec l’aide du président vénézuelien Hugo Chávez, sans succès[3].

Elle est délivrée, en compagnie de quatorze autres otages, lors de l’opération Jaque menée par l’armée nationale colombienne le 2 juillet 2008, six ans et demi après son enlèvement[4]. Sa libération, de même que son enlèvement en février 2002, reçoit un large écho dans les médias.

Elle est désignée présidente d’honneur des Verts mondiaux lors du congrès du même nom en mai 2008 au Brésil[5].

L’enlèvement d’Ingrid Betancourt s’ajoute à ceux d’autres personnalités politiques colombiennes.

Íngrid Betancourt est la fille de Gabriel Betancur Mejía, ancien ministre colombien de l’Éducation (sous la dictature du général Gustavo Rojas Pinilla) et de Yolanda Pulecio Vélez, ancienne reine de beauté du département de Cundinamarca devenue sénatrice. Elle passe une partie de son enfance en France, lorsque son père est en poste à l’UNESCO. Elle fait ses études primaires à Paris (Assomption Lubeck) puis ses études secondaires au lycée français Louis-Pasteur de Bogota [6], réservé aux familles assez fortunées pour assumer le prix d’entrée[7].

Après son baccalauréat, elle retourne à Paris pour suivre les cours de l’Institut d’études politiques. Son père est alors ambassadeur de Colombie à l’UNESCO, et de nombreuses personnalités fréquentent la famille. C’est ainsi qu’Íngrid Betancourt fait la connaissance du poète Pablo Neruda, avec lequel sa famille gardera un fort lien d’amitié jusqu’à la mort de ce dernier en 1973[8].

Après être rentrée en Colombie et avoir vécu la séparation de ses parents, Íngrid Betancourt repart pour Paris et entre à l’Institut d’études politiques où elle a pour professeur Dominique de Villepin[9]. C’est là qu’elle fait la connaissance d’un Français, Fabrice Delloye, qu’elle épouse en 1981. Elle acquiert ainsi la nationalité française. De cette union naissent deux enfants, Mélanie et Lorenzo Delloye-Betancourt.

En 1990, Íngrid Betancourt divorce et revient seule à Bogotá. Elle épouse en 1997 Juan Carlos Lecompte, homme politique colombien, architecte de formation et publicitaire de métier. Dans ses remerciements après sa libération, elle n’aura pas un mot pour lui et le couple est en instance de divorce[10].

Religion

Íngrid Betancourt est une catholique très fervente et témoigne sa foi publiquement. Elle a rencontré le pape Benoît XVI, le 1er septembre 2008 en audience privée, et est ressortie enthousiaste de l’entretien : « un rêve », « une expérience inoubliable », « depuis ma libération je voulais le voir et l’embrasser »[11]. Elle a souligné dans une interview à la sortie de son entretien sa dévotion à Marie, ajoutant qu’elle plaignait « ceux qui ne connaissaient pas la Vierge Marie »[12].

Quelques jours avant son enlèvement, dans un entretien avec le mensuel Credencial, elle explique sa position sur l’avortement:

« Je suis catholique et pratiquante. La décision de l’avortement est une question intime, tout à fait personnelle. Comme catholique, j’éprouverais les plus grandes difficultés à accepter moi-même d’y avoir recours[13]. »

Carrière politique

En 1990, Íngrid Betancourt entre au ministère colombien des Finances. Elle est élue députée en 1994 et crée son parti, Oxígeno Verde, en 1998. Elle est élue sénatrice la même année.

Elle s’apprête à se présenter à l’élection présidentielle, et, malgré les avertissements de la police et de l’armée, fait campagne dans une zone où la guérilla est fortement présente, lorsqu’elle est enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie le 23 février 2002 près de Florencia, en compagnie de sa directrice de campagne, Clara Rojas.

Otage des FARC entre 2002 et 2008

2002

Lorsque les pourparlers avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie sont arrêtés en février 2002, le gouvernement d’Andrés Pastrana donne l’ordre de reprendre la zone de 42 000 km2 concédée, sans contrepartie, comme zone démilitarisée. L’opération Thanatos est déclenchée par l’armée le 21 février 2002, avec le bombardement de quatre-vingt cinq cibles dans cette zone [14].

Le samedi 23 février 2002, le président Pastrana part en hélicoptère vers San Vicente del Caguán (Colombie) dans le but de rendre officielle la présence des forces armées dans la commune. Les autorités refusent à Íngrid Betancourt la possibilité de voyager par voie aérienne avec les journalistes qui accompagnent le chef de l’État[15]. Ce refus vaut pour l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle, comme s’en est expliqué depuis Andrés Pastrana:

 

« [Les divers candidats] voulaient se rendre à San Vicente. Le ministre de la Défense, Gustavo Bell, avec qui j’abordai cette question, m’informa alors de l’absence de conditions suffisantes de sécurité pour la visite des candidats. Nous étions effectivement en train de lancer les opérations militaires de reconquête [de la ex-zone démilitarisée], et il était donc prématuré de vouloir y réaliser le moindre prosélytisme, même une manifestation de solidarité. Tous les candidats comprirent ces justifications de prudence sauf Ingrid Betancourt, qui insista pour s’y rendre.[16]  »

Íngrid Betancourt décide ainsi de s’y rendre, pour soutenir le maire de San Vicente del Caguán, membre de son parti politique. Elle prend la route de Florencia (capitale du département) qui mène à San Vicente del Caguán, malgré les avertissements du gouvernement lui signalant la présence de guérilleros procédant à des barrages en certains endroits de la route. Alors qu’une dernière barrière militaire empêche le convoi de continuer et que les militaires annoncent la présence des guérilleros quelques kilomètres plus loin, la candidate donne l’ordre à son conducteur de poursuivre sa route après avoir signé un document dans lequel elle reconnaît être responsable de cette décision. Íngrid Betancourt et Clara Rojas réussissent à passer plusieurs barrages des FARC avant qu’elles soient arrêtées à Paujil (Caquetá)[17].

Bien qu’Íngrid Betancourt soit créditée seulement de moins d’1% des intentions de vote, cet enlèvement inquiète le pouvoir, eu égard à la notoriété de la candidate à l’étranger, surtout en France[18].

L’enlèvement d’Ingrid Betancourt prend,en effet, du point de vue français, une « dimension romantique »[19]. Une sympathie profonde lie le ministre français des Affaires étrangères et futur premier ministre, Dominique de Villepin, à la franco-colombienne. Par ailleurs, l’ambassadeur de France à Bogotà, Daniel Parfait, est l’amant puis le compagnon de la sœur d’Ingrid Betancourt, Astrid, ce qui le conduit à une gestion personnelle[20] du dossier. Il est à noter que la disparition de la française Aïda Duvaltier[21], le 21 février 2001, soit près d’un an plus tôt, n’a fait l’objet d’aucune sollicitude publique de la part du gouvernement français[22]. La « personnalisation excessive » autour du seul cas Betancourt contribuera à la détérioration des relations entre la Colombie et la France[20].

De 2003 à 2006

L’opération dite « du 14 juillet » est une tentative de libération d’Íngrid Betancourt, qui s’est soldée par un véritable fiasco. Elle a provoqué une tension dans les relations diplomatiques de la France avec la Colombie et le Brésil.

Le 9 juillet 2003, un avion de transport militaire français atterrit sur l’aéroport de Manaus, au Brésil, à la demande de la famille Betancourt, dans le but d’exfiltrer l’otage, dont la libération imminente est attendue sur la foi d’une information incertaine. À bord de l’avion se trouvent une équipe médicale et des diplomates, dont le chef-adjoint du cabinet du ministre des Affaires étrangères français, qui a décidé de l’opération. Le commandant de bord a obtenu l’autorisation d’atterrissage au prétexte de faire le plein de kérosène avant de regagner Cayenne. L’attitude des Français paraît suspecte aux yeux de la police brésilienne (refus d’inspection de l’avion, propos des Français concernant le « ramassage de quatre personnes » surpris par des Brésiliens). Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, informé le 12 juillet de cette présence française, contacte son homologue français qui fait allusion à une opération humanitaire. Le 13 juillet, l’avion doit décoller pour Cayenne, sur ordre du président Luiz Inácio Lula da Silva.

L’opération est rendue publique par l’hebdomadaire brésilien Carta Capital. Elle donne alors lieu à la convocation des ambassadeurs français au Brésil et en Colombie. Dominique de Villepin présente des excuses publiques le 31 juillet. La mission provoque une polémique, ayant été décidée par le ministre français des Affaires étrangères seul qui n’a informé ni le ministre de la Défense, ni le Premier ministre, ni le président de la République (lors d’un point de presse, Jacques Chirac a d’abord annoncé qu’il n’était pas au courant), ces points étant ensuite officiellement démentis[23],[20].

La mobilisation pour demander la libération d’Íngrid Betancourt se poursuit en France. Le chanteur Renaud écrit une chanson en son honneur (Dans la jungle) et organise différents concerts de soutien (notamment le 23 février 2006 au Zénith de Rouen ou au Zénith de Paris en novembre 2007).

2007

 

Personnalité du 25/12/2010 - Ingrid BETANCOURT dans 12/2010 220px-Cris%26yola

La présidente d’Argentine Cristina Fernández de Kirchner avec Yolanda Pulecio, la mère d’Íngrid Betancourt (30 mai 2007)

Un otage des FARC, le sous-officier colombien Jhon Frank Pinchao, parvenu à s’échapper, s’exprime sur ses difficiles conditions de détention et livre des indices dans la recherche d’Íngrid Betancourt. Il indique avoir rencontré l’otage le 28 avril 2007 et affirme qu’elle a essayé à cinq reprises de s’échapper[24].

Le président Álvaro Uribe annonce le 4 juin qu’il a libéré sans condition le chef guérillero des FARC, Rodrigo Granda, à la demande expresse de son homologue français Nicolas Sarkozy. Álvaro Uribe annonce également la libération à venir de plus de cent cinquante rebelles repentis afin d’inciter la guérilla à libérer ses otages. Au lendemain de sa libération, le chef guérillero a critiqué ce processus, qualifiant les rebelles repentis de « déserteurs » et « obscurs personnages qui s’autoproclament commandants de troupes inexistantes ». « La louable intervention du président français en faveur de ma liberté a été dévoyée par M. Uribe et d’autres fonctionnaires du gouvernement qui y ont vu l’opportunité qu’ils recherchaient pour tenter de diviser les FARC », a déclaré Rodrigo Granda[réf. nécessaire] qui a en revanche apporté ses remerciements à Nicolas Sarkozy.

Rodrigo Granda est depuis, recherché par Interpol à la suite d’une demande d’un juge paraguayen pour sa présumée implication dans l’enlèvement et le meurtre de la fille de l’ancien président de la République du Paraguay, Raúl Cubas[25].

Le 30 novembre 2007 les autorités colombiennes diffusent une vidéo d’Íngrid Betancourt[26].(récupérée avec une lettre de douze pages d’Íngrid Betancourt à sa famille, suite à l’arrestation à Bogota de trois hommes appartenant aux FARC) qui daterait vraisemblablement du 24 octobre 2007[réf. nécessaire]. Elle y apparaît la tête baissée, extrêmement amaigrie et les cheveux très longs. L’otage n’y prononce pas le moindre mot.

Le 1er décembre 2007, les FARC ont laissé entendre qu’elles souhaitaient voir le président français Nicolas Sarkozy jouer un rôle accru dans le processus en cours concernant le sort des otages de la guérilla, dont Íngrid Betancourt, le gouvernement colombien également [réf. nécessaire]. Le 6 décembre 2007, Nicolas Sarkozy adresse deux messages[27] (l’un radiodiffusé, l’autre télédiffusé) à destination des FARC et des otages. Le président français en appelle à la fibre humanitaire du chef des FARC, Manuel Marulanda Vélez, pour libérer le plus rapidement possible Íngrid Betancourt et exprime son rêve « de voir Íngrid au milieu des siens pour Noël ».

Le lendemain de la parution de la vidéo, des extraits de la lettre qu’Íngrid Betancourt a adressée à sa mère[28] sont rendus publics. La Franco-Colombienne y raconte la vacuité des jours, les vexations quotidiennes et la fatigue des longues marches imposées par la fuite permanente des guérilleros. Elle explique également que ce qui compte le plus pour elle dorénavant, est d’entendre la voix de ses enfants par l’intermédiaire d’une radio abîmée en sa possession. Elle demande précisément à ce que trois messages hebdomadaires lui soient envoyés par ce biais les lundis, mercredis et vendredis. Radio France internationale, captée dans la jungle colombienne, répondra positivement à la demande du Comité de soutien à Íngrid Betancourt. Après un premier envoi de message le 7 décembre, l’opération est prévue pour se prolonger jusqu’à la libération de l’otage[29].

Íngrid Betancourt a reçu l’aide de l’Église catholique romaine, qui a joué un rôle actif dans les négociations[30].

2008

Le 5 février 2008, deux millions de Colombiens manifestent contre les FARC. La gauche n’a pas appelé à manifester, mais la droite la plus dure et les para-militaires sont alors marginalisés car ils perdent leur monopole de la fermeté anti-FARC. Jusqu’alors critiqué par les deux camps et par une partie des médias, Alvaro Uribe apparaît comme le grand gagnant. La manifestation, dont il n’est pourtant pas l’instigateur[31], le met en position de force face aux FARC comme face aux paramilitaires et à leurs soutiens, jusque dans son propre parti, où le scandale de la parapolitique bat son plein. Quatre dirigeants paramilitaires dont la tête a été mise à prix sont tués par la police, arrêtés ou extradés dans les trois mois qui suivent la grande manifestation, alors que l’arrestation un an plus tôt de Jorge Noguera Cotes, ex-chef des services secrets, après des révélations de presse fracassantes, avait fragilisé tout l’édifice paramilitaire.

Le 28 février 2008, un otage des FARC libéré quelques jours auparavant informe la France de l’état de santé alarmant d’Íngrid Betancourt. Il aurait précisé à Nicolas Sarkozy qu’Íngrid Betancourt subissait de multiples sévices, vivait dans des conditions inhumaines et était extrêmement affaiblie après avoir contracté une hépatite B. Le président de la République s’est exprimé sur le sujet le jour-même, ajoutant, entre autres, que la libération de l’otage était une question de vie ou de mort et qu’il était prêt à venir chercher Íngrid Betancourt à la frontière colombienne si telle était une condition posée par les FARC. Les enfants de l’otage se sont dits « extrêmement angoissés » par la situation de leur mère[32].

Le 1er mars 2008, à la suite d’une opération menée par l’armée colombienne, Luis Edgar Debia Silva, dit Raúl Reyes, considéré comme le numéro deux des FARC, est tué en territoire équatorien (à 1,8 km de la frontière colombienne), avec plusieurs autres membres importants de la guérilla[33]. Si le gouvernement colombien considère ce résultat comme l’un des coups les plus durs portés aux FARC, et s’en félicite, la famille d’Íngrid Betancourt s’inquiète de ce qu’il puisse y avoir des répercussions négatives sur son éventuelle libération.

Concernant les circonstances de la mort du numéro deux des FARC et ses conséquences sur le sort d’Íngrid Betancourt l’ambassadeur de France en Équateur a laissé entendre quelques jours après la mort de Raúl Reyes que les États-Unis seraient impliqués, sans apporter plus de précision. Par ailleurs Fabrice Delloye, ex-mari d’Íngrid Betancourt, dans une interview au journal France Soir précise que le 26 février 2008, une réunion à Panama a réuni les délégués des pays médiateurs (Espagne, France, Suisse, NDLR) et le haut-commissaire colombien pour la paix Luis Carlos Respreto. Selon Delloye les délégués ont annoncé qu’ils allaient rencontrer Raul Reyes. L’officiel colombien leur aurait répondu que c’était très bien de vouloir rencontrer Reyes. Or toujours selon Fabrice Delloye, dans la nuit du 1er mars, le président colombien, Álvaro Uribe décide sciemment de faire abattre Reyes en territoire équatorien sans prévenir ni les présidents des États médiateurs, ni le président Correa alors qu’il commet un acte de guerre dans son pays.

Dans une interview au journal colombien Cambio, la sénatrice Piedad Córdoba parle de Noël Saez, assesseur du gouvernement français frappé par la concomitance de la mort de Reyes, avec son appel précédent la localisation du chef guérillero.

Lors d’un point de presse officiel le 7 mars 2008, le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, confirme que la France était en contact avec le numéro deux des FARC, Raúl Reyes, quelques jours avant sa mort, alors que le 5 mars 2008, Laurent Wauquiez, porte-parole du premier ministre français François Fillon, affirmait qu’il n’y avait pas eu « pas récemment » de contact avec Paris à propos d’Íngrid Betancourt[34].

Dès lors les FARC présentent cette action militaire comme un « grave revers »[35] pour la libération d’Íngrid Betancourt et d’autres otages, qui était, selon la guérilla, en cours de négociation avec les présidents français, équatorien et vénézuélien (négociations confirmées à des degrés divers par ces trois pays). Raúl Reyes aurait en effet été, selon les FARC, leur porte-parole dans ces difficiles négociations. L’exécution de Reyes entraîne également une crise entre la Colombie et les pays voisins : l’Équateur, qui proteste contre l’incursion de l’armée colombienne sur son territoire, et le Venezuela, que la Colombie accuse d’appuyer les FARC, en se basant sur des documents retrouvés dans l’ordinateur portable de Raúl Reyes. Un groupe d’experts en affaires internationales, dont John Womack, de l’université Harvard, et Larry Birns, du Conseil des Affaires hémisphériques des États-Unis ont précisé selon un compte rendu rapporté par TeleSUR que la Colombie avait exagéré à des fins politiques le contenu de ces ordinateurs. Selon eux mais également selon José Miguel Insulza « de manière évidente il n’existe pas de preuves qui lient le Venezuela avec les rebelles colombiens » notamment sur le plan financier.

Dans la nuit du 28 au 29 mars 2008, un Falcon 900, envoyé par l’Élysée, s’est posé « discrètement » sur la piste de Cayenne, en Guyane française (information reprise dans le Journal du dimanche du 30 mars 2008) : il s’agit d’un avion médicalisé, stationné sur une base militaire, dans l’attente d’un dénouement de l’affaire Betancourt, et la libération de l’otage, après qu’un médiateur colombien a affirmé le jeudi 27 mars 2008 qu’Íngrid Betancourt serait atteinte d’une hépatite B, d’une leishmaniose et souffrirait de malnutrition. Suite à ces informations plus qu’alarmantes, le Président Colombien Álvaro Uribe, lance un appel aux FARC le même jour, en proposant la libération de tous les guérilleros y compris les prisonniers FARC condamnés pour crime contre l’humanité, en échange de la libération d’Íngrid Betancourt (proposition jugée « illégale » par le ministère colombien de la Justice et l’ONU le 28 mars).

Par la suite, le dimanche 30 mars 2008, cet avion redécollera de la base militaire de Rochambeau, à quinze km de Cayenne, en Guyane, pour rejoindre Paris (décollage à 6h56 heure locale, 11h56 heure de Paris). L’avion repart vide : certaines sources militaires évoquent alors une opération de renfort pour l’opération « Harpie », destinée à lutter contre la clandestinité, lancée un mois plus tôt par Nicolas Sarkozy, président de la République française : une certaine confusion règne alors sur les raisons exactes de la présence de cet aéronef (resté trente-six heures à Rochambeau). L’Elysée confirmera dans la journée qu’un autre avion médicalisé reste en alerte permanente à Villacoublay, base militaire située près de Paris, prêt à décoller à tout moment, en cas de dénouement dans l’affaire Betancourt.

Quelques heures plus tard, le Premier ministre français, François Fillon, affirmera au journal télévisé de 20 h de TF1, en France, que le pays reste prêt à accueillir des guérilleros des FARC, qu’il qualifiera de « militants », si eux-mêmes libèrent Íngrid Betancourt. Dans une interview sur France Inter, le Premier ministre français ira plus loin en proposant le statut de réfugié politique aux guérilleros des FARC[36]. L’association France Terre d’asile réagira promptement à ces propos en rappelant que le statut de réfugié politique ne peut être accordé à une personne dont on aura de sérieuses raisons de penser qu’elles ont commis un crime contre la paix, un crime de guerre ou un crime contre l’humanité[37]. La réponse des FARC sur ces événements et la proposition relayée par Paris et Bogotá se fait alors attendre.

Mardi 1er avril 2008, le journal La Tribune rapporte la publication lundi par l’Agence de presse bolivarienne, basée au Vénézuela, d’un communiqué des FARC. Dans une lettre datée du 20 mars, Iván Márquez, un des sept leaders des Forces armées révolutionnaires de Colombie, explique qu’après l’attaque, qui a causé la mort du commandant Raúl Reyes, il était clair qu’« il n’y aurait pas de rencontre avec la délégation française en vue d’étudier la libération d’Íngrid ».

Après une réunion avec le comité de soutien à Íngrid Betancourt, Nicolas Sarkozy enregistre un second message à l’adresse des FARC et de Manuel Marulanda Vélez, mardi 1er avril 2008, pour lui demander de « libérer immédiatement Íngrid Betancourt » ; il ajoute : « Ce serait un crime de ne pas la relâcher ».

Mercredi 2 avril 2008, le gouvernement français annonce l’envoi d’une mission humanitaire composée de Noël Saez (ancien consul français à Bogotá), Daniel Parfait (diplomate et compagnon d’Astrid Betancourt) ainsi qu’un médecin pour « accéder à notre compatriote Íngrid Betancourt ».

Dans un communiqué via leur agence de presse ANNCOL, les FARC auraient qualifiée de naïve l’attitude de Nicolas Sarkozy.

Le 8 avril 2008 la guérilla des FARC a qualifié d’« irrecevable » la mission humanitaire, excluant ainsi d’agir sous « la pression médiatique ».

De plus, les FARC assurent à travers un communiqué diffusé par l’agence ANNCOL et rapporté dans l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur du 3 avril que la France est un pays capitaliste, que son président est de droite et qu’ils ne savent pas quelles sont les limites de la sincérité du président français. Comme le rapporte également ANNCOL, les FARC gardent le souvenir de la fâcheuse expérience de l’appel téléphonique de membres du gouvernement français qui a permis de localiser le camp de Raúl Reyes, et a permis à l’armée colombienne, avec le soutien des États-Unis, de procéder à son exécution.

Libération

220px-Madonna%2C_Betancourt_and_Fern%C3%A1ndez_de_Kirchner dans Personnalités du jour
Íngrid Betancourt rencontre Madonna sous les yeux de la présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner, à la Casa Rosada en décembre 2008.

Opération Jaque.

Íngrid Betancourt est libérée le mercredi 2 juillet 2008, avec quatorze autres otages, par une opération de l’armée nationale colombienne[38].

Retour en France

Le surlendemain de sa libération elle décide de rejoindre la France. Elle rencontre à son arrivée le président de la République française Nicolas Sarkozy et les associations qui ont œuvré à sa libération[39]. Le lendemain elle suit des examens médicaux à l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce et déjeune avec l’ancien premier ministre Dominique de Villepin, qui fut également son professeur[40]. Elle est reçue au Sénat le 8 juillet[41] puis à l’Assemblée nationale ainsi que par l’ancien président de la République Jacques Chirac le lendemain[42].

Le 14 juillet, Nicolas Sarkozy lui remet les insignes de chevalier de la Légion d’honneur lors de la garden-party de l’Élysée.

Critiques

Le déferlement médiatique qui accompagne sa présence en France, en particulier lors de sa visite à Lourdes le 12 juillet 2008, suscite des critiques[43], notamment par ses connotations religieuses.

 

220px-Betancourdlourdes dans Politique

 

Íngrid Betancourt allumant une bougie dans le sanctuaire de Lourdes, le 12 juillet 2008.

Le 26 février 2009 est paru aux États-Unis le livre Out of Captivity[44] écrit par Marc Gonsalves, Tom Howes et Keith Stansell, trois co-otages d’Íngrid Betancourt durant cinq ans et demi. Ces derniers dressent un portrait très peu flatteur de leur codétenue, fustigeant « son égoïsme, son orgueil et son arrogance » ainsi que sa façon d’avoir tenté de prendre le contrôle du camp où ils étaient retenus[45],[46]. Elle aurait par ailleurs mis la vie des otages américains en danger en déclarant aux guérilléros que ces trois hommes étaient des membres de la CIA[47]. Ayant réussi à conserver sa radio, Betancourt aurait refusé de communiquer aux autres prisonniers les informations qu’elle recevait[45]. Keith Stansell pour sa part, va jusqu’à affirmer qu’elle volait de la nourriture et qu’elle essayait de prendre le contrôle du camp de prisonniers[46]. Gonsalves, qui noua une certaine amitié avec Betancourt[48], a cependant nuancé le propos de Stansell en affirmant qu’elle « ne rendait pas la vie facile aux guérilleros »[46].

Clara Rojas dénonce également l’attitude de Betancourt en la qualifiant de « mesquine ». Terme également employé par Juan Carlos Lecompte, pour qui elle est de plus « égoïste »[49].

Dans le magazine français Elle du 7 mars 2009, Patricia Balme, la chargée de communication d’Ingrid Betancourt, ajoute que celle-ci ne répondra à aucune accusation portée contre elle.

Le Point décrit en détails et analyse la personnalité de Betancourt dans un de ses articles, ce qui suscite une polémique. [50].

Après sa libération

 

220px-%C3%8Dngrid_Betancourt_in_Pisa

Íngrid Betancourt en 2008.

Dans une entrevue à la radio colombienne Radio Caracol, Íngrid Betancourt affirme à la fin du mois de septembre 2008 que, bien qu’elle rêve de retourner en Colombie, elle se sait en danger dans ce pays parce que, pour les FARC, elle reste « un objectif militaire ».

Elle affirme par ailleurs qu’elle n’a aucune intention de participer à nouveau à la vie politique colombienne. Elle explique toutefois qu’elle reste mobilisée pour obtenir la libération des otages restants aux mains des FARC, et qu’il existe « d’autres façons » d’aider son pays, y compris depuis l’étranger[51].

Le 16 novembre 2008, le journaliste Mathieu Deslandes révèle dans le JDD qu’Íngrid Betancourt va exiger des comités qui se sont mobilisés pour sa libération qu’ils n’utilisent plus son nom.

Le 22 novembre 2008, à l’hôtel de ville de Paris, Íngrid Betancourt a expliqué à deux cent membres de comités de soutien venant de France et de toute l’Europe, qu’elle ne voulait plus que son nom soit utilisé[52]. En conséquence, la « Fédération internationale des comités Íngrid Betancourt » (Ficib) a adopté le nom « Fédération internationale des comités libertad pour la libération des otages en Colombie » (Ficlloc). Son logo a également été modifié. Il ne reprend plus le visage d’Íngrid, mais une main sortant de trois fils de fer barbelé avec le slogan « Libertad »[53].

En avril 2009, le magazine Closer annonce qu’Ingrid Betancourt pourrait faire ses débuts comme animatrice de télévision, Alexia Laroche-Joubert ayant des projets pour elle[54].

En janvier 2010[55], son ancien mari Juan Carlos Lecompte, alors en plein divorce avec Ingrid Bétancourt, annonce la sortie de son livre Ingrid et moi, une liberté douce-amère, publié en français aux éditions Alphée où il accuse la guérilla des FARC d’avoir rendu son ex-compagne très glaciale.

En juillet 2010, Íngrid Betancourt engage des poursuites contre l’État colombien, réclamant 6,6 millions de dollars de dommages-intérêts à titre de compensation pour les traumatismes et les pertes de revenus dus à sa période de captivité[56]. Cette demande scandalise les autorités et l’opinion publique colombiennes qui rappellent que l’armée colombienne avait tenté de la dissuader de se rendre dans la jungle et a pris d’importants risques lors de l’opération Jaque qui permit sa libération[57]. Au cours d’un entretien télévisé menée par Dario Arizmendi le 11 juillet 2010, Ingrid Betancourt assure très émue qu’elle regrette sa demande d’indemnisation présentée à l’Etat colombien, et précise qu’elle n’ira pas pas plus loin qu’une démarche de « conciliation extrajudiciaire ». Elle estime également avoir un « pacte de sang » avec l’armée de son pays[58]. En juillet 2010, elle precise que ce n’est pas elle seule qui avait fait cette demande, mais ses anciens compagons de détention et que l’argent était destiné à une fondation[59]. Le 17 juillet, Íngrid Betancourt annonce avoir refusé une indemnité de la France et émanant du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions. Parallèlement à sa démarche en Colombie, le Fonds avait accepté de lui verser une indemnité de 450 000 euros pour ses six années de détention, mais elle l’a refusée, jugeant l’indemnisation trop faible au regard de son préjudice[60]. Ce retour en arrière s’explique par la crainte de voir la polémique sur l’action judiciaire qu’elle envisageait de mener contre l’État colombien de se répandre en France[61].
Elle annonce également qu’elle a totalement renoncé à faire de la politique[62].

Publications

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x5zxwx

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Ingrid BETANCOURT

ingridbetancourtrs25122010.jpg

Pour le 25/12/2010 à 16h34 T.U. à Bogota.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 8 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 2:

            Cette période favorise les aides, les soutiens, les apports les légations et les héritages. Il faut inclure aussi les dédommagements financiers, les dommages et intérêts et les préavis professionnels.

            Elle défavorise les ressources issues de vos propres efforts : soit les revenus se réduisent, soit des frais inhabituels interviennent; le « net » disponible s’en trouvera donc toujours réduit.

            Dans le même esprit, vos désirs personnels ne seront satisfaits qu’en vous conformant à réaliser d’abord les souhaits d’autrui. Toutes les autres démarches personnelles ne conduiront qu’à des frustrations. Inutiles de piétiner avant la fin de cette période. C’est le moment de réduire vos dépenses quelque peu en attendant des jours meilleurs, c’est à dire d’ici un an.

            En revanche, si l’argent gagné à titre personnel vous est moins favorable actuellement, vous pourrez bénéficier d’aides financières extérieures de soutien à partir de vos relations.

            Vous pourrez aussi obtenir plus facilement un crédit bancaire qui vous permettra de compenser le manque à gagner. Prévoyez des remboursements à long terme, car il vous faudra attendre la fin de cette période pour vous refaire une santé financière.

            Toutefois, comme la période suivante favorisera vos relations ou associations, vous pouvez dès maintenant accepter un apport associatif d’une relation qui  fructifiera ultérieurement.

            Au point de vue emploi, cette période est assez critique. C’est la période de tous les dangers au point de vue de rupture de contrat.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 24/12/2010 – Ricky MARTIN 24 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Chanteur,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://www.poster.net/martin-ricky/martin-ricky-photo-ricky-martin-6223589.jpg
http://3.bp.blogspot.com/_T2S6v5pC-ac/S7S20xdhWEI/AAAAAAAAB5I/cvvUwbVeTm0/s1600/ricky-martin-is-a-new-papa.jpg
http://imstars.aufeminin.com/stars/fan/ricky-martin/ricky-martin-20060804-149995.jpg

http://www.thenguide.com/wp-content/uploads/2010/09/Ricky-Martin-devient-%C2%AB-plus-cr%C3%A9atif-%C2%BB_Thenguide.jpeg

http://blogbebe.org/photos/2008/12/ricky-martin-and-twin-for-people-magazine-3.jpg
http://3.bp.blogspot.com/_haQ37ftQHFY/S7GLc60AwUI/AAAAAAAAAvs/ky1fh-JMX6I/s1600/ricky-martin-beach.jpg
http://www.rickymartinmusic.com/
Ricky MARTIN’s News :

——————————————————————————————————–

Ricky MARTIN 

né le 24 Décembre 1971 à 05h20 à Hato Rey – Puerto Rico  – USA

rickymartin24121971.jpg

Ricky Martin (*) (de son vrai nom José Enrique Martin Morales) est un chanteur et acteur portoricain né le 24 décembre 1971 à San Juan. Il est le père de deux petits garçons, Valentino & Matteo, nés en août 2008 grâce à une mère porteuse[1].

À 6 ans, il apparaît dans des publicités. Passionné par la comédie et la musique, il prend des cours de chant, de théâtre et intègre en 1984 un boys band nommé « Menudo ».

Après cinq ans passés avec le groupe, il retourne à Porto Rico faire ses études puis part pour New York, puis Mexico où il obtient des rôles à la télévision avant de se lancer ensuite en solo. Son premier album sort en 1992 et se vend très bien en Amérique latine et centrale, mais aussi aux États-Unis.

Il décroche ensuite un rôle en 1994 dans la série télévisée General Hospital, puis joue dans la comédie musicale Les Misérables à Broadway.

Il enregistre en 1995 l’album A medio vivir dont est extrait le hit « Maria (Un, dos, tres) » (sorti en 1996 en Espagne puis en 1997 en France). Ricky Martin est alors propulsé sur la scène internationale.

En 1998, le chanteur sort « La Copa de la Vida » à l’occasion de la coupe du monde de football, puis enregistre « Sound Loaded » (en 2000), « Almas Del Silencio » (en 2003) et « Life ».

Par ailleurs, Ricky Martin a révélé qu’il était homosexuel, dans une lettre publiée le lundi 29 mars 2010 sur son site internet, dans laquelle il affirme que ce « coming-out » a été le fruit d’un « processus très intense ». Il ajoute également dans cette lettre qu’il se sent désormais « libéré d’un poids, d’une vérité pesante »[2],[3].

Albums

Albums studios

Compilations

Albums lives

Chansons à succès

Extrait de A Medio Vivir:

Extrait de Vuelve:

Extraits de Ricky Martin (1999):

Extraits de Sound Loaded:

Extraits de Almas del Silencio:

Extraits de Life:

Filmographie

comme Acteur

 

(*) Wikipedia

 

http://www.dailymotion.com/video/x1xeh6

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Ricky MARTIN

rickymartinrs24122010.jpg

Pour le 24/12/2010 à 08h17 à San-Juan – Puerto Rico

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 7 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 1:

Le domaine des unions, des fusions et des associations devient maintenant le plus profitable. La réussite de la période sera issue de vos alliances et de vos bons rapports avec autrui. Choisissez donc de « faire équipe » et de partager équitablement les tâches et les résultats. Seul, vous vous retrouveriez débordé, incapable de tout assumer, tenu d’abandonner des secteurs essentiels. Pire, un excès de tâches compromettra votre santé. Cette dernière, sous contrôle de votre ascendant, subit actuellement les influences du nœud sud qui balaie votre maison I. Ce nœud vous met ainsi en demeure de choisir entre votre indépendance et l’adhésion aux autres. Votre intégrité physique en dépend. Si vous projetez des aménagements ou des modifications dans vos affaires, évitez de le faire par fierté. Vous flatteriez ainsi votre ego et vous échoueriez, car votre ego est aussi contrôlé par votre ascendant. Assurez-vous plutôt en votre âme et conscience que ce que vous entreprenez est conforme à ce qu’autrui espère vraiment de vous. Ne vous laissez pas emballer par un besoin d’autosatisfaction, d’étalage ou de revanche car ceci serait un centrage sur vous même et sur vos seules options personnelles.

Faites-vous voir dans vos cercles et agrandissez-les. Vous n’y rencontrerez pas – ou peu – d’opposants. Au contraire, vous y serez bien accueilli et vous en retirerez des fruits inhabituels. Par ailleurs, s’il vous faut régler un problème juridique, vous aurez plus facilement gain de cause, à condition de vous livrer sincèrement. En résumé, le bon équilibre de votre période actuelle proviendra de votre capacité à cultiver vos relations, de manière sincère et désintéressée, sans revendications personnelles. Vous devez vous intégrer au-delà du besoin de vous distinguer. Individualisme, autonomie, indépendance ou autosuffisance sont des états à bannir jusqu’à la fin de période.

-=-=- F I N -=-=-

___________________________________________________________________________________

Personnalité du 23/12/2010 – Carla BRUNI-SARKOZY 23 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Chanteur,Mannequin,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————– PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

http://www.sarkozynicolas.com/wp-content/uploads/2008/02/carla-bruni-sarkozy-photo.jpg

http://www.page2007.com/wp-content/uploads/2007/12/carla-bruni-photo-1.jpg

http://www.fun-buzz.com/wp-content/uploads/2010/08/Carla-Bruni-Sarkozy.jpg

http://www.penthionet.com/IMG/arton7106.jpg

http://medias.lepost.fr/ill/2009/04/03/h-20-1482273-1238754476.jpg

http://photos.last-video.com/wp-content/uploads/2010/03/nicolas-sarkozy-carla-bruni-bikini-plage.jpg

http://www.carlabrunisarkozy.org/

Carla’s News

———————————————————————————————————–

Carla BRUNI SARKOZY

née le 23 Décembre 1967 à 18h19 à Turin – ITALIE

carlabrunisarkozy23121967.jpg

Carla Gilberta Bruni Tedeschi[1], née italienne le 23 décembre 1967 à Turin (Italie), est un mannequin et auteur-compositrice-interprète connue sous le nom de Carla Bruni. Épouse de Nicolas Sarkozy depuis le 2 février 2008, elle porte depuis son mariage, en tant qu’épouse du président de la République, le nom Carla Bruni-Sarkozy[2],[3], tout en conservant le nom Carla Bruni pour ses activités artistiques.

Installée en France depuis l’âge de sept ans, Carla Bruni a mené une carrière de mannequin de 1987 à 1997 puis s’est reconvertie dans la musique. Elle a écrit plusieurs titres sur l’album Si j’étais elle de Julien Clerc en 2000 puis a sorti son premier album, Quelqu’un m’a dit, en 2002. Elle a remporté en 2004 la Victoire de la musique de l’Artiste féminine de l’année. En 2007, elle sort son deuxième album No Promises, puis Comme si de rien n’était en 2008.

Jeunesse

Ses parents sont le compositeur d’opéra et industriel Alberto Bruni Tedeschi et l’actrice et pianiste concertiste Marisa Borini. Cependant, le 9 janvier 2008, un homme d’affaires installé à São Paulo au Brésil depuis 1976, Maurizio Remmert, né en 1947, révèle qu’il est le père biologique de Carla Bruni[4]. Maurizio Remmert et Marisa Borini se sont rencontrés à Turin et ont eu une relation amoureuse durable dont est née Carla Bruni. Remmert déclare que la filiation était connue d’Alberto Bruni Tedeschi depuis de nombreuses années, et qu’il a toujours traité Carla Bruni comme sa fille légitime[4]. Peu de temps avant la mort de son père en 1996, Carla Bruni a appris de sa mère l’existence de son véritable père[4]. Sa sœur aînée est l’actrice, scénariste et réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi. Son frère aîné, Virginio, marin et photographe, est décédé à Paris le 4 juillet 2006 des suites du SIDA[5]. De son père naturel, elle a également une demi-sœur, Consuelo Remmert[4].

En 1975, sa famille s’installe en France par peur des enlèvements par les Brigades rouges italiennes[6]. Jeune, elle apprend le piano puis la guitare. Elle baigne dans la musique depuis l’enfance et a hérité de sa famille un goût pour cet art. Passionnée de littérature et d’écriture, elle compose des chansons, en griffonnant ses textes entre deux activités.

Elle suit ses études dans des internats privés suisses et français, puis poursuit des études d’architecture à Paris.

1985 – 1997 : carrière de mannequin

Personnalité du 23/12/2010 - Carla BRUNI-SARKOZY dans 12/2010 220px-Carla_Bruni_Vincent_P%C3%A9rez
Carla Bruni avec Vincent Pérez au festival de Cannes 1994.

À l’âge de 19 ans, elle arrête ses études d’architecture et devient mannequin[7] pour l’agence parisienne City Models. Elle accède dès lors au rang de top model, en 1988, pour devenir une star des magazines de mode des années 1990 et défiler pour les plus grands couturiers.

En 1995, elle joue son premier rôle au cinéma dans Catwalk de Richard Leacock puis en 1997 dans Paparazzi d’Alain Berberian[8]. La même année, à l’âge de 29 ans, elle met fin à sa carrière de mannequin qui aura duré dix ans. Elle décide de se consacrer à la musique.

Années 2000 : carrière d’auteure-compositrice-interprète

En 1999, elle rencontre Julien Clerc lors d’un dîner et lui confie qu’elle écrit des chansons. Quelques semaines plus tard, elle lui envoie un texte intitulé Si j’étais elle. Julien Clerc compose la musique de cette chanson et sort l’album Si j’étais elle, dont Carla Bruni a écrit les cinq autres titres. En 2000, l’album s’est vendu à plus de 250 000 exemplaires[8].

En 2002, elle compose, avec l’aide de Louis Bertignac, les paroles et la musique d’un album, Quelqu’un m’a dit. Elle interprète cet album en s’accompagnant en solo à la guitare. Son album est bien accueilli par la critique, et vendu à deux millions d’exemplaires[9].

Elle remporte le prix Raoul-Breton en 2003[10], décerné par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), et récompensant un auteur ou un compositeur de chansons à titre d’encouragement[11].

À l’occasion des Jeux olympiques d’hiver de Turin, en 2006, elle porte le drapeau italien pour le lever des couleurs lors de la cérémonie d’ouverture[12].

Le 15 janvier 2007, elle sort un deuxième album, No Promises, dans lequel elle accompagne sa musique de textes de poètes anglophones, comme William Butler Yeats, Wystan Hugh Auden, Emily Dickinson, Christina Rossetti, Walter de la Mare ou encore Dorothy Parker[13]. Ce second opus ne se serait vendu qu’à 80 000 exemplaires en 2007[14].

Le 11 juillet 2008, sort son troisième album, Comme si de rien n’était, le premier en tant qu’épouse du chef de l’État. Vu la stature particulière de l’artiste, ce dernier album a profité à plein d’une campagne de presse sans précédent. Les ventes sont moindres que celles de l’album Quelqu’un m’a dit : la maison de disques a d’abord annoncé 300 000 ventes en une semaine, au lieu de 85 000, comptabilisant les ventes aux magasins de disques plutôt que les achats effectifs des particuliers[15], et en déclare 481 000 au 1er octobre 2010[16]. Selon les annonces de l’artiste, les gains sont reversés à la Fondation de France.

Sa chanson Ballade at Thirty-Five, issue de No Promises, fut jouée dans l’épisode final de la saison 5 de la série The L Word.

Vie privée

Les couvertures de la presse à sensation l’ont montrée en compagnie d’un grand nombre d’hommes[17],[18],[19]. Elle confirme ce profil dans diverses interviews[20],[21] et se disait ennuyée par la monogamie : « l’amour dure une longue période, mais le désir brûlant, deux à trois semaines. Je suis monogame de temps en temps, mais je préfère la polygamie et la polyandrie »[19].

Alors qu’elle vit avec l’éditeur littéraire Jean-Paul Enthoven, elle entame une liaison avec le fils de celui-ci, Raphaël Enthoven, qui était alors marié avec Justine Lévy. En 2001, elle a un fils, Aurélien, né le 21 juillet 2001, avec Raphaël Enthoven[22]. En 2004, elle est l’un des personnages du premier best-seller de Justine Lévy Rien de grave. L’auteur, fille de Bernard-Henri Lévy (dont l’éditeur historique n’est autre que Jean-Paul Enthoven), y expose son important passage à vide et sa période de reconstruction à la suite de son divorce d’avec Raphaël Enthoven, parti avec Carla Bruni. Elle brosse par ailleurs un portrait assez peu flatteur de son ancienne « rivale »[23],[24].

En novembre 2007, Carla Bruni fait la connaissance du président de la République française, Nicolas Sarkozy, récemment divorcé, avec qui elle se fiance rapidement. Le 2 février 2008, à 10 h 45, Nicolas Sarkozy clôt une réunion sur le Tchad. Peu après, au premier étage de l’Élysée, une vingtaine de personnes assistent au mariage.

À la même époque, elle se montre également en compagnie de Maurizio Remmert, l’homme qui avait annoncé peu avant être son père biologique[25],[26]. Celui-ci accompagne le président lors d’un voyage officiel en Roumanie en février 2008[27].

Carla Bruni était toujours de nationalité italienne au moment de son mariage. Elle dit avoir obtenu la nationalité française par naturalisation avant le 9 juillet 2008[28]. Elle a fait plusieurs déclarations contradictoires quant au fait qu’elle ait la double nationalité ou uniquement la nationalité française[29].

Depuis 2008 : épouse du président de la République

220px-Michelle_Obama_at_Notre-Dame_de_Strasbourg_4-4-09_2 dans Chanteur
Carla Bruni accompagnant les conjoints des chefs d’État participant au sommet de l’OTAN (dont Michelle Obama) lors d’une visite à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

En tant qu’épouse du président de la République, elle dispose d’un bureau dans l’aile est du Palais de l’Élysée, dite « aile de Madame », en prolongement des appartements privés et donnant sur le parc, ainsi que d’un secrétaire particulier[30].

Bien que n’ayant pas de rôle constitutionnellement défini, elle a, comme la plupart de ses prédécesseurs, assisté son époux ou l’a représenté dans un certain nombre d’obligations officielles. Elle l’a ainsi déjà accompagné dans plusieurs visites d’État, notamment lors d’une visite au Royaume-Uni où sa présence a été très médiatisée[31]. Elle a également représenté Nicolas Sarkozy lors de la visite du Dalaï-Lama en France en août 2008 en le rencontrant au temple Lerab Ling dans l’Hérault[32].

Carla Bruni-Sarkozy est allée au Burkina Faso et au Bénin comme ambassadrice pour le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme[33],[34],[35].

Le 29 décembre 2009, Alain Joyandet, secrétaire d’État à la Coopération, la remercie pour son action « décisive » dans la libération de Sarah Zaknoun et Céline Faye [36]. Ces deux Françaises, condamnées à huit ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, ont été graciées au bout de 18 mois par le président Fernández ; elles ont toujours clamé leur innocence.

Le 24 août 2010, elle écrit une lettre pour soutenir la libération d’une Iranienne condamnée à mort[37]. Les insultes d’un quotidien iranien contre elle ont suscité l’indignation du quai d’Orsay et du ministre des affaires étrangères italien[38], tandis que le porte-parole du ministre des affaires étrangères d’Iran affirmait son désaccord avec le titre de presse[39].

En 2010, le magazine Forbes la classe 35e des femmes les plus puissantes du monde.

Engagement social

Dans le domaine caritatif et humanitaire, Carla Bruni-Sarkozy s’engage dans la lutte contre le SIDA, et devient notamment le 1er décembre 2008, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, « ambassadrice mondiale pour la protection des mères et des enfants contre le HIV » auprès du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme[40].

En avril 2009, elle crée la Fondation Carla Bruni-Sarkozy destinée à promouvoir l’accès à la culture et à la connaissance pour tous[41],[42].

En novembre 2009, un premier programme de la Fondation Carla Bruni-Sarkozy est mis en place. Il propose d’éveiller des jeunes aux disciplines artistiques.

Dans une lettre d’appui à PETA, elle a également clairement exprimé son opposition au port de la fourrure[43].

Le 19 février 2010, Carla Bruni lance le premier programme « illettrisme » de sa Fondation, en allant rendre une visite surprise à des acteurs de terrain dans le Maine-et-Loire. Sa fondation annonce alors un appel à projets associatifs – à hauteur de 1,5 million d’euros sur trois ans, destinés à des familles qui n’ont pas les moyens « d’acheter des livres, de participer à des activités culturelles ou de loisirs ». Au lieu d’une grande sortie médiatique, elle choisit, lors de sa visite, de n’être accompagnée que d’un journaliste et d’un photographe du quotidien Ouest-France[44].

D’une façon plus générale, Carla Bruni participe ou soutient également diverses actions ponctuelles en tous genres. Elle a reversé les droits perçus pour son album Comme si de rien n’était à la Fondation de France[45] [46], fit de même au profit des Restos du coeur avec les 60 000 euros de dommages et intérêts reçus de la compagnie Ryanair[47], et apporte son soutien à différentes causes ou actions, comme la campagne Born HIV free [48] visant à éradiquer la transmission du virus par la mère à l’enfant, mais aussi la défense des animaux en étant la marraine d’un ours des Pyrénées[49] [50], la Fondation Nelson Mandela lors d’un concert avec Stevie Wonder et Aretha Franklin[51] [52], l’association Warchild UK en reprenant une chanson de David Bowie[53], les jeunes artistes avec un duo en compagnie de Marc Lavoine lors du Prix Constantin 2010[54] [55], l’association Aides en soutenant l’album de duos de Jean-Pierre Danel au profit de la lutte contre le sida[56] [57], l’association La Chaîne de l’Espoir, en vendant un autoportrait au profit des enfants du tiers-monde[58], ou encore en prenant cause pour l’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort par lapidation[59] [60].

Opinions politiques

À l’époque de nationalité italienne, Carla Bruni ne pouvait pas voter à l’élection présidentielle française de 2007, mais elle affirmait qu’elle aurait voté pour Ségolène Royal, moins pour son programme ou sa personnalité que par tradition familiale[61]. Se positionnant contre l’utilisation des tests ADN pour le regroupement familial, elle déclarait : « Je ne suis pas une politique, je n’ai pas forcément un esprit polémique, je signe rarement des pétitions, et je ne crie pas sur les toits pour qui je vote[62]. »

 

Discographie

L’album Comme si de rien n’était, sorti le 11 juillet 2008, s’est vendu à 14 100 exemplaires en France lors de ses deux premières journées de commercialisation, prenant la troisième place du classement des ventes d’albums[63]. Au 31 août 2008, l’album s’était vendu précisément à 80 657 exemplaires (sept semaines), selon les chiffres comptabilisés par le syndicat national de l’édition phonographique rapportés par Le Parisien[64].

Albums

Séries télés

Le personnage de Carla Bruni apparait avec celui de Nicolas Sarkozy dans Les Simpson, le temps de l’épisode Le Diable s’habille en nada.

La chanson L’Amoureuse est jouée dans un épisode de la troisième saison de la série américaine Chuck[66].

 

Cinéma

 

 

(*) Wikipedia

 

http://www.dailymotion.com/video/x7neo6

http://www.dailymotion.com/video/x6oowg

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Révolution Solaire de Carla BRUNI SARKOZY

carlabrunisarkozyrs23122010.jpg

Pour le 23/12/2010 à 03h42 T.U. à Turin.

 

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 6 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 12:

L’entrée du nœud nord dans votre maison VI va rendre plus faciles toutes vos tâches et besognes habituelles : les obstacles se lèveront, les fardeaux s’allégeront, les oppositions tomberont. Remettez donc sur l’enclume ce travail que des difficultés vous avaient empêché d’achever. Vous allez maintenant les résoudre avec une facilité inhabituelle. Surtout, ne vous dérobez pas à vos tâches car c’est leurs accomplissements qui produiront vos succès de la période qui suivra immédiatement celle-ci. Actuellement, une confiance inébranlable en vos réalisations est le gage absolu de votre réussite ultérieure même si des échecs antérieurs ont pu vous convaincre du contraire. Toute dérobade, par facilité, vous porterait à d’amers regrets plus tard. Ne laissez donc pas passer cette chance. Vous constaterez par ailleurs que vos subalternes ou collègues vous assisteront beaucoup plus spontanément si vous faites appel à eux. Vous aurez un sens plus aigu du détail et ceci vous sera profitable car vous gagnerez à être méthodique dans toutes vos activités et à les achever scrupuleusement. Vos facultés de discernement se trouveront magnifiées. Vous ne rencontrerez plus ces obstacles insurmontables antérieurs. Au contraire, vous constaterez avec étonnement qu’une tonne ne pèse plus que le poids d’une plume. En médecine, c’est maintenant que vous ferez les meilleurs diagnostics et que vous obtiendrez les résultats les plus étonnants vis-à-vis de vos patients. Les guérisons se multiplieront étrangement. Ces réussites valent pour tous ceux dont l’occupation est le médical, le paramédical ou l’assistance sociale, mais plus en cabinet qu’en hôpital. A titre plus personnel, si vous êtes malade, votre santé se rétablira beaucoup plus facilement si vous acceptez ces soins qui purent être inefficaces en d’autres périodes. C’est maintenant que vous trouverez le médecin, la médecine ou la cure que vous cherchiez en vain jusqu’à présent. Choisissez donc cette période pour partir en cure thermale, par exemple. Par ailleurs, si vous le souhaitez, vous trouverez maintenant les personnes pour vous aider que vous aviez recherchées en vain jusqu’à présent. N’hésitez pas à les recruter car ces aides vous seront profitables. Si vous gérez une affaire, c’est le moment de revoir la gestion de votre personnel et de lui accorder les avantages et la considération qu’il mérite. N’hésitez pas à faire preuve de magnanimité et de largesse à son égard ; vous serez largement compensé à terme.

En gestion d’entreprise, c’est, en effet, la qualité de votre personnel et la considération que vous lui apportez qui sera l’atout majeur de votre réussite. Concentrez donc vos efforts vers la direction du personnel et veillez au moindre détail, car, à présent, votre entreprise ne fructifiera qu’au travers des hommes et des femmes qui la  composent. Accordez donc à ceux-ci les motivations auxquelles ils aspirent. En résumé, dépassez les tendances à vous lamenter ou à abandonner, agissez à partir d’une confiance absolue en vos possibilités, faites appel à toutes les aides possibles pour vous seconder. Toutes les assistances vous seront accordées avec facilité, aussi bien de la part de vos collègues que de celle de vos inférieurs ou des sous-traitants. De plus, chacun d’eux vous apportera la compétence qui garantira votre succès ultérieur.

 

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

personnalité du 22/12/2010 – Vanessa PARADIS 22 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Chanteur,Personnalités du jour , 1 commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://www.wallpaperbase.com/wallpapers/celebs/vanessaparadis/vanessa_paradis_1.jpg
http://imstars.aufeminin.com/stars/fan/vanessa-paradis/vanessa-paradis-20060207-107087.jpg

http://imstars.aufeminin.com/stars/fan/vanessa-paradis/vanessa-paradis-20051126-86554.jpg

http://www.infoville.fr/sortir/variete---comedie-musicale-203960-illustration

http://www.chansons-paroles.com/upload/artistes/1058/kS4zvMJgldrTMd9ESPJw0CJFm.jpg

http://olivier.quenechdu.free.fr/spip/IMG/jpg/vanessa-paradis_004.jpg
http://imstars.aufeminin.com/stars/fan/vanessa-paradis/vanessa-paradis-20061101-174772.jpg

 

http://vanessa-paradis.artiste.universalmusic.fr/site/

http://www.vanessaparadis.net/
Actualités de Vanessa PARADIS : 1 2

——————————————————————————————————–

Vanessa PARADIS 

née le 22 Décembre 1972 à 05h20 à Saint-Maur-les-Fossés (Val de Marne) – FRANCE

vanessaparadis22121972.jpg

Vanessa Paradis, née le 22 décembre 1972 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), est une chanteuse et actrice française. Elle devient célèbre dès l’âge de 14 ans avec son premier disque et mène depuis une carrière reconnue dans la musique et le cinéma.

Elle est la nièce de l’acteur et producteur Didier Pain et la sœur de l’actrice Alysson Paradis.

Depuis juin 1998, elle vit avec l’acteur américain Johnny Depp, père de ses deux enfants : Lily-Rose Mélody, née le 27 mai 1999, et Jack John Christopher III, né le 9 avril 2002. Les deux acteurs partagent leur vie entre la France et les États-Unis.

Enfance

Vanessa Paradis est née le 22 décembre 1972 à Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne. Elle a une sœur : Alysson Paradis, née le 29 mai 1984, aujourd’hui actrice au cinéma et au théâtre.

Elle passe son enfance et son adolescence à Villiers-sur-Marne avec ses parents André et Corinne Paradis. La jeune fille éprouve très tôt un désir artistique et cherche son moyen d’expression[réf. souhaitée]. Elle admire Marilyn Monroe et veut faire du cinéma, comme elle. Elle s’inscrit à des cours de danse et apprend les bases du piano. Elle passe également quelques castings pour devenir mannequin junior, sans grand succès. Elle accompagne parfois son oncle Didier Pain, acteur, sur les plateaux de tournage et chez ses amis chanteurs.

Carrière musicale

1981-1986 : Les débuts

Vanessa Paradis fait sa première apparition à la télévision le 3 mai 1981[1] dans l’émission L’École des fans, animée par Jacques Martin, où elle reprend le titre Émilie Jolie.[2].

En 1983[3], elle enregistre La Magie des surprises parties, chanson écrite par Les Forbans pour le compte d’AB disques. Elle l’interprète lors du Festival italien Ambrogino en décembre 1985 mais ne gagne pas le premier prix[4]. Le disque ne sort finalement pas[5]. La même année, elle fait partie des chœurs dans deux chansons de l’album de Franck Langolff, Normal.

1987-1988 : Les premiers singles

La carrière de Vanessa Paradis débute véritablement deux ans plus tard, en avril 1987, avec la chanson Joe le taxi écrite par Étienne Roda-Gil et Franck Langolff. À 14 ans, elle reste numéro 1 du Top 50 pendant 11 semaines[6] (plus d’un million de ventes)[7], et connaît le succès à l’étranger : n°1 en Belgique pendant 13 semaines, au Canada durant 8 semaines, en Suisse et en Israël)[8], ainsi qu’un Top 3 en Angleterre (ce qui n’était plus arrivé depuis Je t’aime… moi non plus de Serge Gainsbourg et Jane Birkin en 1969). Le disque sort sur tous les continents, et est commercialisé aux États-Unis en mars 1989. Une version espagnole est également enregistrée (Joe el taxi).
Après deux mois de promotion à l’étranger durant l’automne 1987, sort en décembre son second single, Manolo Manolete. Malgré des ventes correctes (n°10 au Top 50), la chanson se fait laminer par la critique du fait de son thème : la corrida.

1988-1994 : Les premiers albums

En juin 1988, sort son 1e album, M&J[9], écrit par Étienne Roda-Gil et composé par Franck Langolff. 4 singles sont extraits : Marilyn & John, Maxou, Coupe coupe et Mosquito. Grâce au succès de Joe le taxi, il bénéficie d’une sortie mondiale, mais ne connait le succès que dans l’Hexagone. Parrallèlement, la chanteuse continue ses études. Si elle arrive à combiner les deux durant une année[10], elle est contrainte d’y renoncer l’année suivante, année durant laquelle elle subit un lynchage permanent par une partie du public, ainsi que par certains élèves et professeurs[11]. D’un commun accord avec ses parents, elle arrête ses études en mars 1989.

Le 4 février 1990, alors qu’elle reçoit le prix de la Meilleure interprète de l’année aux Victoires de la musique, elle fait la rencontre de Serge Gainsbourg. Il lui écrira les paroles de son 2e album, Variations sur le même t’aime, toujours sur des musiques de Franck Langolff. La sortie de l’album en mai 1990 crée l’événement, porté par Tandem, Dis lui toi que je t’aime et L’amour en soi. Cet album sera le dernier témoignage artistique de Serge Gainsbourg, qui disparaitra 9 mois après la sortie du disque.

Son 3e album, Vanessa Paradis, sort en septembre 1992, composé et réalisé par Lenny Kravitz, sur lequel elle chante entièrement en anglais. L’opus sort dans le monde entier, mais ne rencontre le succès qu’en France où il est n°1 des ventes. 4 singles sont commercialisés : Be My Baby (qui sera un succès dans plusieurs pays d’Europe), Sunday Mondays, Just as long as you are there et Natural High.

À partir de mars 1993, elle effectue sa première tournée : le Natural High Tour. Une soixantaine de dates se font en France (dont 10 Olympia[12] et un Zénith[13]). Elle se produit également en Angleterre et au Canada, mais doit annuler ses dates japonaises et américaines pour raisons de santé. En février 1994, l’album Vanessa Paradis Live paraît, porté par Les Cactus (reprise de Jacques Dutronc) et Gotta Have It. La captation vidéo, diffusée sur Canal+[14], ne sera jamais commercialisée.

Durant ces quelques années, elle participe également à de nombreux projets musicaux. En 1989, elle chante avec le collectif Pour toi Arménie, initié par Charles Aznavour. Elle interprète une chanson pour le film Atlantis de Luc Besson[15]. Elle assure les chœurs pour des titres de Johnny Hallyday[16], Alain Lanty[17], Louis Bertignac[18] et Maxime Leforestier[19]. Elle fait également un duo et des chœurs pour Gerry DeVeaux (cousin de Lenny Kravitz)[20]… Sans oublier ses participations aux soirées des Enfoirés entre 1993 et 1999.

Le 17 mai 1995, elle participe à la cérémonie d’ouverture du Festival de Cannes. Accompagnée par Jean-Félix Lalanne à la guitare, elle interprète la chanson Le Tourbillon en direct, devant la présidente du jury, Jeanne Moreau, qui ne peut s’empêcher de se lever et de finir le titre avec elle.

En avril 1996, elle offre un concert privé unique destiné à l’association caritative Rêves, dont elle est la marraine. Ce concert, diffusé sur Canal+, est constitué de chansons de son propre répertoire mais également de reprises diverses (Les Beatles, Ben Harper, The Kinks, Lou Reed, Alain Chamfort, Rita Mitsouko, etc.). En novembre 1999, elle participe au concert privé Night Clubbing organisé par Canal+ et dans lequel elle interprète deux chansons en duo avec Iggy Pop : Don’t smoke in bed et You go to my head.

2000-2001 : Le retour sur disque et sur scène

Après une longue parenthèse cinématographique et la naissance de sa fille, la chanteuse sort son 4e album en octobre 2000, Bliss. Pour la 1e fois, il est multi-compositeurs (Alain Bashung, -M- – avec qui elle collaborera à nouveau plus tard -, Franck Monnet, ainsi que Johnny Depp et Vanessa Paradis eux-mêmes). Commando est le dernier single à sortir dans le commerce (il n’atteindra que la 43ème place du Top). Pourtant et Que fait la vie ? sont tout de même envoyés aux radios, et permettent à l’album d’atteindre finalement les 300 000 exemplaires.

Elle effectue une 2e tournée à partir de mars 2001, Bliss Tour, qui l’emmène 6 soirs à l’Olympia[21] et un soir au Zénith de Paris[22]. Elle participe également aux 3 Francofolies : La Rochelle, Spa et Montréal. En novembre 2001, sort son 2e album live, Vanessa Paradis au Zénith, dont sont extraits L’eau à la bouche (reprise de Serge Gainsbourg) et Walk on the Wild Side (reprise de Lou Reed).

De nouvelles participations musicales viennent ponctuer cette période : elle chante le titre-phare du film Le petit poucet[23], est la marraine du projet Ma chanson d’enfance (un album caritatif de reprises)[24], et chante en duo avec Charles Aznavour sur l’album Bon anniversaire Charles ![25]. En juillet 2004, elle chante six titres sur la bande originale du film Atomik Circus (dont elle est l’héroïne principale), composés par The Little Rabbits. Un seul single est publié : Ma pétroleuse.

2007-2008 : Divinidylle

Suite à la naissance de son fils et à la sortie de plusieurs films, le nouvel album de Vanessa Paradis Divinidylle sort en septembre 2007. Ce 5e disque est composé en grande majorité par Matthieu Chedid, mais aussi par Brigitte Fontaine, Alain Chamfort ou encore Thomas Fersen. 3 singles en sont extraits : Divine idylle, Dès que j’te vois et L’incendie. C’est un succès en France puisqu’il est n°1 dès sa sortie et se vendra à plus de 500 000 exemplaires[26]. Il est le premier à bénéficier d’une sortie en Angleterre depuis 15 ans[27], et à être commercialisé dans toute l’Europe et en Asie. Cet album lui vaudra deux Victoires de la Musique : interprète féminine de l’année, et album de l’année.

Dès octobre 2007, la chanteuse entame sa 3e tournée, Divinidylle Tour, d’une trentaine de dates, qui la mène à remplir Paris-Bercy[28], mais aussi le Zénith de Paris pour 3 représentations, et l’Elysée Montmartre[29]. En juillet 2008, elle repart sur les routes pour une tournée des Festivals et Francofolies. L’album live, Divinidylle Tour, sort en septembre 2008, avec deux extraits : Les Piles (en duo avec -M-) et Joe le taxi. La captation du concert remporte le prix du DVD musical de l’année aux Victoires de la Musique en février 2009.

Durant cette période, elle continue de collaborer avec d’autres artistes : elle effectue deux représentations du conte musical Le Soldat rose[30] créé par Louis Chedid, où elle tient le rôle de Made in Asia. Elle chante également en duo avec Ben Harper Wainting on an angel dans l’émission La musicale sur Canal+ en novembre 2007, mais aussi Adrienne avec Albin de la Simone[31], et fait les chœurs sur une chanson de Glenn Tilbrook[32].

2009-2010 : Le best of / L’anthologie

Le 23 novembre 2009, elle propose son 1er Best of avec des inédits, des titres rares et des duos. L’inédit Il y a, signé Gaëtan Roussel, remporte un joli succès en se hissant à la 6e place des ventes digitales. La compilation, quant à elle, se vend à 300 000 exemplaires.

Pour promouvoir sa sortie, elle donne un concert unique à La Cigale à Paris le 22 novembre 2009 pour SFR, durant lequel elle revisite 13 de ses chansons en version acoustique, arrangées par Albin de la Simone, avec ses musiciens et un quatuor à cordes. Elle propose ensuite ce concert au grand public dans une nouvelle version, comprenant notamment une reprise de Le temps de l’amour de Françoise Hardy. Elle se produit durant cinq soirs au Casino de Paris du 28 juin au 2 juillet 2010, puis en tournée en France durant l’été 2010 pour une vingtaine de représentations. A cette occasion, un 2nd single est envoyé en radios : Marilyn & John en version acoustique.

Elle chante également sur la bande originale du film Thelma, Louise et Chantal une reprise de Vous les copains de Sheila[33], arrangée par Keren Ann. Le 5 juin 2010, elle rejoint Jacques Dutronc sur la scène du Palais des Sports de Paris pour interpréter avec lui Le petit jardin. Le 17 septembre 2010, elle fait partie du concert de Peace one day (mouvement humanitaire crée par Jeremy Gilley) au Zénith de Paris, où elle partage l’affiche avec Patti Smith, Matthieu Chedid, Ayọ, Charlie Winston… et interpréte 3 chansons, dont une reprise de Leonard Cohen et Jeff Buckley, Hallelujah.

Le 8 novembre 2010, sortent deux albums sur lesquels la chanteuse figure : Nouvelle Vague, dans lequel elle interprète une reprise d’Etienne Daho, Week-end à Rome, et Dr Tom ou la liberté en cavale, un album collectif du conte musical composé par Franck Langolff peu avant sa disparition en 2006.

Elle a publié un CD et un DVD de sa tournée acoustique estivale le 29 novembre 2010, Une nuit à Versailles, et dont l’enregistrement s’est effectué à l’Opéra Royal de Versailles les 11 et 12 juillet 2010. Le même jour, une anthologie DVD de ses plus beaux passages TV est parue[34].

Projets

Vanessa Paradis se produira sur la scène des Folies Bergères du 24 au 31 janvier 2011, et effectuera une tournée internationale en février de la même année (Londres, Istanbul, Israël, New-York, Los Angeles, Canada, Japon…)

La chanteuse participera à un album hommage consacré à Alain Bashung dans lequel elle reprendra une chanson de l’artiste décédé en 2009. Il s’agira de Angora, extrait de l’album Fantaisie militaire. L’opus, qui sortira en mars 2011, contiendra également les participations de Stephan Eicher, Gaëtan Roussel, Matthieu Chedid, Bertrand Cantat, etc.

Carrière cinématographique

1989 : Le premier film

personnalité du 22/12/2010 - Vanessa PARADIS dans 12/2010 220px-Vanessa_Paradis_C%C3%A9sars

Vanessa Paradis à la 15e cérémonie des César.

Au printemps 1989, Vanessa Paradis, âgée de 16 ans, tourne son 1e film, Noce blanche, sous la direction de Jean-Claude Brisseau. Elle incarne Mathilde, une lycéenne paumée et marginale qui vit une passion destructrice avec son professeur de philosophie, joué par Bruno Crémer. La jeune actrice racontera plus tard à quel point ce tournage fut éprouvant, notamment à cause de la personnalité autoritaire du réalisateur.[35]

Sorti le 8 novembre 1989, il devient le 2e film français le plus vu de l’année (derrière Trop belle pour toi[36]), avec plus de 1 800 000 entrées. Le film sortira dans le monde entier.

Le 21 février 1990, Vanessa Paradis reçoit le Prix Romy Schneider et le 4 mars elle est élue Révélation féminine lors de la cérémonie des Césars.

1995-1999 : Sous l’aile de Christian Fechner

Après deux albums et une tournée, Vanessa Paradis revient au cinéma en 1994 dans Élisa, aux côtés de Gérard Depardieu. Ce film, produit par Christian Fechner, marque le retour du réalisateur Jean Becker qui n’avait pas tourné depuis L’Été meurtrier en 1983.

Sorti le 1er février 1995, il rencontre un grand succès (plus de 2 500 000 entrées) et devient le 9e film le plus vu de l’année 1995[36]. Il sortira également dans le monde entier. Devant le succès, la jeune actrice signe un contrat d’exclusivité avec Christian Fechner pour ses 3 prochains films. Mais la suite connaîtra moins de réussite.

En 1996, elle tourne Un amour de sorcière avec Jeanne Moreau et Jean Reno. Sorti le 17 mars 1997, le film n’attire qu’un peu plus de 970 000 spectateurs.

Le film suivant, réalisé par Patrice Leconte, 1 chance sur 2, ne fait guère mieux. Tourné en 1997 et sorti le 25 mars 1998, il n’atteint que 1 000 000 de spectateurs (un échec au vu de l’importance du budget) et ce, malgré le retour dans un même film d’Alain Delon et Jean-Paul Belmondo (jamais vus ensemble depuis Borsalino en 1970).

Leconte retrouvera cependant Vanessa Paradis pour La Fille sur le pont, sorti le 31 mars 1999, où elle joue aux côtés de Daniel Auteuil une jeune fille suicidaire devenant la cible d’un lanceur de couteaux dans le milieu du cirque. Le film, salué par les critiques, totalise près de 700 000 entrées en France, ce qui est estimé comme honorable pour un film en noir et blanc. Il sort dans le monde entier et même aux États-Unis en juillet 2000, où il connait une grande médiatisation et une belle carrière en salles (1 500 000 $ de recettes). Pour ce film, Vanessa Paradis est nommée pour le César de la meilleure actrice en février 2000, mais ne remporte pas le prix (obtenu par Karin Viard).

2004-2007 : Un retour Atomik qui ne convainc pas

Deux enfants, un album et une tournée plus tard, Vanessa Paradis revient le 21 juillet 2004 avec un film décalé réalisé par les frères Poiraud, Atomik Circus, le retour de James Bataille, où elle est accompagnée de Benoît Poelvoorde et Jean-Pierre Marielle. Sorti en plein été et éreinté par la critique, le film est un échec, ne totalisant que 239 000 entrées.[37]

En 2004, elle tourne également Mon ange, le 1er film de Serge Frydman (scénariste de La Fille sur le pont), où elle donne la réplique à Vincent Rottiers et Eduardo Noriega. Sorti le 19 janvier 2005, il ne reste que 3 semaines dans les salles, atteignant péniblement les 178 000 entrées.

Face à ces revers alors qu’elle était en tête d’affiche, Vanessa Paradis enchaîne pour la 1re fois de sa carrière avec un second rôle, dans le thriller La Clef de Guillaume Nicloux, avec Guillaume Canet et Jean Rochefort, sorti le 19 décembre 2007.

2010-2011 : Le retour en grâce

Le 17 mars 2010, elle est à l’affiche de L’Arnacœur, le premier film de Pascal Chaumeil, une comédie romantique encensée par les critiques[38], où elle tient le rôle principal aux côtés de Romain Duris. Il s’agit du film le plus populaire de sa carrière puisqu’il a dépassé les 3 700 000 entrées[39]. Des sorties sont prévues à l’étranger : en Angleterre le 25 juin et au Canada le 16 juillet[40]. Un remake américain du film se tournera en 2011.[41]

L’actrice a achevé le tournage de Café de Flore, le nouveau film du réalisateur québécois Jean-Marc Vallée qui sortira en mai 2011. Elle vient de rejoindre l’équipe du film Dubaï Flamingo réalisé par Delphine Kreuter, actuellement en cours de tournage, et dans lequel elle aura pour partenaire Florence Thomassin et Sergi Lopez. Elle est également annoncée dans Ma révolution du cinéaste Ilan Duran Cohen.

Elle prêtera sa voix à un personnage du film d’animation Un monstre à Paris, dont la sortie est annoncée pour octobre 2011[42].

Elle jouera pour la première fois au côté de son compagnon Johnny Depp dans le film My american lover réalisé par Lasse Hallstrom, et dans lequel elle interprétera le rôle de Simone de Beauvoir.

 

Mode et publicités

1988-1989 : Castelbajac et Maniatis lui donnent sa chance

1991-2010 : L’ambassadrice de Chanel

Article détaillé : Coco (parfum).

2003 : La Redoute

2008 : La parenthèse Miu Miu

Œuvres

Musique

Albums principaux

  • Drapeau : France France : 13/06/1988 en 33 tours, K7 et CD
  • Certaines éditions étrangères ont les version anglaises de Maxou et Coupe coupe à la place des françaises.
  • L’édition américaine contient Manolo Manolete
  1. Marilyn & John 5:50 (2e extrait)
  2. Maxou 3:45 (3e extrait)
  3. Le Bon dieu est un marin 4:04
  4. Mosquito 4:16 (5e extrait)
  5. Soldat 5:37
  6. Joe le taxi 3:54 (1er extrait)
  7. Coupe coupe 5:17 (4e extrait)
  8. Chat ananas 3:43
  9. Scarabée 6:22
  10. Marilyn & John (english version) 5:39 (uniquement sur les éditions en CD)
  • Drapeau : France France : 28/05/1990 en 33 tours, K7 et CD
  1. L’Amour à deux 4:55
  2. Dis-lui toi que je t’aime 3:58 (2e extrait)
  3. L’Amour en soi 5:07 (3e extrait dans une version remixée)
  4. La Vague à lames 3:15
  5. Ophélie 4:01
  6. Flagrant délire 3:45
  7. Tandem 3:30 (1er extrait)
  8. Au charme non plus 3:50
  9. Variations sur le même t’aime 3:59
  10. Amour jamais 4:17
  11. Ardoise 4:00
  12. Walk on the Wild Side 4:18
  • Drapeau : France France : 21/09/1992 en 33 tours, K7, CD et DCC
  1. Natural High 3:18 (4e extrait)
  2. I’m Waiting for the Man 3:25
  3. Silver and Gold 2:41
  4. Be My Baby 3:19 (1er extrait)
  5. Lonely Rainbows 2:47
  6. Sunday Mondays 3:53 (2e extrait)
  7. Your Love Has Got a Handle on My Mind 3:58
  8. The Future Song 4:54
  9. Paradis 3:02
  10. Just As Long As You Are There 3:23 (3e extrait)
  11. Gotta Have Tt 2:15 (excepté sur les pressages nord et sud américains)
  • Drapeau : France France : 10/10/2000 en 33 tours, K7 et CD
  1. L’Eau et le vin 4:36
  2. Commando 3:40 (1er extrait)
  3. When I Say 3:57
  4. Pourtant 3:36 (2e extrait)
  5. Que fait la vie ? 4:20 (3e extrait)
  6. Les Acrobates 3:42
  7. La la la song 4:26
  8. L’Air du temps 4:19
  9. St Germain 2:36
  10. Dans mon café 4:30
  11. Firmaman 4:41
  12. La Ballade de Lily Rose 2:33
  13. Bliss 4:16
  • Drapeau : France France : 03/09/2007 en 33 tours et CD
  1. Divine idylle 2:42 (1er extrait)
  2. Chet Baker 2:59
  3. Les Piles 2:47
  4. Dès que j’te vois 3:24 (2e extrait)
  5. Les Revenants 3:37
  6. Junior suite 3:30
  7. L’Incendie 3:26 (3e extrait)
  8. Irrésistiblement 2:51
  9. La Bataille 3:22
  10. La Mélodie 2:58
  11. Jackadi 3:02

Albums divers

  • Drapeau : France France : 21/02/1994 en K7, CD et DCC
  1. Natural High 4:59
  2. Les Cactus 2:47 (1er extrait)
  3. Marilyn & John 4:10
  4. As Tears Go By
  5. Tandem 3:46
  6. Dis-lui toi que je t’aime 4:24
  7. Joe le taxi 4:16
  8. La Vague à lames 4:32
  9. Maxou 4:29
  10. Sunday Mondays 3:48
  11. Silver and Gold 2:46
  12. Gotta Have It 2:31 (2e extrait)
  13. Lonely Rainbows 2:47
  14. I’m Waiting for the Man 3:31
  15. Be My Baby 3:50
  16. Just As Long As You Are There 6:00
  • Drapeau : France France : 06/11/2001 en K7 et CD
  1. Intro 1:00
  2. L’Eau et le vin 6:36
  3. Sunday Mondays 4:57
  4. Dans mon café 4:13
  5. Walk on the Wild Side 4:36 (2e extrait)
  6. Dis-lui toi que je t’aime 5:02
  7. L’Eau à la bouche 2:12 (1er extrait)
  8. Joe le taxi 4:12
  9. St Germain 4:06
  10. Requiem pour un con 2:22
  11. Que fait la vie ? 4:07
  12. La la la song 4:22
  13. This Will Be Our Year 2:19
  14. Pourtant 3:33
  15. Tandem 4:10
  16. Commando 4:37
  17. Marilyn & John 5:45
  18. Bliss 5:55
  19. Les Acrobates 4:20
  • Bande originale du film
  • Drapeau : France France : 05/07/2004 en CD
  • Vanessa Paradis ne chante que 6 titres sur 16
  1. James Bataille 4:03
  2. Ma pétroleuse 2:57 (1er extrait)
  3. Concia James 3:06
  4. Concia Chachacha 3:55
  5. Le Petit vent du désert 5:25
  6. Mustang 3:31
  • Drapeau : France France : 15/09/2008 en CD
  1. Irrésistiblement 3:21
  2. Divine idylle 2:45
  3. Les Piles 2:50 (1er extrait)
  4. Be My Baby 3:39
  5. Dis-lui toi que je t’aime 4:32
  6. Que fait la vie ? 4:24
  7. La Mélodie 5:24
  8. Junior suite 3:36
  9. Varvara Pavlovna 2:27
  10. Pourtant 5:56
  11. La Bataille 3:40
  12. Joe le taxi 4:03 (2e extrait)
  13. Emmenez-moi 3:54
  14. L’Incendie 4:57
  15. Les Revenants 4:15
  16. Chet Baker 2:58
  17. Dès que j’te vois 5:57
  18. St Germain 2:20
  19. Jackadi 3:37
  20. Le Tourbillon 1:32
  • Drapeau : France France : 23/11/2009 en CD
  • CD1
  1. Il y a (1er extrait)
  2. Pourtant
  3. Marilyn & John
  4. Dis-lui toi que je t’aime
  5. Joe le taxi
  6. Maxou
  7. Sunday Mondays
  8. Tandem
  9. Natural High
  10. Commando
  11. Be My Baby
  12. Divine idylle
  13. Dès que j’te vois
  14. Just As Long As You Are There
  15. Que fait la vie
  16. L’Incendie
  • CD2
  1. Marilyn & John (version acoustique) (2e extrait)
  2. Dans mon café
  3. La Déclaration d’amour (duo avec -M-)
  4. Jackadi
  5. I Love Paris
  6. Emmenez-moi (live)
  7. La Ballade de Johnny Jane (duo avec Jane Birkin)
  8. When I Say
  9. Concia chachacha
  10. St Germain
  11. This Will Be Our Year (live)
  12. Les Filles électriques (duo avec Alain Souchon)
  13. Made in Asia
  14. Abracadabra
  15. I Wouldn’t Dare
  16. Scarabée (version acoustique)
  17. Varvara Pavlovna
  • Drapeau : France France : 29 novembre 2010, en CD et DVD
  1. Pourtant
  2. Que fait la vie?
  3. Junior Suite
  4. Scarabée
  5. Dans mon café
  6. Chet Baker
  7. Bliss
  8. St Germain
  9. Jackadi
  10. When I say
  11. La mélodie
  12. Sunday mondays
  13. Joe le taxi
  14. Be my baby
  15. Le temps de l’amour
  16. L’incendie
  17. Dis lui toi que je t’aime
  18. Divine idylle
  19. Tandem
  20. Il y’a

Bonus DVD:

  1. Marilyn & John
  2. Les revenants
  3. La vague à lames

Singles

Article détaillé : Discographie de Vanessa Paradis.

Clip

  • Réalisé par Jean-Sébastien Deligny.
  • Non scénarisé. Vanessa, habillée d’un jean et d’un grand sweat-shirt orange, chante à côté d’un taxi jaune new yorkais. Entrecoupé d’images d’un taxi qui roule dans les rues de Paris, sans Vanessa.
  • Tourné en une journée dans un studio parisien.
  • Mis en télé en mai 1987[50].
  • Réalisé par Elie Chouraqui.
  • Scénarisé. Vanessa, qui joue le rôle de la fille du défunt matador, accompagne le cercueil à l’autel. Entrecoupé d’images de Vanessa chantant et d’images d’archives de corridas.
  • Tourné durant 3 jours pendant les vacances de Noël. A Paris dans le Cloître Protestant des Billettes, puis sur la Côte Basque dans les Arènes de Bayonne et enfin à Biarritz.
  • Mis en télé la 2e quinzaine de janvier 1988.
  • Réalisé par Bernard Schmitt.
  • Scénarisé. Dans un théatre, Vanessa joue l’assistante d’un metteur en scène, interprété par Bernard Schmitt. Elle évolue seule dans la salle et les coulisses pendant que deux acteurs répètent une pièce sur Marilyn Monroe et John Kennedy. À la fin, elle sort rejoindre son petit copain adolescent.
  • Tourné durant 3 jours, à la mi-juillet 1988, à la Maison des Arts de Créteil.
  • Mis en télé fin juillet 1988.
  • Il existe une version internationale dans laquelle Vanessa chante le titre en anglais. La seule différence avec le clip français est vers la fin : Vanessa synchronise son play-back suivant la langue.
  • Réalisé par Simon Kentish.
  • Non scénarisé. Sous le soleil d’Arizona, Vanessa et son chaton vont se protéger de la chaleur dans une cabane en bois. Là, elle se rafraîchit puis s’endort. Elle est réveillée par les caresses du félin.
  • Tourné du 15 au 17 novembre 1988 dans un studio parisien.
  • Mis en télé début décembre 1988.
  • Réalisé par Simon Kentish.
  • Non scénarisé. Dans un bar qui ferme, Vanessa et ses musiciens improvisent sur le titre.
  • Il n’a nécessité que 6 heures de tournage dans un studio parisien.
  • Mis en télé début avril 1989.
  • Réalisé par Simon Kentish.
  • Non scénarisé. Vanessa, vêtue de différents habits de couturiers, chante le titre dans un décor fait de voiles et de cordes.
  • Tourné dans un studio d’Arpachon.
  • Mis en télé durant la 2e quinzaine d’octobre 1989.
  • Réalisé par Jean-Baptiste Mondino.
  • Non scénarisé. En noir et blanc chromé. Vanessa chante en bougeant avec son micro, tandis que les choristes et les musiciens interprètent le titre dans des attitudes suggestives et/ou agressives.
  • Tourné à la mi-juin durant deux jours de tournage puis anécessité une semaine de post-production.
  • Mis en télé fin juin 1990.
  • Il a reçu la Victoire de la Musique du « meilleur video-clip » en 1991.
  • L’actrice jouant la guitariste aux seins nus est Emma Sjöberg devenue célèbre avec le film Taxi en 1998
  • Réalisé par Philippe Gautier.
  • Non scénarisé. Vanessa chante le titre en robe rose, sur un parterre de feuilles mortes.
  • Tourné dans un studio à Stains en octobre. Il a couté 500 000 FF (80 000 €) pour une journée de tournage.
  • Mis en télé durant la 2e quinzaine de novembre 1990.
  • Réalisé par Renaud Le Van Kim.
  • Non scénarisé. Vanessa chante avec ses musiciens dans un terrain vague. Les images ont des incrustations graphiques.
  • Le clip a été filmé durant le tournage du documentaire diffusé sur TF1 le 22 décembre 1990 : ‘Vanessa, 18 ans et alors’
  • Mis en télé mi juin 1991.
  • Réalisé par John Lindauer.
  • Non scénarisé. Vanessa évolue dans une piscine vide, transformée en loft, dans une ambiance rétro 70′s.
  • Le clip a été tourné aux États-Unis, à Los Angeles, en une journée début septembre.
  • Mis en télé fin septembre 1992.
  • Réalisé par Philippe Gautier.
  • Non scénarisé. Vanessa, habillée en Azzédine Alaia, chante le titre dans les nuages. Elle est accompagnée de ses musiciens et d’une grande parade qui donne à l’ambiance un côté Yellow submarine des Beatles.
  • Tourné dans un studio de la banlieue parisienne en décembre 1992, en une journée.
  • Mis en télé début janvier 1993.
  • Réalisé par Mathias Ledoux.
  • Non scénarisé. Extrait du concert filmé en mars 1993 à l’Olympia de Paris.
  • Mis en télé début mai 1993.
  • Réalisé par Jean-Baptiste Mondino.
  • Non scénarisé. Vanessa chante le titre accoudée lascivement à l’arrière d’une voiture sur une route des États-Unis.
  • Tourné en février à Los Angeles.
  • Mis en télé début septembre 1993.
  • Réalisé par Mathias Ledoux.
  • Non scénarisé. Extrait du concert filmé en mars 1993 à l’Olympia de Paris.
  • Mis en télé en février 1994.
  • Réalisé par Mathias Ledoux.
  • Non scénarisé. Extrait du concert filmé en mars 1993 à l’Olympia de Paris.
  • Mis en télé mi-avril 1994.
  • Réalisé par Paul Venturini.
  • Non scénarisé. Vanessa chante dans cequi ressemble à un désert. Entrecoupé d’images d’un homme errant dans le même décor, mais séparément.
  • Tourné fin août dans l’Hérault, sur une plage proche du Grau-du-Roi.
  • Mis en télé mi-septembre 2000.
  • Réalisé par Johnny Depp sous le pseudonyme de Richard Mudd.
  • Non scénarisé. Vanessa évolue dans les jardins de sa propriété du Plan de la Tour. Chaque image sur pellicule a été redessiné, recolorisé ou agrémenté de dessins par Johnny et Vanessa.
  • Mis en télé fin décembre 2000.
  • Réalisé par Johnny Depp sous le pseudonyme de Richard Mudd.
  • Non scénarisé. Vanessa chante le titre dans sa cuisine de sa propriété du Plan de la Tour en plan fixe. Les images ont été recolorisées.
  • Mis en télé mi-mai 2001.
  • Réalisé par Renaud Le Van Kim.
  • Non scénarisé. Extrait du concert filmé le 30 mai 2001 au Zénith de Paris.
  • Mis en télé fin octobre 2001.
  • Réalisé par Thierry et Didier Poiraud.
  • Pour soutenir la sortie du film Atomik Circus, un clip est envoyé aux télévisions correspondant à un extrait dans lequel Vanessa chante ce titre. Ce passage ne sera finalement jamais intégré au montage final du film.
  • Mis en télé début juillet 2004.
  • Réalisé par Antoine Carlier.
  • Non scénarisé. Vanessa, habillée d’un robe blanche, chante face caméra, soit en gros plan ou en plan large.
  • Mis en télé en juillet 2007.
  • Réalisé par John Nollet.
  • Non scénarisé. En noir et blanc. Vanessa évolue dans un décor fait de voiles. Avec beaucoup d’images d’elle en très gros plan sur sa bouche.
  • Mis en télé en octobre 2007.
  • Réalisé par Johnny Depp.
  • Non scénarisé. Vanessa chante sur la scène d’un théatre fermé. L’ambiance est très rétro années 40. Sur quelques plans, on aperçoit Johnny Depp de dos, que l’on reconnait grâce à son chapeau.
  • Mis en télé en février 2008.
  • Réalisé par Didier et Thierry Poiraud.
  • Non scénarisé. Différents extrait de concerts enregistrés lors du Divinidylle Tour à l’automne 2007.
  • Il n’apas été mis en télé mais en exclusivité sur le site officiel de Vanessa Paradis.
  • Réalisé par Didier et Thierry Poiraud.
  • Non scénarisé. Différents extrait de concerts enregistrés lors du Divinidylle Tour à l’automne 2007.
  • Mis en télé en septembre 2008.
  • Réalisé par Johnny Depp.
  • Non scénarisé. Vanessa chante face caméra avec un chapeau sur la tête. Entrecoupé d’images dans un style rétro.
  • En exclusivité sur le site officiel de Vanessa Paradis depuis le 15 octobre 2009. Mis en télé le 21 octobre 2009.

Il n’y a pas eu de clips pour les singles : La Magie des surprises parties et Walk on the Wild Side (live 2001).

Vanessa apparait également dans ces clips :

  • Réalisé par Henri Verneuil.
  • Non scénarisé. Chaque artiste chante sa phrase face caméra. Ils se retrouvent tous ensemble lors du refrain en collégial.
  • Tourné le 6 janvier 1989, en même temps que l’enregistrement du disque.
  • Mis en télé en janvier 1989.
  • Par collectif Enfoirés
  • Réalisé par Yannick Saillet
  • Non scénarisé. Les artistes sont filmés en gros plan et apparaissent dans un jeu de carrés. Vanessa intervient sur deux images, lors du 2nd refrain.
  • Mis en télé en début novembre 2001.
  • Par collectif Sidaction
  • Réalisé par
  • Non scénarisé. La caméra filme en travelling chaque artiste chantant sa phrase, dans les couloirs d’un hôpital.
  • Mis en télé en juin 2004.
  • Duo avec Albin de la Simone
  • Réalisé par Antoine Wagner
  • Scénarisé. Vanessa conduit une voiture à l’arrière de laquelle Albin de la Simone est allongé et ligoté. A la fin, alors qu’elle remet de l’essence, Albin la laisse sur le bord de la route et repart seul en voiture.
  • Mis en télé en janvier 2009.

Tournées

Participations musicales

Bandes Originales de Films

Cinéma

Films principaux

Divers cinéma

Projets cinéma

Tableau d’honneur

Récompenses et prix

Nominations

Distinction

Apparitions publiques

Pour des raisons promotionnelles, caritatives ou amicales, Vanessa Paradis apparaît régulièrement lors d’événements publics. Contrairement aux clichés des paparazzi, elle y pose devant les photographes de son plein gré, seule ou accompagnée. Ces médiatisations événementielles font que Vanessa est régulièrement présente dans les médias, même hors promotion d’un disque ou d’un film.

Collaborations

Collaborations de Vanessa Paradis.

Afin d’accompagner son travail d’image, Vanessa Paradis collabore avec beaucoup de personnes de divers domaines artistiques. Il lui arrive de faire de nouveau appel à certaines d’entre elles au fil des années pour réaliser des photos, des clips ou des émissions,… Ne sont listés ici que les artistes qui ont collaboré avec Vanessa à, au moins, deux reprises et deux époques différentes.

 

 

(*) Wikipedia

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x3bsqx

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x8wda

 

 

Révolution Solaire de Venessa PARADIS

vanessaparadisrs22122010.jpg

Pour le 22/12/2010 à 09h36 à St-Maur-des-Fossés (FRANCE)

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 2, ET NOEUD SUD EN MAISON 8

Vous disposez d’un soutien planétaire pour réaliser vos désirs et vos souhaits les plus chers. Vous pouvez enfin obtenir les résultats espérés par rapport à ce que vous avez semée. Ni plus ni moins. Mais attention: si tout vous set égal, si vous ne formulez pas vos buts avec une extrême précision ; en d’autres termes, si vous ne demandez rien, le destin ne pourra que vous satisfaire de la même manière, c’est-à-dire avec « rien ».

Vous êtes seul à pouvoir générer une réponse du destin… La condition est de formuler la demande… Avec précision, persistance et détermination. Demandez, redemandez et… Vous recevrez, c’est votre période.

Par ailleurs, vous constaterez que l’état de vos finances personnelles, celles que vous obtenez par vos propres efforts s’améliorera nettement.

Activez vous donc vers l’amélioration de vos ressources ; vous serez largement récompensé de vos efforts.

Cette période favorise les requêtes, les finances et les ressources personnelles, sous tous rapports. Si c’est de l’argent que vous souhaitez, vous trouverez les moyens de l’acquérir. Si c’est une réputation, vous l’obtiendrez. Si c’est la connaissance, vous trouverez le maître. Ayez une confiance absolue dans vos démarches. Accomplissez-les et puis laissez le destin faire le reste. A ce stade, vous êtes convaincu qu’elles porteront des fruits. Par conséquent, elles ne vous concernent plus. Oubliez-les de manière à éviter les attentes anxieuses ou obsessionnelles. Ce sont ces dernières qui « bloquent » le déroulement de votre destin et empêchent celui-ci de réaliser vos désirs. Faites en vous la paix de l’esprit, adoptez une attitude confiante.

Evitez tout emprunts, aides ou supports d’autrui. Rappelez-vous que seuls vos efforts sont productifs en une telle période. Dans le même esprit, ne tentez pas de vous associer avec une ou un partenaire dote. C’est un piège qui aliénera votre liberté.

C’est en vous seul que vous devez trouver la force d’accomplir vos espérances. A cette condition, toutes les forces planétaire concourront a vous satisfaire.

 

-=-=- F I N -=-=-

___________________________________________________________________________________

1234

Lili Croix |
jardin13 |
Ecole de danses Flamenco et... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAVOIE PAINT
| Le scrap de Gigi27.
| AICA DE NAILLOUX