navigation

Personnalité du 03/10/2011 – Allan KARDEC 3 octobre, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 10/2011,Esotérisme,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Allan Kardec

Personnalité du 03/10/2011 - Allan KARDEC dans 10/2011 homepagetemplates On line : 1 2

thmenatal dans Esotérisme Thème natal

symbolebiographie dans Personnalités du jour Biographie

appareilphoto Photos

flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Prénom NOM

né le 03/10/1804 à 19h00 à Lyon – FRANCE

THEME NATAL

allankardec03101804

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Allan Kardec (*) ou Alan Kardec, de son vrai nom Hippolyte Léon Denizard Rivail, né le 3 octobre 1804 et mort le 31 mars 1869, est un pédagogue français, fondateur de la philosophie spirite1 ou spiritisme. Il est généralement surnommé le « codificateur du spiritisme ». Son œuvre influence aujourd’hui fortement la culture et la vie publique brésilienne.

Jeunesse

Léon Rivail est né à Lyon en 1804 dans une famille de juristes. Il va à l’école primaire locale jusqu’à ses dix ans. Mais, sa riche famille bourgeoise l’envoie à l’abri des troubles de la fin de l’époque napoléonienne terminer ses études à l’étranger.

Il devient interne au château d’Yverdon, sur le lac de Neuchâtel, chez le célèbre pédagogue Johann Heinrich Pestalozzi qui met alors en pratique les principes de l’« Émile » de Rousseau. Dans cette « école mutuelle », il apprend avec d’autres jeunes gens de la bonne société européenne. Il parle plusieurs langues vivantes, comme l’anglais, l’allemand et le néerlandais.

Les influences de Pestalozzi furent très fortes sur le futur Kardec, et des principes de la pédagogie se retrouveront dans la doctrine spirite : la fraternité universelle ou l’ouverture aux femmes.

Le pédagogue

220px-Educationpublique

Page de garde d’un ouvrage pédagogique d’ Hippolyte Léon Denizard Rivail, 1828.

Il est au début de sa vie un pédagogue disciple de Johann Heinrich Pestalozzi. Il importe en France ses idées et son type d’école. En 1820, il s’installe à Paris et ouvre en 1824, au 35 de la rue de Sèvres un cours privé fondé sur les méthodes de Pestalozzi. Il publie de nombreux ouvrages de pédagogie, dont un « Plan proposé pour l’amélioration de l’éducation publique » (soutenu par Ampère, un compatriote lyonnais) qui reçut un prix de l’Académie Royale d’Arras en 1828.

En 1832, il épouse Amélie Boudet, une institutrice qui travaille avec lui dans son école et dans la poursuite de son œuvre pédagogique. Lorsque l’école doit fermer pour des raisons financières, Léon Rivail traduit des textes allemands et publie des manuels pour gagner sa vie. Il continue à donner des cours, gratuitement, de chimie, physique, anatomie et astronomie.

En 1850, il tient diverses comptabilités dont celle de la « Baraque Lacaze », un théâtre appartenant au prestidigitateur Lacaze.

Il est un grand positiviste, pas du tout tourné vers le surnaturel. C’est en cette capacité de pédagogue positiviste qu’il est sollicité pour superviser des séances de tables tournantes. On lui demande aussi de mettre de l’ordre dans les communications des esprits reçues lors de séances. Cela donnera Le livre des Esprits.

Le spirite

200px-A._Kardec_et_A._Boudet

Allan Kardec et Amélie Boudet.

200px-M%C3%A9morial_Allan_Kardec_Lyon

Mémorial Allan Kardec, à Lyon.

Il découvre les tables tournantes en 1855, pratique venue des États-Unis. C’est à cette époque qu’il prend son surnom d’Allan Kardec, nom qu’il pense correspondre à celui qu’il portait lors d’une vie antérieure, alors qu’il était druide. Par le biais de différents médiums, il converse plusieurs années avec toutes sortes d’esprits et en tire un enseignement. L’essentiel est écrit dans Le livre des Esprits (1857) et Le livre des médiums (1861). Kardec produit ainsi les cinq livres fondamentaux du spiritisme, continuellement réédités jusqu’à nos jours. Il fonde également La Revue spirite, magazine encore publié aujourd’hui, dans plusieurs langues.

Selon Kardec :

« L’homme n’est pas seulement composé de matière, il y a en lui un principe pensant relié au corps physique qu’il quitte, comme on quitte un vêtement usagé, lorsque son incarnation présente est achevée. Une fois désincarnés, les morts peuvent communiquer avec les vivants, soit directement, soit par l’intermédiaire de médiums de manière visible ou invisible (Le livre des Esprits) »

Il meurt d’un anévrisme en 1869 en laissant nombre de textes en cours d’écriture. Un sixième livre dont le titre provisoire était : Les prévisions concernant le spiritisme, fut également retrouvé. Tous ces travaux inachevés furent regroupés par l’éditeur Pierre-Gaëtan Leymarie quelques années plus tard et édités sous le titre : Les oeuvres posthumes d’Allan Kardec.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, à Paris. Au-dessus de sa tombe, sa devise : « Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi ». C’est Camille Flammarion qui prononce son éloge funèbre et affirme, comme Kardec, que « le spiritisme n’est pas une religion, mais c’est une science… ». Sa tombe au cimetière du Père-Lachaise reste un lieu de recueillement. Des médiums et des adeptes de divers courants spirituels viennent régulièrement chercher l’inspiration sur le buste d’Allan Kardec.

Postérité

220px-College_allan_kardec

Collège Allan Kardec à São Paulo.

De nombreuses personnalités furent séduites par le spiritisme, tels Victor Hugo, Théophile Gautier, Victorien Sardou, Camille Flammarion ou Conan Doyle. Ils étaient convaincus que le spiritisme pouvait apporter la preuve scientifique de la vie après la mort.

Après sa mort, son œuvre fut poursuivie par Léon Denis (1846-1926), Gabriel Delanne (1857-1926), Chico Xavier (1910 – 2002), ou encore Divaldo Pereira Franco (1927 – ).

De nos jours, Allan Kardec est l’un des auteurs sociologiques français les plus lus au Brésil avec plus de trente millions d’ouvrages vendus. Plus de six millions de Brésiliens se déclarent spirites et mettent en application la doctrine de Kardec dans des milliers de centres spirites.

Les principales villes brésiliennes ont toutes une rue Allan Kardec et même souvent plusieurs comme Sao Paulo qui en compte six, ainsi qu’un collège Allan Kardec. Plusieurs écoles primaires brésiliennes portent également le nom du fondateur de la doctrine spirite. Les députés brésiliens ont dédié des séances de l’assemblée nationale à Allan Kardec et à son œuvre

220px-Centro_espirita2

Centre Spirite Allan Kardec de Santa Catarina, Brésil.

La vie d’Allan Kardec fut également le thème d’une pièce de théâtre brésilienne en 200917.

Au niveau mondial, des mouvements qui se réclament du spiritisme kardéciste sont fédérés par un Conseil Spirite International qui dispose de plusieurs médias (TVCEI, Radio Kardec, La Revue Spirite…).

Plusieurs centaines de centres spirites et d’associations à travers le monde portent aujourd’hui le nom d’Allan Kardec et perpétuent son enseignement.

Par ailleurs, l’Antoinisme et le Caodaïsme sont d’autres mouvements religieux directement inspirés de la philosophie spirite de Kardec.

 

Tombe d’Allan Kardec, continuellement fleurie Cimetière du Père-Lachaise, Paris.

Œuvres

Œuvres pédagogiques

D. H. L. Rivail, rédigea plusieurs manuels scolaires :

Œuvres spirites

220px-M%C3%A9morial_Allan_Kardec_Niteroi_Br%C3%A9sil

Mémorial Allan Kardec, à Niterói, Brésil.

Biographies éditées

 

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

allankardec allankardec

allankardecperelachaise Tombe d’Allan Kardec au cimetière du Père Lachaise à Paris.

bar

Revenir en haut de la page. 24

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Allan KARDEC

allankardecrs03101860

Pour le 03/10/1868 à 06h48 T.U., à Lyon.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 5 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 11:

L’amour :

Cette période-là favorisait tout particulièrement votre vie affective. C’est ainsi qu’aurait pu intervenir une réussite en amour, soit qu’un nouvel amour entrerait dans votre vie, soit qu’un amour existant se sublimait ou se voyait concrétisé.

Les enfants :

Les rapports avec les enfants seront privilégiés. Vous obtiendrez beaucoup de satisfactions de ceux-ci, surtout d’un premier enfant. Dans le même esprit, si la puériculture est votre occupation, ce sera le moment de consécration de vos efforts. Par ailleurs, cette période est la plus propice pour concevoir un enfant.

Les spéculations :

Vous pouvez également pensez à la réalisation de certain « coups » en rapport avec les potentiels indiqués dans votre thème de naissance. L’or ici est particulièrement favorisé. Dans certains cas, des gains au loto, au tiercé, au casino ou à la loterie se produisent.

Toutefois n’oubliez pas l’adage « Pas de chance au jeu, chance en amour. » Ceci implique que vous ne pourrez pas jouer gagnant sur les deux tableaux à la fois et qu’il s’agit de faire la part des choses. Cela dit, vous pouvez tenter votre chance avec discernement sur certains plans financiers : les actions en bourse, etc. Bien entendu, ceci vous concerne si vous êtes suffisamment compétent dans ces domaines. (Quoique parfois même…)

Peut-être compenserez-vous ainsi une difficulté d’expansion ou de réalisation de grands objectifs par manque d’appuis ou de soutiens extérieurs qui, en même temps, vous seront refusés durant toute  cette période, à cause du passage noeud sud dans votre maison 11.

Les oeuvres :

Faites preuve de créativité, d’ingéniosité, mettez au point de nouvelles idées, de nouveaux produits : finissez ce livre que vous aviez abandonné, achevez cette peinture que vous aviez laissée. Les mots clés de cette période sont « produire, créer, réaliser ». Sortez donc tout ce que vous avez dans le ventre car vos efforts recevront la consécration méritée avant que le cycle ne s’achève.

Le spectacle :

Au-delà des jeux de hasard, les personnes occupées dans les amusements publics seront portés en avant-scène. Les domaines favorisés incluent le théâtre, le cinéma, la télévision… et toutes les occupations dans les loisirs et dans les amusements. Cette période favorise tant les jeux que l’amour, tant les plaisirs que les liaisons, tant le spectacle que les divertissements.

Le prestige :

C’est le moment d’exercer, tous vos talents dans des oeuvres qui vous apporteront la renommée. Eloignez-vous au contraire des appuis et des amitiés qui, de toute façon, seront adverses ou se déroberont. Sans appuis, extérieurs, vous ne pouvez tirer des joies et des ressources que de votre propre créativité, mais aussi d’un amour véritable. A vous de saisir cette chance qui passera avant que cette période ne s’achève. Ne vous égarez pas dans de grands projets utopiques.

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 18/03/2011 – Edgar CAYCE 18 mars, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 03/2011,Esotérisme,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Edgar Cayce http://www.havelshouseofhistory.com/Cayce,%20Edgar%20Photo.jpg

http://1.bp.blogspot.com/_yh93vawma_Q/TBqMa6cx0-I/AAAAAAAABFo/4bt8mMkuvgo/s1600/EdgarCayce_Legacy.jpg

http://images.amazon.com/images/P/0876043937.01.LZZZZZZZ.jpg

Personnalité du 18/03/2011 - Edgar CAYCE dans 03/2011 bar

http://www.edgarcayce.org/

http://www.edgarcayce.org/en_francais/index.html

Quelques prophéties d’Edgar Cayce

Ce qu’en pensent les sceptiques

Actualités en relation avec Edgar Cayce

———————————————————————————————————–

Edgar CAYCE

né le 18/03/1877 à 15h20 à Hopkinsville (Kentucky) – USA

edgarcayce18031877 dans Esotérisme

Edgar Cayce (18 mars 1877 près de Beverly, Kentucky, États-Unis3 janvier 1945 à Virginia Beach, États-Unis) est parfois considéré comme le « prophète dormant » et l’un des « plus grands mystiques » des États-Unis. Pendant des « lectures » (readings), entrant en transe par hypnose, il répondait à des questions relatives à un individu. Ces lectures évoquent, au début, la santé physique. Puis, les conseils se diversifient et portent sur les vies antérieures, les interprétations de rêves, les phénomènes psychiques, la santé mentale, la méditation, la prière, le développement spirituel, mais aussi le commerce et l’Atlantide.

Il reste connu pour les parties de son travail qu’il considérait comme les plus importantes, telles que le soin (la grande majorité de ses « lectures » ont été faites pour des personnes qui étaient malades) ou la théologie chrétienne (Cayce a été toute sa vie un membre des Disciples du Christ, une église protestante). Il pourrait être à l’origine de l’idée que la Californie sera un jour « submergée ». Bien qu’il ait vécu avant l’émergence du New Age, il a eu une grande influence sur certaines idées de ce courant.

Les sceptiques doutent de ses prouesses psychiques, ainsi que les chrétiens conservateurs qui se posent des questions sur son orthodoxie.

Selon Louis Pauwels, qui relate sa biographie dans Le Matin des magiciens, Cayce est un homme très simple, de faible formation culturelle, capable en état de sommeil de prescrire la solution médicale de toute maladie. Ses dons viendraient d’une maladie contractée à l’âge de 5 ans qui le mit dans le coma. Dans cet état, il donne alors à son médecin, à voix haute, la cause de son état et le type de cataplasme qu’il faut lui appliquer. Depuis, en état de « transe », il prescrira un traitement pour les maladies qu’on lui soumettra. Il aurait prédit le jour et l’heure de sa mort, victime d’une maladie incurable qu’il ne voulut pas désigner.

En 2009, il existe plusieurs dizaines de milliers d’adeptes de Cayce. La plupart d’entre eux habitent aux États-Unis et au Canada, mais les centres Edgar Cayce se trouvent dans 25 autres pays. L’Association for Research and Enlightenment (ARE : « Association pour la recherche et l’enseignement spirituel »), basée à Virginia Beach, est l’organisation qui promeut le plus les travaux de Cayce et conserve toutes les lectures.

Edgar Cayce est né dans une famille paysanne le 18 mars 1877, près de Beverly, onze kilomètres au sud d’Hopkinsville. Les différentes phases de la vie de Cayce peuvent commodément être définies selon leur géographie :

1877 à 1920 – La période du Kentucky

En décembre 1893, la famille emménagea à Hopkinsville dans le Kentucky, au 705 de West Seventh, au coin sud-est de Seventh et Young Street.

À l’école alors qu’il avait environ dix ans et travaillait très moyennement, son maître avait signifié ses lacunes à son père, celui-ci lui demande d’apprendre une leçon, l’enfant s’y consacre 10 minutes, puis revient vers son père, déclarant : « c’est fini ». Le père lui demande s’il se moque de lui, Edgar se met alors à réciter deux pages complètes, imprimées dans son cerveau, tel un appareil photographique.

Durant cette période, Cayce suivit des études jusqu’au secondaire inférieur. Il s’est découvert une vocation spirituelle. Il a quitté la ferme familiale pour d’autres types de travaux (d’abord au magasin Richard’s Dry Goods Store, puis dans la librairie Hopper, tous deux situés sur Main Street).

L’éducation de Cayce s’est arrêtée à la 2e année du secondaire, car ni lui ni sa famille n’avaient les moyens de payer pour les études dans un collège américain. De plus, à cette époque, des matières plus avancées (telles que les mathématiques et les sciences appliquées) étaient présentées plus tôt dans les écoles publiques. Finir la 2e secondaire alors était équivalent à finir le collège au début du XXIe siècle (pour certains sujets), et était considéré plus que suffisant pour un enfant des classes ouvrières. La vie d’Edgar Cayce sera marquée par une course désespérée au travail et à l’argent.

Tout au long de sa vie, Edgar Cayce fut un membre actif des Disciples du Christ. Il relisait la Bible, entièrement , chaque année de sa vie, enseignait le catéchisme et recrutait des missionnaires. Il se serait toujours demandé avec anxiété si ses capacités psychiques — et les enseignements qui en découlaient — était spirituellement justifiés.

En 1900, il se lança dans le commerce avec son père, pour vendre une assurance du nom de Woodmen of the World (« Bûcherons du monde »). En mars de cette année-là, il attrapa une laryngite aigüe qui, le 18 avril, le rendit aphone.

Dans l’incapacité de travailler, il vécut chez ses parents pendant presqu’un an. Il décida ensuite de se lancer dans la photographie, en espérant qu’il aurait de ce fait peu de raison de parler. Il devint apprenti-photographe dans le studio de W. R. Bowles, au coin de la Neuvième et de Virginia à Hopkinsville.

Un artiste itinérant, comique et hypnotiseur, appelé « Hart – The Laugh Man » (« Hart, l’homme du rire »), fit une représentation à l’opéra de Hopkinsville en 1901. Il entendit parler du problème de Cayce, et proposa de le soigner. Cayce accepta, et l’expérience eut lieu sur scène, devant le public. Sa voix lui revint lors d’une séance d’hypnose, mais s’éteignit à son réveil. Hart essaya une suggestion post-hypnotique afin que Cayce retrouve sa voix même après la transe, mais sans succès.

Hart quitta la ville, mais un autre hypnotiseur local, Al Layne, se proposa pour continuer à travailler avec Cayce afin qu’il récupère la voix. Layne suggéra à Cayce de décrire la nature de son problème et sa solution pendant la séance d’hypnose. Cayce décrit alors sa maladie en utilisant le premier pronom personnel du pluriel « nous », au lieu du singulier « je ». Lors des séances suivantes, il commençait en général par dire « Nous avons le corps ». D’après les transcriptions de ces séances, la perte de sa voix était due à une paralysie psychologique, et pouvait être corrigée par l’afflux de sang aux cordes vocales. Layne suggéra alors que le flux de sang soit en effet augmenté, et le visage et la poitrine de Cayce devinrent alors rouges. Après 20 minutes, encore en transe, il déclara le traitement terminé. A l’éveil, sa voix resta normale. Il y eut des rechutes, mais après quelques séances supplémentaires avec Layne, avec le même traitement, le problème fut réglé définitivement.

Layne avait lu des traitements hypnotiques semblables, effectués par le Marquis Chastenet de Puysegur, un adepte de Franz Mesmer, et voulait explorer les limites des connaissances thérapeutiques de la « voix en transe ». Il demanda à Cayce de décrire ses propres maux et de lui suggérer des traitements. Les résultats auraient été à la fois précis et efficaces. Layne conseilla alors à Cayce d’offrir ses services de guérison en transe au public, mais Cayce n’était que peu disposé à le faire. Il accepta toutefois, à la condition que de telles séances soient gratuites. Avec l’aide de Layne, il commença donc à offrir des traitements gratuits aux gens de la ville. Ces séances furent un succès, et il devint de plus en plus connu. Des rapports sur le travail de Cayce apparurent dans les journaux, et de nombreuses lettres de demandes lui parvinrent. Selon ces rapports, Cayce était capable de travailler aussi bien à partir d’une lettre de la personne, qu’en présence de celle-ci. Ceci lança la correspondance qu’entretiendra Cayce avec des personnes du monde entier.

La quantité de travail de Cayce augmenta en même temps que sa renommée. Il demanda à contre-cœur des donations, afin de subvenir à ses besoins et ceux de sa famille, de manière à pouvoir faire des séances à temps plein. Il continua à travailler dans un état de transe apparente avec un hypnotiseur toute sa vie. Sa femme, puis son fils aîné, remplacèrent Layne dans ce rôle. Une secrétaire, Gladys Davis, prenait des notes.

La lecture en transe eut une influence notable sur la santé de Cayce, et il attribua ses incapacités passagères à rentrer en transe, à la trop importante pression qu’il subissait. Il remboursait scrupuleusement les clients insatisfaits.

1920 à 1923 – La période texane

Au cours de cette période, Cayce se sépara de sa famille, et cessa en effet de pourvoir à leurs besoins, tout en essayant de s’enrichir, sans y parvenir. Il tenta plusieurs fois d’attirer des investisseurs, dans des entreprises d’exploitation de pétrole, offrant ses services de médium. Selon toute vraisemblance, ces entreprises étaient peu honnêtes, mais il est difficile de dire dans quelle mesure Cayce en était coupable. Lorsque, plus tard, il évoqua ces années-là, il en parla comme d’une époque pendant laquelle il s’éloigna de ses idéaux.

Arthur Lammers, un riche imprimeur, le persuada en 1923 de consacrer ses transes à des sujets philosophiques. Dans cet état présumé, Cayce parla sans équivoque de vies antérieures. La réincarnation était alors un sujet populaire. Mais la réincarnation n’étant pas acceptée par la religion chrétienne, Cayce exprima son désarroi face à ce grave conflit de conscience. Lammers tenta de le rassurer, mais ils en vinrent à se disputer. Finalement, c’est la « voix en transe », le « nous » des lectures, qui aurait dialogué avec Cayce, et l’aurait convaincu de continuer ce genre de séances. En 1925, cette même voix lui aurait ordonné de déménager à Virginia Beach, en Virginie.

1925 à 1945 – La période de Virginia Beach

Durant cette période, Cayce créa plusieurs institutions qui lui survivront, sous une forme ou une autre. Il fut alors un médium professionnel, avec du personnel et des volontaires pour l’aider. Les sujets des lectures furent de plus en plus métaphysiques ou ésotériques.

En 1929 fut créé l’hôpital Cayce à Virginia Beach, grâce aux dons d’un riche bénéficiaire des séances de transe, Morton Blumenthal.

Cayce passa à la postérité en 1943, grâce à un article dans le magazine Coronet. Il augmenta le nombre de séances, jusqu’à huit par jour, du fait de l’intérêt qu’il suscitait. Ceci eut des conséquences néfastes sur sa santé, et il mourut le 3 janvier 1945.

Chronologie

Capacités revendiquées

On dit de Cayce qu’il était :

Cayce doit sa notoriété aux réponses qu’il donnait en état d’apparente transe, ou de sommeil. La transe était « conduite » pour une personne, habituellement celle pour le compte de qui la séance était tenue (et qui n’était pas nécessairement présente). Les informations données par ce biais furent appelées « lectures » (readings).

Elles ont d’abord traité de la santé physique de l’individu (« lectures physiques ») ; plus tard les lectures ont aussi porté sur les « vies passées », le commerce, l’interprétation des rêves, et la santé mentale et spirituelle. Avec le temps, beaucoup des thèmes du New Age ont émergé de ces lectures, ce qui a contribué à la notoriété actuelle de Cayce.

D’autres capacités ont été prêtées à Cayce, telles que :

Cayce croyait que ses déclarations en état de transe étaient vraies seulement dans la mesure où elles mènent à une vie meilleure pour la personne à qui elles sont destinées : « Si elles aident à faire de meilleurs maris, de meilleurs businessmen, de meilleurs voisins, de meilleurs artistes, de meilleurs hommes d’église, alors adhérez-y, sinon rejetez-les. »

Cayce invitait souvent son auditoire à « tester » ses suggestions plutôt que de les accepter parce qu’ils « croyaient » en lui.

Les lectures

Edgar Cayce donna plus de 14 000 « lectures » pendant 43 ans (de 1901 à 1944). Ce sont des discours que Cayce révéla en état de transe, d’hypnose ou de « sommeil ». En « état de veille », il disait généralement ne pas se rappeler ce qu’il avait dit pendant les transes. Les lectures elles-mêmes expliquent que son inconscient a accès à des informations qui restent cachées à son esprit conscient, ce qui était une théorie répandue au sujet de l’hypnose du temps de Cayce. La plupart des enregistrements viennent de la période d’après 1925, sa secrétaire Gladys Davis enregistrant les lectures, et sa femme Gertrude Evans Cayce « conduisant » (guidant) les lectures.

Les lectures sont habituellement réparties dans les catégories suivantes :

Lectures physiques : 9 603 lectures existantes.

Aussi connues sous le nom de « lectures de santé » contenant le diagnostic et la prescription de la cure pour un patient. Cayce avait besoin qu’on lui donne l’endroit où le patient se trouvait physiquement, même si cela se trouvait être une autre ville ou un autre État (patients faisant des demandes par lettres).

Lectures de vies : 1 920 lectures existantes.

Dans une lecture de vies, Cayce décrit les états physique, émotionnel et mental présents en relation avec des vies antérieures. La plupart des personnes concernées ont découvert des vies étalées sur douze périodes principales, dont celles de l’Atlantide, de l’Égypte ancienne du temps de « Ra Ta », de la Perse ancienne, de la Palestine du temps du Christ et de l’Amérique coloniale. Un nombre important de personnes se sont vu attribuer des vies célèbres. Le fils de Cayce, Hugh Lynn, par exemple, aurait été l’apôtre André.

Lectures d’affaires : 747 lectures existantes.

Cayce faisait occasionnellement des lectures d’affaires comprenant des conseils concernant les associés, les marchés boursiers, les stratégies de développement, etc.

Lectures de rêves : 630 lectures existantes.

Edgar Cayce encourageait tout le monde à interpréter et utiliser ses propres rêves dans la vie de tous les jours. Une lecture de rêves incluait l’interprétation par Cayce des rêves de ses clients. Comme il le faisait dans des lectures sur d’autres sujets, Cayce interrompait souvent la personne qui racontait le rêve pour donner une interprétation immédiate. Il complétait parfois des parties de rêve supposément oubliées par le rêveur. Au contraire de l’interprétation des rêves jungienne ou freudienne, il ne portait pas énormément d’attention aux symboles. Il disait que chaque individu possède les siens propres. Il prétendait que, dans leurs rêves, les gens pouvaient recevoir de précieuses intuitions qui étaient toujours utiles au rêveur. En dehors de ces intuitions, il prétendait que l’on peut par ce biais communiquer avec les personnes qui nous sont chères, vivantes ou non, se souvenir d’expériences de vies antérieures, voir un futur possible et expérimenter nombre d’autres phénomènes psychiques. Il déclarait que tout le monde pouvait développer ces capacités paranormales.

Lectures mentales et spirituelles : 450 lectures existantes.

Ces lectures étaient souvent courtes et étaient celles que Cayce préférait relire. Elles se concentraient sur ce que l’individu pouvait faire pour améliorer sa vie sur les plans du mental et du spirituel

Autres lectures : 954 lectures existantes.

Les autres lectures portent sur des sujets non catégorisables par les catégories sus-mentionnées. Cela peut porter sur la recherche de personnes disparues, des trésors cachés, des lectures données pour un groupe de développement spirituel, des capacités psychiques, des auras, des prophéties, la structure de la réalité, la géologie et beaucoup d’autres sujets.

Les lectures de Cayce sont habituellement référencées grâce à un identifiant numérique dans lequel le premier nombre représente le destinataire de la lecture (la plupart d’entre eux restent secrets), et le second indique le numéro de la lecture, dans le cas où la personne en aurait reçu plus d’une. 5749-14 par exemple est la quatorzième lecture donnée à la personne identifiée par le numéro 5749 (le numéro est assigné arbitrairement).

Principaux thèmes

Le choix des principaux thèmes de Cayce ne se fait qu’avec de grands risques interprétatifs. Les lectures de santé sont les plus nombreuses, et elles impliquent beaucoup de concepts et pratiques résultant d’une vision alternative de la santé. Cayce — éveillé ou endormi — a décrit son travail en termes de service chrétien. Cependant, ceux qui s’intéressent à l’ésotérisme ou la métaphysique se sont concentrés sur un ensemble de sujets quelque peu différents.

L’origine et la destinée de l’humanité

« Tous les esprits ont été créés au commencement, et trouvent leur chemin pour retourner là d’où ils viennent. » Cayce croit que les âmes humaines ont été créées avec une conscience de leur unité avec Dieu. Certaines « ont perdu » cet état ; d’autres, conduites par l’âme de Jésus, seraient « bénévoles » pour les sauver. La Terre, avec toutes ses limitations, aurait été créée en tant qu’arène appropriée à la croissance spirituelle.

La réincarnation

Cayce enseigne la réincarnation et le karma comme des instruments des lois d’un Dieu d’amour plutôt que des lois naturelles et aveugles. Son but est d’enseigner certaines leçons spirituelles. Les animaux ont des âmes indifférenciées, de « groupe » plutôt qu’individuelles et conscientes. Une fois que l’âme évolue à travers une succession d’incarnations animales et réalise le statut humain, elle ne réapparaît plus sous la forme animale. Le point de vue de Cayce incorpore des enseignements théosophiques sur l’évolution spirituelle.

Astrologie

Cayce accepte l’astrologie en supposant que les âmes humaines passent du temps sur d’autres planètes (ou peut-être leurs contre-parties spirituelles) entre deux incarnations. La position des planètes à la naissance témoignerait de ces influences.

Lois universelles

Les âmes incarnées sur la Terre sont d’après Cayce sujettes à certaines lois spirituelles, telle que « tu récolteras ce que tu auras semé (karma) ou tu seras jugé comme tu juges (les autres) ». De telles lois représenteraient un aspect de la pitié de Dieu qui guiderait les Hommes sur leur chemin spirituel, quelles que soient les circonstances.

Jésus et le Christ

Suivant le courant de Nouvelle Pensée décrit plus haut, Cayce distingue Jésus et l’état du Christ. Brièvement, Jésus aurait eu une âme comme n’importe quelle personne, qui s’est réincarnée à plusieurs reprises (et a fait beaucoup d’erreurs). L’état du Christ est un état qu’il aurait atteint, et auquel toutes les personnes peuvent aspirer. Ainsi, Cayce aurait appelé Jésus le « frère plus âgé ».

Vie secrète de Jésus

Récits présentés par Cayce des incarnations précédentes de Jésus, y compris un personnage atlante appelé « Amilius » et des figures bibliques plus connues : Adam, Enoch, Melchisédech, José, Asaph et Jeshua. Cayce décrit Jésus comme un Essénien qui a voyagé à travers l’Inde dans sa jeunesse afin d’étudier des religions orientales.

Idéaux

Cayce souligne à plusieurs reprises le choix de l’idéal comme base du chemin spirituel. « Et que tous réalisent que ce que nous faisons et sommes est le résultat de ce que nous avons fait des idéaux que nous avons choisis » (lecture 1549-1). Chaque personne peut choisir tout idéal vers lequel elle se sent attirée. Si elle essaie de l’appliquer, Dieu est censé la guider plus loin, peut-être en développant l’aspiration à d’autres idéaux. Le plus haut idéal, indique Cayce, est le Christ ; cependant, les lectures identifient « l’esprit du Christ » sous une certaine forme comme base pour des religions autres que le christianisme.

Corps, mental, esprit

Cayce utilise souvent ces trois notions, ou leurs équivalents, pour décrire le genre humain. « L’esprit est la vie. L’esprit est le constructeur. L’examen médical est le résultat. » (compilation de diverses lectures). Le concept est appliqué non seulement à la santé holistique mais également à la vie spirituelle.

Méditation

Tandis que Cayce décrit parfois en détail des techniques de méditation comme s’asseoir ou chanter (« Arrr — iii-oommm »), l’élément crucial est celui de s’ouvrir à l’influence divine. Dans l’un de ses livres, la recherche de Dieu (Search For God) partage la croyance que « par la prière que nous parlons à Dieu. Dans la méditation, Dieu nous parle ». La méditation a quelques aspects en commun avec l’hindouisme ou le bouddhisme (les chakras, la kundalini), mais ressemble plus aux versions chrétiennes de la Nouvelle Pensée. Le symbolisme du livre des révélations, dit-il, est basé sur des expériences méditatives.

Expériences extra-sensorielles

Cayce considérait les expériences psychiques et les « expériences extra-sensorielles » comme sous-produit normal de croissance d’âme. Dieu peut « parler » aux personnes à travers des rêves (beaucoup de lectures se composent d’interprétation de rêves), ou par des intuitions semblables aux douleurs de la conscience. Cependant, Cayce n’approuve pas le spiritisme ou la médiumnité parce que les entités contactées ainsi ne sont pas nécessairement particulièrement élevées. Au lieu de cela, il encourage des chercheurs à se concentrer sur le Christ.

L’Atlantide

Les lectures de Cayce affirment l’existence de l’Atlantide, un vaste continent avec une technologie de pointe dont les réfugiés ont peuplé l’Égypte antique et les régions précolombiennes d’Amérique. La description de Cayce de l’Atlantide a beaucoup en commun avec celle de Ignatius Donnelly. D’après Cayce, la société atlante a été divisée en deux factions politiques d’une grande longévité — une « bonne » faction appelée les « fils de la loi d’Un », et une faction « mauvaise » appelée les « fils de Belial ». Beaucoup de personnes vivantes seraient les réincarnations d’âmes atlantéennes, qui doivent maintenant faire face aux mêmes tentations qu’avant. À cet égard, Cayce a également prévu la venue d’une certaine « pierre bleue » d’origine atlante, qui devait être trouvée sur « une île des Caraïbes » et devait avoir le pouvoir de guérir. En 1974, une pectolite bleu volcanique, connue sous le nom de Larimar, a été trouvée en République dominicaine. Dans les cercles métaphysiques, des participants affirment que cette pierre peut soigner ; comme avec la plupart des cristaux et pierres gemmes, il n’y a aucune preuve scientifique à ce sujet. L’Atlantide a souffert de trois destructions principales dont un déluge. Selon les lectures, une source importante d’agitation était le désir des fils de Belial d’exploiter « les Choses », des sous-humains (décrits par Cayce comme des créatures mi-humaines,mi-animales et peu intelligents,avec lesquelles certains atlantes avaient des relations sexuelles,) contre celui des fils de la loi d’Un, voulant les protéger.Les atlantes disposaient d’une énergie colossale comparable à notre énergie nucléaire, qui provenait, chez eux, de la captation de rayonnements cosmiques puis la transformation de ceux-ci grâce à des prismes, des cristaux, cette énergie permettait de faire fonctionner des bateaux décollant de l’eau tels des hydravions. La destruction de l’Atlantide vint d’une surcharge du cristal qui a causé une gigantesque explosion,concomittente à des cataclysmes naturels(éruptions). Dorothée Koechlin de Bizemont(l’univers d’Edgar Cayce ed. Laffont).

L’Égypte

À côté des périodes bibliques, l’ère la plus significative pour les « lectures de la vie » était l’Égypte ancienne, une civilisation pré-dynastique se composant des réfugiés atlantes. Cayce a prétendu avoir été un pharaon inconnu appelé « Ra Ta » qui a établi un centre curatif basé sur le spirituel (le « temple du sacrifice ») et un établissement éducatif (le « temple beau »). Ses lectures diagnostiques et ses récits au sujet du passé et du futur étaient censés être une suite à son travail plus ancien. Cette civilisation aurait également construit des monuments sur le plateau de Gizeh, dont la grande pyramide, et laissa de l’Atlantide des enregistrements dans une salle à cet effet situés quelque part sous le sphinx de Gizeh. Ces lectures ont une forte ressemblance avec ceux de Harvey Spencer Lewis, fondateur de l’AMORC.

Changements de la Terre

Quelques lectures de Cayce font référence à de profonds changements de la Terre en conjonction avec l’inversion des pôles magnétiques terrestres ; elle surviendrait dans les années 1930, les années 1960 ou les années 1990. Les personnes qui croient aux théories de Cayce ont développé plusieurs manières créatives d’interpréter de tels passages, bien que certaines aient été déçus que 1998 ne voie pas se relever l’Atlantide, s’enfoncer la Californie ou revenir le Christ.

Traitements de Cayce

Les lectures médicales de Cayce prescrivent typiquement des cataplasmes (souvent d’huile de ricin), des ajustements osteopathiques, l’irrigation du côlon, des massages (souvent avec de l’huile d’arachide), la prière, des remèdes traditionnels (comprimés de charbon de bois), diverses formes de médecine électrique et des spécialités pharmaceutiques (comme l’atomidine), et des recommandations spécifiques au sujet du régime alimentaire et de l’exercice. Cayce est souvent vu en tant que praticien de médecine holistique, et a en particulier des liens philosophiques forts avec la naturopathie. Le docteur William Mac Garey a résumé les traitements de Cayce dans son livre The Edgar Cayce Remedies, (Association for Research and Enlightenment, Inc., 1983). Ce livre, fondé sur 35 ans d’expérience médicale, a été traduit en français par Dorothée Koechlin de Bizemont sous le titre Les Remèdes d’Edgar Cayce, éditions du Rocher, 1994, 282 p.

Régime de Cayce

Les recommandations diététiques principales sont d’éviter la viande rouge (et le porc), l’alcool (excepté le vin rouge), le pain blanc et les nourritures frites ; de préférer des fruits et les légumes (de surface, feuillus) aux féculents ; de favoriser un rapport élevé (80/20 %) de nourritures basiques en minimisant les acides. Un repas par jour devrait se composer uniquement de légumes crus. Cayce a préconisé que la modération concernant le café et les cigarettes est salutaire à la santé. Plusieurs mélanges de nourriture sont contre-indiqués comme le café avec du lait ou du sucre, ou le jus de fruit avec du lait ou des céréales. Cayce ne suivait pas ce régime.

 

(*) Wikipedia

 

http://www.dailymotion.com/video/xbelgj

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x9vs4t

http://www.dailymotion.com/video/x9ejaz

 

 

Révolution Solaire d’Edgar CAYCE

edgarcaycers18031944 dans Personnalités du jour

Pour le 16/03/1944 à 03h12 à Hopkinsville.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 12 ET NOEUD SUD EN MAISON 6

Actuellement le transit des noeuds s’effectue dans les maisons 6 et 12 respectivement pour le noeud sud et le noeud nord. Le but essentiel du transit du noeud sud en maison 6 est de vous faire prendre conscience qu’une part de l’existence doit être réservée justement à la prise de conscience.

Dans ce but, il est nécessaire de vous retirer temporairement pour faire le vide en vous. La présente période est destinée à cela. En conséquence, évitez tout nouvel engagement, dégagez-vous des tâches habituelles, ne vous créez aucune obligation. Les fardeaux deviendraient si lourds que vous succomberiez sous leur poids. Ne défiez pas votre destin, par inquiétude pour votre avenir, en vous engageant dans une nouvelle activité. Vous y rencontreriez des obstacles insurmontables. De plus les appuis espérés feront défaut et les assistances sur lesquelles vous comptez se déroberont. Vous pourrez même perdre ainsi vos dernières ressources. En revanche en acceptant de vous retirer, vous serez étrangement soutenu. Ces moments de retraite, de repos et de réflexion sont nécessaires. Ils vous permettent de reconsidérer vos actes et vos erreurs passés et, ainsi, de mieux planifier votre avenir et le nouveau cycle de vie qui commencera dès l’entrée de votre noeud nord en votre maison 11 natal. C’est l’objet de cette période.

Au mieux, au travers de ce que vous vivez maintenant, révisez vos potentialités d’aide à autrui, de dévouement désintéressé, de compassion et de compréhension, de manière à accorder aux autres dans peu de temps lorsque tout ira mieux pour vous, ce que vous auriez aimez recevoir vous-même. Par ailleurs il vous faut mesurer vos efforts physiques. Reprenez des forces. On peut considérer cette période comme un temps de convalescence nécessaire à la reconstruction d’une santé physique ou d’une reconversion mentale, de manière à être prêt pour la période suivante – annoncée plus haut – dont la coloration essentielle sera la liberté, la libération, la rupture des entraves et la réalisation des rêves et projets formulés actuellement.

 

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 03/03/2011 – Alexandre VOLGUINE 3 mars, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 03/2011,Esotérisme,Personnalités du jour , 1 commentaire

————————————— PERSONNALITE DU JOUR ———————————–

Personnalité du 03/03/2011 - Alexandre VOLGUINE dans 03/2011 3233_1

3233_5 dans Esotérisme

 

 

 

 

 

 


 

———————————————————————————————————–

Alexandre VOLGUINE

né le 03 Mars 1903 à 05h45 à Novaya Praga – UKRAINE

alexandrevolguine030319 dans Personnalités du jour
Alexandre (André) Volguine (*) (3 mars 1903 à 5 h 45 en Ukraine - 23 juin 1976) est un astrologue du XXe siècle d’origine russe. Il fonda en 1938 la revue Les Cahiers Astrologiques qui, interrompue seulement par la Seconde Guerre Mondiale, parut jusqu’en 1983. Dans son Journal d’un astrologue (1957), il affirme : « Si l’on me demandait quelle est ma religion, je répondrais : l’astrologie ».

Ouvrages personnels :

1933 :

1937 :

1940 :

1946 :

1953

1957 :

1960 :

1977 :

1980 :

? :

Contributions :

1941 :

1951 :

1952 :

1958:

 

(*) Wikipedia

 

Révolution Solaire d’Alexandre VOLGUINE

alexandrevolguine030319

Pour le 03/03/1976à 23h56 T.U., à Novaya Praga.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 8 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 2:

            Cette période favorise les aides, les soutiens, les apports les légations et les héritages. Il faut inclure aussi les dédommagements financiers, les dommages et intérêts et les préavis professionnels.

            Elle défavorise les ressources issues de vos propres efforts : soit les revenus se réduisent, soit des frais inhabituels interviennent; le « net » disponible s’en trouvera donc toujours réduit.

            Dans le même esprit, vos désirs personnels ne seront satisfaits qu’en vous conformant à réaliser d’abord les souhaits d’autrui. Toutes les autres démarches personnelles ne conduiront qu’à des frustrations. Inutiles de piétiner avant la fin de cette période. C’est le moment de réduire vos dépenses quelque peu en attendant des jours meilleurs, c’est à dire d’ici un an.

            En revanche, si l’argent gagné à titre personnel vous est moins favorable actuellement, vous pourrez bénéficier d’aides financières extérieures de soutien à partir de vos relations.

            Vous pourrez aussi obtenir plus facilement un crédit bancaire qui vous permettra de compenser le manque à gagner. Prévoyez des remboursements à long terme, car il vous faudra attendre la fin de cette période pour vous refaire une santé financière.

            Toutefois, comme la période suivante favorisera vos relations ou associations, vous pouvez dès maintenant accepter un apport associatif d’une relation qui  fructifiera ultérieurement.

            Au point de vue emploi, cette période est assez critique. C’est la période de tous les dangers au point de vue de rupture de contrat.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 14/12/2010 – NOSTRADAMUS 14 décembre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2010,Esotérisme,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://1.bp.blogspot.com/_EQujjn9PtCc/TKSr4fjBeWI/AAAAAAAAAPQ/CSR1dAMNruU/s1600/Nostradamus.jpg

http://www.salondeprovence.com/nostradamus/musee/nostradamus.jpg

http://nostradamus2012.com/Images/Nostradamus_prophecies.jpg
http://lesouffledivin.files.wordpress.com/2010/05/nostradamus_endoftheworld.jpg
http://www.afjv.com/press0711/071112_nostradamus_pc.jpg

http://a6.idata.over-blog.com/3/02/14/28/Nostradamus.jpg

http://nostradamus.nostradamia.com/

——————————————————————————————————–

NOSTRADAMUS

né le 14 Décembre 1503 à 12h00 à Saint-Rémy-de-Provence – FRANCE

nostradamus14121503.jpg

Michel de Nostredame, dit Nostradamus, (*) né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy-de-Provence, et mort le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence, est un apothicaire[1] français (on dirait en français moderne : pharmacien[2]).

Selon bien des sources[3], il aurait également été médecin, bien que son expulsion de la faculté de médecine de Montpellier[4] témoigne qu’il n’était pas possible d’être les deux à la fois[5].
Pratiquant l’astrologie comme tous ses confrères à l’époque de la Renaissance, il est surtout connu pour ses prédictions sur la marche du monde.

Il est né de Jaume[6] de Nostredame et Reynière (ou Renée) de Saint-Rémy le 14 décembre 1503[7]. Jaume était l’aîné des six (certains disent dix-huit) enfants du couple Pierre de Nostredame et Blanche de Sainte-Marie.
Le nom des Nostredame vient de son grand-père juif, Guy de Gassonet (fils d’Arnauton de Velorges), qui choisit le nom de Pierre de Nostredame lors de sa conversion au catholicisme, probablement vers 1455[8]. Selon les archives d’Avignon, et selon les archives de Carpentras qui parlent souvent de juifs des autres régions, il est suggéré que l’origine du nom Nostredame fut imposée par le cardinal de Foix[9] de l’archevêque d’Arles, Pierre de Foix. Le grand-père de Nostredame, Pierre de Nostredame, était si convaincu de sa foi qu’il a répudié sa femme d’alors (Benastruge Gassonet) qui ne voulait pas quitter le judaïsme. Le curieux « démariage » fut prononcé à Orange le 14 juin 1463 (ce qui lui a permis finalement d’épouser Blanche).

Son enfance

C’est son bisaïeul maternel, Jean de Saint-Rémy, ancien médecin et trésorier de Saint-Rémy, qui lui aurait transmis en 1506 les rudiments des mathématiques et des lettres. Mais ceci est douteux, vu que la trace notariée (Archives dep. des Bouches du Rhône B. 2.607) de ce vieux personnage disparaît en 1504.

Ses années d’études

Personnalité du 14/12/2010 - NOSTRADAMUS dans 12/2010 220px-Michelnostradamus
Portrait de Nostradamus par le Dr Niel.

Il part très jeune à Avignon pour y obtenir son diplôme de bachelier ès arts. On le disait doué d’une mémoire presque divine, d’un caractère enjoué, plaisant, peut-être un peu moqueur « laetus, facetus estque mordax »[10]. Ses camarades l’auraient appelé « le jeune astrologue », parce « qu’il leur signalait et leur expliquait les phénomènes célestes », mystérieux alors pour beaucoup : les étoiles filantes, les météores, les astres, les brouillards, etc. Il dut apprendre aussi la grammaire, la rhétorique et la philosophie. Mais il doit quitter l’université après un an seulement, et donc sans diplôme, à cause de l’arrivée de la peste (fin 1520). Neuf ans plus tard (1529), ayant cependant pratiqué comme apothicaire (profession non diplômée), il s’inscrit à la Faculté de Montpellier pour essayer d’y gagner son doctorat en médecine. Il se fait connaître grâce aux remèdes qu’il a mis au point en tant qu’apothicaire, dont les fameuses « boules de senteur ». Mais il est bientôt expulsé pour avoir exercé ce métier « manuel » interdit par les statuts de la faculté [voir site Benazra Espace Nostradamus]. Son inscription de 1529 et sa radiation sont les seules traces de son passage à Montpellier, et on ne connaît pas de document attestant qu’il ait été docteur d’une autre université. Mais, sans être affirmatifs, la plupart des érudits du vingtième siècle pensent qu’il n’est pas impossible que l’expulsion de Nostredame ait été temporaire et qu’il soit devenu quand même diplômé de l’université de Montpellier (comme le prétendaient aussi, en ajoutant des détails supplémentaires peu croyables, certains commentateurs très tardifs comme Guynaud et Astruc), bien qu’il lui ait manqué le premier diplôme nécessaire pour accéder au doctorat, car les noms de plusieurs des diplômés connus de cette université sont absents, eux aussi, de ses registres[11] — à moins que ceux-ci n’en aient pas été de vrais diplômés non plus (le phénomène du « faux docteur » étant très connu à l’époque).

Mariages et professions

Vers 1533, il s’établit à Agen[12], où il pratique la médecine de soins à domicile. Il s’y lie d’amitié avec Jules César Scaliger. Cet Italien, installé à Toulouse, érudit de la Renaissance, est « un personnage incomparable, sinon à un Plutarque » selon Nostradamus ; il écrit sur tout. Impertinent, il s’attaque à tout le monde, s’intéresse à la botanique et fabrique des pommades et des onguents. Mais le jeune « imposteur » inquiète les autorités religieuses par ses idées un peu trop progressistes pour l’époque.

La durée précise de son séjour à Agen est inconnue ; peut-être trois ans, peut-être cinq ans. Les points de repère manquent et l’on ne peut offrir que des dates élastiques. Vers 1534[13] Nostredame s’y choisit une femme dont on ne sait même pas le nom[14], qui lui aurait donné deux enfants : un garçon et une fille. L’épouse et les deux enfants moururent, très rapidement semble-t-il, à l’occasion de quelque épidémie, la peste vraisemblablement.

D’après certains commentateurs catholiques des Prophéties – Barrere, l’abbé Torne-Chavigny notamment – Nostredame aurait dit en 1534 à un « frère » qui coulait une statue de Notre-Dame dans un moule d’étain qu’en faisant de pareilles images il ne faisait que des diableries. D’aucuns pensent que ses relations avec un certain Philibert Sarrazin, mécréant de l’époque et qui sentait le fagot dans la région d’Agen, avaient rendu Nostredame plutôt suspect à la Sainte Inquisition[15]. Celle-ci l’aurait même invité à se présenter devant son tribunal de Toulouse pour « y être jugé du crime d’hérésie ; mais il se garda bien de répondre à cette citation »[16].

Après la mort de sa première femme, Nostredame se serait remis à voyager. On l’aurait trouvé à Bordeaux, vers l’an 1539. Les commentateurs tardifs Moura et Louvet se le représentent en la compagnie de savants renommés de l’époque et du cru : l’apothicaire Léonard Baudon, Johannes Tarraga, Carolus Seninus et Jean Treilles, avocat.

Nostredame accomplit de 1540 à 1545 un tour de France qui l’amène à rencontrer de nombreuses personnalités, savants et médecins. La légende signale le passage du futur prophète à Bar-le-Duc. Nostredame y aurait soigné, d’après Étienne Jaubert[17], plusieurs personnes et notamment une célèbre (?) Mademoiselle Terry qui l’aurait souvent entendu « exhorter les catholiques à tenir ferme contre les Luthériens et à ne permettre qu’ils entrassent dans la ville»[18].

Une tradition très douteuse affirme qu’il a séjourné un temps à l’abbaye d’Orval, qui dépendait de l’Ordre de Cîteaux, située alors au diocèse de Trêves, à deux lieues de l’actuelle sous-préfecture de Montmédy, un séjour que Pagliani, après plusieurs autres, date de 1543[19]. On ne sait s’il faut y ajouter foi, même si, avec Torne-Chavigny et Napolêon lui-même, beaucoup de gens lui attribuent les fameuses prophéties d’Orval, Prévisions d’un solitaire, ainsi que celles d’un certain Olivarius. On les aurait ‘trouvées’ à l’abbaye d’Orval en 1792, date approximative de leur style même. La première (de style tardif, elle aussi) serait datée de 1542, antérieure donc de treize ans, comme on le verra plus loin, à la préface des premières Centuries. Mais il semble plus probable que toutes les deux aient été composées au XIXe siècle à la gloire de Napoléon[20].

Ici se termine le cycle de pérégrinations de Nostredame qui l’a mené en somme, après être rayé de Montpellier, du Sud-Ouest au Nord-Est de la France. Nostredame atteint la quarantaine (1543) et commence une seconde phase de déplacements qui va le rapprocher de la Provence et le pousser vers l’Italie, terre bénie de tous ceux qui connurent à son époque l’ivresse de la Renaissance.

Les premières étapes de ce périple sont probablement Vienne, puis « Valence des Allobroges », dont parle Nostradamus dans son Traité des fardemens et confitures à propos des célébrités qu’il s’honora d’y avoir rencontrées : « A Vienne, je vis d’aucuns personnages dignes d’une supprême collaudation ; dont l’un estoit Hieronymus, homme digne de louange, et Franciscus Marins, jeune homme d’une expectative de bonne foy. Devers nous, ne avons que Francisons Valeriola pour sa singulière humanité, pour son sçavoir prompt et mémoire ténacissime… Je ne sçays si le soleil, à trente lieues à la ronde, voit ung homme plus plein de sçavoir que luy »[21].

En 1544, Nostredame aurait eu l’occasion d’étudier la peste à Marseille[22] sous la direction, a-t-il dit, d’un « autre Hippocrate, le médecin Louis Serres »[23]. Puis, il est « appelé par ceux d’Aix en corps de communauté pour venir dans leur ville traiter les malades de la contagion dont elle est affligée. C’était en l’année mil cinq cent quarante six »[24].

On le voit certainement à Lyon en 1547 où il s’oppose au médecin lyonnais Philibert Sarrazin[25], à Vienne, Valence, Marseille, Aix-en-Provence et, enfin, à Arles, où il finit par s’établir. Là, il met au point un médicament à base de plantes, capable, selon lui, de prévenir la peste. En 1546, il l’expérimente à Aix lors d’une terrible épidémie : son remède semble efficace comme prophylactique, mais il écrira lui-même plus tard que « les seignées, les medicaments cordiaux, catartiques, ne autres n’avoyent non plus d’efficace que rien. » (Traité des fardemens et confitures, Lyon, 1555, p. 52) Malgré ce succès douteux, Nostredame est appelé sur les lieux où des épidémies sont signalées. À la même époque, il commence à publier des almanachs qui mêlent des prévisions météorologiques, des conseils médicaux et des recettes de beauté par les plantes. Il étudie également les astres.

220px-Nostradamuss_house_at_Salon-de-Provence dans Esotérisme
La Maison de Nostradamus à Salon-de-Provence (photo Lemesurier).

Le ­11 novembre 1547, il épouse en secondes noces Anne Ponsard, une jeune veuve de Salon-de-Provence, alors appelé Salon-de-Craux. Le couple occupe la maison qui abrite aujourd’hui le Musée Nostradamus. Il aura six enfants, trois filles et trois garçons ; l’aîné, César, deviendra consul de Salon, historien, biographe de son père, peintre et poète.

Nostredame prend le temps de voyager en Italie, de 1547 à 1549. C’est d’ailleurs en 1549 qu’il rencontre à Milan un spécialiste en alchimie végétale, qui lui fait découvrir les vertus des confitures qui guérissent. Il expérimente des traitements à base de ces confitures végétales et, de retour en France, il publie en 1552 son Traité des confitures et fardements.

En 1550, il rédige son premier « almanach » populaire – une collection de prédictions dites astrologiques pour l’année, incorporant un calendrier[26] et d’autres informations en style énigmatique et polyglotte qui devait se montrer assez difficile pour les éditeurs, à en juger par les nombreuses coquilles (où certains voient le signe que l’auteur était dyslexique). Dès cette date, Michel de Nostredame signe ses écrits du nom de « Nostradamus« . Ce nom n’est pas l’exacte transcription latine de ‘Nostredame’, qui serait plutôt Domina nostra ou Nostra domina. En latin correct, ‘Nostradamus’ pourrait signifier : « Nous donnons (damus) les choses qui sont nôtres (nostra) » ou « Nous donnons (damus) les panacées » (nostrum, mis au pluriel), mais il est également permis d’y voir un travestissement macaronique (et très heureux) de ‘Nostredame’.

En 1555, installé à Salon-de-Provence, il publie des prédictions perpétuelles (et donc en théorie, selon l’usage de l’époque, cycliques) dans un ouvrage de plus grande envergure et presque sans dates ciblées, publié par l’imprimeur lyonnais Macé (Matthieu) Bonhomme. Ce sont les Prophéties, l’ouvrage qui fait l’essentiel de sa gloire auprès de la postérité.

Protection royale

Sa renommée est telle que la reine Catherine de Médicis l’appelle à la cour en 1555[27]. Le motif de l’intérêt de la reine était peut-être que, dans son dernier Almanach, Nostradamus avait mis le roi en garde contre des dangers qu’il disait ne pas oser indiquer par écrit[28]. En cette même année 1555, donc, Nostradamus, inquiet des intentions de la cour (il craint d’avoir la tête coupée)[29], se rend à Paris, où il reçoit du couple royal des gratifications qu’en public il qualifiera d’amples mais dont il se plaint en privé qu’elles ne couvrent pas ses frais de voyage. Des nouvelles alarmantes sur l’intérêt que la justice parisienne porte à la source de sa prescience l’incitent à quitter Paris précipitamment. Il se persuade qu’on veut sa mort[30].

Dans les années qui suivent, il est la cible de plusieurs pamphlets imprimés. « Les attaques fusèrent de partout : de France et d’Angleterre, des milieux protestants et catholiques, des laïcs et des clercs, des poètes et des prosateurs, des adversaires de l’astrologie et des astrologues de métier, des étrangers mais aussi de ses proches »[31]. L’ordonnance d’Orléans du 31 janvier 1561 (dont l’auteur ou un des auteurs fut le chancelier Michel de l’Hospital, hostile à Nostradamus) prévoit des peines contre les auteurs d’almanachs publiés sans l’autorisation de l’archevêque ou de l’évêque[32]. Peut-être une infraction à cette ordonnance est-elle à l’origine d’un incident qui n’a pas été tiré tout à fait au clair[33]. Le jeune roi Charles IX écrit le 23 novembre 1561 au comte de Tende, gouverneur de Provence, apparemment pour lui donner l’ordre d’emprisonner Nostradamus, car le comte de Tende répond au roi le 18 décembre : « Au regard de Nostradamus, je l’ay faict saisir et est avecques moi, luy ayant deffendu de faire plus almanacz et pronostications, ce qu’il m’a promis. Il vous plaira me mander ce qu’il vous plaist que j’en fasse »[34]. Le comte a donc fait arrêter Nostradamus et l’a amené avec lui dans le château de Marignane. Les deux hommes étaient amis et la prison tenait plutôt de la mise en résidence. On ignore ce que le roi répondit au comte de Tende, mais tout indique que l’incident resta sans suites[35].

Nostradamus rentra pleinement en grâce auprès de la famille royale, puisqu’en 1564, à l’occasion du grand tour de France, Charles IX, accompagné de Catherine de Médicis et de Henri de Navarre (le futur Henri IV), lui rendit visite. À cette occasion, la reine le nomma médecin et conseiller du roi.

Maladies et mort

Certains, prenant à la lettre ce que Nostradamus, dans la préface de la première édition de ses Prophéties, dit de sa « comitiale agitation hiraclienne », pensent qu’il souffrait d’épilepsie. Selon d’autres, c’est seulement par image que Nostradamus désignait ainsi un état de transe qui accompagnait ce qu’il croyait être sa révélation prophétique. En revanche, il est vraisemblable (voir Leroy) qu’il fut atteint de la goutte et d’insuffisance cardiaque. Dans le dernier quatrain des Présages, qui parurent en 1568, soit deux ans après sa mort, on peut lire :
CXLI. Nouembre. Du retour d’Ambassade. dô de Roy. mis au lieu Plus n’en fera: sera allé a DIEV: Parans plus proches, amis, freres du sang, Trouué tout mort prés du lict & du banc.

Certains y ont vu la preuve qu’il connaissait les circonstances de sa mort. On dit qu’on le retrouva mort, près de son lit et d’un banc de bois, le 2 juillet 1566, au retour d’un voyage où il avait représenté sa ville auprès du roi (donc une ambassade) et y avait reçu le titre de médecin ordinaire du roi. Ce qui est attesté, c’est qu’il représenta Salon-de-Crau en ambassade[réf. souhaitée] à Arles auprès du roi en 1564, qu’il fut par la suite richement doté par le roi. Il fut retrouvé mort le 2 juillet 1566 au matin (et non pas en novembre !). Ce qui laisse cependant entier le doute quant à la prophétie, puisque celle-ci ne sera publiée que deux ans après sa mort, et en forme apparemment rétro-éditée. Il mourut à Salon-de-Provence d’un œdème dit cardio-pulmonaire. On connaît son testament rédigé par son notaire et on connaît le devenir exact de sa dépouille. Son corps repose en l’église Saint-Laurent (voir Leroy, Benazra, Brind’Amour, Lemesurier etc. et illustration en version anglaise), à Salon-de-Provence.

Les Prophéties

220px-Nostradamus_Centuries_1568 dans Personnalités du jour
Les Prophéties. Édition de 1568.

Comme on l’a dit, la première édition des Prophéties est de 1555. Plusieurs éditions sont considérées comme piratées ou antidatées, mais on admet en général que l’édition (augmentée) qui porte la date de septembre 1557 fut réellement publiée du vivant de Nostradamus. L’existence d’une édition de 1558 est moins sûre, aucun exemplaire n’ayant survécu. Le livre est partagé en Centuries, une centurie étant, théoriquement, un ensemble de cent quatrains. La septième centurie resta toujours incomplète. La première édition, pleine de références savantes, contient 353 quatrains prophétiques, la dernière, publiée deux ans après la mort de Nostradamus, 942 – soit 58 quatrains de moins que les 1000 qu’il avait annoncés (« parachevant la milliade »). Les Propheties ont donné lieu à la publication de près de dix mille ouvrages. Parmi les exégètes les plus célèbres, on peut mentionner Anatole Le Pelletier, Vlaicu Ionesco, Jean-Charles de Fontbrune et son père, Serge Hutin et Erika Cheetham, qui croient à la prescience de Nostradamus, et Eugene F. Parker, Edgar Leoni, Louis Schlosser et surtout Pierre Brind’Amour, qui n’y croient pas. D’autres comme Robert Benazra, Michel Chomarat et Daniel Ruzo, se sont appliqués à recenser les éditions de ses œuvres et les ouvrages qui le concernent.

Une première cause de divergence entre interprètes est qu’en raison des méthodes de composition des imprimeurs du XVIe siècle, les éditions et même les exemplaires particuliers de ces éditions diffèrent tous ou presque, et ne garantissent aucune conformité parfaite avec le texte manuscrit original (perdu depuis lors). Pour ajouter à la difficulté, des quatrains (comme par exemple 10,72, qui indique une date précise) font l’objet de désaccords entre les exégètes, notamment quant au sens des mots.

La seconde cause de divergences entre les interprètes tient à Nostradamus lui-même. Son style obscur et son vocabulaire, mélange de français moyen, de latin, de grec (très peu ; voir par exemple le quatrain IV, 32) et de provençal, donnent aux exégètes une grande liberté d’interprétation. Nostradamus, peut-être pour ajouter du mystère à ses quatrains, a employé toutes sortes de figures littéraires. Mais la raison principale de ce style nébuleux serait, si on l’en croit, le désir d’assurer la pérennité de l’œuvre[36]. Nostradamus assure cependant qu’un jour le monde verra que la plupart des quatrains se sont accomplis, ce qui laisse entendre qu’ils seront compris clairement par l’humanité[37].

En attendant, tout évènement cadrant, a posteriori, avec l’une des multiples interprétations possibles d’un quatrain est présenté comme l’interprétation juste – plusieurs interprétations d’une même prophétie cohabitant parfois chez le même exégète[38]. Un bon nombre des interprètes (surtout les sensationnalistes et les amateurs) qui croient à la prescience de Nostradamus semblent persuadés qu’il a surtout parlé de leur époque.

Les méthodes divinatoires de Nostradamus

Nostradamus affirmait volontiers avoir appliqué toute une série de procédés divinatoires, parmi lesquels la « fureur poëtique[39]« , ou le « subtil esprit du feu[40] » de l’oracle de Delphes; l’eau de l’oracle de Didymes[41]; l’astrologie judiciaire[42] (l’art de juger de l’avenir d’après le mouvement des planètes, mais Nostradamus se disait ‘astrophile’ plutôt qu’astrologue); les sacrées Écritures, ou les « sacrees lettres »[43] (bien qu’il n’ait probablement pas possédé une Bible telle quelle, interdite à l’époque aux laïques : il en aurait utilisé des extraits trouvés dans Eusèbe, Savonarole, Roussat et le Mirabilis Liber); « la calculation Astronomique[44]« , ou la « supputation des ages »[45], selon de prétendus cycles datant d’Ibn Ezra et de bien avant (Nostradamus prétend arrêter ses prédictions à l’an 3797); et le songe prophétique[46] ou l’incubation rituelle[47].

Il est cependant douteux qu’il ait vraiment utilisé ces procédés, car il semble se contredire là-dessus (par exemple en rattachant une même prophétie à plusieurs procédés), et il est plus probable que sa méthode principale était la projection dans le futur de prophéties préexistantes et de récits historiques, méthode dont il ne dit presque rien, mais dont l’existence est rendue quasi certaine par un nombre considérable de rapprochements faits depuis le 18e siècle jusqu’à nos jours (voir Bibliographie)[48].

Le plus célèbre des quatrains réputés prophétiques

Le plus célèbre des quatrains réputés prophétiques de Nostradamus (avec, peut-être le « quatrain de Varennes » IX, 20) est le trente-cinquième de la première centurie (Centurie I, quatrain 35)

Le lyon ieune le vieux surmontera,
En champ bellique par singulier duelle,
Dans cage d’or les yeux luy creuera,
Deux classes vne, puis mourir, mort cruelle.

Selon les adeptes d’une lecture prophétique, ce quatrain annoncerait la mort d’Henri II.

En juin 1559, le roi Henri II affronta le comte de Montgomery, lors d’un tournoi de chevalerie. Ils auraient porté (selon ces adeptes) tous deux un lion comme insigne. Henri II reçut la lance de son adversaire dans son casque (selon certains, en or) et aurait eu l’œil transpercé. Il mourut dix jours plus tard.

Voici ce qu’en dit l’historien québécois Pierre Brind’Amour (qui, pour sa part, pense que Nostradamus interprète un prodige céleste tel que celui qu’on aperçut en Suisse en 1547, montrant un combat entre deux lions) : « Ce quatrain, le plus célèbre des Centuries, fait les délices des amateurs d’occultisme, qui veulent y voir l’annonce du tournoi qui opposa Henri II et le sieur Gabriel de Lorge, comte de Montgomery, le 1er juillet[49] 1559. On sait qu’Henri II, blessé à l’œil par son adversaire, mourut de sa blessure le 10 juillet suivant. Les sceptiques, dont je suis, s’émerveillent de la coïncidence ; les adeptes y voient la preuve de ce qu’ils ont toujours su, à savoir que Nostradamus avait un don de clairvoyance. Pourtant personne à l’époque ne fit le rapprochement. » (Nostradamus astrophile, p. 267; Les premières Centuries ou Propheties, pp. 99-101).

Le professeur de linguistique Bernard Chevignard[50] note lui aussi, que « ni Blaise de Monluc, ni François de Vieilleville, ni Claude de l’Aubespine, ni Brantôme ne mentionnent une quelconque prophétie de l’oracle de Salon à ce propos [la mort d'Henri II], mais font état de leurs propres rêves prémonitoires ou d’une prédiction de l’astrologue napolitain Luca Gaurico ».
(Brantôme a bien fait allusion à l’incident, mais ne parle que d’un ‘devin’ qui n’était pas nécessairement Nostradamus).

B. Chevignard[51] relève de plus que, dans ses Présages en prose, à la fin de ce qui concerne le mois de juin 1559 (Henri II fut blessé en juin et mourut en juillet), Nostradamus, après avoir écrit « Quelque grand Prince, Seigneur & dominateur souverain mourir, autres defaillir, & autres grandement pericliter », ce qui fait s’écrier à son dévoué exégète Chavigny : « Icy infailliblement est presagée la mort du Roy Henry II », avait ajouté immédiatement après : « La France grandement augmenter, triompher, magnifier, & beaucoup plus le sien Monarque », d’où ce second commentaire de Chavigny : « Ceci est dit pour deguiser le fait. »

Chavigny, d’ailleurs, n’a pas interprété le quatrain I,35 comme annonçant la mort d’Henri II, non plus que Nostradamus lui-même, qui privilégiait le quatrain III, 55 (après l’avoir rétro-édité, d’ailleurs!). Cette interprétation n’est pas attestée avant 1614[52].

Quelques quatrains qui semblent avoir été copiés

Dans l’ Épître à Henri Second qui précède les trois dernières Centuries de ses Prophéties, Nostradamus semble dire que ses dons de voyant lui révélaient parfois non l’avenir mais le passé : « supputant presque autant des aventures du temps à venir, comme des âges passés »[53].
Son admiratif interprète Chavigny intitula d’ailleurs Le Janus françois un livre où il expliquait certains quatrains par des évènements antérieurs à leur publication.
Dans des lettres publiées en 1724 par le Mercure de France, un anonyme relevait lui aussi des «prophéties» de Nostradamus qui semblaient tournées vers le passé et, à la différence de Chavigny, il en concluait que Nostradamus se moquait de son lecteur.
L’existence de « quatrains du passé » a reçu plusieurs confirmations, surtout grâce aux travaux de Pierre Brind’Amour, qui datent des dernières années du XXe siècle. On a ainsi découvert des emprunts très nets à l’astrologue Richard Roussat, à l’érudit florentin Petrus Crinitus et à des auteurs antiques comme Tite-Live, Julius Obsequens etc.

Voici quelques exemples.

Estant assis de nuit secret estude,
Seul repousé sur la selle d’ærain,
Flambe exigue sortant de solitude
Fait proferer qui n’est à croire vain.

La verge en main mise au milieu de Branches,
De l’onde il moulle & le limbe & le pied.
Vn peur (conjecture : Vapeur) & voix fremissent par les manches,
Splendeur diuine. Le diuin prés s’assied.

Petrus Crinitus, De honesta Disciplina, réédité à Lyon en 1543, livre 20, rapporte, d’après Jamblique (traduit en latin par Marsile Ficin), comment les Sibylles pratiquaient la divination « à Branches » (in Branchis). En quelques lignes, il est question d’un « souffle ou feu ténu » (tenuem spiritum et ignem) ; d’une pythie assise « sur un siège d’airain » (super aeneam sellam), d’une autre qui tient « une verge dans sa main » (virgam manu gestat), baigne dans l’eau ses pieds et la bordure de ses vêtements (pedes limbumque undis proluit) ou encore aspire la « vapeur » (vaporem) et est emplie de « splendeur divine » (divino splendore).

(Noté par P. Brind’Amour[54])

Le dix Kalendes d’Apuril de faict Gotique (conjecture : Gnostique)
Resuscité encor par gens malins :
Le feu estainct, assemblée diabolique
Cherchant les or du d’Amant & Pselyn.

Dans le même livre de Petrus Crinitus, l. 7, ch. 4, il est question de Gnostiques (Gnostici) qui, cherchant à profiter des enseignements de Psellus et d’Origène Adamantius (Psellus, Origenes Adamantius), s’assemblent (convenire) le dix des Calendes d’avril (X. Cal. Apri.) et, toutes lumières éteintes (luminibus extinctis), commettent des abominations.

(Noté par P. Brind’Amour[55])

La grand’estoile par sept iours bruslera,
Nuée fera deux soleils apparoir :
Le gros mastin toute nuit hurlera
Quand grand pontife changera de terroir.

Julius Obsequens, dans son Livre des Prodiges (réédité en 1552 par Conrad Lycosthenes), raconte qu’après l’assassinat de Jules César, « une étoile brûla pendant sept jours. Trois soleils brillèrent (…). Des hurlements de chiens furent entendus de nuit devant la maison du grand pontife (…). » (Noté par Brind’Amour[56])

Au roy l’Augur sur le chef la main mettre,
Viendra prier pour la paix Italique :
A la main gauche viendra changer le sceptre
De Roy viendra Empereur pacifique.

Montera haut sur le bien [conjecture : lieu] plus à dextre,
Demourra assis sur la pierre quarrée :
Vers le midy posé à la senestre,
Baston tortu en main, bouche serrée.

Tite-Live raconte ainsi l’inauguration du roi Numa Pompilius :
« Alors, sous la conduite de l’augure (…), Numa se rendit à la citadelle et s’assit sur une pierre face au midi. L’augure prit place à sa gauche, la tête voilée et tenant de la main droite un bâton recourbé et sans nœud appelé lituus. De là, embrassant du regard la ville et la campagne, il (…) marqua dans le ciel les régions par une ligne tracée de l’est à l’ouest et spécifia que les régions de droite étaient celles du midi, les régions de gauche celles du nord (…). Puis, faisant passer le lituus dans sa main gauche, et plaçant la droite sur la tête de Numa, [il demanda un signe de la part des dieux][57]».
Immédiatement après, Tite-Live dit que Numa fut un roi pacifique qui éleva le temple de Janus pour symboliser la paix, et il loue l’empereur régnant, Auguste, d’être lui aussi pacifique[58].

(Noté par G. Dumézil[59])

LEGIS CANTIO CONTRA INEPTOS CRITICOS

Quos legent hosce versus, maturè censunto :
Profanum vulgus, & inscium ne attrestato :
Omnesque Astrologi, Blenni, Barbari procul sunto :
Qui aliter facit, is ritè, sacer esto.

Traduction : Que ceux qui lisent ces vers y réfléchissent longuement !
Que le vulgaire profane et ignorant ne s’en approche !
Que tous les astrologues les sots, les barbares s’en écartent !
Qui passe outre, qu’il soit maudit selon le rite !

Petrus Crinitus, à la fin de son De honesta disciplina, déjà cité, avait mis cette strophe latine : Legis cautio contra ineptos criticos

Quoi legent hosce libros, maturè censunto :
Profanum uolgus & inscium, ne attrectato :
Omnesque legulei, blenni, barbari procul sunto :
Qui aliter faxit, is ritè sacer esto.

(Noté par Brind’Amour[60])

Les os des pieds et des mains enserrés,
Par bruit maison longtemps inhabitée ;
Seront par songes concavant déterrés,
Maison salubre et sans bruit habitée.

Pline le Jeune, Lettres, VII, 27 : « Il y avait à Athènes une maison vaste et spacieuse, mais décriée et funeste. Dans le silence de la nuit, on entendait un bruit de fer (…) et un froissement de chaînes (…). Bientôt apparaissait le spectre : (…) ses pieds étaient chargés d’entraves et ses mains de fers qu’il secouait. (…) Aussi, dans la solitude et l’abandon auquel elle était condamnée, cette maison resta livrée tout entière à son hôte mystérieux. (…) [Le philosophe Athénodore loue la maison et y veille la nuit. Le spectre survient et l'invite à le suivre dans la cour, où il disparaît. Athénodore marque le lieu.] Le lendemain, il va trouver les magistrats et leur conseille de fouiller en cet endroit. On y trouva des ossements enlacés dans des chaînes. (…) On les rassembla, on les ensevelit publiquement et, après ces derniers devoirs, le mort ne troubla plus le repos de la maison. » (trad. De Sacy et Pierrot)

(Noté par E. Gruber[61])

De nuit viendra par la forest de Reines
Deux pars vaultorte Herne la pierre blanche,
Le moine noir en gris dedans Varennes
Esleu cap. cause tempeste feu, sang tranche.

Dans La Guide des chemins de France, édité(e) chez Charles Estienne en 1553, les pages 137 à 140 concernent les confins du Maine et de la Bretagne, à raison de quelques brèves lignes par page.
On y trouve les mentions suivantes :
p. 137 : Vaultorte, Heruee (probablement coquille pour l’actuelle Ernée), un ruisseau « faisant le depart (cfr. les deux pars de Nostradamus) de la comté du Maine et de la duché de Bretaigne »;
p. 138 : Forest de Renes;
p. 139 : Varennes;
p. 140 : la pierre blanche.

(Noté par Chantal Liaroutzos[62])

Certaines découvertes dans ce sens ont été présentées directement sur Internet, sans publication antérieure en livre ou en revue. C’est ainsi que L. de Luca[63] a découvert que la strophe latine mise par Nostradamus dans le prologue de sa Paraphrase de Galien est tirée des Inscriptiones sacrosanctae vetustatis, ouvrage de Petrus Apianus et Bartholomeus Amantius, édité à Ingolstadt en 1534. (Cet emprunt avait échappé à P. Brind’Amour, édition des Premières Centuries, Droz, 1996, p. 277.)
De mëme, P. Guinard[64] a découvert qu’Ulrich von Hutten est cité très souvent dans les Présages de Nostradamus et qu’il a fourni de la matière à un au moins des quatrains des Prophéties :
« Bis petit obscurum et condit se Luna tenebris
« Ipse quoque obducta pallet ferrugine frater. »
(« Deux fois la Lune cherche l’obscurité et se cache dans les ténèbres,
« Et son frère lui-même pâlit, couvert d’une couleur ferrugineuse »)
(Ulric von Hutten, Poemata, éd. Böcking, p. 253, reproduit sur le site de l’université de Mannheim) « Lune obscurcie aux profondes tenebres,
« Son frere pasle de couleur ferrugine »
(Nostradamus, Prophéties, I, 84.)Peter Lemesurier et Gary Somai ont également fait des rapprochements intéressants.

Fausses prophéties

Les Sixains, qui furent publiés pour la première fois au XVIIe siècle, sont considérés comme faux même par les partisans de la prescience de Nostradamus, car ils ne sont pas dans son style et son vocabulaire et sont beaucoup plus explicites que les quatrains centuriques. Par exemple, le sixain 52 :

La grand’Cité qui n’a pain à demy
Encor un coup la sainct Barthelemy
Engravera au profond de son ame :
Nisme, Rochelle, Geneve & Montpellier,
Castres Lyon, Mars entrant au Bélier,
S’entrebatteront : le tout pour une Dame

évoquerait le Massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572. La grand’Cité serait Paris. Nisme, Rochelle, Geneve & Montpellier sont les quatre principales villes protestantes. une Dame indiquerait Catherine de Médicis.

Juste après les attentats du 11 septembre 2001, le texte suivant a beaucoup circulé sur Internet :

In the City of God there will be a great thunder,
Two brothers torn apart by Chaos,
while the fortress endures,
the great leader will succumb,
The third big war will begin when the big city is burning

traduction :
Dans la cité de Dieu il y aura un grand tonnerre
Deux frères seront séparés par le chaos
Pendant que la forteresse endure
Le grand meneur succombera
La troisième grande guerre commencera quand la grande cité brûlera

Ce texte n’est pas de Nostradamus (ce n’est même pas un quatrain). Il fut écrit en 1997 et publié sur une page web par Neil Marshall, étudiant canadien de Brock University, qui voulait montrer qu’on pouvait fabriquer à la manière de Nostradamus des prophéties assez ambiguës pour supporter de nombreuses interprétations. Ce qui concerne la troisième grande guerre n’est pas de Neil Marshall et fut ajouté après les attentats du 11 septembre[65].

Il existe aussi la traduction française d’un mélange de canulars, volontairement troublant, répandu en anglais après les attentats du 11 septembre 2001, et qui, il est bien évident, manquent de la rime et la scansion métrique qui caractérisent le « vers commun » qu’utilisait Nostradamus :

Dans l’année du nouveau siècle et neuf mois,
Du ciel viendra un grand roi de terreur…
Le ciel brûlera à quarante-cinq degrés.Ï Le feu approche la grande nouvelle ville…

Dans la ville d’York, il y aura un grand effondrement,
Deux frères jumeaux déchirés par le chaos
Tandis que la forteresse tombe le grand chef succombera
La troisième grande guerre commencera quand la grande ville brûlera.

Bibliographie

Ouvrages de Nostradamus

Études sur Nostradamus

 

 

(*) Wikipedia

 

http://www.dailymotion.com/video/x57lj6

Image de prévisualisation YouTube

http://www.dailymotion.com/video/x9ksq0

http://www.dailymotion.com/video/x9ks3o

http://www.dailymotion.com/video/x9kry3

 

 

Révolution Solaire de NOSTRADAMUS

nostradamusrs13121565.jpg

Pour le 13/12/1565 à 12h52 TU à Saint-Rémy-de-Provence

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 8 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 2:

            Cette période favorise les aides, les soutiens, les apports les légations et les héritages. Il faut inclure aussi les dédommagements financiers, les dommages et intérêts et les préavis professionnels.

            Elle défavorise les ressources issues de vos propres efforts : soit les revenus se réduisent, soit des frais inhabituels interviennent; le « net » disponible s’en trouvera donc toujours réduit.

            Dans le même esprit, vos désirs personnels ne seront satisfaits qu’en vous conformant à réaliser d’abord les souhaits d’autrui. Toutes les autres démarches personnelles ne conduiront qu’à des frustrations. Inutiles de piétiner avant la fin de cette période. C’est le moment de réduire vos dépenses quelque peu en attendant des jours meilleurs, c’est à dire d’ici un an.

            En revanche, si l’argent gagné à titre personnel vous est moins favorable actuellement, vous pourrez bénéficier d’aides financières extérieures de soutien à partir de vos relations.

            Vous pourrez aussi obtenir plus facilement un crédit bancaire qui vous permettra de compenser le manque à gagner. Prévoyez des remboursements à long terme, car il vous faudra attendre la fin de cette période pour vous refaire une santé financière.

            Toutefois, comme la période suivante favorisera vos relations ou associations, vous pouvez dès maintenant accepter un apport associatif d’une relation qui  fructifiera ultérieurement.

            Au point de vue emploi, cette période est assez critique. C’est la période de tous les dangers au point de vue de rupture de contrat.

 

-=-=- F I N -=-=-

___________________________________________________________________________________al

Personnalité du 01/10/2010 – André BARBAULT 1 octobre, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 10/2010,Esotérisme,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

————————————- PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

http://www.e-monsite.com/l-astrologue/oeumgm3kjm238y26jelx.jpg

http://desphaeris.com/4-images/frame/BarbaultA001.JPG
1° André BARBAULT

2° André BARBAULT

La culture Astrologique

Les meilleurs astrologues de France

—————————————— 01 Octobre 2010 ——————————————

André BARBAULT

né le 01 Octobre 1921 à 17h00 à Champignelles – 89 – FRANCE

Personnalité du 01/10/2010 - André BARBAULT dans 10/2010 andrbarbault01101921

André Barbault (*) est un astrologue français du XXe siècle. Il est né le 1er octobre 1921 à 17 h dans l’Yonne.

André Barbault (**) est formé dès son adolescence à l’astrologie par son frère Armand. Laquelle ne se présente guère alors que comme produit sous-développé des arts divinatoires. Comme le pressentent Jung et Allendy en France, sa rencontre avec la psychanalyse lui fait la redécouvrir en tant que première « science humaine » des Anciens et l’engage à la restituer en connaissance moderne. De même qu’il s’aventure dans une exploration des cycles planétaires qui le conduira à renouveler l’astrologie mondiale.

Il anime le mouvement astrologique français du « Centre International d’Astrologie » (CIA) de 1950 à 1967, année où il s’occupe d’Astroflash.

Depuis 1968, il tient la revue « L’Astrologue » , par où sont passés plus de deux cents auteurs.

Outre la collection « Zodiaque » du Seuil, toujours là, il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, les principaux traduits en Europe, son « Traité Pratique d’Astrologie » français approchant les 150.000 exemplaires.

Il a formulé les apports de la psychanalyse à l’astrologie (notamment dans l’ouvrage De la psychanalyse à l’astrologie, Éditions du Seuil, 1961) et renouvelé l’astrologie mondiale, en introduisant notamment un indice de concentration planétaire mesurant l’éloignement des planètes du système solaire entre elles[1]. Force est de constater, cependant, que les années 1980, pourtant fortement marquées par le nombre de conjonctions et de concentrations planétaires, ne sauraient être mises sur le même plan que les deux guerres mondiales.

Il a été à l’origine du projet d’interprétation de thèmes astrologiques par ordinateur avec Astroflash.

Astroflash

En 1967, Roger Berthier (un des fondateurs de la chaîne d’hypermarchés Euromarché) et André Barbault, astrologue, ont une idée qui s’avèrera une grande réussite commerciale : ils associent l’astrologie, pratique antédiluvienne, et l’informatique, dont l’existence vient tout juste d’être connue du public et dont on prétend qu’il ne connaît pas l’erreur (ce qui sera populairement traduit par : la machine sait tout). Ils acquièrent un ordinateur de type IBM 360/20 qu’ils installent dans la Galerie des Champs-Élysées à Paris. Le service de la société Astroflash baptisé « Ordinastral » impressionne fortement le public qui peut le regarder fonctionner. La date et heure de naissance du client est lue par l’ordinateur sur une carte perforée, et le résultat sort sur quelques pages d’imprimante, sous la forme d’un assemblage de paragraphes de texte écrits à l’avance et choisis selon le résultat du calcul astrologique.

L’histoire d’Astroflash est intéressante à plusieurs titres : par son succès commercial, Astroflash montre bien la fascination du public pour l’informatique et son engouement pour l’astrologie (phénomène décrit dans l’article sur l’astrologie populaire). Il est à noter que l’interprétation automatique par ordinateur ne fait pas consensus chez les astrologues. Par exemple, l’astrologue Claire Santagostini a écrit dans son Astrologie du débutant (Éditions Traditionnelles, 1968, page 130): « L’horoscopie est un travail d’intelligence. Elle ne peut être faite que par un cerveau humain ».

Il a beaucoup publié, et notamment les livres suivants :

(*) Wikipedia

(**) fdaf.org

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Révolution Solaire de André BARBAULT

andrbarbaultrs01102010 dans Esotérisme

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 11 ET NOEUD SUD EN MAISON 5

L’entrée du noeud nord en maison XI rend possible la réalisation de vos projets, même s’ils sont audacieux. Durant la période précédente, le nœud sud que vous aviez en maison VI a contrecarré les projets que vous souhaitiez accomplir en dressant maints obstacles sur votre route. Pourtant, votre nœud nord qui était en maison XII vous a permis de formuler des projets. Vous avez pu les trouver peu réalistes. Cependant, maintenant que vous avez quitté cette prison qu’était la maison XII et retrouvé votre liberté (maison XI) ces rêves peuvent commencer à se réaliser. Cette réalisation sera, toutefois, conditionnée par votre faculté à cultiver l’art de l’amitié. Ce seront les vraies amitiés et les relations sincères qui paveront l’avenue de vos opportunités durant cette période et la suivante. Ceci est suggéré par la présence du nœud nord en XI lequel vous incitera, par ailleurs, à refuser toutes les contraintes qui limiteraient cette nouvelle liberté. De plus, il vous autorise, dans l’ordre, à élargir le cercle de vos relations, à former de nouvelles amitiés, à obtenir leur soutien, à réaliser vos grands projets et à conquérir votre indépendance. Le nœud nord continuera son parcours en direction de la maison X, laquelle vous fera récolter les fruits des projets que vous aurez matérialisés pendant son passage en maison XI. Commencez donc par étendre le cercle de vo s relations car c’est parmi celles-ci que vous trouverez à réaliser vos projets les plus audacieux. Dans le même esprit, visez la fraternité, l’entraide mutuelle en adhérant à un ordre, un club ou une association. Les résultats pourront vous surprendre. Evitez à tout prix de vous laisser séduire par les tentations du nœud sud en maison V : les plaisirs sans mesure, la recherche de prestige, la satisfaction des sens, les liaisons faciles. En d’autres termes, prenez garde à tout ce qui flatte votre ego ; évitez tous les abandons où seul votre plaisir compte car ceci ressort du domaine négatif de la même période (nœud sud en V). Celle-ci n’est pas propice aux satisfactions affectives ou émotives en tête-à-tête, c’est-à-dire dans lesquelles vous seriez trop « personnel ». C’est ainsi que toute vie en couple ne peut subsister ici que si un vrai don de soi intervient, au-delà de l’utilisation de l’autre pour se satisfaire, et sous condition d’élargir la relation vers de vastes échanges avec le monde extérieur. Vous ne pourrez d’ailleurs pas supporter de restreindre votre vie au seul couple. Vous manqueriez d’air. Il vous faudra aussi vivre une expansion, en plus, pour conserver votre équilibre. Cette période est aussi source de déception issue des rapports avec les enfants. La bonne entente avec ces derniers est souvent compromise. Souvent, les accouchements y sont difficiles. Evitez aussi tout ce qui est d’ordre spéculatif : le loto, la loterie, les casinos. Ne jouez pas en bourse, n’attendez aucun résultat de la chance. En résumé, évitez tout ce qui flatte votre ego à titre personnel pour privilégier la fraternité et l’humanisme de manière large et impersonnelle, sans carcans ni restrictions.

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 08/05/2010 – Jean-Pierre NICOLA 8 mai, 2010

Posté par phoenix2savoie dans : 05/2010,Esotérisme,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

——————————– PERSONNALITÉ DU JOUR ———————————

jpnicola.jpg

http://www.astroariana.com/_Jean-Pierre-Nicola_.html

————————————— 08 Mai 2010 —————————————

Jean-Pierre NICOLA

né le 08 Mai 1929 à 07h45 à Nice, France

jpnicola08051929.jpg

Jean-Pierre NICOLA est un astrologue français né le 8 mai 1929 à 7 h 45 à Nice. Il a innové en astrologie en créant ce qu’on appelle l’astrologie conditionaliste. Cette dernière tente de reconstruire le discours astrologique à partir des données astronomiques (distance des planètes au Soleil pour ce qu’il appelle le R.E.T. [1] en particulier) et neurobiologiques (théories de Ivan Petrovitch Pavlov notamment sur l’excitation et l’inhibition). L’astrologie conditionnaliste est non fataliste.

Jean-Pierre Nicola a publié entre autres La Condition Solaire en 1964 (Éditions Traditionnelles), Nombres et Formes du Cosmos en 1971 (Éditions Traditionnelles) et Pour une Astrologie Moderne en 1977 (éd. Seuil). En 2005, il a fait paraître Le grand livre de l’astrologue (éd. Eric Koehler, ISBN 2-710707-18-7). *

 

Image de prévisualisation YouTube

____________________________________________________________________________________

* Wikipedia

Lili Croix |
jardin13 |
Ecole de danses Flamenco et... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAVOIE PAINT
| Le scrap de Gigi27.
| AICA DE NAILLOUX