navigation

Personnalité du 23/05/2012 – Robert MOOG 23 mai, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 05/2012,Entrepreneur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Robert MOOG

Personnalité du 23/05/2012 - Robert MOOG dans 05/2012 homepagetemplates On line 1 2 3 4 5

newsg dans Entrepreneur News
articleconnexe dans Musique Article connexe : Jean-Michel JARRE

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

streamingvideoVidéos
——————————————————————————————————————————-

Robert MOOG

né le 23/05/1934 à New-York, (NY) – USA

THEME NATAL

robertmoog23051934

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Le Dr. Robert A. Moog, né le 23 mai 1934 à New York et décédé d’une tumeur cérébrale le 21 août 2005 (à 71 ans) à Asheville en Caroline du Nord, est un ingénieur électronicien américain, inventeur du synthétiseur du même nom.

Après des études en électricité et en ingénierie, il répare avec son père des Thereminvox. En 1964 l’un de ses clients, Herbert A. Deutsch, un professeur de solfège et compositeur, lui en commande un modèle à monter en kit. Il le rend plus compact (jusque-là les modèles pouvaient occuper une pièce entière), et ajoute la commande par tension de l’oscillateur, du filtre et de l’amplification. Le son joué n’était plus linéaire mais évolutif.

Présenté lors d’un congrès de l’Audio Engineering Society (AES) en 1964, son appareil rencontre un succès qui lui permet de se lancer dans une fabrication à plus grande échelle.

Synthétiseur Moog

En 1968, Switched-On Bach est enregistré par son amie Wendy Carlos (alors Walter Carlos). Plus tard, elle adapte, entre autres, Beethoven et Rossini au synthétiseur pour la bande originale du film Orange mécanique.

Les Beatles, les Moody Blues, Emerson, Lake & Palmer, Yes, Edgar Winter, Jean-Michel Jarre, sont parmi ceux qui introduisent dans leurs disques et sur scène les ondulations caractéristiques des synthés Moog, dont un modèle, le Minimoog, d’une taille et d’une facilité d’emploi révolutionnaires avec son clavier à 44 touches devient la norme du rock progressif dès le début des années 1970. Le jazz, avec Herbie Hancock et Chick Corea, et le funk, avec le Funkadelic de George Clinton, tout comme Frank Zappa avec George Duke, ne sont pas en reste.

Moog établit aussi l’interface pour le contrôle par deux boutons rotatifs de l’interface d’un synthétiseur avec une séparation logarithmique de ton « 1-volt-par-octave » et un signal séparé déclenchant la pulsation. Un autre synthétiseur largement utilisé fut la pédale pour son grave Taurus disponible en 1974, dont la production cesse en 1981.

À son apogée, en 1971, l’usine Moog emploie 42 personnes et propose plus de vingt-cinq modèles à son catalogue. Puis le déclin s’annonce. Robert Moog vend ses parts à la compagnie Norlin Music, qui continuera la fabrication de ses synthétiseurs jusqu’au milieu des années 1980.

Les échantillonnages numériques avaient pris la place mais le son « rétro » redevint populaire avec des groupes comme Air, Beck ou Radiohead. En 2000, Moog fonda une nouvelle société nommée Big Briar qui produit une version du minimoog appelé Voyager.

Moog

Moog Music Inc. est une société américaine spécialisée dans la fabrication d’effets et d’instruments de musique électroniques. Basée à Asheville en Caroline du Nord, la compagnie actuelle est la seconde qui porte le nom Moog.

Ayant quitté R.A Moog, Robert Moog fonde en 1978 la société Big Briar, tout d’abord pour fabriquer des theremines, puis des pédales d’effets appelées Moogerfoogers. Il poursuit également une carrière de conseiller et d’enseignant.

En 2002, Big Briar rachète les droits du nom « Moog Music » et commence l’étude et la réalisation d’un nouveau Minimoog, le Voyager, puis en 2004 une nouvelle série de Theremin. Un monophonique à deux oscillateurs, le Little Phatty, a été présenté au Musikmesse de Francfort en mars 2006.

Historique

220px-Micromoog
Un Micromoog

220px-Etherwave_Theremin_Kit

Un Etherwave

La société R.A Moog a été créé par Robert Moog en 1953 à Trumansburg, près de New York, fabriquant des Theremins en kit puis des modules de synthétiseurs à partir de 1964 avec l’aide de musiciens comme Herbert Deutsch ou Wendy Carlos.

Endetté auprès de ses fournisseurs pour environ 250 000 dollars, Moog revend sa société à Bill Waytena, un repreneur professionnel. Après fusion avec Musonics (la société de Waytena) la compagnie déménage en 1971 à Williamsville près de Buffalo (New York) et le Minimoog présenté au NAMM de 1970, commence à être produit en série. Devenue Moog Music en 1972, la société commercialise plusieurs instruments prestigieux (voir la liste) et abandonne la fabrication de synthétiseurs modulaires.

En 1973, un petit monophonique à préréglages, le Satellite connaît un grand succès commercial, plus de 5 000 exemplaires vendus. Les droits de production sont cédés à un fabricant d’orgue, Thomas, qui intégrera le Satellite à ses propres instruments, augmentant ainsi le chiffre d’affaires généré. Waytena revend alors Moog Music Inc. à Norlin/CMI, un gros distributeur américain, en 1973.

Moog connaît vers 1975 des difficultés importantes. Le Polymoog, premier synthétiseur polyphonique programmable de la marque, a d’énormes problèmes de fiabilité, c’est un échec malgré une seconde version remaniée. La concurrence directe d’Alan R.Pearlman se fait de plus en plus rude et les difficultés financières s’accumulent. Robert Moog vend ses parts et quitte la société en 1977. Dave Luce le concepteur du Polymoog prend sa succession. Nouveau déménagement à Cheektowaga, toujours près de Buffalo. D’excellents synthétiseurs (le Source et le Memorymoog) et des effets sortent au début des années 1980 mais les managers décident de se tourner vers les télécommunications, la société est rebaptisée Moog Electronics. Les banques cesseront tout soutien financier en 1986, puis c’est la liquidation en 1993.

Le nom « Moog » sera réutilisé par plusieurs petites sociétés spécialisées britanniques (dont celle de Don Martin) ou américaines dans les années 1990, mais Robert Moog récupère ses droits en 2002

Les utilisateurs de Moog les plus importants furent Wendy CARLOS avec l’album « Switched on Bach », Isao TOMITA pour le Japon ainsi que Jean-Jacques Perrey, un des précurseurs Français de la musique électronique dans les années 1970, collaborateur de Gershon Kingsley. Popcorn, premier véritable succès de la musique électronique, originalement composé par Gershon Kingsley sur le Moog modulaire IIIC en 1968 pour une publicité de lingerie, et connu en 1972 un vif succès grâce à l’arrangement de Stan Free du groupe « HOT BUTTER ». L’original figure sur l’album Music to Moog By. Wendy CARLOS récidive avec la Bande Originale du film de Stanley KUBRICK  » Orange mécanique » en adaptant la 9ème symphonie de Beethoven et Guillaume Tell de Rossini, Le synthétiseur Moog sera adopté par Les Beatles, Kraftwerk,Jean Michel Jarre,Giorgio Moroder, Keith Emerson, et deviendra l’instrument indispensable de la majorité de formations musicales. Le Minimoog revient en force dès 2002, suite à une réactualisation numérique avec le « Voyager », un Minimoog plus élaboré hybride dans sa conception. Robert A.MOOG décède d’une tumeur cérébrale en juillet 2005, mais la société continue encore aujourd’hui l’exploitation dans l’esprit et le respect de l’inventeur.

Instruments

220px-Moog_Modular_55_img2

Moog Modular 55

220px-Moog_Taurus

Pédale Taurus

220px-Moog_Polymoog_Synthesizer

Polymoog

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

robertmoog2

robertmoogetsonsynthtis

robertmoogdevantsoninst

obertmoogetleminimoog Le minimoog

robertmoogetlemoogliber Le moogliberation

robermoogvoyager Le Moog Voyager version bois vernis

robertmoogetlevoyager Le Moog Voyager version bois d’ébène

bar

Revenir en haut de la page. 24

streamingvideo

VIDEOS

Dr Bob Moog demonstrates the Minimoog

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 25/03/2012 – Elton JOHN 25 mars, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 03/2012,Chanteur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Elton JOHN

Personnalité du 25/03/2012 - Elton JOHN dans 03/2012 homepagetemplates On line

newsg dans Chanteur News : 1 2 3
articleconnexe dans Musique Article connexe : Lady DIANA

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

streamingvideo Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Elton JOHN

né le 25/03/1947 à 02h00 Pinner – ROYAUME-UNI

THEME NATAL

eltonjohn25031947

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Sir Elton Hercules John, CBE (né Reginald Kenneth Dwight (*) le 25 mars 1947 à Pinner, dans le Middlesex, en Angleterre) est un chanteur, pianiste et compositeur britannique. Superstar du rock, ses albums les plus célèbres sont Goodbye Yellow Brick Road, Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy ou encore Blue Moves.

Carrière

Les débuts (fin des années 1960)

En 1961, Reginald Kenneth Dwight forme son premier groupe : Bluesology. Admirateur du chanteur Long John Baldry et du saxophoniste Elton Dean, il décide de se faire appeler Elton John. Sa rencontre avec Bernie Taupin détermine alors sa carrière. Elton John sort d’abord un premier album intitulé Empty Sky, mais celui-ci passe relativement inaperçu auprès du public comme de la critique. C’est avec son deuxième album, Elton John, sorti en 1970, que l’artiste acquiert une renommée internationale. Le premier single, « Border Song » obtient un certain succès, tandis que « Your Song » propulse l’Anglais aux sommets des charts. L’album, caractérisé par les orchestrations très présentes de Paul Buckmaster, revêt des allures baroques, et annonce d’autres opus non moins célèbres comme Madman Across the Water (1971) ou Blue Moves (1975).

Les années 1970

220px-The_Childrens_Museum_of_Indianapolis_-_Elton_John_stage_hat_and_mask_-_detail

Un chapeau de Elton John et stade de masque, à partir des années 1970, dans la collection permanente du Children’s Museum of Indianapolis.

Les années 70 consacrent Elton John comme la pop star n°1 dans le monde en matière de popularité et de vente de disques. Ainsi, de 1972 à 1975, il obtient 7 albums n°1 des charts US à la suite : Honky Château, Don’t Shoot Me I’m Only the Piano Player, Goodbye Yellow Brick Road, Caribou, Greatest Hits I, Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy, Rock of the Westies. En 1975, il représente plus de 2% des ventes de l’industrie mondiale du disque.

Tumbleweed Connection puis Madman Across the Water confirment la nouvelle popularité du chanteur. Installé sur la rampe du succès, c’est en 1972, avec l’album Honky Château, qu’il impose un nouveau style musical en s’appuyant sur une formation solide de musiciens non destinée aux enregistrements studio (Davey Johnstone, Dee Murray, Nigel Olsson). Capable d’écrire et d’enregistrer ses albums à un rythme effréné (son contrat avec DJM lui imposant la sortie de deux albums par an), ses tournées l’emmènent aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon. En 1973, il fonde sa propre maison de disques (ROCKET) et signe Kiki Dee et Neil Sedaka. Après le remarquable Don’t Shoot Me I’m Only the Piano Player (dont sont extraits « Daniel » et « Crocodile Rock »), Elton John s’impose comme l’un des maîtres incontestés des années 70 avec Goodbye Yellow Brick Road (1973). Ce double album enchaîne les titres à succès : « Candle In The Wind » (dédiée à Marilyn Monroe), « Bennie And the Jets », « Saturday Night’s Alright (For Fighting) », ou encore le titre éponyme. L’album est considéré encore aujourd’hui comme la plus grande réussite artistique d’Elton John.

Parmi tous les albums sortis dans les années 70 (17 en 9 ans), Elton John et son groupe accouchent également d’autres chefs d’œuvres tels que Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy en 1975 et Blue Moves en 1976, parfois considérés comme formant avec Goodbye Yellow Brick Road trois sommets de la carrière prolifique du chanteur britannique. Ces albums offrent un rock progressif, mélodique et souvent survolté, très éloigné de ce qu’Elton John a pu produire par la suite (pensons aux nombreuses ballades comme « Sacrifice » ou « Can You Feel The Love Tonight », issue de la B.O. du Roi Lion).

Entre 1972 et 1975, Elton John vit principalement aux États-Unis. Son énergie, ses excentricités vestimentaires, son style de vie de milliardaire le poussent au pinacle. Au-delà du talent, souvent négligé par ses détracteurs, Elton John produit un rock joyeux, coloré, qui tranche avec le contexte historique (crise économique, Viêt Nam, Watergate…). En 1975, Elton John joue le Pinball Wizard dans le film Tommy des Who. En 1975-1976, Elton John change de groupe (son répertoire se faisant plus éclectique), et prend un nouveau tournant dans sa carrière (tant musical que par ses engagements externes, le football par exemple). En 1979, il est le premier artiste occidental à faire une tournée en URSS.

Les années 1980

Les années 1980 furent une période ambiguë, durant laquelle Elton John épousa en 1984 Renate Blauel (ingénieure du son allemande ayant travaillé notamment sur les albums Too Low for Zero et Breaking Hearts’), et dont il divorça en 1988.

Durant les années 80, Elton John écrit une multitude de tubes internationaux comme « Blue eyes » en 1982, « I guess that’s why they call it blues », « I’m still standing » (véritable pied de nez à tous ses détracteurs) en 1983, « Sad songs (say so much) » en 1984, « Nikita » en 1985, « Candle in the Wind live » en 1987, ou encore le morceau pop-dance « I don’t wanna go on with you like that » en 1988. Malgré tous ces singles à succès, la décennie 80 reste jalonnée de hauts et de bas, associés à l’abus d’alcool et de drogues.

C’est aussi en 1987 qu’il grava sur disque l’un de ses plus fameux concerts : Live in Australia, avec un orchestre symphonique (conduit par James Newton Howard), et dont fut tirée une nouvelle version de « Candle in the Wind » en single, qui entrera dans le top 5 américain. À une période d’albums inégaux (Leather Jackets par exemple, considéré par l’artiste comme le moins bon de sa carrière), Elton John décide de réinterpréter de vieux titres, principalement issus de son deuxième album. Le chanteur souffre à ce moment d’un kyste sur les cordes vocales et doit se faire opérer peu de temps après le concert. Live in Australia n’en reste pas moins l’un des temps forts de sa carrière.

Les années 1990

Les années 2000

Les années 2010

La musique

Outre la virtuosité des musiciens qui accompagnent Elton John (Ray Cooper et Nigel Olson aux percussions, James Newton Howard aux claviers, Caleb Quaye et Davey Johnstone à la guitare, Dee Murray à la basse, Paul Buckmaster aux arrangements, etc.), conférant à sa musique une richesse orchestrale jouissive, sa large tessiture vocale ainsi qu’une main gauche impériale, évitant volontiers la tonale, confèrent à Elton John une richesse mélodique quasi-inédite. Il faut y ajouter le concours du célèbre producteur Gus Dudgeon, maître d’œuvre des albums les plus célèbres de l’artiste britannique.

Bien que l’on considère parfois qu’il existe un âge d’or dans la discographie d’Elton John, allant de l’album Elton John (1970) à Blue Moves (1976) – soit dix albums studios, deux lives et un greatest hits -, on peut citer de nombreuses autres réussites telles que Too Low for Zero (1983), Made in England (1995), Songs from the West Coast (2001), The Captain & The Kid (2006) ou, plus récemment, The Union (2010).

Discographie

Reprises et samples

Parmi les nombreux artistes qui ont repris des titres du répertoire d’Elton John, on peut citer : Aretha Franklin (Border song), Kate Bush (Rocket Man, Daniel), Tori Amos (Tiny Dancer), Rod Stewart (Country comfort, Your song), Jeff Buckley (We all fall in love sometimes/curtains), Dream Theater (Funeral for a friend), Keane (Goodbye yellow brick road), Rufus Wainwright (Goodbye yellow brick road), Jason Mraz (Rocket Man), Queen (Saturday night’s alright), Ray Charles (Sorry seems to be the hardest word), Ben Folds (Tiny dancer), Dave Grohl (Tiny Dancer), Billy Paul (your song), Al Jarreau (your song), Eric Clapton (Border song), les Beach Boys (crocodile rock, également reprise en 2000 par le groupe de heavy metal américain W.A.S.P.), the Who (saturday night’s alright), Toto (burn down the mission), Phil Collins (burn down the mission), Sting (come down in time), Bon Jovi (Levon), Nickelback (Saturday Night’s Alright For Fighting), Sinead O’Connor (sacrifice), Franck Sinatra (sorry seems to be the hardet word), George Michael (Tonight, Idol), Bruce Hornsby (Madman across the water), Tina Turner (the bitch is back), Kid Rock (Saturday night’s alright), Brian Wilson (someone saved my life tonight), Norah Jones (Tiny dancer), Diana Krall (Border Song), Joe Cocker (sorry seems to be the hardest word), Beastie Boys (Bennie and the jets), Wilson Phillips (Daniel)…

D’autres artistes ont samplé ses morceaux : Mary J. Blidge (Bennie And The Jets), Kanye West (Someone Saved My Life Tonight), Tupac (Indian Sunset), Norman Cook (Are You Ready For Love), Ironik (Tiny Dancer).. Elton John représente donc aujourd’hui une source d’inspiration pour tous les styles musicaux, du jazz à la country, du hard rock à la pop, du hip hop au gospel.

Enfin, bien qu’il soit considéré comme l’un des rois de la pop, il a affiché sa diversité dans un duo avec le rappeur Tupac, « Ghetto Gospel » mais aussi avec le groupe de heavy metal anglais Saxon. Elton joue sur deux titres de leur album « Rock the Nations » (1986). L’un au piano et au chant : « Party Til You Puke »  ; l’autre simplement au piano : « Northern Lady ». Dans les années 2000, Elton John a fait un duo avec le rapeur Eminem pour la chanson Stan.

Distinctions

Nominations et récompenses

Football : le Watford Football Club

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

eltonjohndessin Elton John, ses plus grands hits de 1970 à 2002

eltonjohnsolopiano Elton John, ses arrangements pour piano solo

eltonjohnpiano Elton John au piano

eltonjohnpianochant

eltonjohnetsamaman Elton John et sa maman

eltonjohnenconcert Elton John Concert à Nimes en Juillet 2012

bar

Revenir en haut de la page. 24

streamingvideo

VIDEOS

http://www.dailymotion.com/video/x6wgz http://www.dailymotion.com/video/xkyl3u http://www.dailymotion.com/video/x2eaz5

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Elton JOHN

eltonjohnrs23032012

Pour le 23/03/2012 à 18h58 T.U., à Pinner (Royaume-Uni).

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 1, ET NOEUD SUD EN MAISON 7

Vous rencontrez des difficultés dans votre vie relationnelle. Il s’agira donc d’avoir des égards particuliers pour votre partenaire et même dans vos associations. Par compensation, vous disposez d’un soutien planétaire pour votre accomplissement personnel, mais ne recherchez pas l’aide d’autrui, celle-ci vous est refusée pour l’instant.

Votre réussite viendra de votre propre détermination à la saisir. C’est le moment de devenir un self-made man : imposez votre personnalité, projetez-vous sur le devant de la scène, prenez tout sur vos épaules. Mais ne comptez que sur vos propres initiatives car, durant cette période, vous ne disposez d’aucune aide.

Il est certain que ce sera difficile de préserver l’harmonie de votre relation de couple ou de traverser cette période sans heurts. Bien entendu, ne choisissez pas cette période pour vous associer ou quelque chose de ce genre.

Par ailleurs, tentez de reporter toute procédure légale (divorce, séparation ou autre) à une date ultérieure car vous y perdriez sans doute la meilleure cause. Cette période prédispose plus à la séparation qu’à l’alliance. Tentez donc de ne compter que sur vous-même car vous n’obtiendrez pas aisément le concours d’autrui. Celui-ci sera plus un fardeau qu’un soutien et il se révélera négatif à terme.

Imposez votre personnalité, votre identité et soyez autonome. N’épargnez pas vos efforts, évitez de garder les deux mains liées. Rien ne se produira spontanément. Toutes vos configurations planétaires vous aident toutefois dans la construction ou l’expérimentation d’une plus grande confiance en vous et en vos potentialités ; vous devez en être convaincu.

Ne vous plaignez pas de ce manque apparent de soutient. Les autres ne vous lâchent pas. Le destin vous refuse l’aide d’autrui pour l’instant et veut que vous appreniez à suffire à vous-même. Cette période qui s’étendra sur dix huit mois, donc au-delà de votre année individuelle, a pour but d’affirmer votre personnalité sans assistances extérieures.

Soignez donc particulièrement votre corps, votre beauté, votre prestance, votre mise, votre apparence physique et votre santé.

Ce sont là vos meilleurs et seuls atouts actuellement. Bon courage…

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 14/03/2012 – Quincy JONES 14 mars, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 03/2012,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Quincy JONES

Personnalité du 14/03/2012 - Quincy JONES dans 03/2012 homepagetemplates On line

newsg dans Musique News : 1 2
articleconnexe dans Personnalités du jour Article connexe : Michael JACKSON, Martin Luther KING

thmenatal Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

video-icon Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Quincy JONES

né le 14/03/1933 à 20h40 à Chicago (Illinois) – USA

THEME NATAL

quincyjones14031933

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Quincy Delight Jones Jr., dit Quincy Jones et surnommé « Q », né le 14 mars 1933 à Chicago (Illinois), est un trompettiste, arrangeur, compositeur et producteur américain.

Né à Chicago, Quincy Jones connaît une enfance difficile : pauvreté, mère internée pour maladie mentale… Après plusieurs déménagements, son père s’installe dans la banlieue de Seattle et c’est là que Quincy Jones fait connaissance avec la musique. Il s’essaie d’abord en autodidacte au piano, puis apprend la trompette à l’école. À 13 ans, il reçoit quelques cours de Clark Terry, lors d’un passage de l’orchestre de Count Basie à Seattle. La situation financière de la famille est difficile et, en dehors de ses heures d’école, il exerce l’activité de cireur de chaussures. Il fait connaissance de Ray Charles, son aîné de 3 ans. Les deux amis forment un combo qui se produit dans les clubs de la ville. Quincy Jones fait aussi partie d’orchestres locaux. À 18 ans, il obtient une bourse pour poursuivre ses études au Berklee College of Music de Boston.

Carrière

Il quitte vite cet établissement pour intégrer l’orchestre de Lionel Hampton comme trompettiste et arrangeur. Malgré un salaire dérisoire1, Quincy Jones reste quatre ans dans ce big band avec lequel il fait même une tournée en Europe. Il s’installe ensuite un temps à New York où il exerce comme trompettiste mais surtout arrangeur « free lance ». Il écrit des arrangements pour de nombreux musiciens (Tommy Dorsey, Gene Krupa, Sarah Vaughan, Count Basie, Dinah Washington, Cannonball Adderley, Ray Charles).

En 1956, Quincy Jones est engagé par Dizzy Gillespie comme trompettiste et directeur musical de son big band pour une tournée organisée par le Département d’État au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. Peu après, il enregistre son premier disque comme chef d’orchestre pour le label « ABC Paramount Records ». Tournée pendant laquelle il découvre Lalo Schifrin, pianiste-compositeur-arrangeur-chef d’orchestre.

En 1957, Quincy s’installe à Paris où il étudie auprès de Nadia Boulanger et travaille comme « staff arranger » pour le label d’Eddie Barclay. Le groupe les Double-Six enregistre un album consacré à ses compositions. Il est, le temps d’une tournée européenne, directeur de la troupe qui joue la comédie musicale Free and easy d’Harold Arlen. En 1960, il forme un big band avec 18 musiciens de la troupe. Malgré la qualité musicale de l’orchestre, l’expérience se solde par un fiasco financier et pousse Quincy Jones, homme pourtant foncièrement optimiste, au bord de la dépression.

Il retourne aux États-Unis où, grâce à l’aide d’Irving Green, il devient arrangeur puis directeur musical du label Mercury. C’est dans ce cadre qu’il va arranger des dizaines d’albums de jazzmen mais aussi, et surtout, d’artistes comme Frank Sinatra, Barbra Streisand ou encore Tony Bennett. En 1964, il est nommé vice-président du label. La même année il écrit sa première musique de film le Prêteur sur gages (The Pawnbrocker) de Sidney Lumet. Dans les années qui suivent, il en écrit de nombreuses autres (voir annexe). Il travaille aussi pour la télévision : musiques de L’Homme de fer (Ironside), Sanford and son et du Bill Cosby Show. Il milite dans de nombreux mouvements anti-racistes et sociaux auprès de Martin Luther King ou du Révérend Jesse Jackson (fondateur du « People United to Save Humanity ») (PUSH). Il aide financièrement l’IBAM (« Institute for Black American Music ») et est un des fondateurs du « Black Arts Festival » de Chicago. En 1973, Quincy Jones co-produit pour CBS Duke Ellington, We Love You Madly, une émission télévisée en hommage à l’œuvre du Duke à laquelle participe Sarah Vaughan, Aretha Franklin, Peggy Lee, Count Basie, Joe Williams, le groupe Chicago. En parallèle à son activité de producteur et de compositeur, Quincy Jones continue à enregistrer des disques, pour plusieurs labels, sous son nom, souvent plus proches du rhythm and blues, du funk ou de la pop que du jazz.

En août 1974, il est victime d’une rupture d’anévrisme et subit deux importantes opérations. Après six mois d’arrêt, il reprend une intense activité. Il est le directeur musical du film The Wiz pour le compte de la mythique maison de disques Motown. C’est sur le tournage qu’il rencontre le jeune Michael Jackson qui est à la recherche d’un nouveau producteur pour lancer sa carrière solo. Il produit ainsi en 1979 Off the Wall le cinquième album de Michael Jackson qui est un énorme succès commercial. En 1982, l’essai est transformé avec Thriller. Cet album est vendu à plus de 100 millions d’exemplaires et reste à ce jour l’album le plus vendu de tous les temps. Après un troisième album, Bad, Michael Jackson va « rompre » avec Quincy Jones, mais la fortune de ce dernier est définitivement assurée. Sa situation financière permet à Quincy Jones d’acheter les droits d’édition de compositions de nombreux musiciens (il possède actuellement les droits sur environ 1 600 titres). Elle lui permet aussi d’être, en 1985, co-producteur du film de Steven Spielberg La Couleur pourpre (The Color Purple). La même année, il est co-organisateur de l’enregistrement de We Are the World, titre « humanitaire » contre la famine en Éthiopie (1984-1985). En 1988, il remixe Blue Monday de New Order. Quincy Jones n’oublie pas pour autant le jazz. En 1991, par exemple, il dirige au festival de Montreux l’orchestre qui accompagne Miles Davis pour la reprise des arrangements écrits par Gil Evans. En 1993, Quincy Jones et David Salzman organisent le concert d’investiture du président Bill Clinton.

Jones et Salzman fondent la compagnie « QDE » (Quincy Jones/David Salzman Entertainment) qui produit aussi bien de la musique, des pièces de théâtre, des films, des émissions télévisées – dont Le Prince de Bel-Air (The Fresh Prince of Bel-Air)) pour NBC-TV – et d’autres produits multimédias. QDE, dont Quincy Jones est le PDG, édite aussi le magazine Vibe. Quincy Jones fonde son propre label, Qwest Records. En 2001, Quincy Jones est fait Commandeur de la Légion d’honneur par Jacques Chirac. Malgré son âge, Quincy Jones est toujours aujourd’hui très actif, en particulier lors des Jeux olympiques.

Il est le père du compositeur Quincy Jones III.

Il est aussi le père de l’actrice Rashida Jones ainsi que de Kenya Julia Miambi Sarah Jones, fille née d’une brève union avec l’actrice Nastassja Kinski, fille de Klaus Kinski.

Autre

170px-QuincyJonesDec10

Quincy Jones en 2010

Récemment, la marque d’accessoires audio AKG lui a proposé d’éditer sa propre ligne d’accessoires audio.

On a pu le voir en caméo dans l’épisode 9 de la saison 1 de la série Le Prince de Bel-Air.

Le compositeur japonais Joe Hisaishi (de son vrai nom Mamoru Fujisawa), compositeur des films de Hayao Miyazaki et de Takeshi Kitano a choisi son pseudonyme en hommage à Quincy Jones. En effet, Le kanji pour « Hisaishi » pourrait être lu comme « Kuishi », qui est proche de la prononciation japonaise de « Quincy », et « Joe » vient naturellement de « Jones ».

Le concert pour son 75ème anniversaire a eu lieu en Suisse au Festival de Jazz de Montreux 2008.

Discographie

Albums studios

Anthologie

Musiques de films

À titre de curiosité, le thème du générique des trois films de la série Austin Powers est en fait Soul bossa nova, un titre tiré de l’album de Quincy Jones Big Band Bossa Nova (1962). Quincy Jones apparait brièvement dans son propre rôle dans l’épisode trois (Austin Powers dans Goldmember).

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

quincyjonesquincyjonesnouvelalbum

quincyjonesmickaeljacks

quincyjonesd

quincyjones1

quincyjonesetbobsinclar

bar

Revenir en haut de la page. 24

video-icon

VIDEOS

http://www.dailymotion.com/video/x206ta http://www.dailymotion.com/video/x21czn http://www.dailymotion.com/video/xkol9m http://www.dailymotion.com/video/xlgudm http://www.dailymotion.com/video/xjts85

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Quincy JONES

quincyjonesrs14032012

Pour le 14/03/2012 à 06h20 T.U., à Chicago (IL) USA.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 2, ET NOEUD SUD EN MAISON 8

Vous disposez d’un soutien planétaire pour réaliser vos désirs et vos souhaits les plus chers. Vous pouvez enfin obtenir les résultats espérés par rapport à ce que vous avez semée. Ni plus ni moins. Mais attention : si tout vous est égal, si vous ne formulez pas vos buts avec une extrême précision ; en d’autres termes, si vous ne demandez rien, le destin ne pourra que vous satisfaire de la même manière, c’est-à-dire avec « rien ».

Vous êtes seul à pouvoir générer une réponse du destin… La condition est de formuler la demande… Avec précision, persistance et détermination. Demandez, redemandez et… Vous recevrez, c’est votre période.

Par ailleurs, vous constaterez que l’état de vos finances personnelles, celles que vous obtenez par vos propres efforts s’améliorera nettement.

Activez vous donc vers l’amélioration de vos ressources ; vous serez largement récompensé de vos efforts.

Cette période favorise les requêtes, les finances et les ressources personnelles, sous tous rapports. Si c’est de l’argent que vous souhaitez, vous trouverez les moyens de l’acquérir. Si c’est une réputation, vous l’obtiendrez. Si c’est la connaissance, vous trouverez le maître. Ayez une confiance absolue dans vos démarches. Accomplissez-les et puis laissez le destin faire le reste. A ce stade, vous êtes convaincu qu’elles porteront des fruits. Par conséquent, elles ne vous concernent plus. Oubliez-les de manière à éviter les attentes anxieuses ou obsessionnelles. Ce sont ces dernières qui « bloquent » le déroulement de votre destin et empêchent celui-ci de réaliser vos désirs. Faites en vous la paix de l’esprit, adoptez une attitude confiante.

Evitez tout emprunts, aides ou supports d’autrui. Rappelez-vous que seuls vos efforts sont productifs en une telle période. Dans le même esprit, ne tentez pas de vous associer avec une ou un partenaire doté. C’est un piège qui aliénera votre liberté.

C’est en vous seul que vous devez trouver la force d’accomplir vos espérances. A cette condition, toutes les forces planétaires concourront à vous satisfaire.

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 06/03/2012 – David GILMOUR (Pink Floyd) 6 mars, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 03/2012,Chanteur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

David GILMOUR

Personnalité du 06/03/2012 - David GILMOUR (Pink Floyd) dans 03/2012 homepagetemplates On line 1 2 3 4 5

newsg dans Chanteur News : 1 2 3
articleconnexe dans Musique Article connexe : Roger WATERS, Richard WRIGHT

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

video-icon Vidéos

——————————————————————————————————————————-

David GILMOUR

né le 06/03/1946 à Cambridge – ROYAUME-UNI

THEME NATAL

davidgilmour06031946

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

David Jon Gilmour (*)  (né le 6 mars 1946 à Grantchester, près de Cambridge), est un musicien britannique, principalement connu en tant que guitariste, chanteur et compositeur au sein du groupe Pink Floyd.

David Gilmour a également été nommé Meilleur joueur de Fender de tous les temps par un sondage effectué par le magazine spécialisé Guitarist, arrivant en tête devant d’autres musiciens de légende tels que Jimi Hendrix et Eric Clapton.

En 2011 le magazine Rolling Stone le classe comme le 14e meilleur guitariste de tous les temps.

Enfance

David Gilmour est né à Cambridge, en Angleterre. Son père, Douglas Gilmour, était maître de conférences en zoologie à l’Université de Cambridge. Sa mère, Sylvia, était enseignante et monteuse de films.

Pink Floyd

David Gilmour rejoint le groupe Pink Floyd à la demande de Nick Mason, le batteur, en janvier 1968, afin d’épauler sur scène le chanteur guitariste Syd Barrett, un ami d’enfance avec qui il a commencé à jouer de la guitare, et dont le comportement devient de plus en plus erratique. En avril 1968, David Gilmour finit par remplacer définitivement Syd Barrett qui, victime de troubles mentaux, est devenu incapable de jouer et de suivre le groupe.

Il deviendra l’un des facteurs majeurs du succès de Pink Floyd à la fin des années 1960 et dans les années 1970 par sa qualité de jeu à la guitare, et par son chant.

Jusqu’à l’album The Wall (1979), Gilmour alterne essentiellement les compositions et les parties de chant du groupe avec le bassiste Roger Waters.

Les rapports entre Gilmour et Waters se détérioraient de plus en plus, jusqu’à l’album The Final Cut, présenté au dos de la pochette comme un « album de Roger Waters interprété par Pink Floyd ».

Gilmour, souhaitant s’évader avec quelques artistes célèbres – comme il le décrira plus tard -, sort son second album solo en 1984 About Face.

En 1985, Waters déclare que Pink Floyd ne pourrait plus jamais retrouver sa gloire passée et qu’il valait mieux, selon lui, laisser le groupe sur une fin brève, plutôt que sur un album dont la qualité ternirait l’image du groupe. Il quitte Pink Floyd. Mais Gilmour souhaite reprendre les rênes du groupe, et il a du travail : Mason a tellement été anéanti que David dira plus tard dans une interview qu’il ne savait même plus jouer de la batterie ; quant à Richard Wright, il a été expulsé du groupe. Gilmour expliquera :

« J’avais pas mal de problèmes avec la direction du groupe, avant que Waters parte. Je pensais que les chansons étaient si verbeuses que la musique est devenue qu’un accompagnement peu inspirant pour les paroles… The Dark Side of the Moon et Wish You Were Here avaient été très réussis, pas seulement grâce aux contributions de Waters, mais aussi pour la qualité de l’accompagnement de la musique… comparés à d’autres albums plus récents. C’est ce que j’ai essayé de faire avec A Momentary Lapse of Reason, plus concentré sur la musique… »

Gilmour fait donc réintégrer Rick Wright en tant que musicien pour la tournée du nouvel album sorti, A Momentary Lapse of Reason, considéré pratiquement comme un autre album solo de Gilmour aidé par d’autres artistes, les autres membres n’y ayant pas participé grandement. Lors de la parution de l’album, Gilmour affirmera dans une interview française qu’il souhaitait composer de la musique « moderne », et ne pas faire de tournées « nostalgique ».

Waters avait quant à lui entamé un procès en 1986 afin que le nom de Pink Floyd n’existe plus. Il perd le procès mais le groupe doit verser près de 40% des gains acquis sur chaque concert et album qu’ils tourneront ou produiront.

En 1994, paraît l’album The Division Bell, un album considéré comme « l’anti-Wall », car traitant de la communication. Cette fois-ci, tous les membres du groupe y ont participé, Wright composera cinq chansons avec Gilmour, dont Wearing the Inside Out où il chante en solo. La même année, Gilmour entame les tournées P*U*L*S*E avec ses amis, et Guy Pratt à la basse pour remplacer Waters.

L’inimitié entre Roger Waters et David Gilmour reste forte et célèbre jusqu’à ce que, à la demande de Bob Geldof, ils acceptent une reformation de Pink Floyd pour le concert londonien du Live 8 en 2005. Ce concert est l’occasion de voir et d’entendre le groupe jouer pendant près d’une demi-heure. Cette performance a ainsi fait hausser les ventes de l’album Echoes: The Best of Pink Floyd de près de 1343%. Gilmour a donné tous ses profits résultants aux œuvres de charité qui reflètent le but du Live 8.

« Bien que l’objectif principal soit de lever la conscience et faire pression sur les chefs du G8, je ne tirerai pas profit du concert. C’est de l’argent qui devrait être utilisé pour sauver des vies. »

Peu de temps après, il a demandé à tous les artistes connaissant une montée dans les ventes du Live 8 à donner le revenu supplémentaire pour les collectes de fonds du Live 8. Après le Live 8, on a offert aux Pink Floyd 150 000 000 £ pour visiter les États-Unis, mais le groupe a rejeté l’offre. Le 3 février 2006, il a annoncé au journal italien La Repubblica :

« Je pense que j’en ai assez. J’ai 60 ans. Je n’ai pas la volonté de travailler encore plus. Pink Floyd a été une partie importante dans ma vie, je me suis amusé, mais c’est fini. Pour moi il est beaucoup moins compliqué de travailler seul. »

Et il a également affirmé qu’en participant au Live 8 avec Waters, Pink Floyd ne finirait pas sur une note aigre :

« Il y avait plus qu’une raison d’y participer : premièrement, pour soutenir la cause. La deuxième est le rapport inconfortable entre Roger et moi que je portais tout le long de ma vie dans mon cœur. C’est pourquoi nous avons voulu jouer et laisser la fange derrière nous. Troisièmement, je pense que je l’aurai regretté si j’avais décliné la proposition. »

Toujours en 2002, à la suite d’un concert programmé par Robert Wyatt lors du Meltdown Festival, David Gilmour et des invités jouent trois concerts semi-acoustiques au Royal Festival Hall de Londres. À cette occasion, une critique évoque un « dieu du rock métamorphosé en héros folk du XXIe siècle ».

Le 20 février 2006, Gilmour a encore parlé du futur des Pink Floyd quand il a été interviewé par Billboard.com : « Qui sait ? Mais je n’ai aucun projet pour faire cela. Mes projets sont de faire mes propres concerts et d’enregistrer mes solos ».

En mars 2006, On An Island, le nouvel opus solo de David voit le jour. Les deux fidèles compères Rick Wright (Pink Floyd) et Robert Wyatt (ex-Soft Machine) participent à l’album. L’album est en tête des charts dans de nombreux pays (à l’exception de la France), confirmant ainsi sa popularité. Une tournée internationale suit et un double DVD live intitulé Remember that Night – Live at the Royal Albert Hall est commercialisé depuis le 17 septembre 2007. Un deuxième concert de cette tournée a été publié sous forme audio et DVD en septembre 2008 : Live in Gdańsk.

Depuis leur apparition au Live 8 en 2005, Gilmour a toujours répété qu’il n’y aurait pas d’autres réunions avec les Pink Floyd. Cependant, en 2007, dans une interview avec Phil Manzanera, il a affirmé que « tout n’était peut être pas encore fini » et qu’il projetait de faire « quelque chose » dans le futur. Mais avec la mort de Richard Wright en septembre 2008, le dernier espoir de revoir les Pink Floyd réunis s’évanouit à jamais et semble désormais impossible. Gilmour a dit à propos de Wright :

« Parmi la multitude de questions que l’on se pose sur qui ou qu’étaient les Pink Floyd, Rick a été très souvent oublié. Il était doux, gentil, sans prétention et privé, discret et humble, mais sa voix et sa façon de jouer étaient vitales et rendaient les chansons de Pink Floyd magiques et célèbres. Comme Rick, je ne trouve pas facile de m’exprimer en mots, mais je l’ai aimé et il me manquera énormément. Je n’ai jamais joué avec quelqu’un d’aussi sage que lui. »

Le samedi 10 juillet 2010, David Gilmour et Roger Waters se sont produit sur scène dans le cadre de l’œuvre de charité Hoping. En compagnie de Guy Pratt (basse et guitare acoustique), Harry Waters (claviers), Andy Newmark (batterie), Chester Kamen (Guitare) et Jonjo Grisdale (claviers) les deux ex-membres de Pink Floyd ont interprété quatre titres : Know Him Is To Love Him (écrit par Phil Spector), Wish You Were Here, Comfortably Numb et Another Brick In The Wall (Part 2).

Le 12 mai 2011, David Gilmour et Roger Waters se sont produit sur scène à l’O2 Arena de Londres lors de la tournée mondiale The Wall de Roger Waters. David et Roger ont notamment interprété Comfortably Numb, l’un des trois morceaux qu’ils composèrent et signèrent ensemble dans l’album The Wall, les deux autres étant Young Lust et Run Like Hell.

Autres projets

Lorsqu’il ne joue pas avec Pink Floyd, David Gilmour prend également divers rôles en tant producteur, coach, et même ingénieur du son pour une grande variété de musiciens, dont Syd Barrett, Paul McCartney, Kate Bush, Grace Jones, Tom Jones, Elton John, B. B. King, Seal, Sam Brown, Jools Holland, Bob Dylan, Pete Townshend, The Who, Supertramp, Levon Helm, Robbie Robertson, Alan Parsons, et divers groupes pour des concerts de charité.

En 1985, Gilmour a joué avec Bryan Ferry. Il joue sur l’album Boys and Girls, comme par exemple la chanson « Is Your Love Strong Enough » pour la sortie américaine du film de Ridley Scott – Tom Cruise, Legend. Un clip vidéo pour ce dernier a été créé, intégrant Ferry et Gilmour dans des séquences du film (sorti en tant que bonus sur le 2002 « Ultimate Edition » sortie en DVD). Plus tard dans l’année, Gilmour jouera avec Ferry lors des concerts Live Aid à Londres, c’est là qu’il rencontrera pour la première fois le claviériste de Ferry, Jon Carin, qui deviendra par la suite le second claviériste en tournée avec Pink Floyd.

David Gilmour a aussi pris part dans un sketch comique de la série télévisée  » French and Saunders », The Easy Guitar Book Sketch avec le comédien Rowland Rivron et les musiciens anglais Mark Knopfler, Lemmy de Motörhead, Mark King de Level 42 et Gary Moore. Le technicien de guitare Phil Taylor expliquera dans une interview que Knopfler a utilisé les techniques de guitare de Gilmour et s’est arrangé pour avoir le même son que lui lorsqu’il a joué dans le sketch. Il a aussi participé plusieurs fois à l’émission « Pop Quizz » pour la télévision britannique.

Il a aussi enregistré trois albums solos et publié des albums et DVD live de ses tournées. Ceux-ci sont restés dans le top 40 des charts aux États-Unis (l’album On an Island est arrivé #6, Live in Gdansk, #26, David Gilmour, #29, et About Face est arrivé #32), ce qui fait de lui le membre de Pink Floyd ayant accompli la meilleure carrière solo.

En 1994, Gilmour joue de la guitare pour le jeu vidéo Tuneland, durant lequel il joue avec le saxophoniste additionnel de Pink Floyd, Scott Page.

En 2001 et 2002, il a tenu une série de concerts acoustiques à Londres et à Paris, avec un petit groupe et un chœur. En 2003, le magazine Rolling Stone inclut Gilmour dans la liste des cent plus grands guitaristes de tous les temps.

Le 6 mars 2006, lors de son 60e anniversaire, il sort son troisième album solo On an Island, qui paraît aux États-Unis le jour suivant; il commence #1 des charts anglaises. L’album a rejoint le top 5 en Allemagne et en Suède, et le top six dans le Billboard 200. Produit par Gilmour en coopération avec Phil Manzanera et Chris Thomas, l’album comprend les interprétations avec un orchestre dirigé par un polonais renommé, Zbigniew Preisner. L’album comprend également David Crosby et Graham Nash pour les harmonies des chansons, Robert Wyatt à la percussion et Richard Wright au synthétiseur et au chant. Les autres contributeurs sont Jools Holland, Phil Manzanera, Georgie Fame, Andy Newmark, B. J. Cole, Chris Stainton, Willie Wilson, Rado ‘Bob’ Klose à la guitare, et Leszek Mozdzer au piano. L’album comprend aussi les débuts de Gilmour au saxophone.

Gilmour a tourné en Europe, aux États-Unis et au Canada du 10 mars au 31 mai 2006 pour promouvoir son album On an Island. Il y a eu 10 concerts aux États-Unis et au Canada. Le claviériste de Pink Floyd, Richard Wright, et les collaborateurs fréquents de Pink Floyd tels que Dick Parry, Guy Pratt, et Jon Carin ont également accompagné la tournée. Plus de concerts se sont tenus en Europe de juillet à août 2006.

Dans une parution de presse pour annoncer la tournée, David Gilmour a dit : « J’espère qu’avec cette annonce pour la tournée, les gens vont me croire quand je dis honnêtement que c’est le groupe avec qui j’ai prévu de faire ma tournée ! »

En avril 2006, l’album On an Island a été certifié platine au Canada, avec plus de 100 000 ventes. L’album a aussi donné à Gilmour son premier album situé dans le Top 10 des États-Unis en tant qu’artiste solo.

Un film enregistré pendant un des concerts de la tournée solo de Gilmour, appelé « Remember That Night – Live At The Royal Albert Hall » est sortie le 17 septembre 2007. Le double DVD, dirigé par David Mallet, contient plus de cinq heures de métrage, comprenant un documentaire sur le trajet et sur les invités comme David Bowie et Robert Wyatt. Les deux heures et demie de concert avec le membre de Pink Floyd Richard Wright, Phil Manzanera de Roxy Music, Steve DiStanislao à la batterie et divers habitués de Pink Floyd comme Dick parry, Guy Pratt et Jon Carin. Le livret de 20 pages qui accompagnent le DVD présente près de 80 photos sélectionnées de l’enregistrement studio et de la tournée. L’album est maintenant disponible en disque Blu-ray avec le son Dolby TrueHD.

Le concert final de la tournée On An Island s’est tenu au Gdańsk Shipyard (en) le 26 août 2006. Près de 50 000 personnes y ont assisté. Le concert a marqué le vingt-sixième anniversaire de la révolution polonaise. Il a été marqué par l’intrusion de la chanson « A Great Day For Freedom » dans le cadre du rappel.

Le 25 mai 2009, Gilmour a participé à un concert tenu à la chapelle Union, à Islington, Londres. Le concert était une partie de la campagne « Hidden Gigs« , organisé par une association qui agit en faveur des sans-abri. Gilmour y apparaît en collaboration avec les musiciens Amadou et Mariam.

Le 4 juillet 2009, il a rejoint son ami Jeff Beck sur scène au Royal Albert Hall. David et Jeff ont joué les solos de « Jerusalem » et ont terminé le spectacle avec « Hi Ho Silver Lining« .

En août 2009, Gilmour publie un single en ligne, Chicago – Change the World, sur lequel il chante et joue de la guitare, de la basse et du clavier pour faire connaître le sort de Gary McKinnon. Il comprend une couverture ré-intitulée de la chanson « Chicago », présente Chrissie Hynde et Bob Geldof, plus McKinnon lui-même. Il a été produit par le collaborateur de Pink Floyd de longue date Chris Thomas. Une vidéo est disponible en ligne.

Style de musique

220px-David_Gilmour-_Lap_sleel_guitar_%28cropped%29

Gilmour jouant de la lap steel guitar avec Pink Floyd à la Festhalle de Francfort (Allemagne) le 26 janvier 1977.

Gilmour est surtout connu pour son jeu de guitare. Le style des solos de Gilmour est souvent caractérisé par des phrases influencées par le blues, des bends expressifs en sustain.

Gilmour est également un multi-instrumentiste brillant. Il joue aussi de la basse (notamment sur certaines chansons de Pink Floyd), du clavier, du banjo, de l’harmonica, de la batterie (entendue sur la chanson de Syd Barrett « Dominoes », et aussi d’autres chansons où il a choisi de jouer tous les instruments), et plus tard, du saxophone.

Dans ses débuts de carrières avec Pink Floyd, Gilmour a utilisé une multitude de Fender Stratocaster. Un de ses solos les plus populaires (« Another Brick in the Wall, Part 2″) a été joué sur une Gibson Les Paul Gold Top guitar équipée d’un tremolo Bigsby et de micros P-90.

En 1996, Gilmour a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en tant que membre de Pink Floyd. Le solo de Gilmour sur « Comfortably Numb » a été voté comme l’un des plus grands solos de guitare de tous les temps dans plusieurs sondages par les auditeurs et les critiques.

En 2005, le site Digital Dream Door a classé Gilmour en tant que dixième plus grand guitariste. En janvier 2007, les lecteurs de Guitar World ont voté pour les solos de Gilmour de « Comfortably Numb », « Time » et « Money » dans le classement des 100 plus grands solos de guitares de l’histoire (« Comfortably Numb » a été voté 4e solo de tous les temps, « Time » a été voté vingt-et-unième et « Money » soixante-deuxième).

Vie personnelle

Gilmour s’est d’abord marié à une Américaine, « Ginger » Hasenbein, et a eu quatre enfants de cette union : Alice (née en 1976), Clare (née en 1979), Sara (née en 1983) et Matthew (né en 1986). Les enfants suivent les cours à Waldorf School, mais Gilmour qualifia l’éducation qu’ils y reçurent d’« horrible ». En 1994, il se marie à Polly Samson et le couple a quatre autres enfants : Charlie (le fils de Polly avec son ancien mari, Heatcote Williams, et trois autres nés de leur union, Joe, Gabriel et Romany. La voix de Charlie peut être entendue au téléphone avec Steve O’Rourke à la fin de la chanson High Hopes (The Division Bell).

Gilmour fut associé a beaucoup d’associations de charité : en mai 2003, Gilmour a vendu sa maison de Maida Vale à Londres, à la famille Spencer et a donné £3,6 millions à Crisis pour aider à trouver un projet de maison pour les sans-abris. À part Crisis, Gilmour a participé à d’autres associations telles qu’Oxfam, European Union Mental Health and Illness Association, Greenpeace, Amnesty International, Lung Foundation et Nordoff-Robbins Music Therapy. Il a également donné £25 000 à « Save the Rhino Foundation » en échange à Douglas Adams pour avoir trouvé le nom de l’album The Division Bell.

À part la musique, Gilmour est également un pilote expérimenté et un fan d’aviation. Il a d’ailleurs créé une compagnie, Intreprid Aviation, où il a amassé une collection d’avions historiques. Il a plus tard décidé de vendre sa compagnie : elle avait commencé comme un simple loisir mais elle est devenue tellement célèbre qu’elle était trop commerciale pour lui.

Le 22 mai 2008, Gilmour a gagné le prix de contribution Ivor Novello 2008 Lifetime.

Plus tard, Q Awards lui a décerné un prix pour sa contribution exceptionnelle pour la musique. Il a consacré son prix à Richard Wright, décédé en 2008.

Matériel

David Gilmour en 2006, avec sa Stratocaster noire

Voici une liste du matériel le plus souvent employé par Gilmour :

Guitares

Amplis

Effets

  • Electro-Harmonix/Sovtek Big Muff
  • Vintage Electro-Harmonix Big Muff (early 70′s « Triangle » and « Ram’s Head » versions)
  • Electro-Harmonix Electric Mistress & Small Stone phaser
  • MXR Dyna-Comp (pre-Dunlop ‘Script’ logo)
  • MXR Phase 90 (Used for the « four note » Syd riff on Shine On Pts. I-V, also used on Have a Cigar)
  • MXR Phase 100 (Used live, early during the 1977 In The Flesh tour)
  • MXR Noise Gate/Line Driver, Digital Delay System II
  • Colorsound Power Boost
  • Demeter Compulator
  • AnalogMan Sun Face
  • Chandler Tube Driver
  • BK Butler Tube Driver
  • Boss CS-2 Compression Sustainer & GE-6 EQ Pedal, GE-7 EQ Pedal
  • T-Rex Replica Digital Delay
  • Boss MZ-2 Digital Metalizer & HM-2 Heavy Metal Distortion, SD-1 Overdrive, DD-2 Digital Delay, CE-2 Chorus
  • TC Electronics Booster+ (Line Driver/Distortion), Electronic Sustain and Parametric Equalizer, TC-2290 Dynamic Digital Delay
  • Pro Co RAT Distortion, RAT 2
  • Heil Talk box
  • Dallas Arbiter Fuzz Face (first with NKT-275 transistors and then with BC-108 transistors)
  • Ibanez CP9 Compression Sustainer, Ibanez Tube Screamer, TS10 Tubescreamer
  • Uni-Vox Univibe
  • Vox Wah-Wah pedal
  • Dunlop Cry Baby Wah-wah pedal
  • Binson Echorec II, Echorec PE 603
  • Binson Echorec II Special.
  • Digitech Whammy
  • Ernie Ball Volume Pedal
  • Pete Cornish all tube Pedal Boards and Custom effects
  • Pete Cornish Soft Sustain, Soft Sustain 2, P-1, P-2, G-2, ST-2, Line Driver, Linear Boost
  • Pete Cornish Tape Echo Simulator (T.E.S), Custom Tube 6 Band EQ
  • EBow
  • Lexicon PCM70 Digital Effects Processor
  • Yamaha SPX-90 II Digital Effects Processors
  • Zoom multi effect
  • DigiTech IPS-33B Super Harmony pitch shifter
  • Dynacord CLS-222 Leslie simulator
  • Roland SDE 3000 digital delay

Autres

« Tribute Guitars »

En novembre 2006, Fender Custom Shop a annoncé deux reproductions de la « Black Strat » pour la sortie du 22 septembre 2008. Le site de Gilmour raconte que la date de sortie a été choisie pour coïncider avec la date de sortie de « Live in Gdansk ». Les deux guitares sont basées sur l’instrument original. Chacune est équipée de différents degrés d’équipement. La plus chère est la « David Gilmour Relic Stratocaster » qui est la copie la plus proche de l’équipement utilisé sur la guitare originale. Une autre copie a aussi été faite, appelée « David Gilmour NOS Stratocaster ». Les deux guitares comprennent :

Discographie

Pour la discographie avec Pink Floyd, voir : Discographie de Pink Floyd.

Filmographie

Collaborations

David Gilmour a également produit plusieurs albums et collaboré avec énormément d’artistes, dont Pete Townshend, Bryan Ferry, Paul McCartney, Robert Wyatt, Kate Bush, Sam Brown, Syd Barrett, BB King, Supertramp, Arcadia (membres de Duran Duran), Gilberto Gil, Amadou & Mariam, Marillion, The Orb…

Il a découvert le talent de la chanteuse Kate Bush. Elle publiera en 1978, son premier 45 tours : Wuthering Heights.

Gilmour joue sur la chanson Return to Tunguska présente sur l’album A Valid Path d’Alan Parsons.

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

davidgilmourjeune

davidgilmouretpinkfloyd Richard Wright, David Gilmour, Nick Mason & Roger Waters  : THE PINK FLOYD

pinkfloyd15

davidgilmouro

davidgilmour1984c David Gilmour – About Face (1984) Inside CD Cover

davidgilmourthesolos En 2011 le magazine Rolling Stone  classe David Gilmour comme le 14e meilleur guitariste de tous les temps.

davidgilmourliveingdans

davidgilmours

davidgilmourguitare

davidgilmourbio

davidgilmourrogerwaters David Gilmour & Roger Waters

davidgilmourpinkfloydni Nick Mason & David Gilmour

pinkfloydactuel PINK FLOYD toujours réuni de nos jours !

bar

Revenir en haut de la page. 24

video-icon

VIDEOS

http://www.dailymotion.com/video/x1ume9 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube Tom Jones & David Gilmour dans « Purple Rain » de Prince (1992).

http://www.dailymotion.com/video/x1boni Image de prévisualisation YouTube

 

 

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 21/01/2012 – Michel JONASZ 21 janvier, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 01/2012,Chanteur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Michel JONASZ

Personnalité du 21/01/2012 - Michel JONASZ dans 01/2012 homepagetemplates On line 1 2 3 4 5

newsg dans Chanteur News : 1 2 3
articleconnexe dans Musique Article connexe : Françoise HARDY

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

video-icon Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Michel JONASZ

né le 21/01/1947 à 23h15 à Drancy (93) – FRANCE

THEME NATAL

micheljonasz21011947

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Michel Jonasz (*) est un auteur-compositeur, chanteur et acteur français, né le 21 janvier 1947 à Drancy. Il a notamment composé La Boîte de jazz, Joueurs de blues, Les Vacances au bord de la mer (paroles de Pierre Grosz). Son titre fétiche est Super Nana (de Jean-Claude Vannier), qu’il interprète sur scène.

Né de parents immigrés hongrois juifs, Michel Jonasz quitte l’école dès l’âge de 15 ans et cherche sa voie dans le domaine artistique. Peinture, théâtre et musique l’intéressent, mais c’est finalement une place de pianiste qui lui met le pied à l’étrier. Après des débuts aux claviers dans le groupe de Vigon, Les Lemons, il fonde en 1966 le groupe King Set avec son ami Alain Goldstein à la guitare. Deux succès radiophoniques font connaître sa voix et son sens du rythme : une composition originale, Apesanteur, en 1967, et le standard Jezebel, en 1968.

Sa carrière solo débute lentement, fin 1968, par un 45 tours édité sous le nom de Michel Kingset, le suivant sous son propre nom en 1970. Il doit attendre 1974 pour trouver un large public avec deux tubes simultanés : Dites-moi et Super Nana.

Depuis, il enchaîne le succès comme Je voulais te dire que je t’attends (écrit avec Pierre Grosz), J’veux pas que tu t’en ailles (écrit et composé par Jonasz), Lucille (avec Michel Coeuriot), La Boîte de Jazz et La fabuleuse histoire de Mister Swing. Il a composé le générique de Zone Interdite , émission de la chaîne M6, qui lui permet d’obtenir un 7 d’or, ainsi que le générique de « cinema cinema » sur canal +.

Il est aussi acteur de cinéma (Qu’est-ce qui fait courir David ?, Tir à vue, La Doublure) et de télévision (Un amour à taire où il incarne un pétainiste père d’un homosexuel durant la Seconde Guerre mondiale).

Discographie

Albums studio

Décennie 1970

Décennie 1980

Décennie 1990

Décennie 2000

Décennie 2010

Albums live

Compilations

Bandes originales de films

Participations

Filmographie

Acteur
Télévision

Théâtre

Récompenses

Victoire de la musique de l’artiste interprète masculin en 1985.

 

Voir aussi © RFI Musique

(*) Wikipédia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

michejonasztristesse

micheljonaszbw

micheljonasz600

micheljonaszmlodica

michejonaszalbum

michejonaszmoustachu

bar

Revenir en haut de la page. 24

video-icon

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Michel JONASZ

micheljonaszrs21012012

Pour le 21/01/2012 à 16h53 T.U., à Drancy.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 3, ET NOEUD SUD EN MAISON 9

Vous vivez une période propice à tous les types de communication, de mouvement et d’échanges. Orientez-vous donc vers le commerce ou concentrez vos efforts sur l’augmentation d’une clientèle. Actuellement, le destin vous soutiendra dans ce genre d’orientation.

Ceci n’est pas limitatif :

* Etes-vous écrivain … journaliste ?… éditeur ?…. vos écrits recevront un accueil exceptionnel du public, en métropole.

* Etes-vous dans la vente ou la distribution ?…. représentant ?… intermédiaire ?… préparez-vous à assurer la demande croissante de vos produits dans le pays.

* Etes-vous dans les transports ?… routier ?… messager ? …. affréteur ?…. vous serez obligés de refuser des commandes au niveau national.

Attention, dans tous les cas, c’est le marché intérieur qui est favorisé au détriment du marché international. Les faveurs du destin viseront aussi les études, les lectures, l’enseignement, les tâches administratives que vous accomplirez. Vos déplacements, vos transactions et vos échanges porteront des faits exceptionnels. Des contrats intéressants en résulteront. De plus, vous obtiendrez aide et coopération de votre proche entourage, y compris frères ou sœurs, si vous les sollicitez. Discutez vos projets avec ces derniers ; ils vous apporteront des aides et des conseils de valeur. Profitez-en pour étendre vos affaires dans votre ville ou dans votre proche environnement ; vous y trouverez à élargir de manière non habituelle votre sphère d’action et vous pourrez découvrir avec étonnement l’emplacement ou le commerce que vous recherchiez depuis longtemps. C’est aussi la période propice pour déménager, pour multiplier vos points de vente, pour diversifier vos activités. Ne négligez aucune affaire ni aucun contact, dont la signification vous échapperait sur le moment ; des résultats ultérieurs vous prouveront le contraire. En revanche, évitez toute expansion vers l’étranger et n’introduisez pas de produits étrangers dans votre gamme, car les gains que vous souhaiteriez en obtenir se feraient attendre. Visez plutôt le long terme pour cela. Votre réussite actuelle se fera dans votre lieu d’origine. Ne vous égarez donc pas hors frontières, vous y rencontreriez des embarras administratifs et juridiques insurmontables. En même temps, ne sollicitez rien d’une autorité, votre père y compris. Limitez-vous à vos proches, frères, sœurs, oncles ou tantes. Suivant l’esprit de cette période, votre attention doit être attirée tout particulièrement sur ce qui suit : D’une part, le commerce, les contrats ou les échanges en général seront favorisés mais vous perdrez toute protection en ce qui concerne la légalité, les autorités ou la loi en général. Ne vous laissez donc pas emballer par ce potentiel commercial inhabituel pour améliorer votre situation sans retenue, par exemple en contournant les législations en vigueur. Vous seriez découvert et subiriez les rigueurs de la loi des pénalités ou des amendes annuleraient les bénéfices que vous auriez réalisés si vous aviez été raisonnable et intègre. Ceci prend d’autant plus d’importance que la période qui suivra immédiatement celle-ci vous défavorisera au niveau des revenus indûment gagnés. Attention aux pénalités et amendes (fiscales comprises).

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 09/01/2012 – Jimmy PAGE 9 janvier, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 01/2012,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Jimmy PAGE

Personnalité du 09/01/2012 - Jimmy PAGE dans 01/2012 homepagetemplates On line 1 2 3

newsg dans Musique News : 1 2
articleconnexe dans Personnalités du jour Article connexe : Robert Plant

thmenatal Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

video-icon Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Jimmy PAGE

né le 09/01/1944 à 04h00 Heston, (Middlesex) – ROYAUME UNI

THEME NATAL

jimmypage09011944

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

James Patrick Page OBE (né le 9 janvier 1944) est un guitariste, producteur et compositeur anglais de rock, né à Heston dans la banlieue de Londres. Il est très inspiré par le blues, le folk, la musique indienne et la musique orientale.

Il est le fondateur, leader et compositeur de la majorité des chansons du célèbre groupe des années 1970 Led Zeppelin. Auparavant, dès 1963, il mène une carrière prolifique comme musicien de studio. Sa virtuosité en fait vite un des musiciens les plus demandés lors des séances d’enregistrement des artistes et des groupes phares, jusqu’à son arrivée chez les Yardbirds, fin 1966. Avec ses amis Eric Clapton et Jeff Beck, il est considéré comme l’un des trois meilleurs guitaristes britanniques, et comme l’un des plus influents de l’histoire du rock. En 2005, il est élevé au grade d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique pour son travail caritatif au Brésil et a aussi reçu en 2008 le titre de Docteur honoris causa pour son apport à la musique. En 2011, le magazine américain Rolling Stone le classe troisième derrière Jimi Hendrix (1er) et Eric Clapton (2ème) dans le classement des 100 meilleurs guitaristes de tous les temps

Le 24 août 2008, il apparaît lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Pékin où il joue Whole Lotta Love dans le Stade du Nid D’oiseau aux côtés de la chanteuse Leona Lewis. En septembre 2008, il est la vedette avec The Edge (U2) et Jack White (The White Stripes) du film-documentaire It might get loud.

Début de carrière

Jimmy Page est né en 1944 à Heston, une banlieue ouest de Londres qui forme aujourd’hui le district londonien de Hounslow. Son père est gestionnaire de personnel dans l’industrie et sa mère est la secrétaire d’un médecin. Fils unique, Page déménage avec sa famille à Epsom, en 1952. Il débute la guitare à l’âge de 12 ans et, même s’il suit quelques cours à Kingston sur la Tamise, acquiert son jeu de façon autodidacte. Ses premières influences sont des guitaristes rockabilly comme Scotty Moore ou James Burton, tous deux musiciens sur les enregistrements d’Elvis Presley, mais aussi Johnny Day qui a joué avec The Everly Brothers. La chanson de Presley, Baby Let’s Play House, est l’un de ses morceaux favoris sur sa première guitare électrique, une Futurama Grazioso de seconde main. Les talents de Page s’étendent également au monde acoustique avec un jeu folk, reprenant des morceaux de Bert Jansch, John Renbourn ou des influences plus blues avec Elmore James et B.B. King. À l’âge de 14 ans, il participe à une émission de la BBC, All Your Own, qui présente des enfants talentueux ou collectionneurs. Il fait une apparition avec un groupe de skiffle, un genre musical populaire à l’époque.

Jimmy Page quitte l’école à l’âge de 14 ans pour poursuivre sa carrière musicale et, après quelques accompagnements avec le poète Royston Ellis et le chanteur Red E. Lewis, il est approché par Neil Christian, chanteur du groupe The Crusaders. Page fait des représentations avec Christian pendant deux ans, puis enregistre sur plusieurs albums, dont le single de novembre 1962, The Road to Love.

C’est à cette période qu’il tombe sérieusement malade, atteint par une mononucléose infectieuse qui l’empêche de continuer les concerts. En convalescence, Page décide de mettre la musique de côté pour se consacrer à son autre passion, la peinture. Il s’inscrit au Sutton Art College de Surrey.

Travail en studio

Alors qu’il est encore étudiant, Page fait souvent des incursions dans les concerts du Marquee Club, auprès de groupes comme Les All Stars de Cyril Davies ou Blues Incorporated. Il y joue avec des guitaristes en devenir, à l’instar de Jeff Beck et Eric Clapton. Un soir, John Gibb de The Silhouettes le remarque et lui demande s’il est prêt à l’aider à enregistrer des singles pour EMI, dont The Worrying Kind. Mais c’est l’offre de Mike Leander de Decca Records que Page accepte, et sa première session pour le label est l’enregistrement de Diamonds par Jet Harris & Tony Meehan, un tube qui devient numéro 1 en Grande-Bretagne au début de l’année 1963.

S’ensuivent quelques brèves collaborations avec Neil Christian and The Crusaders et avec Carter-Lewis and The Southerners, le groupe de Mike Hurst et Mickey Finn and the Blue Men. Page se lance alors dans un travail en studio à temps complet. En tant que guitariste de studio, il est connu sous le surnom de Little Jim, pour éviter la confusion avec Big Jim Sullivan, alias Big Jim.

En 1964, Page joue sur As Tears Go By de Marianne Faithfull, sur Tobacco Road de The Nashville Teens, sur une version alternative de Heart of Stone des Rolling Stones, sur Baby, Please Don’t Go, Gloria, Here Comes the Night et plusieurs autres singles de Them & Van Morrison, sur Is it True et What’d I Say par Brenda Lee, ainsi que sur toutes les chansons de Dave Berry entre décembre 1963 et juin 1965. Guitariste préféré du producteur Shel Talmy, il finit par travailler sur quelques chansons des Who et des Kinks. Il prend part aux enregistrements du premier album des Kinks (il ne joua aucun des solos, malgré les rumeurs), ainsi qu’au premier single des Who, I Can’t Explain, mais ses parties ne seront pas retenues pour la version finale. Il joue également sur leur morceau Bald Headed Woman.

En 1965, Page est engagé par le manager des Rolling Stones, Andrew Loog Oldham, en tant que producteur et A&R – artiste et répertoire, chargé des questions administratives et contractuelles pour les enregistrements – pour le label Immediate Records qu’il vient de créer. Ce nouveau poste lui permet de produire un single de John Mayall et trois albums de Chris Farlowe. Toujours en 1965, il joue avec Eric Clapton sur sept blues instrumentaux qu’il produit pour Immediate. Page écrit quelques chansons avec Jackie DeShannon. Il travaille en tant que musicien sur l’album Love Chronicles de Al Stewart en 1969, et sur cinq morceaux de l’album de Joe Cocker, With a Little Help from My Friends.

Quand il est interrogé au sujet des chansons sur lesquelles il a joué – et plus particulièrement celles où son rôle est controversé – Page déclare qu’il lui est difficile de s’en souvenir en raison de la masse de travail lors des enregistrements à l’époque. De plus, les archives des sessions de ces années ne détaillaient pas toujours avec exactitude toutes les interventions de tous les musiciens présents et, quand bien même c’était le cas, certaines maisons de disques ont disparu depuis, avec leurs archives. Diverses estimations indiquent qu’il joue sur 50 à 90 % des enregistrements qui furent produits en Angleterre entre 1963 et 1966. Mais beaucoup de rumeurs courent qui ne seront jamais vérifiables, d’autant plus que, pour celles que l’on peut correctement distinguer dans l’accompagnement musical, certaines de ses interventions supposées à la guitare ne sont pas clairement identifiables à l’oreille, de manière incontestable. Page figure aussi aux côtés d’artistes venant de l’Europe continentale comme Nico, Michel Polnareff (Page joue sur La Poupée qui fait non, sortie au printemps 1966), avec Françoise Hardy, Eddy Mitchell (sur What’d I Say) ainsi qu’avec Johnny Hallyday pour la bande-son du film À tout casser.

En 1966, Jimmy Page joue un rôle secondaire dans le film Blow-Up de Michelangelo Antonioni. Dans une scène, il joue le rôle d’un musicien de groupe avec le groupe The Yardbirds.

En 1968, John Paul Jones et lui participent tous deux à l’enregistrement de The Hurdy Gurdy Man de Donovan.

Si Page a joué avec un grand nombre de musiciens connus dans les années 1960, une partie de ces premiers morceaux ne sont disponibles que sur des bootlegs, la plupart diffusés par le fan-club de Led Zeppelin à la fin des années 1970. Parmi ces enregistrements figurent notamment une vieille jam session avec Keith Richards, ainsi qu’une reprise de Little Queen of Spades du bluesman Robert Johnson.

Yardbirds

À la fin 1964, on propose à Page de remplacer Eric Clapton dans The Yardbirds, mais il décline l’offre, n’entendant pas léser son ami Clapton. En février 1965, Clapton quittant The Yardbirds, Page devient libre d’accepter, mais refuse à nouveau pour ne pas quitter sa carrière lucrative dans les studios. Il craint aussi que sa santé ne soit affectée par les tournées, si bien qu’il propose en lieu et place son ami Jeff Beck pour remplacer Clapton.

En 1966, Jimmy Page joue un rôle secondaire dans le film Blow-Up de Michelangelo Antonioni. Dans une scène, il joue le rôle d’un musicien, bien évidemment, avec les autres membres du groupe The Yardbirds.

Le 16 mai 1966, le batteur Keith Moon, le bassiste John Paul Jones, le claviériste Nicky Hopkins, Jeff Beck et Page enregistrent Beck’s Bolero dans les IBC Studios de Londres. Cette expérience donne une idée à Page qui désire former un groupe avec Beck, John Entwistle et Keith Moon des Who. Le projet est abandonné en raison de l’absence d’un chanteur de qualité et de conflit avec des engagements contractuels existants.

Après le départ d’un autre membre des Yardbirds, le bassiste Paul Samwell-Smith, Page se décide à rejoindre la formation en tant que bassiste. Il ne tarde pas à reprendre sa double-guitare pour jouer aux côtés de Beck alors que Chris Dreja retourne à la basse. Le potentiel musical du groupe est toutefois troublé par des tensions internes causées par les tournées et le manque de succès commercial. Ils ne sortent qu’un single Happenings Ten Years Time Ago. Si Page et Beck jouent ensemble dans les Yardbirds, le trio Page-Clapton-Beck ne joue jamais ensemble en même temps dans ce groupe. Les trois guitaristes se retrouveront plus tard lors d’un concert de charité en 1983.

Beck quitte les Yardbirds qui reste un quartet. Ils enregistrent un album avec Page, Little Games. L’album n’est pas un succès, atteignant péniblement la 80e place dans les Billboard Music Charts, malgré un son plutôt commercial pour l’époque. En revanche, les concerts contrastent avec les réalités du studio, devenant de plus en plus expérimentaux et laissant entrevoir certains aspects de Led Zeppelin.

C’est à cette époque que Page commence à s’intéresser à la musique orientale en allant, après une tournée des Yardbirds, écouter dans son pays le célèbre joueur de sitar Ravi Shankar. Il déclare:« j’étais allé en Inde en rentrant d’une tournée avec les Yardbirds. Je n’avais pas réussi à convaincre qui que ce soit de m’accompagner; ils voulaient tous aller à San Francisco. Cela faisait un bout de temps que j’écoutais cette musique et je voulais l’entendre jouer autrement que sur disque. Disons ça comme ça : je possédais un sitar avant George Harrison. Je ne prétendrai pas que j’en jouais aussi bien que lui. Je pense que George s’en servait très bien. Within You Without You est de très bon goût. Il a passé beaucoup de temps à étudier avec Ravi Shankar, et ça s’entendait. Je suis allé voir un concert de Ravi Shankar un jour, et pour te prouver que cela remonte à loin, il n’y avait pas de jeunes dans le public; juste un tas de personnes âgées de l’ambassade indienne. Une fille que je connaissais était une de ses amies et elle m’a emmené le voir. Après le concert, elle me l’a présenté et je lui ai expliqué que j’avais un sitar, mais que je ne savais pas comment l’accorder. Il a été très gentil et m’a écrit les accords sur un bout de papier».

En 1968, Keith Relf et Jim McCarty mettent un terme à leur participation avec The Yardbirds. Contractuellement, Page doit encore un album à la maison de disques. Il recrute d’autres membres pour terminer des concerts en Scandinavie : tout d’abord il s’adresse au bassiste John Paul Jones dont il connaît l’efficacité en tant que musicien de studio minutieux et efficace. Cherchant un chanteur, il s’adresse tout d’abord à Steve Marriott, mais celui-ci fait déjà partie d’un autre groupe : The Small Faces. Il propose alors à Terry Reid de rejoindre le groupe naissant. Celui-ci lui conseille un jeune chanteur de Blues, Robert Plant, qui à son tour suggère le batteur John Bonham avec qui il avait déjà joué dans un groupe de blues plus ancien, justement The Band Of Joy.

Pour ne plus s’afficher comme les Yardbirds et marquer un tournant musical, les New Yardbirds changent leur nom pour « Led Zeppelin » le 9 novembre 1968, lors d’un concert au London Roundhouse de Chalk Farm, en Angleterre. L’origine de ce nom provient d’une blague de Keith Moon, le batteur des Who : en mai 1966, Jimmy Page travaille avec Moon, le claviériste Nicky Hopkins et John Paul Jones sur le titre de Jeff Beck, Beck’s Bolero. Page a l’idée de former un supergroupe avec ces musiciens, mais Keith Moon, qui n’a nullement l’intention de quitter les Who, lui indique que son projet va « s’écraser au sol comme un Zeppelin de plomb » (Lead Zeppelin). Deux ans plus tard, après avoir hésité entre Mad Dogs et Whoopie Cushion, Jimmy Page adopte cette appellation, modifiée à la demande de Peter Grant qui souhaite que le a soit supprimé pour éviter les différences de prononciation entre le Royaume-Uni et les États-Unis.

Led Zeppelin

Influence

Les expériences antérieures de Page à la fois dans le studio et avec les Yardbirds influencent fortement le succès de Led Zeppelin dans les années 1970. En tant que producteur, compositeur et guitariste, il fait de Led Zeppelin un prototype qui va devenir une référence pour les futures formations et un vecteur pour les courants proches du hard-rock et du heavy-metal.

La succession de notes rapides dans Communication Breakdown est par exemple citée par le guitariste Johnny Ramone comme étant l’inspiration pour son style punk, avec des cordes strictement grattées du haut vers le bas. Par ailleurs, Eddie Van Halen met au point sa technique du Tapping après avoir vu un solo de Page sur Heartbreaker lors d’un concert en 1972. Le solo de Stairway to Heaven a été qualifié de meilleur solo de tous les temps par plusieurs magazines de guitare, dont Guitar World et Total Guitar. Durant les années 1970, Page est nommé Guitariste de l’année pendant cinq ans par le magazine Creem. D’autres styles sont inspirés par Led Zeppelin.

En 1969, Led Zeppelin appose les noms Page et Plant sous deux titres écrits en réalité par Willie Dixon et chanté par Muddy Waters : You Shook Me, et You Need Love renommé Whole Lotta Love. Dixon leur intente un procès, et le gagne.

Matériel et son

Pour composer la plupart des chansons de Led Zeppelin, Page utilise une guitare Gibson Les Paul (modèles ’58 et ’59), et des amplificateurs Marshall qu’il utilise abondamment en concert pour son jeu incisif avec un son puissant, chaud et gras. Gibson a par la suite sorti une version custom signature de la Les Paul de Page. Il est aussi connu pour avoir rendu célèbre la Gibson EDS-1275, guitare à double manche (6 & 12 cordes) dérivée de la Gibson SG, qu’il utilise en studio pour jouer Carouselambra ainsi que sur scène pour interpréter Stairway To Heaven ou The Song Remains The Same.

Une particularité de la Gibson Les Paul Jimmy Page Signature réside dans le câblage original de la guitare. En effet, chaque potentiomètre (au nombre de 4 sur la Les Paul) est un « push-pull », et agit comme un interrupteur. Ainsi, en tirant sur chaque potentiomètre, on peut indépendamment :

Les deux derniers points n’ont de sens que si les deux micros sont audibles, donc lorsque le sélecteur de micros est en position intermédiaire. Ce câblage porte son nom : le « câblage Jimmy Page » (en anglais : « Jimmy Page wiring »).

Pour les enregistrements en studio, il emploie souvent un amplificateur Supro et une Fender Telecaster. La gamme d’effets déployés par Page est longue. Il utilise une fuzzbox Sola Sound Tone Bender Professional MKII sur How Many More Times, le bottleneck sur You Shook Me, Dancing Days, In My Time of Dying, une pedal steel guitar dans Your Time Is Gonna Come, Babe, I’m Gonna Leave You, Tangerine, That’s the Way ainsi qu’à la fin de Over the Hills and Far Away. La guitare acoustique n’est pas en reste puisque Page compose avec cet instrument dans Gallows Pole ou encore Ramble On.

Page est aussi célèbre pour l’utilisation d’un archet pour frotter les cordes, sur les chansons Dazed and Confused, How Many More Times. Sur l’interlude de Whole Lotta Love, il utilise un Theremin. Il développe cette technique offrant un son ample et grave lors de ses enregistrements en studio, même s’il n’en est pas l’inventeur strictement parlant. Eddie Phillips du groupe The Creation l’avait déjà fait auparavant. Comme The Creation était l’une des formations gérées par Shel Talmy avec qui Page travaillait, ce dernier eut vent de cette technique. Dans le document de MTV, Rockumentary, Page déclara qu’il avait eu l’idée de jouer avec un archet grâce à David McCallum, Sr. qui était également un musicien de studio. Page utilisa une Telecaster et plus tard sa Les Paul pour ses solos à l’archet. Sa méthode sera parodiée dans le film Spinal Tap où l’on voit le guitariste Nigel Tufnel utiliser un violon en lieu et place de l’archet.

Sur d’autres morceaux de Led Zeppelin, Page s’essaie aux effets de feedback. Il emploie quelquefois la pédale wah-wah mais sans faire varier l’effet en temps réel à l’instar de Jimi Hendrix. Page préfère laisser la pédale avec le bouton des aigus à fond pour obtenir un son plus incisif.

Techniques de production

Dans les années 1960, la plupart des producteurs britanniques placent les microphones directement en face des amplificateurs et de la batterie, produisant un petit son caractéristique des enregistrements de cette époque. Page déclare dans Guitar World qu’il trouve que la batterie, en raison de cette disposition des micros, sonne comme des boîtes en carton. Il préfère les concepts des années 1950, comme ceux employés dans les Sun Studios. Dans le même entretien, il ajoute que l’« enregistrement était une science » et que les « ingénieurs avaient une maxime : la distance est égale à la profondeur ». Reprenant ce credo à la lettre, Page place un micro supplémentaire à une certaine distance de l’amplificateur (par exemple à 80 cm), pouvant ainsi obtenir la profondeur nécessaire en mixant les signaux des deux microphones. Grâce à cette technique, Page est l’un des premiers producteurs britanniques à enregistrer un son ambiant caractérisé par le délai pour la même note entre les deux microphones. La technique est améliorée en plaçant des micros dans des endroits insolites comme une cage d’escalier pour obtenir la profondeur du son de la batterie dans When the Levee Breaks.

Pour les enregistrements de Whole Lotta Love et You Shook Me, Page utilise la technique dite de l’écho inversé qui consiste à inverser le son, à enregistrer l’écho qui en résulte et finalement à inverser le tout. Page affirme être à l’origine de cet effet qu’il aurait inventé lors d’un enregistrement du single des Yardbirds Ten Little Indians en 1967 . L’inversion permet d’entendre l’écho avant le son principal comme on peut clairement l’entendre dans l’interlude de Whole Lotta Love. Page prend pour habitude de changer systématiquement d’ingénieur du son pour chaque album de Led Zeppelin, de Glyn Johns pour le premier album, Eddie Kramer pour le 2e à Andy Johns pour les autres : « Je changeais constamment d’ingénieurs car je ne voulais pas que les gens croient qu’ils étaient à l’origine de notre son. Je voulais que les gens sachent que c’était moi. »

Consommation de drogues

Page admet lui-même qu’il a été un gros consommateur de stupéfiants tout au long des années 1970. Dans une interview pour Guitar World en 2003, il déclare: « Je ne peux pas parler (pour les autres membres du groupe), mais pour moi, les drogues étaient une part intégrale du truc, depuis le début, jusqu’à la fin »

En 1973, la drogue de prédilection des Led Zeppelin est la cocaïne. Page, John Bonham ainsi que leurs managers Peter Grant et Richard Cole sont des consommateurs réguliers. D’après Richard Cole — lui-même héroïnomane — Page commence en 1976 à prendre de l’héroïne lors des sessions d’enregistrement pour l’album Presence. Peu de temps après, Page avoue à Cole qu’il est devenu dépendant. En 1977, la toxicomanie de Page commence à affecter son aptitude à jouer. Il a perdu passablement du poids et n’est plus en symbiose avec les autres membres du groupe, notamment Plant, lors des concerts. Lors de l’enregistrement de In Through The Out Door en 1978, l’influence de Page sur l’album est moindre par rapport au bassiste John Paul Jones, en partie à cause de ses abus qui entraînent son absence des studios durant de longues périodes. Page réussit à décrocher en 1983 alors qu’il est en tournée pour des concerts de charité. D’après le livre Hammer of the Gods, Page a dit à ses amis qu’il vient d’arrêter sa consommation d’héroïne, sept ans après avoir commencé.

Dans une interview de 1988 pour le magazine Musician, Page s’énerve contre un journaliste qui associe son nom avec l’héroïne ; il répond sèchement : « je ne suis pas un accro, merci beaucoup ».

Vie privée

Jimmy a cinq enfants.

Sa fille, Scarlet Lilith Eleida Page, est née en mars 1971, elle est la fille de Charlotte Martin, du 14 janvier 1970 en octobre 1983, séparés.

Jimmy était marié à Patricia Ecker, de 1986 au 16 janvier 1995, divorcé, il ont un fils, James Patrick Page III, est né en 1988.,

Jimmy Page était marié à Jimena Gomez-Paratcha Page, d’avril 1995 à juillet 2008, séparés, il ont deux enfants, un fils, Ashen Josan, né en 1999, et une fille, Zofia-Jade, née en 1997. Jimmy a adopté la fille de Jimena, Jana, née en 1994.

Jimmy et Jimena ont divorcé en août 2008.

Après Led Zeppelin

John Bonham meurt en 1980 au domicile de Page à Clewer d’un coma éthylique, étouffé dans ses vomissures après une soirée trop arrosée; il avait bu quarante vodka en une soirée. Refusant de continuer sans lui, le groupe se sépare.

Page fait un retour sur scène couronné de succès avec une série de concerts de charité pour l’A.R.M.S (Action Research for Multiple Sclerosis qui combat la sclérose en plaques) en 1983. En 1984, une vidéo du concert de l’A.R.M.S à Londres est diffusée avec deux morceaux de Page pour la bande-son du film Le Justicier de New York avec Steve Winwood au chant, et une jam session avec Beck et Clapton. Pendant la tournée, Page parait extrêmement fragile et fatigué. Il vient en effet d’arrêter l’héroïne.

Pour l’album Whatever Happened to Jugula? et quelques concerts, Page s’associe avec Roy Harper. Il joue des morceaux à prédominance acoustique dans des festivals folk. En 1984, Plant et Page forment un groupe de courte durée avec Jeff Beck : The Honeydrippers, qui eut du succès avec une reprise de Sea of Love de Phil Phillips. Page collabore avec Paul Rodgers de Bad Company, et le groupe Free pour enregistrer deux albums sous le nom de The Firm. Le premier opus est éponyme, suivi de Mean Business en 1986. Quelques chansons rencontrent un certain succès auprès du public comme Radioactive ou Closer, et l’album finit à la 17e de la catégorie pop des Billboard Music Charts. Page poursuit avec d’autres projets et du travail en studio avec Stephen Stills, Box of Frogs, les Rolling Stones sur leur single de 1986, One Hit (to the Body), et publie en 1988 son seul album solo (avec une participation de Robert Plant), Outrider. Il travaille sur les bandes-son des films Un justicier dans la ville 2 en 1982, et Le Justicier de New York en 1985, avec Michael Winner.

En 1985, les anciens membres de Led Zeppelin se réunissent pour le Live Aid accompagnés de Phil Collins et Tony Thompson à la batterie. Cependant, le groupe, pas satisfait par la qualité de leur prestation, refuse qu’elle apparaisse dans le DVD sortie à l’occasion du 20e anniversaire du Live Aid. En 1986, Page retrouve brièvement ses compagnons des Yardbirds pour jouer plusieurs morceaux de l’album Strange Land des Box of Frogs. Le groupe se reforme pour le 40e anniversaire d’Atlantic Records le 14 mai 1988 avec Page, Plant, Jones et le fils de John Bonham, Jason Bonham, pour clôturer le concert.

En 1990, Plant et Page font une apparition surprise lors d’un concert à Knebworth pour le Nordoff-Robbins Music Therapy Centre et la British School for Performing Arts and Technolog. Ils y jouent Misty Mountain Hop, Wearing and Tearing et Rock and Roll.

En 1993, Jimmy Page s’associe avec le chanteur David Coverdale pour sortir un album et faire une série de concerts à travers le Monde.

En 1994, Page et Plant participent aux MTV Unplugged avec un concert acoustique de 90 minutes, Unledded. Le CD suivra en octobre 1994 sous le titre No Quarter: Jimmy Page and Robert Plant Unledded. Le DVD sera quant à lui publié en 2004 : No Quarter. Après ce disque, qui fit l’objet d’une tournée, Page et Plant enregistrent Walking into Clarksdale en 1998.

Depuis 1990, Page a été fortement impliqué dans le remastering de l’ensemble du répertoire de Led Zeppelin. Il participe à diverses associations de charité comme Action for Brazil’s Children Trust (ABC Trust), fondée par sa femme Jimena Gomez-Paratcha en 1998. La même année, Page fait un duo avec Puff Daddy dans Come with Me avec des samples de Kashmir. Le titre apparaît dans la bande-son de Godzilla. Page joue en live avec Puff Dady durant le Saturday Night Live. En 1999, Page fait un un album live et une tournée avec The Black Crowes. En 2001, il apparaît sur scène pour jouer Thank you avec Fred Durst de Limp Bizkit et Wes Scantlin de Puddle of Mudd pour les MTV Europe Video Music Awards àFrancfort.

220px-Pagebeijing

Jimmy Page interprétant Whole Lotta Love lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Pékin le 24 août 2008

En 2005, Page est décoré de l’Ordre de l’Empire britannique pour ses actions caritatives au Brésil. Il fut nommé citoyen honorifique de la ville de Rio de Janeiro. En novembre 2006, Led Zeppelin reçoit le Prix Polar Music. L’émission télévisée retransmettant l’évènement montre la remise de la récompense à Page et un court discours de ce dernier. Après cela, le groupe Wolfmother rend hommage à Led Zeppelin avec Communication Breakdown. La même année, il joue dans l’album de Jerry Lee Lewis, Last Man Standin, pour une reprise de Rock’n'roll de l’album IV de Led Zeppelin.

Le 10 décembre 2007, Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones et Jason Bonham reforment Led Zeppelin pour un concert caritatif en hommage à Ahmet Ertegün (fondateur d’Atlantic Records). Pour l’occasion, ils jouent devant 20 000 personnes (dont une multitude de VIP) à la O2 Arena de Londres. La qualité de leur prestation et le plaisir de rejouer ensemble donne au groupe l’envie d’effectuer une tournée mondiale. Cependant, Robert Plant, peu favorable à relancer la machine Led Zeppelin et occupé par sa carrière solo, contraint ses compères à laisser de côté ce projet.

Le 24 août 2008, Jimmy Page apparaît lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Pékin où il joue Whole Lotta Love dans le Stade du Nid D’oiseau aux côtés de la chanteuse Leona Lewis et du joueur de football David Beckham, faisant ainsi le pont entre Pékin 2008 et Londres 2012.

En septembre 2008, certaines sources affirment que Jimmy Page, John Paul Jones et Jason Bonham se sont récemment réunis en studio pour répéter avec un chanteur américain en vue d’une éventuelle tournée mondiale. Très satisfait par ces séances de répétitions, Jimmy Page et John Paul Jones annoncent qu’ils envisagent sérieusement de reformer Led Zeppelin pour une tournée mondiale en 2009 et qu’ils n’hésiteront pas à remplacer Robert Plant, si celui-ci ne se décide pas à les accompagner. Quelques jours plus tard, le quotidien britannique The Sun affirme que Robert Plant aurait donné son accord pour participer à cette tournée mondiale en 2009. Enfin, le 30 septembre, Robert Plant rejette toute participation à ce projet.

En 2008, Page a co-produit le film documentaire It Might Get Loud de Davis Guggenheim. Il explore l’histoire de la guitare électrique, et plus particulièrement des carrières et des styles de jeu de Jimmy Page, The Edge et Jack White. La première de ce film s’est déroulé lors de l’édition 2008 du Festival international du film de Toronto.

Le 4 avril 2009, il introduit Jeff Beck au Rock and Roll Hall of Fame.

Occultisme

On a beaucoup parlé de son goût pour l’occultisme et de la fascination pour Aleister Crowley, ce qui lui confère parfois une certaine aura mystique, certains allant même jusqu’à prétendre que Stairway to Heaven cacherait une incantation satanique révélée en écoutant le morceau à l’envers. Jimmy Page a également fait l’acquisition de Boleskine House, un manoir ayant appartenu au mage noir Aleister Crowley, sur les bords du Loch Ness.

L’intérêt pour la magie de Page est, par contre, tout à fait réel, mais à nuancer. Le signe de Page, qui peut se lire « Zoso », n’est pas un mot, mais un symbole imprononçable tiré d’un livre runique. Jimmy Page n’a jamais voulu déclarer à qui que ce soit la signification de ce signe excepté à Robert Plant mais quand on demande à ce dernier sa signification, il répond qu’il a oublié. Parmi les interprétations possibles, il y aurait une référence au chiffre de Satan, 666.

Discographie

Sessions (1963 – 1969)

Entre décembre 1962 et fin 1969, Jimmy Page a été guitariste de studio sur plusieurs centaines de morceaux d’artistes et groupes anglais ainsi que sur quelques-uns de trois ou quatre chanteurs français. La liste réelle et exhaustive est impossible à reconstituer en intégralité. Plusieurs essais ont été publiés par des journalistes anglais ou américains spécialisés. Une autre liste, française, plus détaillée et commentée, a été publiée en 1990 dans un mensuel français spécialisé, sur une quarantaine de pages.

En ce qui concerne les morceaux eux-mêmes, on en trouve environ 150 (uniquement d’artistes/groupes anglais) répartis sur les neuf CD suivants :

Volume 1 : 21 titres, mais Page ne joue pas sur le dernier.
Volume 2 : 21 morceaux, dont le dernier est en fait un live pirate de Led Zeppelin (ou des New Yardbirds) du 18 octobre 1968.

Sur un total de 190 titres répartis sur ces 9 CD, il y a d’une part plusieurs doublons et, d’autre part, Page est seulement producteur pour quelques morceaux (il ne joue pas dessus), notamment sur les deux derniers doubles CD. De plus, pour de nombreux titres, aucune preuve irréfutable ne vient étayer la certitude qu’il intervient réellement à la guitare, car sa partie est souvent couverte par un autre instrument ou par le chant. Quand on arrive à distinguer une guitare (rythmique ou solo) dans l’accompagnement, seule une oreille experte saura dire si c’est lui ou non.

Sous son nom, Jimmy Page a publié un seul single, début 1965 : She Just Satisfies / Keep Movin’ (Fontana TF 533). Le premier morceau est celui des Kinks, qu’il a réécrit pour l’occasion, avec d’autres paroles, chantées par Bobbie Graham.

Avec les Yardbirds

Avec Led Zeppelin

En solo

Avec Roy Harper

Avec The Firm

Avec David Coverdale

Avec Robert Plant

Avec John Paul Jones

Avec les Black Crowes

Instruments

Jimmy Page posséderait plus de 2 000 guitares, une estimation qu’il a donnée à Stuart Maconie de BBC Radio Two en juin 2005.

Guitares électriques

Guitares acoustiques

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

jimmypageguitar

jimmypage

jimmypage

jimmypagebowsolo

jimmypage0

jimmypageoo

bar

Revenir en haut de la page. 24

video-icon

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Jimmy PAGE

jimmypagers08012012

Pour le 09/01/2012 à 00h00 T.U., à Heston, Middlesex (London)

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 2, ET NOEUD SUD EN MAISON 8

Vous disposez d’un soutien planétaire pour réaliser vos désirs et vos souhaits les plus chers. Vous pouvez enfin obtenir les résultats espérés par rapport à ce que vous avez semée. Ni plus ni moins. Mais attention: si tout vous est égal, si vous ne formulez pas vos buts avec une extrême précision ; en d’autres termes, si vous ne demandez rien, le destin ne pourra que vous satisfaire de la même manière, c’est-à-dire avec « rien ».

Vous êtes seul à pouvoir générer une réponse du destin… La condition est de formuler la demande… Avec précision, persistance et détermination. Demandez, redemandez et… Vous recevrez, c’est votre période.

Par ailleurs, vous constaterez que l’état de vos finances personnelles, celles que vous obtenez par vos propres efforts s’améliorera nettement.

Activez vous donc vers l’amélioration de vos ressources ; vous serez largement récompensé de vos efforts.

Cette période favorise les requêtes, les finances et les ressources personnelles, sous tous rapports. Si c’est de l’argent que vous souhaitez, vous trouverez les moyens de l’acquérir. Si c’est une réputation, vous l’obtiendrez. Si c’est la connaissance, vous trouverez le maître. Ayez une confiance absolue dans vos démarches. Accomplissez-les et puis laissez le destin faire le reste. A ce stade, vous êtes convaincu qu’elles porteront des fruits. Par conséquent, elles ne vous concernent plus. Oubliez-les de manière à éviter les attentes anxieuses ou obsessionnelles. Ce sont ces dernières qui « bloquent » le déroulement de votre destin et empêchent celui-ci de réaliser vos désirs. Faites en vous la paix de l’esprit, adoptez une attitude confiante.

Evitez tout emprunts, aides ou supports d’autrui. Rappelez-vous que seuls vos efforts sont productifs en une telle période. Dans le même esprit, ne tentez pas de vous associer avec une ou un partenaire doté. C’est un piège qui aliénera votre liberté.

C’est en vous seul que vous devez trouver la force d’accomplir vos espérances. A cette condition, toutes les forces planétaires concourront à vous satisfaire.

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 08/01/2012 – Pascal OBISPO 8 janvier, 2012

Posté par phoenix2savoie dans : 01/2012,Chanteur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Pascal OBISPO

Personnalité du 08/01/2012 - Pascal OBISPO dans 01/2012 homepagetemplates On line 1 2 3

newsg dans Chanteur News : 1 2 3
articleconnexe dans Musique Article connexe : Florent Pagny

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

video-icon Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Pascal OBISPO

né le 08/01/1965 à 23h25 à Bergerac (24) – FRANCE

THEME NATAL

pascalobispo08011965

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Pascal Obispo, né le 8 janvier 1965 à Bergerac, est un auteur-compositeur-interprète français.

Il commence à chanter et jouer de la salsa dans les années 1980. Son premier album, Le long du fleuve (passé totalement inaperçu), il le signe chez EMI en 1990. Ce disque est devenu très rare, car pressé à peu d’exemplaires, et vite retiré des bacs. Dès son deuxième album (Plus que tout au monde), ses chansons rencontrent un vif succès.

De plus, il est connu pour ses tenues vestimentaires extravagantes ; sa « boule à zéro » et l’aspect de son sourcil gauche rasé en son milieu, après une blessure due à une décharge de plombs reçue lors d’un concert en plein air à Ajaccio en 1997.

Pascal Obispo a souvent mis sa popularité au profit d’œuvres humanitaires, tout particulièrement la lutte contre le sida et pour les Restos du Cœur pour lesquels il participe aux concerts des Enfoirés. Il signe aussi de nombreux titres pour des artistes tels que Florent Pagny, Johnny Hallyday, Patricia Kaas.

En avril 2009, il prend le pseudonyme « Captain Samouraï Flower ».

Pascal Obispo, fils d’un ancien joueur de football des Girondins de Bordeaux (Max Obispo), naît le 8 janvier 1965 à Bergerac. Il quitte sa ville natale à 13 ans pour s’installer à Rennes avec sa mère.

Années 1980

Rennes est au début des années 1980 une des villes du rock en France. C’est dans la capitale bretonne qu’il commença la musique. En 1983, avant d’effectuer son service militaire, Pascal Obispo crée le groupe Words Of Goethe avec des amis de son lycée. En 1988, il intègre le groupe new-wave Senso comptant alors comme membres Frank Darcel (un ancien du groupe rennais Marquis De Sade) et Frédéric Renaud. À l’origine bassiste, il devient par la suite le chanteur du projet.

Années 1990

Au tournant des années 1990, le groupe Senso prépare un album. Après discussions, il décide d’en faire le premier album solo de Pascal Obispo3. Ce dernier sort ainsi en 1990 chez EMI l’album Le long du fleuve, avec, comme auteur des chansons, Franck Darcel. Si un single (Les avions se souviennent) est extrait de l’album, ce dernier reste très confidentiel.

En 1991, Pascal Obispo signe son premier contrat d’artiste avec Epic. En 1992 puis 1994, il sort respectivement les albums Plus que tout au monde et Un jour comme aujourd’hui. Avec plusieurs tubes, ces albums révèlent un artiste marqué par Michel Polnareff (il reprend Holidays) et par Les Beatles.

En 1995, il rencontre Lionel Florence, avec qui il compose le générique de la série de TF1 Sous le Soleil. La même année, il profite de sa célébrité grandissante pour s’impliquer dans la lutte contre le sida, autour de l’album Entre sourires et larmes, dont six titres sont signés par Lionel Florence.

Début 1996, il est en première partie de Céline Dion pour 13 dates, dont 4 à Bercy. Il sort ensuite son 4e album Superflu. Avec le titre Personne, la ballade Lucie, le duo Les meilleurs ennemis avec Zazie, il touche pour la première fois un très large public.

En 1997, il commence les collaborations avec d’autres artistes : en novembre, il collabore avec Florent Pagny sur son album Savoir aimer, qui atteint 1,6 million d’exemplaires vendus dans le monde. L’année suivante, il réalise l’album de Johnny Hallyday : Ce que je sais. Puis, avec Lionel Florence, il écrit Sa raison d’être, chanson regroupant 42 artistes majeurs sur une même chanson au bénéfice de la lutte contre le sida. Cette compilation atteint les 700 000 ventes et rapporte plus de 45 millions de francs à ECS. Il est membre d’honneur de du Conseil d’administration de cette association.

Il sort ensuite l’album live issu de sa tournée Superflu intitulée Live 98.

Un incident dramatique vient cependant noircir le tableau : Le 28 juillet 1997, un jeune homme de 19 ans qui n’aime pas Obispo lui tire dessus à la carabine à plombs lors d’un concert en plein air, à Ajaccio.

En 1999, il réalise Le mot de passe, le nouvel album de Patricia Kaas, et participe aussi à la réalisation de plusieurs titres du nouvel album de Florent Pagny : RéCréation. En décembre, il sort son 5e album studio, Soledad, qui totalise 700 000 ventes.

Années 2000

Pascal Obispo travaille pendant près d’un an pour la sortie en juin 2000 de l’album de la comédie musicale Les Dix Commandements, dont la première a lieu en octobre au Palais des Sports de Paris. En décembre, il compose Noël Ensemble avec 112 artistes qui chantent ensemble sur cette chanson au profit de la lutte contre le sida (600 000 exemplaires vendus). Cette même année, il épouse Isabelle Funaro à Paris le 4 avril, et son fils Sean naît quelques mois plus tard, le 11 octobre.

En 2001, il est élu « Artiste Masculin de l’année » aux NRJ Music Awards. Il réalise ensuite en 2002 l’album De l’amour le mieux de Natasha Saint-Pier, qui atteint plus de 750 000 ventes dans le monde et qui est certifié disque de Platine en France.

En 2002, Pascal Obispo joue son propre rôle dans un épisode de la série Caméra café (épisode Le portable).

En 2004 sort son 6e album studio Fan, double album studio/live qui rend notamment hommage à Michel Polnareff et qui fait suite au Fan Tour pour lequel il reçoit en 2004 sa première Victoire de la musique à titre personnel, celle du « Spectacle musical, tournée ou concert de l’année » (en 2001, le titre L’envie d’aimer qu’il a composé pour Les dix commandements a remporté la « Victoire de la chanson originale de l’année »).

En 2005, Annie et Bernard Réval publient la biographie Pascal Obispo, la part du lion.

Le 15 mai 2006, il sort son 7e album studio Les fleurs du bien. Il contient les chansons Rosa (hommage à Rosa Parks), Las Vegas, 1980 (avec Melissa Mars) et (On a perdu le contrôle de) La Machine. Le CD bonus contient des versions inédites de 5 titres de l’album ainsi qu’un titre inédit L’essentiel.

En janvier 2007, il prend le pseudo de Vitoo, le temps d’une chanson avec Fatal Bazooka : Mauvaise foi nocturne, parodie du duo Confessions nocturnes de Diam’s et Vitaa. En juin, il reprend le rôle de Vitoo pour sa chanson Le chanteur idéal.

En février 2008, il tombe amoureux de la première lauréate de la Star Academy (France), la chanteuse Jenifer. Après une idylle en dent de scie, les deux artistes se séparent en février 2009.

En février 2009, le chanteur offre deux concerts, au théâtre Olympia d’Arcachon, dont l’intégralité des recettes a été versée au profit des ostréiculteurs du bassin d’Arcachon et à la reconstruction du massif forestier (suite à la tempête de janvier 2009).

Le 16 avril 2009, il lance sa webradio sur le bouquet de radios numériques GOOM, où il diffuse librement ses titres.

Années 2010

En juin 2010, après avoir reçu un accueil mitigé du public pour son album Welcome to the Magic World of Captain Samouraï Flower, Pascal Obispo se lance dans la réalisation d’une comédie musicale intitulée Adam et Ève. Son objectif est de créer un spectacle musical moderne et poétique, qui parle d’amour et de musiques aux générations nées avec le Web. La particularité de cette comédie musicale repose sur son casting, car il s’agit du premier véritable webcasting. Le chanteur souhaite donner sa chance au plus grand nombre et découvrir de nouveaux talents. Pascal Obispo lance cette audition sur le net via le portail MSN du 2 juin 2010 jusqu’au 31 juillet 2010. Les premières représentations du spectacle sont prévues pour 2012.

Discographie

Pascal Obispo en quelques tubes :

Tubes

Pascal Obispo

Vitoo

Vitoo est un personnage fictif, incarné par Pascal Obispo, dans le monde de Fatal Bazooka (Michael Youn), qui chante dans la chanson de Fatal Bazooka Mauvaise Foi Nocturne et apparaît avec Michael Youn dans Le Chanteur idéal.

Albums

Chiffres uniquement pour la France, les chiffres réels sont donc plus importants.

Carrière d’auteur et de compositeur

Surtout présenté comme compositeur et interprète, Pascal Obispo a également écrit des paroles sur presque tous ses albums : pour l’album Un jour comme aujourd’hui, il a écrit Assassine, Tu compliques tout, 69%, Tombé Pour elle, Chlore, Banquise. Il a notamment écrit certaines paroles de son dernier album Les fleurs du bien en collaboration avec Lionel Florence, mais aussi celles de l’album de Natasha St Pier L’instant d’après. Il a même collaboré avec Garou pour L’injustice, sans oublier le titre Prendre l’air composé et interprété par Calogero.

Ses albums comptent de moins en moins de titres écrits de sa plume, Fan étant le premier album où Pascal Obispo n’apparaît comme auteur sur aucun des titres.

Lorsqu’il collabore avec d’autres artistes, il est surtout compositeur et/ou réalisateur. Il a composé avec Pierre Jaconelli Allumer le feu, un des plus grands succès de Johnny Hallyday dont les paroles ont été écrites par Zazie.

Ses collaborations

Pascal Obispo a collaboré avec de très nombreux artistes. Les collaborations les plus remarquables sont :

Récompenses

Divers

Son nom est fortuitement l’anagramme de celui du peintre Pablo Picasso

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

pascalobisposijemanquai

pascalobispo

pascalobispoaupiano

pascalobispoguitar

pascalobispo6390

bar

Revenir en haut de la page. 24

video-icon

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Pascal OBISPO

pascalobispors09012011

Pour le 09/01/2012 à 08h09 T.U., à Bergerac.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 3, ET NOEUD SUD EN MAISON 9

Vous vivez une période propice à tous les types de communication, de mouvement et d’échanges. Orientez-vous donc vers le commerce ou concentrez vos efforts sur l’augmentation d’une clientèle. Actuellement, le destin vous soutiendra dans ce genre d’orientation.

Ceci n’est pas limitatif :

* Etes-vous écrivain … journaliste ?… éditeur ?…. vos écrits recevront un accueil exceptionnel du public, en métropole.

* Etes-vous dans la vente ou la distribution ?…. représentant ?… intermédiaire ?… préparez-vous à assurer la demande croissante de vos produits dans le pays.

* Etes-vous dans les transports ?… routier ?… messager ? …. affréteur ?…. vous serez obligés de refuser des commandes au niveau national.

Attention, dans tous les cas, c’est le marché intérieur qui est favorisé au détriment du marché international. Les faveurs du destin viseront aussi les études, les lectures, l’enseignement, les tâches administratives que vous accomplirez. Vos déplacements, vos transactions et vos échanges porteront des faits exceptionnels. Des contrats intéressants en résulteront. De plus, vous obtiendrez aide et coopération de votre proche entourage, y compris frères ou sœurs, si vous les sollicitez. Discutez vos projets avec ces derniers ; ils vous apporteront des aides et des conseils de valeur. Profitez-en pour étendre vos affaires dans votre ville ou dans votre proche environnement ; vous y trouverez à élargir de manière non habituelle votre sphère d’action et vous pourrez découvrir avec étonnement l’emplacement ou le commerce que vous recherchiez depuis longtemps. C’est aussi la période propice pour déménager, pour multiplier vos points de vente, pour diversifier vos activités. Ne négligez aucune affaire ni aucun contact, dont la signification vous échapperait sur le moment ; des résultats ultérieurs vous prouveront le contraire. En revanche, évitez toute expansion vers l’étranger et n’introduisez pas de produits étrangers dans votre gamme, car les gains que vous souhaiteriez en obtenir se feraient attendre. Visez plutôt le long terme pour cela. Votre réussite actuelle se fera dans votre lieu d’origine. Ne vous égarez donc pas hors frontières, vous y rencontreriez des embarras administratifs et juridiques insurmontables. En même temps, ne sollicitez rien d’une autorité, votre père y compris. Limitez-vous à vos proches, frères, sœurs, oncles ou tantes. Suivant l’esprit de cette période, votre attention doit être attirée tout particulièrement sur ce qui suit : D’une part, le commerce, les contrats ou les échanges en général seront favorisés mais vous perdrez toute protection en ce qui concerne la légalité, les autorités ou la loi en général. Ne vous laissez donc pas emballer par ce potentiel commercial inhabituel pour améliorer votre situation sans retenue, par exemple en contournant les législations en vigueur. Vous seriez découvert et subiriez les rigueurs de la loi des pénalités ou des amendes annuleraient les bénéfices que vous auriez réalisés si vous aviez été raisonnable et intègre. Ceci prend d’autant plus d’importance que la période qui suivra immédiatement celle-ci vous défavorisera au niveau des revenus indûment gagnés. Attention aux pénalités et amendes (fiscales comprises).

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 28/12/2011 – Michel PETRUCCIANI 28 décembre, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 12/2011,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Michel PETRUCCIANI

Personnalité du 28/12/2011 - Michel PETRUCCIANI dans 12/2011 homepagetemplates On line

newsg dans Musique News

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

photosimages Photos

video-icon Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Michel PETRUCCIANI

né le 28/12/1962 à 15h00 à Orange (84) – FRANCE

THEME NATAL

michelpetrucciani281219

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Michel Petrucciani, (*) né le 28 décembre 1962 à Orange et mort le 6 janvier 1999 à New York, est un pianiste de jazz français.

Famille

Il est le fils d’Antoine Petrucciani, dit « Tony », sicilien d’origine, guitariste de jazz renommé qui a été son professeur de musique et a collaboré par la suite à plusieurs de ses albums. Antoine Petrucciani a, durant de nombreuses années, donné des cours de guitare jazz dans les écoles municipales de musique de Carnoules, Solliès-Toucas et la Londe-les-Maures. Il a aussi enseigné la guitare à Marianne James.

Les deux frères de Michel sont également musiciens : Louis, contrebassiste, et Philippe, guitariste.

Enfance et adolescence

Durant les années 1960 et 1970, la famille Petrucciani vit d’abord dans la région d’Orange, puis à Montélimar où Antoine Petrucciani tient un magasin de musique.

Michel Petrucciani est handicapé dès la naissance du fait d’une ostéogenèse imparfaite (osteogenesis imperfecta), la « maladie des os de verre » (ayant la forme sévère, sa taille adulte n’atteindra que 99 cm et sera victime de fractures même pendant ses concerts). Il ne peut pas être scolarisé, mais reçoit des cours de professeurs particuliers et suit un enseignement par correspondance.

Il reçoit une formation musicale de son père (qui lui fabrique un rehausseur de pédales, comme le fera plus tard Steinway) et de Raymonde Jacquemart qui lui apprennent le piano. Ainsi, il chante les classiques du jazz à 3 ans, joue du piano à 7 ans et accompagne le trompettiste américain Clark Terry à 13 ans.

Carrière

En 1981, il part aux Etats-Unis. Il enregistre avec le batteur Aldo Romano cinq albums entre 1981 et 1985. En Californie, il fait la connaissance de Charles Lloyd, saxophoniste très actif dans les années 1960, alors reconverti dans les affaires. Charles Lloyd décide de se remettre à la musique et ils se produisent ensemble. Il se produit au club Village Vanguard. Il est le premier artiste non américain à signer un contrat avec Blue Note chez qui il reste 7 ans avant de rejoindre Francis Dreyfus. Michel Petrucciani passe plusieurs années en Californie. Il y épouse Erlinda Montaño, une Américaine indienne navajo, dont il divorce vers 1988. Il quitte alors la Californie pour New York.

Dans les années 1990, il se produit en public et fait des disques en divers lieux du monde. Son jeu est caractérisé par une exceptionnelle indépendance des mains gauche et droite et une vitesse exceptionnelle d’exécution due à un entraînement intensif et à ses grandes mains aux os légers, ce qui permet à ses doigts de rebondir très vite sur les touches.

Il est également compositeur, avec une préférence pour les thèmes brésiliens ( Brazilian Like), souvent présents dans ses disques.

Il a eu quatre compagnes officielles dont l’une, Marie Laure Roperch, lui a donné un fils, Alexandre, atteint de la même maladie que son père.

Épuisé par son rythme de vie et de tournées, il meurt à 36 ans d’une pneumonie à Manhattan.

Il est inhumé à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (division 11), à quelques mètres de Frédéric Chopin, en face de Pierre Desproges.

Hommages

Une place portant son nom a été inaugurée en juillet 2003 par Bertrand Delanoë et décorée d’une mosaïque réalisée par l’artiste plasticien Edouard Detmer. Elle se trouve dans le 18e arrondissement au carrefour des rues Versigny, Sainte-Isaure et Duhesme.

Discographie

Voir Discographie de Michel Petrucciani.

Voir aussi

Bibliographie

Cinéma et télévision

2011 : Michel Petrucciani, documentaire de Michael Radford (sortie le 17 août)

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

michelpetrucciani2 michelpetruccianilebook

michelpetruccianicasque

michelpetruccianitransc

michelpetruccianiconfre

michelpetrucciani

michelpetrucciani

michelpetruccianidiscog

bar

Revenir en haut de la page. 24

video-icon

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Michel PETRUCCIANI

michelpetruccianirs2812

Pour le 28/12/1998 à 07h45 T.U., à New-York.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 4 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 10:

Actuellement grâce au transit des noeuds dans l’axe Fond de Ciel / Milieu du Ciel de votre thème natal, vous bénéficiez d’un solide appui planétaire vis-à-vis de toutes les affaires immobilières.  L’achat ou la réalisation de biens immobiliers, maisons, terres ou terrains se réalisera au mieux de vos intérêts. Vos climats actuels vous feront découvrir et obtenir la maison ou l’appartement souhaités depuis si longtemps. Par ailleurs si vous souhaitez une légation ou un héritage, surtout issu d’un lien parental et mieux encore, de votre mère, cela interviendra dans le courant de la période actuelle. Faites donc converger vos efforts vers les domaines concernés, même si vous vous êtes heurté jusqu’à présent à des obstacles insurmontables ; ceux-ci s’écarteront car le temps est venu et les fruits sont mûrs, cueillez-les.

Votre période actuelle a pour but majeur de vous ressourcer, d’établir de nouveaux fondements dans votre vie, vers une restructuration. Recherchez donc une nouvelle implantation avec discernement et circonspection car celle-ci deviendra le lieu de production de vos réalisations des prochaines neuf années correspondant à un demi parcours des nœuds. Le soin apporté à ce choix a autant d’importance que celui que votre mère apporta à la préparation de votre naissance (neuf mois). Comme elle, vous êtes maintenant en gestation. Ne tentez donc pas de forcer ni de précipiter une élévation sociale ou professionnelle. Le cycle actuel ne vous le permet pas. Inutile donc de chercher à accélérer votre croissance  ou l’éclat dans une vie extérieure ou professionnelle. Vous gaspilleriez vos efforts inutilement en oeuvrant dans cette dernière direction. Tentez au mieux de maintenir le cap de vos affaires en minimisant les dégâts car vous n’éviterez pas une certaine stagnation, voire un extrême ralentissement. Tout effort d’élévation, toute tentative d’accentuation de réussite ou de renommée – sociale ou professionnelle – vous coûteront plus cher qu’ils ne pourront vous rapporter, tant physiquement que financièrement. Dépensez-vous plutôt dans l’embellissement ou dans la rénovation de votre commerce, de votre entreprise ou de votre maison. Restructurez en prévision de la période suivante qui favorisera le commerce local. Cette période a pour but essentiel de vous pousser à revoir vos bases qu’une élévation ou un essor inconsidéré compromettraient jusqu’à faire s’effondrer l’édifice. Analysez donc les fondements et les structures de vos assises, y compris celles de votre vie familiale. Votre destin place actuellement la priorité sur cette dernière. Accordez plus de temps aux vôtres, en leur réservant une meilleure partie de vous-même et de votre temps. Achetez ou transformez vos installations ou équipements existants, embellissez.

Un changement de résidence pourrait se révéler très bénéfique et renouveler positivement votre vie. Vous constaterez qu’en fin de compte, durant cette période, vous tirerez bien plus de satisfactions de votre vie familiale que de votre vie professionnelle ou sociale plutôt décevante. Vous êtes en gestation. Contentez-vous donc de bien construire votre nid telle une hirondelle à son retour au niveau cycle de printemps.

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 27/11/2011 – Jimi HENDRIX 27 novembre, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 11/2011,Chanteur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Jimi Hendrix

Personnalité du 27/11/2011 - Jimi HENDRIX  dans 11/2011 homepagetemplates On line 1 2 3

newsg dans Chanteur News : 1 2 3 4
articleconnexe dans Musique Article connexe : Janis Joplin, Jim Morison, Amy Winehouse

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

 

symbolebiographie Biographie

appareilphoto Photos

flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Jimi Hendrix

né le 27/11/1942 à 10h15 à Seattle Heights, (Washington) – USA

THEME NATAL

jimmyhendrix27111942

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

James Marshall Hendrix (*) (né Johnny Allen Hendrix le 27 novembre 1942 à Seattle, aux États-Unis, et mort le 18 septembre 1970 à Londres, en Angleterre), mieux connu sous le nom de Jimi Hendrix, est un guitariste, auteur-compositeur et chanteur américain, fondateur du célèbre groupe anglo-américain The Jimi Hendrix Experience, actif de 1966 à 1970.

Il est considéré comme l’un des musiciens les plus novateurs du XXe siècle, notamment en raison de son approche révolutionnaire de la guitare électrique et des techniques d’enregistrement en studio. Hendrix avait la particularité d’être un guitariste gaucher, mais de jouer sur une guitare de droitier, après avoir remonté ses cordes conformément à cette inversion. Improvisateur sortant des sentiers battus, il libéra son instrument de ses contraintes en utilisant les ressources nées de l’amplification et donna à la guitare électrique moderne ses lettres de noblesse. Son influence dépasse largement le cadre de la musique rock : la plupart des styles musicaux qui se développèrent dans les années 1970 reprirent certains éléments de sa musique ; Miles Davis, notamment, joua ainsi un jazz électrique très marqué par le guitariste.

Origine et jeunesse

250px-Space_Needle002

Seattle, ville musicale importante et lieu de naissance de Jimi Hendrix.

Johnny Allen Hendrix naît le 27 novembre 1942 à Seattle, dans l’État de Washington, aux États-Unis. Il est le premier fils de James Allen « Al » Hendrix et Lucille Hendrix (née Jeter) et d’ascendance Cherokee. Al Hendrix ne rencontre son fils que trois ans plus tard, car il est pris par ses obligations militaires, cantonné dans une base de l’armée américaine en Oklahoma. Quant à Lucille, incapable d’assumer l’éducation de son fils à cause de son problème d’alcoolisme, elle ne s’en occupe pas. Démobilisé, Al Hendrix récupère Johnny, qu’il rebaptise James Marshall en mémoire de son frère décédé Leon Marshall Hendrix, et propose à Lucille de s’installer ensemble. Celle-ci donne naissance à Leon Hendrix en 1948. Cependant, le couple s’entend très mal, ne cesse de se disputer et finit par divorcer le 17 décembre 1951.

James est profondément affecté par les conditions de pauvreté et la négligence dans lesquelles il a grandi, mais aussi par les troubles familiaux qu’il a vécus dans son enfance, le divorce de ses parents lorsqu’il a neuf ans, et surtout le décès de sa mère, alcoolique, en février 1958. Hendrix est battu à maintes reprises par son père, Al Hendrix, qui souffrait lui aussi de graves problèmes d’alcool. Le fait qu’Hendrix ait vécu son enfance à Seattle explique peut-être la facilité avec laquelle il a réussi à transgresser les diverses barrières raciales ou culturelles. En effet, il a vécu dans un quartier où les échanges entre communautés étaient constants. Certes il y avait de la ségrégation, mais dans des proportions infiniment moindres que dans le Sud. James lui-même est d’ascendance mélangée, noire, blanche et amérindienne (Cris).

Son premier instrument de musique est un harmonica offert par son père pour ses 4 ans, mais il s’en lassera vite. Il acquiert alors sa première guitare à 15 ans (une acoustique achetée pour 5 $ à un ami de son père), remplaçant avantageusement l’ukulélé à une seule corde que son père lui avait donné après l’avoir surpris en train de jouer avec un balai ! Dès lors, il apprend la guitare en autodidacte en y consacrant tout son temps libre. Ses résultats scolaires s’en ressentent rapidement, mais Hendrix a désormais une obsession : devenir musicien. Assez rapidement, le jeune Jimmy (pas encore Jimi) rejoint son premier groupe, The Velvetones. Il se procure sa première guitare électrique, une Supro Ozark 1560S, qu’il utilise avec son groupe suivant The Rocking Kings.

En 1961, mêlé à une histoire de voiture volée, Hendrix préfère s’enrôler dans l’armée américaine plutôt que de risquer la prison. En novembre 1962, il obtient le droit de porter l’écusson des Screaming Eagles, la 101e division aéroportée. Affecté à Fort Campbell, Kentucky, Hendrix forme The King Casuals avec Billy Cox à la basse. Hendrix raconte dans une interview qu’il a été réformé en raison d’une blessure à la cheville consécutive à un saut en parachute, mais qu’il aurait aussi simulé un mal de dos. Il existe une controverse sur ce point.

Sa carrière

Les premières années

Hendrix travaille comme guitariste sous le nom de Jimmy James dans divers groupes de rhythm and blues qui tournent dans ce qu’on appelle alors le Chitlin’ Circuit (le circuit des clubs fréquentés par les Afro-Américains). Il enregistre à l’occasion en tant que musicien de session.

Fin 1965, Hendrix joue avec certains musiciens de renom tels que Sam Cooke, Ike & Tina Turner (Kings of Rhythm), les Isley Brothers et surtout Little Richard. Ce dernier estime que Jimi se met trop en avant et décide de se passer de ses services.

En 1965, Hendrix rejoint Curtis Knight & The Squires, un groupe newyorkais sans grande envergure. Le 15 octobre 1965, Hendrix signe un contrat d’enregistrement de trois ans avec un producteur nommé Ed Chalpin, pour seulement 1 $ et 1 % de royalties des ventes des enregistrements effectués avec Curtis Knight. Sans incidence sur le coup, ce contrat a des conséquences désastreuses par la suite.

Installé à Greenwich Village, Hendrix décide de jouer sa propre musique et devient le leader de Jimmy James & The Blue Flames. Randy California, futur membre de Spirit, est guitariste au sein de ce groupe. Il n’existe aucun enregistrement amateur de ce groupe. Le témoignage de Mike Bloomfield permet toutefois de se faire une idée de la façon dont Hendrix joue en 1966 ; « La première fois que j’ai vu Jimi jouer, c’était avec Jimmy James & The Blue Flames. Je jouais avec Paul Butterfield et je pensais être le meilleur guitariste du coin ! Je n’avais jamais entendu parler d’Hendrix. Alors quelqu’un m’a dit : « Tu devrais aller écouter le guitariste de John Hammond.» J’étais au Cafe au Go Go et il était au Nite Owl ou au Café Wha?, j’ai traversé la rue et je l’ai vu. Hendrix savait qui j’étais, et ce jour-là, en face de moi, il m’a désintégré. Des bombes H dégringolaient, des missiles téléguidés volaient dans tous les coins – je ne te raconte pas les sons qui sortaient de sa guitare. Tous les sons que je devais l’entendre reproduire plus tard, il les a faits, dans cette pièce, avec une Strat, un Twin, une Maestro Fuzz-Tone, et c’est tout – il jouait à un volume très poussé. »

Il est repéré au Café Wha? par Chas Chandler, qui lui propose de venir se faire connaître et d’enregistrer son premier single au Royaume-Uni, alors en pleine effervescence musicale avec des groupes comme les Beatles et les Rolling Stones. Jimi Hendrix aurait accepté à condition de rencontrer celui qui apparaît comme la référence britannique de l’époque à la guitare : Eric Clapton. Sur le chemin, il adopte alors définitivement le nom de Jimi Hendrix (au lieu de Jimmy) sur les conseils de son manager.

Il rencontre pour la première fois Clapton lors d’un concert de Cream (le trio qu’il venait de créer avec Ginger Baker et Jack Bruce) le 1er octobre 1966 au Central London Polytechnic. Considéré comme le meilleur guitariste de blues anglais depuis son passage chez John Mayall, Eric Clapton accepte que Jimi Hendrix les rejoigne sur scène (malgré la réticence de Ginger Baker). Dans son autobiographie, Clapton raconte comment Jimi Hendrix a alors interprété le Killing Floor de Howlin’ Wolf ; « Il a joué de la guitare avec les dents, derrière la tête, allongé par terre, en faisant le grand écart et d’autres figures. C’était stupéfiant et génial musicalement, pas uniquement un vrai feu d’artifice à contempler. (…) Je pris peur, car, juste au moment où on commençait à trouver notre vitesse de croisière, voilà qu’arrivait un vrai génie. »

The Jimi Hendrix Experience

Peu de temps après son arrivée à Londres, des auditions sont organisées pour trouver les musiciens qui l’accompagneraient. Il recrute dans un premier temps Noel Redding qui postulait pourtant comme guitariste – il ne jouait pas encore de basse alors – au sein des Animals, l’ancien groupe de Chas Chandler.

Peut-être inspiré par Cream, Hendrix décide d’opter pour un trio et s’adjoint les services de Mitch Mitchell. Selon Jon Hiseman (le futur batteur de Colosseum), Mitchell était à ce stade inconnu du cercle des jazzmen de Londres. Amateur d’Elvin Jones et de Max Roach, il officiait auparavant dans un groupe où il n’avait aucune liberté.

Impressionné par Hendrix qu’un de ses amis rencontre dans un club londonien, Johnny Hallyday lui propose de roder son nouveau groupe en faisant sa première partie lors des quatre dates suivantes : le 13 octobre 1966 à Évreux, le 14 à Nancy, le 15 à Villerupt et surtout le 18 à l’Olympia (Paris). Cette dernière date est importante : Europe 1 proposait alors une émission appelée Musicorama dont l’équipe a enregistré professionnellement la courte performance du Jimi Hendrix Experience.

16 décembre 1966 : Hey Joe marque les débuts discographiques du Jimi Hendrix Experience. Le single entre dans les charts anglais le 5 janvier 1967, et monte même jusqu’à la sixième place. La plupart des biographes s’accordent sur l’intérêt que Chas Chandler, le manager de l’Experience, manifestait pour ce titre avant même de découvrir Jimi Hendrix. C’est donc sans surprise que le choix s’est porté sur la composition de Billy Roberts, que Jimi jouait déjà au Café Wha? avec les Blue Flames.

200px-Are_You_Experienced_-_US_cover-edit

La couverture américaine de l’album Are You Experienced, pierre angulaire du rock psychédélique.

Le 26 décembre, Hendrix compose Purple Haze dans les coulisses d’un club, Chas Chandler comprend aussitôt que l’Experience tient là un tube en puissance. Et les faits lui donnent rapidement raison : publié le 17 mars 1967 en Angleterre, le titre rentre dans les charts dès le 23 mars et culmine même à la troisième place. Au-delà du succès commercial, Purple Haze est avant tout une réussite artistique majeure : Hendrix n’est pas seulement le meilleur instrumentiste de la musique rock, il est aussi un compositeur original dont les conceptions sont révolutionnaires. Hendrix n’a pourtant ni l’inventivité mélodique des Beatles, ni la maîtrise harmonique de John Coltrane, mais dès son deuxième single, il crée un univers musical dépassant ses influences, univers dont la singularité est renforcée par sa maîtrise du studio et des effets. Purple Haze ne ressemble à rien de ce qui a été fait auparavant ; l’« Experience » peut véritablement commencer.

Le troisième single du Jimi Hendrix Experience, The Wind Cries Mary, a été enregistré le même jour que le basic track de Purple Haze. En seulement 20 minutes selon Chas Chandler : la réalité est sans doute un peu différente (enregistrer le basic track, le solo et le chant en aussi peu de temps relèverait de l’exploit…), mais il n’en demeure pas moins que ce single est typique de la production de Chas Chandler, et de son mode opératoire : travailler vite et bien. Musicalement, The Wind Cries Mary tranche singulièrement avec les deux premiers singles ; c’est une ballade minimaliste, où se fondent les influences de Bob Dylan et de Curtis Mayfield.

200px-Jimi_Hendrix_%26_Noel_Redding

Jimi Hendrix et Noel Redding à la télévision néerlandaise le 14 mars 1967

Le premier album du groupe, Are You Experienced, sort le 5 mai 1967. Véritable pierre angulaire de la guitare électrique, il partage les instrumentistes entre anciens et modernes. Considéré comme l’un des meilleurs disques de rock par la critique, il constitue non seulement la base du répertoire de l’Experience, mais aussi du trio Hendrix/Redding/Mitchell. Une prise inédite de I Don’t Live Today montre que le guitariste se dirigeait vers une musique plus audacieuse encore, que la production de Chandler a sans doute limité, conscient que les plages trop libres étaient autrement moins vendeuses.

Le 4 juin 1967, Hendrix interprète au Saville Theatre de Londres une version du morceau titre de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, le nouvel album des Beatles publié seulement trois jours auparavant. Paul McCartney et George Harrison, présents dans l’assistance, sont impressionnés par la performance, même si le reste du concert est entaché de problèmes d’ordre technique.

C’est sur les bons conseils de Paul McCartney que les organisateurs du Monterey International Pop Festival ont invité le Jimi Hendrix Experience, alors au sommet de sa popularité en Angleterre.

Leur performance du 18 juin 1967 est historique ; de virtuellement inconnu aux États-Unis, le groupe est rapidement devenu culte dans les cercles rock, à défaut d’être véritablement connu du grand public. Immortalisée par le film de D. A. Pennebaker, la réputation de showman de Jimi Hendrix était faite pour les années à venir. Pour le meilleur et pour le pire. Car si Monterey est certainement l’un des meilleurs concerts de rock de tous les temps, Jimi Hendrix dégrade son image auprès des musiciens « sérieux » qui le prennent pour un frimeur (même si un Miles Davis ne s’arrête pas à ça), mais aussi vis-à-vis du public qui attend de lui plus souvent un show qu’une performance strictement musicale. Une image particulière reste dans les mémoires ; le moment où il sacrifie sa Stratocaster en l’immolant par le feu avant de la fracasser sur le sol.

300px-Jimi_Hendrix_1967

Jimi Hendrix à Stockholm le 24 mai 1967.

Le groupe enregistre ensuite Burning of the Midnight Lamp, son single suivant, avant d’assurer la première partie des Monkees lors de sa tournée américaine de l’été 1967, suite à une très mauvaise appréciation des publics respectifs des deux groupes par Mike Jeffery, l’autre manager de l’Experience. Le groupe ne remplit toutefois pas ses obligations contractuelles et quitte la tournée avant son terme en prétextant la plainte des Daughters of the American Revolution, une ligue de morale, selon laquelle Hendrix serait trop érotique pour les jeunes fans des Monkees.

Après une série de concerts, le groupe enregistre à Londres de nouvelles compositions qui donnent la matière du deuxième album du groupe, Axis: Bold as Love, publié en décembre 1967. C’est un album très différent de l’opus précédent : Hendrix se concentre ici sur ses talents de guitariste rythmique et d’auteur-compositeur. L’influence de la production de Chas Chandler est encore très présente; la plupart des titres ne dépassent pas les trois minutes.

Dans la foulée, Hendrix enregistre à Londres une reprise du All Along the Watchtower de Bob Dylan. Après une tournée américaine, Hendrix décide de continuer l’enregistrement de son troisième album au Record Plant, à New York. Hendrix tire profit au maximum des progrès technologiques de l’époque : Electric Ladyland est enregitré sur un 16 pistes, laissant à son créateur une liberté orchestrale alors inespérée.

Hendrix, peu conventionnel dans sa manière de travailler, convie qui veut bien venir en studio … où les ingénieurs du son doivent presque s’excuser de prendre leur place. Lors de l’enregistrement de Gypsy Eyes, Chas Chandler jette l’éponge : Hendrix est désormais son propre producteur. Cet enregistrement marque aussi une nette détérioration des rapports qu’il entretient avec Noel Redding, son bassiste. Ce dernier se plaint du peu de place que son leader lui laisse au sein du groupe, mais aussi de la tournure que prennent les sessions, où Hendrix ne semble jamais satisfait des prises qu’il enregistre. Noel Redding ne joue d’ailleurs que sur quelques titres du dernier album de l’Experience.

Hendrix ne se limite pas aux seuls membres de l’Experience et multiplie les rencontres avec des musiciens réputés (Steve Winwood, Chris Wood, Buddy Miles, Jack Casady et Al Kooper) qui se joignent à lui sur des compositions variées et d’une rare richesse : Voodoo Child (Slight Return) et 1983… (A Merman I Should Turn to Be) figurent parmi les œuvres les plus ambitieuses de sa carrière. Electric Ladyland est généralement considéré comme son chef d’œuvre.

Les concerts de l’Experience évoluent au fil des mois. Centrés sur les chansons aux débuts du groupe, ils sont désormais le théâtre de longues improvisations dépassant souvent les dix minutes. Les rapports au sein du groupe continuent de se détériorer et les sessions d’enregistrement suivantes ne donnent plus que de longues jams informelles plutôt que des compositions achevées publiables sur un disque de rock.

Le 3 mai 1969, le Jimi Hendrix Experience arrive à 9 heures et demi à l’aéroport international de Pearson à Toronto (Ontario). Les douanes canadiennes trouvent dans l’un des sacs du guitariste des substances illicites ; il est aussitôt arrêté puis emmené au siège de la police dans le centre-ville de Toronto. Il est libéré contre une caution de 10 000 dollars en espèces et doit comparaître devant le tribunal de Toronto le 5 mai. Les conséquences de cet incident sont désastreuses : Hendrix vivra avec la crainte d’un emprisonnement jusqu’à la fin de l’année 1969.

Après une ultime tournée américaine au printemps 1969, le groupe se sépare après sa performance de Denver, le 29 juin 1969.

Gypsy Sun & Rainbows

Début juillet 1969, Jimi Hendrix est invité à deux émissions importantes ; le Dick Cavett Show puis le Tonight Show. Il est accompagné par Billy Cox lors de la seconde émission. En fait, cela fait déjà plusieurs semaines qu’il répète et enregistre avec son ancien ami de l’armée. Dans la perspective d’un nouvel album studio, Hendrix s’installe à la Shokan House, à l’écart de l’agitation rencontrée à New York, afin de se concentrer sur son nouveau projet : le Gypsy Sun & Rainbows. En plus de Billy Cox, il rassemble autour de lui Larry Lee à la guitare (qu’il connaît depuis 1963), Juma Sultan et Jerry Velez aux percussions. Hendrix était manifestement intéressé par l’idée de jouer avec des percussionnistes : les percussionnistes de Santana ont ainsi participé à la jam du Tinker Street Cinema début août 1969.

La musique produite par le groupe se démarque du rock psychédélique de l’Experience, notamment par les formes musicales plus libres que le groupe expérimente. Mitch Mitchell retrouve Hendrix durant l’été et devient le batteur du groupe.

Au mois d’août 1969, Jimi Hendrix est la tête d’affiche du Festival de Woodstock. C’est donc à lui qu’il revient en principe de le clôturer. Malgré le retard pris par le festival, le management de Jimi Hendrix refuse de changer l’ordre d’entrée en scène des groupes. Sans le film, la performance de Jimi Hendrix ne serait certainement pas devenue légendaire : le Gypsy Sun & Rainbows n’entre en scène que le matin du lundi 18 août 1969, ce qui explique un public clairsemé lorsqu’il se produit.

Il est primordial de souligner que les mixages des différentes versions audio et vidéo mettent quasiment systématiquement le trio Hendrix/Cox/Mitchell en avant. Larry Lee est légèrement audible. Quant aux deux percussionnistes, ils sont quasi inaudibles d’un bout à l’autre. Juma Sultan regrettera amèrement le mixage power trio du Gypsy Sun & Rainbows, trouvant dommage d’avoir supprimé le foisonnement de percussions qui accompagne Star Spangled Banner

Inversement, John McDermott défend que le jeu foisonnant de Mitch Mitchell ne se marie pas bien avec celui des deux percussionnistes. Larry Lee revenait alors du Viêt Nam, et n’était certainement pas prêt à un tel évènement : seul son chant opère convenablement. Les deux titres qu’il chante lors de ce concert n’ont toutefois jamais eu les honneurs d’une publication officielle.

Si les enregistrements pirates de la performance du Gypsy Sun & Rainbows montrent que le groupe n’était pas toujours en place, il n’empêche que la seconde partie du concert, portée à bout de bras par un Hendrix pourtant épuisé, reste l’un des plus grands moments d’improvisation de la musique rock. L’interprétation de l’hymne américain par le guitariste, véritable Guernica musical est le point d’orgue du festival. Plus proche ici du free jazz que de la musique rock, son approche de la guitare y est totalement révolutionnaire. Hendrix devient le premier sculpteur de l’histoire de la musique, taillant littéralement dans le bloc sonore. D’autres guitaristes avaient utilisé le vibrato ou le feedback (comme Jeff Beck au sein des Yardbirds) avant lui. Mais il est le premier à avoir construit un langage inédit reprenant toutes ces techniques comme vocabulaire. Le passage central montre une vision musicale allant largement au-delà de genres établis comme le blues ou le rock : cris, bombes, Hendrix plonge avec sa musique dans l’univers de ses contemporains. Sa maîtrise du feedback sur les ultimes notes montre sa capacité à travailler en temps réel sur le bloc sonore (diversité des choix et réactivité instantanée). Avec Star Spangled Banner, Hendrix cristallise toute l’ambiguïté de l’intervention militaire des États-Unis au Vietnam.

Le groupe se sépare après quelques séances en studio peu productives (aucun album ne sera tiré de ces séances) et deux autres concerts début septembre. Mitch Mitchell et Billy Cox s’accordent sur le fait que le groupe ne progressait pas musicalement.

Band of Gypsys

Pour la Saint-Sylvestre 1969, au Fillmore East de New York, c’est avec une nouvelle formation que Jimi Hendrix se produit. Le Band of Gypsys est un trio entièrement afro-américain composé de Billy Cox et du batteur Buddy Miles. Jimi Hendrix y dévoile une sensibilité plus funk et, en l’espace de deux journées, (le 31 décembre 1969 et le 1er janvier 1970), donne quatre concerts. Un album Live, Band of Gypsys, en est tiré : ce sera le dernier publié de son vivant.

La presse rock a été globalement déçue par une œuvre qui marquait, selon elle, un recul créatif vis-à-vis du troisième album de l’Experience (via un retour au rhythm and blues), et qui n’aurait pas dû sortir, de l’avis de Jimi Hendrix lui-même : « Je n’étais pas trop satisfait de l’album Band of Gypsys. Si ça n’avait tenu qu’à moi, je ne l’aurais jamais sorti. » L’album est en effet né de problèmes juridiques et non de la volonté initiale du musicien.

Inversement, beaucoup voient dans le Band of Gypsys un groupe fondateur jetant les bases de nombreux courants musicaux des années 1970 : rock funk (Parliament/Funkadelic), jazz rock (Miles Davis, Mahavishnu Orchestra de John McLaughlin), etc. Miles Davis note d’ailleurs dans son autobiobraphie que c’est le groupe de Jimi Hendrix qu’il préférait.

Le 28 janvier 1970, lors d’un concert donné au Madison Square Garden, dans le cadre du Winter Festival For Peace, le Band of Gypsys doit se produire gratuitement, afin de soutenir des opposants à la guerre du Viêt Nam. Le groupe monte sur scène vers trois heures du matin, dans ce qui s’avèrera être leur dernière performance, et peut-être le plus gros fiasco de toute la carrière de Jimi Hendrix. Après avoir présenté les membres de son groupe, alors qu’une jeune femme réclame Foxy Lady, Hendrix lui répond que « Foxy Lady est assise par là, en sous-vêtement jaunes, sales et tachés de sang. » Le groupe se lance alors dans une version particulièrement peu inspirée de Who Knows. Selon tous les témoins présents ce soir-là, Hendrix n’était pas en état de monter sur scène. Johnny Winter confiera par la suite que, pour lui, « c’était comme s’il était déjà mort. » Manifestement, Hendrix n’est pas dans son état normal : sur Who Knows, contrairement à son habitude, il ne mélange pas guitare et chant. La version qui suit de Earth Blues est encore moins convaincante, Hendrix interpelant ainsi le public alors qu’il s’arrête de jouer : « C’est ce qui arrive lorsque la Terre baise avec l’Espace, n’oubliez jamais ça. Voilà ce qui arrive ! » Buddy Miles tenta de calmer le jeu, faisant face à la stupéfaction de l’audience en promettant un retour sur scène qui n’arrivera pas : Hendrix débranche sa Stratocaster et quitte définitivement la scène, laissant à Buddy Miles le soin de gérer la foule…

Aujourd’hui encore, la controverse historique reste entière sur ce qui s’est véritablement passé cette nuit-là au Madison Square Garden. Mike Jeffery profita de l’occasion pour virer sur le champ Buddy Miles… ce dernier accusant le manager d’avoir donné à Hendrix une dose de LSD le rendant dans l’incapacité de jouer. D’autres mettent en cause Devon Wilson, une des petites amies de Hendrix. On ne saura probablement jamais le fin mot de l’histoire.

Lors de son interview du 4 février 1970, menée par John Burks pour Rolling Stone (à l’initiative de Mike Jeffery), Hendrix reviendra sur la performance du Madison Square Garden : « C’est comme la fin d’un commencement ou quelque chose comme ça, je pense que le Madison Square Garden est comme la fin d’un long conte de fées. Ce qui est génial (…). En ce qui me concerne, le Band of Gypsys était formidable. (…) C’est juste histoire de changer de tête, de se renouveler. (…) J’étais très fatigué. (…) » Il précisa ensuite qu’il avait affronté la plus grande guerre intérieure de toute sa vie, et que « ce n’était pas l’endroit pour le faire. »

Hendrix/Cox/Mitchell

Le concert donné le 25 avril 1970 au L.A. Forum marque le retour de Jimi Hendrix sur le devant de la scène : c’est la première de ce qui s’avèrera son ultime tournée américaine (le Cry of Love Tour). Première d’autant plus importante que c’est avec un nouveau groupe que Jimi Hendrix se présente : si Billy Cox est toujours à la basse, Mitch Mitchell est de retour derrière les fûts. Contrairement à ce que l’interview donnée en février 1970 à John Burks aurait pu faire croire, Hendrix n’a pas reformé l’Experience avec son line up original. Le nom de cette formation est d’ailleurs toujours sujet à caution ; « Jimi Hendrix Experience » selon Billy Cox, « Cry of Love Band » pour d’autres, Jimi Hendrix semble n’avoir jamais véritablement clarifié ce point.

Cette tournée marque aussi une reprise en main de sa carrière : Hendrix enregistre en semaine son nouvel album studio et se produit en concert le week end, afin de financer les travaux de construction de l’Electric Lady, son propre studio (à parts égales avec Mike Jeffery). Le rythme de cette tournée, autrement plus raisonnable que celui des tournée US précédentes, n’est pas étranger à la qualité tant des sessions studio que des concerts. Les critiques, biographes et journalistes tendent à décrire cette tournée dans des termes pour le moins mitigés… Pourtant, ainsi que John McDermott le souligne dans Setting The Record Straight, la tournée américaine de 1970 marque le retour d’une grande créativité.

Selon Billy Cox, Hendrix n’arrêtait pas de setlists précises  : il se contentait de préciser uniquement les premiers titres qu’ils allaient jouer. Le répertoire du groupe est d’ailleurs nettement moins stéréotypé que celui de l’Experience.

Jimi Hendrix inaugure le 15 juin 1970 son propre studio d’enregistrement à New York, Electric Lady. Selon la plupart des témoignages, Hendrix aborde les séances avec plus de sérieux que par le passé, même si ses sautes d’humeur et sa relation avec Devon Wilson compliquaient parfois leur bon déroulement.

Après des mois de chaos personnel et de doutes artistiques, Hendrix retrouve son inspiration et progresse dans la création de son quatrième album studio. Les sessions comme celles du 1er juillet 1970 montrent son renouveau artistique. Sa musique est nettement plus rythmique, plus composée. Hendrix l’architecte prend le pas sur Hendrix l’instrumentiste. La guitare sert le discours… et non l’inverse.

Hendrix n’aura toutefois pas le temps de terminer ce quatrième album, dont le matériel sera publié dans un premier temps sur The Cry of Love, Rainbow Bridge – Original Motion Picture Sound Track (1971), War Heroes (1972) et Loose Ends (1973). Voodoo Soup (1995) et First Rays of the New Rising Sun (1997) présenteront la vision que les producteurs ultérieurs de Hendrix avaient de cet ultime album.

Afin de financer le studio qu’il vient d’inaugurer officiellement, Hendrix accepte à contrecœur de se lancer dans ce qui s’avèrera être son ultime tournée européenne. Son trio se produit notamment le 30 août au festival de l’île de Wight, au sud de l’Angleterre. « Pour être franc, c’était un mauvais concert. Je ne peux pas dire si le cœur de Jimi y était. Une chose est certaine, rétrospectivement, c’est que nous aurions vraiment dû répéter une fois. C’est étrange parce que le groupe jouait tellement bien, il était réglé comme une horloge. À ce stade, nous étions tous confiants vis-à-vis de nos jeux respectifs. Il n’y avait aucune raison que le concert soit peu réjouissant. Mais le feeling n’était pas au rendez-vous. » en dira Mitch Mitchell.

La performance du 2 septembre 1970 (Arhus) est pire encore : Hendrix quitte la scène après seulement quelques titres. Hendrix semble très déprimé, et consomme beaucoup de drogues. Il déclare dans un entretien que « Je ne suis pas sûr que j’atteindrai vingt-huit ans. Je veux dire qu’au moment où musicalement, je sentirai que je n’ai plus rien à donner, je ne serai plus de ce monde. »

La tournée n’est toutefois pas aussi mauvaise que ces deux évènements pourraient le laisser penser : les concerts des 1er (Gothenburg) et 3 septembre 1970 (Copenhague) sont en effet remarquables.

La santé de Billy Cox oblige toutefois le management du groupe à annuler le reste de la tournée : le concert donné à Fehmarn dans le cadre du Love And Peace Festival le 6 septembre 1970 sera le dernier du trio.

Hendrix regagne Londres, et donne son dernier entretien le 11 septembre 1970.

Le 16 septembre 1970, Hendrix rejoint War, le nouveau groupe d’Eric Burdon, au Ronnie Scott’s et joue sur deux titres, qui constituent les ultimes enregistrements amateurs du guitariste.

Mort

220px-Jimi_Hendrix_Memorial

Memorial pour Jimi Hendrix

Le 18 septembre 1970, Hendrix est retrouvé mort au Samarkand Hotel (Londres). Les circonstances exactes de sa mort sont toujours l’objet de controverses, même si la thèse principale selon laquelle il serait mort étouffé par son vomi, consécutivement à un abus de barbituriques (Vesparax) lié à une prise d’alcool semble être la plus probable. Néanmoins, James Tappy Wright, son ancien assistant, affirme en 2009 qu’Hendrix aurait été assassiné par Michael Jeffery en lui faisant ingurgiter de force des pilules et de l’alcool.

Il est enterré à Seattle, sa ville natale, le 1er octobre 1970, en dépit de sa volonté d’être inhumé à Londres.

Il est entré dans le Club des 27 regroupant les figures de la musique décédées à vingt-sept ans.

Influences

« Pour jouer le Rhythm & Blues, Hendrix était de loin le plus grand expert que j’ai pu entendre dans le style de musique développé par Bobby Womack, Curtis Mayfield et Eric Gale, entre autres. J’ai l’impression qu’il n’y avait aucun style de guitare qu’il n’ait soit entendu, soit étudié, y compris la guitare hawaïenne et la dobro. Dans son jeu, on pouvait clairement entendre Curtis Mayfield, Wes Montgomery, Albert King, B.B. King et Muddy Waters. Jimi était le plus black des guitaristes. Sa musique émanait des formes musicales les plus anciennes, pré-blues, comme ce qu’on chante pendant le travail de la terre ou les mélodies gospel. D’après ce que j’ai pu recueillir, il n’y avait pas de genre de musique noire qu’il n’ait écouté ou étudié, mais il aimait surtout les formes anciennes de la musique noire, et ça transpirait de son jeu. On a souvent parlé de Son House et de vieux bluesmen, mais ce qui l’épatait, c’était les vieux disques de Muddy Waters et John Lee Hooker où la guitare est énormément amplifiée par le studio, pour lui donner une présence qu’elle n’avait pas en réalité. Il connaissait ça : on peut entendre tous les trucs de John Lee Hooker et Muddy Waters sur la version longue de Voodoo Child (Electric Ladyland). Je ne l’ai jamais entendu jouer quoi que ce soit qui ressemble à du jazz, mais je l’ai entendu jouer comme Mahavishnu (John McLaughlin). Il cherchait à jouer des mélodies avec un sustain permanent ; il était plongé dans le feedback depuis les Yardbirds et autres groupes anglais. Je crois même l’avoir entendu parler de Beck’s Bolero. »

— Mike Bloomfield, Série Guitare & Claviers 1990

Le blues constitue la base du vocabulaire guitaristique utilisé par Jimi Hendrix. Il reprend les techniques des grands bluesmen qui permettent de développer un jeu expressif, mais aussi leur langage harmonique où l’ambiguïté majeur/mineur joue un rôle important. Il est difficile d’établir une liste exhaustive des guitaristes de blues ayant influencé Hendrix. On peut toutefois se faire une idée assez précise de ses principales influences via les reprises qu’il joua en concert ou en club, mais aussi des entretiens qu’il accorda : Albert King (Born Under a Bad Sign), B.B. King (Rock Me Baby), Elmore James (Bleeding Heart), Hubert Sumlin, le guitariste de Howlin’ Wolf (Killing Floor), Freddie King (San-Ho-Zay), Muddy Waters (Hoochie Koochie Man & Catfish Blues), Albert Collins (Drivin’ South), mais aussi Buddy Guy, John Lee Hooker ou Robert Johnson. Le 9 octobre 1967 à Paris à l’Olympia, il interpelle ainsi le public ; « Avez-vous entendu parler de Muddy Waters ? Et de John Lee Hooker ? »

Son style de guitare rythmique, tel qu’on peut l’entendre sur Little Wing ou Bold as Love, est inspiré, en plus complexe, de celui développé par Curtis Mayfield, reconnu par Hendrix comme l’une de ses influences majeures.

Bob Dylan, dont il reprendra plusieurs morceaux (All Along the Watchtower, Like a Rolling Stone, Drifter’s Escape et Can You Please Crawl Out Your Window), influencera Hendrix en tant qu’auteur, mais aussi en tant que chanteur : la technique vocale limitée de ce dernier lui donnera confiance en sa propre voix.

Hendrix est aussi influencé par le rock anglais. D’une part, il reprit le Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles à plusieurs reprises, mais il poussa plus loin des idées développées sur l’album Revolver publié en 1966 : certaines bandes sont passées à l’envers sur Tomorrow Never Knows, dont Hendrix reprendra le thème en concert. Le titre Are You Experienced reprend ce type de procédé, de façon encore plus poussée. Hendrix reprit à plusieurs reprises Sunshine of Your Love de Cream (citant régulièrement le solo de Clapton) et s’est peut-être inspiré du feedback tel que Jeff Beck l’utilisait au sein des Yardbirds. Il utilise d’ailleurs le riff du Rice Pudding du Jeff Beck Group pour conclure l’une de ses compositions (In From the Storm). Enfin, il n’est pas exclu que Jimi Hendrix ait été influencé par les prestations scéniques des Who, dont Pete Townshend, le guitariste, utilisait des amplis Marshall avant lui.

Au cours des dernières années de sa vie, Hendrix s’intéresse de plus en plus au jazz, jouant avec Roland Kirk, enregistrant avec Larry Young, John McLaughlin et Dave Holland, qui participèrent aux premiers enregistrements électriques de Miles Davis, avec lequel Hendrix commençait à entretenir certains rapports.

À la fin de sa vie, il avait prévu d’enregistrer avec Gil Evans. À l’écoute de sa version de l’hymne américain ou de « Machine Gun », il est difficile de ne pas faire le lien avec le free jazz et sa volonté de libérer l’improvisateur des contraintes harmoniques et rythmiques.

Héritage 

Œuvre 

Jimi Hendrix n’a publié de son vivant que quatre albums (trois albums studio et un Live) : Are You Experienced, Axis: Bold as Love, Electric Ladyland et le Band of Gypsys. Ces quatre albums sont des classiques de la musique rock. Mais il laisse derrière lui des centaines d’heures d’enregistrements, de natures très diverses : compositions sur lesquelles il travaillait dans la perspective de publier son quatrième album studio, ébauches plus ou moins embryonnaires de compositions en devenir, démos personnelles enregistrées chez lui, jams en studio ou en concert, concerts enregistrés professionnellement ou par des amateurs.

La qualité de ces enregistrements, tant musicale que technique, est tout à fait variable. La discographie officielle de Jimi Hendrix est particulièrement complexe, et très inégale : certains albums ont été publiés en dépit de toute considération artistique.

Outre les albums publiés de son vivant, on peut recommander les albums suivants, salués majoritairement par la critique et les amateurs : The Cry of Love (dont on retrouve l’intégralité du matériel sur First Rays of the New Rising Sun), Rainbow Bridge – Original Motion Picture Sound Track et Jimi Hendrix: Blues pour les albums studio, Live at Monterey, les enregistrements consacrés au concert du Royal Albert Hall du 24 février 1969, Live at Woodstock et Live at Berkeley pour les albums en concert.

200px-Jimi_Hendrix%2C_5th_Avenue%2C_Seattle

Jimi Hendrix sur la 5e avenue à Seattle

Un pas de géant pour la guitare électrique 

« Je me revois attendant anxieusement de voir Jimi jouer de près car, pour l’avoir vu en concert, je pensais qu’il devait avoir un truc mystérieux construit dans sa guitare afin d’obtenir tous ces incroyables sons. J’ai vite découvert qu’en fait, il n’utilisait qu’une vieille Strat et des amplis Marshall. Il avait quelques gadgets comme l’UniVibe, la Fuzz Face et la Cry Baby, mais tous ces articles étaient disponibles partout dans le commerce. La magie, à vrai dire, provenait uniquement de ses doigts. »

— Harvey Mandel, Hors Série Guitare & Claviers 1990

Hendrix a révolutionné l’approche de la guitare électrique, notamment par son utilisation des pédales d’effet et des ressources de l’amplification. Au début de l’Experience, il combine la saturation des amplificateurs à lampes (en jouant à un haut volume sonore) avec la Fuzz Face, une pédale de saturation provoquant un fort écrêtage du son. Cela lui permettait de générer du feedback (dû au larsen de ses amplificateurs) qu’il pouvait contrôler en temps réel grâce à son levier de vibrato ou sa technique de main droite. Roger Mayer construira pour lui l’Octavia (une pédale de saturation jouant sur les fréquences en doublant à l’octave supérieure) qu’il utilisera dès l’enregistrement de Purple Haze, puis avec le Band of Gypsys. Hendrix est l’un des premiers à utiliser la pédale wah-wah (en 1967). Il est selon Larry Coryell « le premier à l’avoir abordée sérieusement et à y avoir passé des heures de pratique. » En concert, Hendrix n’utilisait toutefois qu’un nombre réduit d’effets, y compris en 1970 : une wah wah Vox, l’Octavia de Roger Mayer, la Fuzz Face Arbiter et l’Uni-Vibe. En studio, Hendrix élargira sa palette de timbres avec l’aide de son ingénieur du son habituel, le Britannique Eddie Kramer, qui contribua à l’élaboration du phasing, mais aussi au fait de passer les bandes à l’envers.

Il a été élu meilleur guitariste de tous les temps par le magazine américain Rolling Stone dans le classement des 100 Meilleurs guitaristes de tous les temps.

Impact sur ses contemporains

La postérité du musicien 

200px-Popiersie_Jimi_Hendrix_ssj_20060914

Buste de Jimi Hendrix à Kielce

Le 9 septembre 197072, Eric Clapton enregistre avec Duane Allman une version de Little Wing, qui ne sera publiée qu’après la mort de Jimi Hendrix, sur Layla and Other Assorted Love Songs, l’album studio de Derek and the Dominos.

Par la suite, Hendrix sera repris par de nombreux musiciens dans des styles musicaux très différents :

Il importe toutefois de ne pas se limiter aux seules reprises du guitariste. En effet, l’impact de Hendrix fut immédiat et facile à mesurer : il suffit d’écouter les albums publiés avant son arrivée à Londres pour comprendre son influence sur la guitare électrique. Les pirates de Cream montrent par exemple un Eric Clapton s’essayant sans succès aux techniques développées par Hendrix.

Un concert hommage à Hendrix fut organisé dans les années 1990 avec les anciens membres de son groupe ainsi que Slash, jouant Hey Joe de manière plus blues. La France n’est pas en reste : du 14 au 22 septembre 1990, le festival Jimi’s Back se déroula à Paris avec en point d’orgue la soirée du 15 à l’Olympia où treize artistes rendirent hommage au guitariste. Parmi eux les regrettés Noel Redding et Randy California ainsi que côté français : Paul Personne, Louis Bertignac et Axel Bauer entre autres.

Il est la principale influence de guitaristes comme Tommy Bolin et Robin Trower, qui s’inspirera même de son style de composition.

Certains musiciens ont repris à leur compte les apports musicaux de Jimi Hendrix tout en produisant une musique très personnelle. Frank Zappa reprendra à son compte les techniques élaborées par Hendrix sans jamais perdre sa personnalité musicale. Enfin, son influence sur la première période électrique de Miles Davis est évidente sur certains de ses albums, où l’ombre du guitariste plane par moments : A Tribute to Jack Johnson, et plus encore Agharta ou Pangaea.

Il a aussi probablement influencé Prince et Lenny Kravitz.

L’artiste et ses idées

De nombreux thèmes traversent ses chansons, tels la liberté ou les filles. Certaines de ses idées aussi, qu’il a parfois pu expliciter lors d’interview.

La liberté

La liberté est un thème qui traverse la plupart des premiers textes qu’il signe (Stone Free, 51st Anniversary, Highway Chile) : « Tous les jours de la semaine, je suis dans différentes villes. Si je reste trop longtemps, les gens essayent de me rabaisser. » (Stone Free)

Les filles

On rencontre principalement deux types de femmes dans ses chansons. D’une part, les proies d’un prédateur sexuel (Foxy Lady, Little Miss Lover, Burning Desire) ; « Yeah je vais t’emmener chez moi, je ne te ferai pas de mal, non ! Tu dois être entièrement mienne, entièrement mienne. » (Foxy Lady), et d’autre part des femmes éthérées, pures et inaccessibles (May This Be Love, Little Wing, Angel, Drifting) : « À la dérive, sur une mer de larmes oubliées, sur un canot de sauvetage, voguant à la recherche de ton amour. » (Drifting)

Concernant les rapports homme-femme par exemple ; « Tu ferais mieux de prouver à l’homme, que tu es aussi forte que lui, Car au regard de Dieu, vous êtes tous deux ses enfants. » (Message To Love)

Jimi Hendrix était connu pour ses différentes aventures, et il ne s’en cachait pas ; « Mais pourquoi es-tu avec tellement de personnes? Je réponds que je ne suis pas tout le temps en train de les toucher, souvent je ne fais que leur parler. Il y en a avec qui je parle, et d’autre, tu vois… je fais ce pour quoi elles sont là, ce qu’elles sont venues chercher. »

Il ne fut cependant pas toujours tendre avec ses différentes relations. « Comme la plupart des hommes, il appliquait « deux poids, deux mesures ». « Quand nous avons commencé à vivre ensemble, j’étais très jeune et assez sauvage », se souvient Kathy (Etchingham) presque en s’excusant. Hendrix l’a enfermée dans la chambre à coucher pour la punir et a passé de nombreuses heures à lui expliquer patiemment comment elle devait se conduire, en tant que femme et compagne vivant avec la personne qu’elle aimait. […] Une nuit, au Bag O’ Nails, une boîte de Londres, Kathy laissa Jimi à sa table pour aller à l’étage téléphoner à un ami. Après un moment plus long que ce que Jimi tolérait, il monta à l’étage et, supposant qu’elle parlait à un rival masculin (ce n’était pas le cas), il lui arracha le récepteur des mains et l’en frappa à la tête. Kathy hurlait lorsque, heureusement, Lennon et McCartney, qui passaient par là, séparèrent Jimi de son amie. Il arriva qu’ Hendrix lui brisa le nez en trois endroits différents en lui donnant un coup de pied bien ciblé. »

La guerre du Viêt Nam

Il fut une figure majeure de l’opposition à la guerre du Viêt Nam, comme en témoignent certains de ses textes de façon onirique ; « Décidons de faire une ultime promenade au milieu du vacarme jusqu’à la mer, non pour y mourir, mais pour y renaître, loin des terres meurtries et déchirées. » (1983… (A Merman I Should Turn to Be)) ou nettement plus directe ; « De la même façon dont tu m’as abattu bébé, tu disparaîtras, la douleur en triple, et tu ne pourras t’en prendre qu’à toi-même, Hé, Mitrailleuse ! » (Machine Gun)

Les idées politiques

L’avortement : « Car si vous ne voulez que je vienne cette fois-ci, je serai heureux de rejoindre la terre des Esprits. » (Belly Button Window). Il se prononce clairement pour la légalisation de l’avortement dans une interview à Beverly Hills en juin 1969 ; « Ils doivent légaliser l’avortement. Certaines filles se rendent vraiment malades en essayant d’avoir des bébés. Et où est-il écrit que les gens doivent… Que c’est un péché de « tuer un enfant » comme ils disent? Un enfant n’est pas un enfant tant qu’il n’est pas sorti à l’air libre. »

Le racisme : Il revient ainsi sur les émeutes raciales du milieu des années 1960 ; « Je me suis mis debout sur mon cheval, j’ai crié sans plaisanter : Oh mec, pourquoi incendies-tu la maison de ton frère ? » (House Burning Down)

La condition des Amérindiens, qu’il jugeait misérable : « Je ne vis pas aujourd’hui, demain peut-être, je ne peux pas vraiment te dire, bébé. Mais, je ne vis pas aujourd’hui, c’est vraiment une honte de passer le temps ainsi. » (I Don’t Live Today)

Les hippies, dont il se démarquait : « Si tous les hippies se coupaient les cheveux ça me serait égal » (If 6 Was 9).

Les drogues et l’alcool

Hendrix est largement connu et associé à l’utilisation des hallucinogènes, notamment le LSD, comme beaucoup d’autres musiciens de renom et des célébrités de l’époque. Cependant sa consommation d’hallucinogène ne commença qu’après sa rencontre avec Linda Keith. Jusqu’alors il n’avait que fumé de la marijuana et bu de l’alcool. Les amphétamines sont également enregistrées comme étant utilisées par Hendrix lors de tournées.

Les initiales du titre The Stars That Play With Laughing Sam’s Dice ne font en effet guère de doute quant à leur origine (STP avec LSD) alors que Spanish Castle Magic fait référence au dessin imprimé sur les buvards d’acides. Par la suite, il évoquera toutefois les dangers de la seringue sur Freedom, un titre inspiré par sa petite amie Devon Wilson, et plus largement de la dépendance : « Ne te défonce pas trop, souviens-toi que tu es un homme. » (Earth Blues). Sa consommation n’était toutefois pas associée à un quelconque mysticisme, mais plutôt à un simple amusement ; « Plein de gens racontent qu’ils se comprennent mieux lorsqu’ils prennent du LSD. C’est des conneries […] Si je devais prendre du LSD, ce ne serait que pour mon amusement personnel, pour le fun ou parce que j’en ai envie. »

Hendrix était en outre connu parmi les amis du groupe pour parfois se mettre en colère et devenir violent quand il buvait trop d’alcool.

L’œil tourné vers le futur

« Ils pensent tous tellement à leur carrière et à leur avenir. Je m’en fous complètement, moi, de mon avenir ou de ma carrière. Je veux juste être sûr de pouvoir sortir ce que je veux. »

La science-fiction est très présente, que ce soit de façon humoristique : « Je suis en orbite autour de la troisième planète d’une étoile connue sous le nom de Soleil, terminé. Vous voulez dire que c’est la Terre ? Terminé. Affirmatif. Elle est connue pour héberger certaines formes d’espèces intelligentes, terminé. » (Third Stone from the Sun), ou de façon nettement plus alarmante ; « J’ai vécu là avant..et c’est pour ça que je suis concerné,et je reviens pour trouver les étoiles déplacées, et cette odeur de monde carbonisé. » (Up From The Skies).

Discographie

Discographie de Jimi Hendrix.

Avec The Jimi Hendrix Experience / Band of Gypsys

Année Album Meilleure position dans les charts
Drapeau de la France Drapeau du Royaume-Uni Drapeau des États-Unis
1967 Are You Experienced #35 #02 #05
1967 Axis: Bold as Love #01 #05 #03
1968 Electric Ladyland #02 #06 #01
1970 Band of Gypsys #11 #06 #05

Avec Curtis Knight

Discographie posthume 

Discographie posthume de Jimi Hendrix.

À la mort d’Hendrix en 1970, ce fut le manager Michael Jeffery qui fut chargé de gérer son héritage discographique, et ce jusqu’à sa mort en 1973. Entre 1974 et 1995, ce fut le producteur Alan Douglas puis la famille d’Hendrix sous le nom Experience Hendrix LLC depuis lors.

Le cas du Royal Albert Hall

Avec d’autres artistes

Reprises et hommages

Filmographie

Bibliographie

Biographies

Études et témoignages

Revues, magazines…

Voir aussi

250px-EMPPano11

Experience Music Project de Seattle

Musée

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

jimihendrix01

jimihendrixf jimihendrix1h

jimmyhendrixposteraffic jimihendrixpsychedelic

jimihendrix9

jimihendrixj

jimihendrixmemorialjimihendrixmemorial2

bar

Revenir en haut de la page. 24

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube  Hey Joe en Version originale live en 1967.

Image de prévisualisation YouTube  Hymne national américain revisité par Jimi Hendrix à Woodstock 1969.

Image de prévisualisation YouTube  Interview de Jimi Hendrix 1969

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Portrait de Jimi Hendrix en vidéos sur ina.fr

Autres vidéos de Jimi Hendrix

Revenir en haut de la page. 24

 

 

 

RS

Révolution Solaire de Jimi Hendrix

Révolution Solaire 1969

Pour le 27/11/1969 à 06h17 T.U., à Londres.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 2, ET NOEUD SUD EN MAISON 8

Vous disposez d’un soutien planétaire pour réaliser vos désirs et vos souhaits les plus chers. Vous pouvez enfin obtenir les résultats espérés par rapport à ce que vous avez semée. Ni plus ni moins. Mais attention: si tout vous est égal, si vous ne formulez pas vos buts avec une extrême précision ; en d’autres termes, si vous ne demandez rien, le destin ne pourra que vous satisfaire de la même manière, c’est-à-dire avec « rien ».

Vous êtes seul à pouvoir générer une réponse du destin… La condition est de formuler la demande… Avec précision, persistance et détermination. Demandez, redemandez et… Vous recevrez, c’est votre période.

Par ailleurs, vous constaterez que l’état de vos finances personnelles, celles que vous obtenez par vos propres efforts s’améliorera nettement.

Activez vous donc vers l’amélioration de vos ressources ; vous serez largement récompensé de vos efforts.

Cette période favorise les requêtes, les finances et les ressources personnelles, sous tous rapports. Si c’est de l’argent que vous souhaitez, vous trouverez les moyens de l’acquérir. Si c’est une réputation, vous l’obtiendrez. Si c’est la connaissance, vous trouverez le maître. Ayez une confiance absolue dans vos démarches. Accomplissez-les et puis laissez le destin faire le reste. A ce stade, vous êtes convaincu qu’elles porteront des fruits. Par conséquent, elles ne vous concernent plus. Oubliez-les de manière à éviter les attentes anxieuses ou obsessionnelles. Ce sont ces dernières qui « bloquent » le déroulement de votre destin et empêchent celui-ci de réaliser vos désirs. Faites en vous la paix de l’esprit, adoptez une attitude confiante.

Evitez tout emprunts, aides ou supports d’autrui. Rappelez-vous que seuls vos efforts sont productifs en une telle période. Dans le même esprit, ne tentez pas de vous associer avec une ou un partenaire doté. C’est un piège qui aliénera votre liberté.

C’est en vous seul que vous devez trouver la force d’accomplir vos espérances. A cette condition, toutes les forces planétaires concourront à vous satisfaire.

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

Personnalité du 23/11/2011 – Francis CABREL 23 novembre, 2011

Posté par phoenix2savoie dans : 11/2011,Chanteur,Musique,Personnalités du jour , ajouter un commentaire

Francis CABREL

Personnalité du 23/11/2011 - Francis CABREL dans 11/2011 homepagetemplates On line 1 2

newsg dans Chanteur News : 1 2
articleconnexe dans Musique Article connexe : J.J. GOLDMAN

thmenatal dans Personnalités du jour Thème natal

symbolebiographie Biographie

appareilphoto Photos

flashclips Vidéos

astro1 Révolution Solaire
——————————————————————————————————————————-

Francis CABREL

né le 23/11/1953 à 20h00 à Agen (47) – FRANCE

THEME NATAL

franciscabrel23111953

Qu’est-ce qu’un Thème Natal ?

Grâce aux coordonnées de naissance (date, heure et lieu), il est possible de calculer votre Thème Natal. Sur cet instantané pris au moment de votre premier cri sont inscrits vos facilités et vos talents, ainsi que les obstacles qui peuvent empêcher ou retarder leur éclosion. Afin de prendre connaissance de ces informations et de trouver, grâce à elles, le chemin de l’épanouissement, il convient de se livrer à un décryptage minutieux.

Revenir en haut de la page. 24

BIOGRAPHIE

Francis Cabrel, né le 23 novembre 1953 à Agen, est un auteur-compositeur-interprète français.

Cabrel vit à Astaffort (près d’Agen), est marié et père de trois filles (Manon, Aurélie et Thiu, adoptée en 2004).

Les débuts

Francis Cabrel nait le 23 novembre 1953 à Agen dans une famille modeste originaire du Frioul en Italie, d’un père ouvrier dans une biscuiterie et d’une mère caissière dans une cafétéria. Il a une sœur, Martine, et un frère, Philippe. Il passe son enfance à Astaffort, dans le Lot-et-Garonne.

À treize ans, il entend pour la première fois Like a Rolling Stone de Bob Dylan à la radio ; une découverte qui aura une influence majeure dans sa carrière. À Noël, son oncle Freddy lui offre une guitare ; il se met ainsi à composer ses premiers morceaux afin de lutter contre sa timidité. Il se met alors à reprendre les chansons de Neil Young, Leonard Cohen et évidemment Bob Dylan, apprenant l’anglais en traduisant les paroles. Il racontera plus tard qu’il pensait que sa guitare lui permettait de se rendre plus intéressant aux yeux des autres. À 17 ans, il commence à monter plusieurs groupes de folk rock mais ceux-ci ne tiennent pas longtemps.

Renvoyé du lycée Bernard Palissy d’Agen pour indiscipline, il part travailler à 19 ans dans un magasin de chaussures tout en jouant dans des bals locaux avec un groupe « Ray Frank et les Jazzmen ». Le groupe se renomme par la suite « les Gaulois » à cause des moustaches de chacun des membres. En effet, à cette époque, Cabrel arbore un style hippie, cheveux longs et moustaches.

En 1974, à Toulouse, il participe à un concours de chanson de Sud Radio durant lequel se succèdent 400 candidats devant un jury composé notamment de Daniel et Richard Seff. Sa chanson Petite Marie (album Les Murs de poussière), dédiée à sa femme Mariette, lui permet de gagner le concours et le prix de 2000 francs. De plus, les frères Seff lui ouvrent les portes de la firme CBS.

Managé en début de carrière par Jacques Marouani, c’est ensuite à Maurice Tejedor – producteur de spectacles dans le grand Sud-Ouest, avec qui il lie des liens amicaux au cours d’une mini-tournée – qu’il confie l’organisation de ses spectacles et de ses tournées. Une aventure de plusieurs années qui les conduira de la scène de l’Olympia à celles de l’Hexagone, mais aussi de la Suisse, de la Belgique, de l’ancienne Allemagne de l’Ouest et de Berlin-Est, du Québec, Tahiti, la Nouvelle-Calédonie, la Réunion, Maurice, etc.

Carrière musicale

En 1977, à l’occasion de la campagne de la Nouvelle chanson française de la maison de disques, il sort son premier disque « Ma ville » mais il éprouve vite le sentiment que CBS ne le laisse pas exprimer sa vraie personnalité (en témoigne la version particulière de Petite Marie du disque qui tente de gommer l’accent particulier du chanteur, version reniée par Cabrel aujourd’hui). Pourtant, il se produit à l’Olympia, en première partie de Dave, durant un mois et gagne le Prix du public au Festival de Spa en Belgique en 1978.

Certains de ses multiples clips ont été tournés dans des villages très pittoresques tels que le village d’Artiguemy (Hautes-Pyrénées).

L’association Voix du Sud

Le 28 juillet 1992 Francis Cabrel fonde « Voix du Sud » à Astaffort, une association loi de 1901 ; c’est un organisme de formation, elle réalise depuis octobre 1994 les « Rencontres d’Astaffort » qui sont des stages de formation professionnelle s’adressant aux jeunes auteurs, compositeurs et interprètes de chansons. Elles se tiennent tous les six mois à Astaffort (Lot-et-Garonne) depuis 1994. Ces rencontres rassemblent une vingtaine de jeunes artistes qui pendant quinze jours vont écrire une quarantaine de chansons. Quinze d’entre elles seront sélectionnées et mises en musique pour être ensuite jouées au public du Music’Halles, salle de spectacle à Astaffort. Chaque année, un artiste reconnu vient parrainer ces rencontres. Il vient soutenir, aider, conseiller les jeunes qui participent aux rencontres. On peut ainsi noter, comme parrains, Renan Luce, Zaho, Maxime Leforestier, Thomas Dutronc, Emilie Loizeau

Discographie

Albums studio

  • 1977 : Les Murs de poussière
  • 1979 : Les Chemins de traverse
  • 1980 : Fragile
  • 1981 : Carte postale
  • 1983 : Quelqu’un de l’intérieur
  • 1985 : Photos de voyages
  • 1989 : Sarbacane
  • 1994 : Samedi soir sur la Terre
  • 1999 : Hors-saison
  • 2004 : Les Beaux Dégâts
  • 2008 : Des roses et des orties

Albums en public[modifier]

  • 1984 : Cabrel public
  • 1991 : D’une Ombre à l’autre
  • 2000 : Double Tour
  • 2005 : La Tournée des Bodegas

Compilations[modifier]

  • 1987 : Cabrel 77-87
  • 1998 : Algo más de amor
  • 2003 : Aniversario
  • 2007 : L’essentiel 1977-2007

Participations

Interprète

Parolier

Association humanitaire

Francis Cabrel est un fidèle des Enfoirés, rassemblement d’artistes organisant des concerts pour le soutien aux Restos du cœur.

Singles

220px-FrancisCabrel02

Francis Cabrel lors d’un concert à Bruxelles en 2008

Année Titre Album
1977 Petite Marie Les murs de poussière
1978 Pas trop de peine
Les murs de poussière Les murs de poussière
1979 Je l’aime à mourir Les chemins de traverse
Je rêve
1980 L’encre de tes yeux Fragile
Je pense encore à toi
1981 La dame de Haute-Savoie
Carte postale Carte postale
1982 Répondez-moi
1983 La fille qui m’accompagne Quelqu’un de l’intérieur
1984 Saïd et Mohammed
Question d’équilibre
1985 Je te suivrai Photos de voyages
Encore et encore
Tourner les hélicos
1986 Il faudra leur dire
1989 C’est écrit Sarbacane
Animal
Sarbacane
1990 Tout le monde y pense (live) D’une ombre à l’autre
Petite Marie (live)
1994 La corrida Samedi soir sur la Terre
Je t’aimais, je t’aime, je t’aimerai
1995 Samedi soir sur la Terre
La cabane du pêcheur
Octobre
1997 Vengo a ofrecer mi corazón (en duo avec Mercedes Sosa) Algo más de amor
1999 Presque rien Hors-saison
Le reste du temps
Hors-saison
2000 Le monde est sourd
Ma place dans le trafic (live) Double Tour
2004 Bonne nouvelle Les beaux dégâts
Qu’est-ce que t’en dis ?
Tu me corresponds
2005 Les gens absents
Je pense encore à toi (live) La tournée des bodegas
2007 Le gorille L’essentiel 1977-2007
2008 La robe et l’échelle Des roses et des orties
Le chêne liège
2009 Des hommes pareils
Né dans le bayou
2010 Les cardinaux en costume (live)

Sa discographie en 45 tours de 1978 à 1991

Récompenses 

Anecdotes 

 

(*) Wikipedia

Revenir en haut de la page. 24

photosimages
PHOTOS

franciscabrel6

franciscabrel

franciscabrel

franciscabrel2

bar

Revenir en haut de la page. 24

flashclips

VIDEOS

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Plus de vidéos de Francis CABREL

Toujours plus de vidéos de Francis CABREL

Revenir en haut de la page. 24

RS

Révolution Solaire de Francis CABREL

franciscabrelrs23112011

Pour le 23/11/2011 à 00h00 T.U., à Agen.

TRANSIT DU NOEUD NORD EN MAISON 6 ET DU NOEUD SUD EN MAISON 12:

L’entrée du nœud nord dans votre maison VI va rendre plus faciles toutes vos tâches et besognes habituelles : les obstacles se lèveront, les fardeaux s’allégeront, les oppositions tomberont. Remettez donc sur l’enclume ce travail que des difficultés vous avaient empêché d’achever. Vous allez maintenant les résoudre avec une facilité inhabituelle. Surtout, ne vous dérobez pas à vos tâches car c’est leurs accomplissements qui produiront vos succès de la période qui suivra immédiatement celle-ci. Actuellement, une confiance inébranlable en vos réalisations est le gage absolu de votre réussite ultérieure même si des échecs antérieurs ont pu vous convaincre du contraire. Toute dérobade, par facilité, vous porterait à d’amers regrets plus tard. Ne laissez donc pas passer cette chance. Vous constaterez par ailleurs que vos subalternes ou collègues vous assisteront beaucoup plus spontanément si vous faites appel à eux. Vous aurez un sens plus aigu du détail et ceci vous sera profitable car vous gagnerez à être méthodique dans toutes vos activités et à les achever scrupuleusement. Vos facultés de discernement se trouveront magnifiées. Vous ne rencontrerez plus ces obstacles insurmontables antérieurs. Au contraire, vous constaterez avec étonnement qu’une tonne ne pèse plus que le poids d’une plume. En médecine, c’est maintenant que vous ferez les meilleurs diagnostics et que vous obtiendrez les résultats les plus étonnants vis-à-vis de vos patients. Les guérisons se multiplieront étrangement. Ces réussites valent pour tous ceux dont l’occupation est le médical, le paramédical ou l’assistance sociale, mais plus en cabinet qu’en hôpital. A titre plus personnel, si vous êtes malade, votre santé se rétablira beaucoup plus facilement si vous acceptez ces soins qui purent être inefficaces en d’autres périodes. C’est maintenant que vous trouverez le médecin, la médecine ou la cure que vous cherchiez en vain jusqu’à présent. Choisissez donc cette période pour partir en cure thermale, par exemple. Par ailleurs, si vous le souhaitez, vous trouverez maintenant les personnes pour vous aider que vous aviez recherchées en vain jusqu’à présent. N’hésitez pas à les recruter car ces aides vous seront profitables. Si vous gérez une affaire, c’est le moment de revoir la gestion de votre personnel et de lui accorder les avantages et la considération qu’il mérite. N’hésitez pas à faire preuve de magnanimité et de largesse à son égard ; vous serez largement compensé à terme.

En gestion d’entreprise, c’est, en effet, la qualité de votre personnel et la considération que vous lui apportez qui sera l’atout majeur de votre réussite. Concentrez donc vos efforts vers la direction du personnel et veillez au moindre détail, car, à présent, votre entreprise ne fructifiera qu’au travers des hommes et des femmes qui la  composent. Accordez donc à ceux-ci les motivations auxquelles ils aspirent. En résumé, dépassez les tendances à vous lamenter ou à abandonner, agissez à partir d’une confiance absolue en vos possibilités, faites appel à toutes les aides possibles pour vous seconder. Toutes les assistances vous seront accordées avec facilité, aussi bien de la part de vos collègues que de celle de vos inférieurs ou des sous-traitants. De plus, chacun d’eux vous apportera la compétence qui garantira votre succès ultérieur.

 

Revenir en haut de la page. 24

-=-=- F I N -=-=-

____________________________________________________________________________________

123456

Lili Croix |
jardin13 |
Ecole de danses Flamenco et... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAVOIE PAINT
| Le scrap de Gigi27.
| AICA DE NAILLOUX